Les Crocos ont à nouveau les crocs (2)

22/03 13:30
Image
 

En conférence de presse, l'entraîneur nîmois Pascal Plancque s'est projeté hier sur la réception de Saint-Etienne programmée le dimanche 4 avril à 17h00.

"Gagner à Lille, c’est un exploit XXL, une superbe performance collective. On a montré de la solidarité, de l’abnégation mais aussi une certaine qualité avec le ballon. On est plusieurs équipes concernées par la lutte pour le maintien. Nous on est programmé pour ça depuis de très longues semaines. Ces trois points pris à Lille nous font énormément de bien mentalement et comptablement. Il reste huit occasions de prendre des points, chaque équipe va lutter pour sa survie. Il faut absolument qu’on soit capable de rééditer ce genre de performances. Il faut garder les pieds sur terre, ne pas se relâcher et s’enflammer. Là-dessus je compte sur mes joueurs, cela fait de nombreuses semaines qu’ils sont magnifiques dans la mentalité.

Depuis la victoire de Nantes à Paris, j’ai dit aux joueurs qu’il ne faut compter que sur nous. Chaque match est une occasion de prendre des points. Nos concurrents s’attendaient à ce qu’on vienne perdre à Lille, mais on est venu gagner. On est revenu à quatre points de Strasbourg et Saint-Etienne. À huit matches de la fin, ce n’est pas insurmontable. Mais on a le handicap d’avoir un très mauvais goal-average [-26 contre -10 pour Strasbourg et – 16 pour l’ASSE, ndp2] donc a quasiment cinq points de retard sur ces deux équipes.

Saint-Etienne, c’est un gros match qui nous attend. C’est une équipe beaucoup plus performante à l’extérieur, ils sont allés gagner à Rennes et à Angers ces derniers temps. Même s’ils ont été en difficultés contre Monaco, ça reste une équipe largement supérieure à nous sur le papier. Mais on arrivera sur ce match avec beaucoup d’envie et d’ambition, forcément. Ils restent quand même à quatre points devant, c’est quand même assez loin. Mais ça peut mettre le doute dans la tête de ces équipes-là qui n’étaient pas forcément en début de saison programmées pour jouer le maintien. Nous, on l’est."

Camara le plus bankable

22/03 09:18

Dans la dernière lettre hebdomadaire de son Observatoire du football, le CIES détaille pour chaque club en Europe le joueur le plus "bankable" ou susceptible d'être vendu le plus cher grâce à un algorithme spécialisé.

A Saint-Etienne, ce n'est pas Denis Bouanga, Adil Aouchiche ou Wahbi Khazri qui a la meilleur côte, c'est le néo-capitaine Mahdi Camara. Le Martégal est côté entre 10 et 15M€.

On retrouve en Premiere League les anciens stéphanois Allan Saint-Maximin pour Newcastle (20-30M€) et Neal Maupay pour Brighton (20-30M€). 

Moukoudi 17e, Puel et Jessy aussi

22/03 08:43
Image
 

Selon la dernière édition de la Pravda, Harold Moukoudi (5,63) est le 17e meilleur joueur de champ de l'élite cette saison. Dans ce classement dominé par le Lensois Jonathan Clauss, on aura noté la 13e place du Brestois Franck Honorat (5,68) et la 15e du Lillois Jonathan Bamba (5,65).

Jessy Moulin (4,96) est le 17e gardien de l'élite devant le Strasbourgeois Kawashima (4,8), le Dijonnais Racioppi (4,75) et le Lorientais Nardi (4,67), le Parisien Navas (6,05) étant en tête.

Claude Puel (4,93) est le 17e entraîneur de L1 juste derrière Jean-Louis Gasset (4,96). L'actuel entraîneur des Verts ne devance que le Dijonnais David Linarès (4,75) et l'ancien Nîmois Jérôme Arpinon (4,75).

Les Crocos ont à nouveau les crocs

22/03 08:22
Image
 

Victorieux à Rennes, les Verts comptaient 8 points d'avance sur Nîmes à l'issue de la 25e journée. Mais depuis leur avance sur l'actuel barragiste a fondu de moitié. Comme l'a relevé Opta, Pascal Plancque a remporté 4 de ses 8 matches de L1 sur le banc des Crocodiles (2 nuls, 2 défaites) soit autant que Jérôme Arpinon en 22 rencontres dans l'élite avec le club gardois (3 nuls, 15 défaites).

Les Verts ont du caractère ?

22/03 07:59
Image
 

Dans la dernière édition du Progrès, Loïc Perrin reste confiant pour le maintien.

"Même si les résultats sont moyens, je trouve qu’il y a eu des performances plutôt bonnes. Le problème c’est la régularité. Heureusement, on a une équipe qui réagit tout le temps. Quand elle est dos au mur, comme après Lorient, elle arrive toujours à gagner. Ça a été le cas à Rennes, à Angers… C’était des matchs couperets. Cela montre qu’elle a du caractère."

A confirmer le 4 avril aux Costières, où Dieu s'est imposé deux fois lors de sa dernière saison sous le maillot vert...

Monaco égale un record de Sainté

22/03 07:39
Image
 

Comme le souligne la Pravda du jour, Monaco est le meilleur 4e de l'histoire du championnat de France. Comptant 59 points après 30 journées, les derniers bourreaux des Verts égalent l'ASSE de la saison 1979-1980 (en comptant trois points pour une victoire). Cette année-là, la bande à Platoche avait terminé à la 3e place derrière Nantes et Sochaux.

Dieu futur DS ? (11)

22/03 07:06
Image
 

Dans la dernière édition du Progrès, Loïc Perrin tente de dissiper le flou qui entoure ses nouvelles missions à l'ASSE. Conscient d'être dans une phase d'apprentissage, Dieu ne désespère pas de devenir directeur sportif, comme l'Ange Vert l'a été lors de ses dernières années stéphanoises. Extraits.

"Pour commencer, ma mission sera plutôt avec le centre de formation. J’ai déjà fait une intervention auprès des jeunes pros. Ce sera une mission assez générale pour apporter mon vécu, mon expérience. Et aussi j’espère un peu mon expertise à différents niveaux, dans différents services. Ça peut être le marketing ou la communication. Je mets un pied dans le club. Là où je peux être opérationnel tout de suite, c’est pour faire le lien avec les partenaires. Même si certains points me dépassent encore, sur d’autres, je pense que je peux être utile. Je ne viens pas à L’Étrat pour me promener.

J’aimerais bien passer le DU de manager général à Limoges. Si mon dossier est retenu, je commencerai fin septembre. J'ai vu Dominique Rocheteau après la finale de la Coupe de France. On a passé du temps ensemble chez lui, en famille. Lui, a d’abord été conseiller. Après, il est passé coordinateur sportif puis directeur sportif. C’est une belle trajectoire qui pourrait bien sûr m'inspirer même si aujourd’hui on n’en est pas là. Mes missions n'auront pas tout de suite de lien avec la direction sportive. Il n’y a pas énormément de postes dans un club. Il faut être là au bon moment."

Un maintien très probable (3)

21/03 20:52
Image
 

Malgré sa déroute contre Monaco et la surprenante victoire des Crocodiles chez les Dogues lors du mordico, les Verts ont encore 89% de chance de ne pas finir aux trois dernières places selon Fabien Torre. D'après les savants calculs de ce maître de conférences en informatique à l'Université Lille 3, Sainté n'a que 3% de chance d'être directement relégué et 8% de chance d'être barragiste.

Wesley à Wembley

21/03 20:36
Image
 

Actuellement sur le podium de la Premier League un point derrière les Red Devils et à quinze points des Citizens, Wesley Fofana a joué intégralement ce dimanche le quart de finale de Cup remporté 3-1 contre Manchester United. En demi-finale, Leicester affrontera Southampton lors d'un Puelico programmé le 17 avril à Wembley. L'autre demi-finale opposera dans le même stade Manchester City au Chelsea de Kurt Zouma, titulaire aujourd'hui lors du succès des Blues contre Sheffield United.

Bahebeck, un pion c'est tout

21/03 16:33
Image
 

Depuis qu'il a rejoint le Partizan Belgrade début octobre, Jean-Christophe Bahebeck (27ans) n'a joué que 8 matches toutes compétitions confondues dont un seul en tant que titulaire dans ce club cher à Ivan Curkovic. L'ancien flop stéphanois a ouvert son compteur but lundi dernier contre le relégable Zlatibor Cajetina. Son équipe est 2e à 9 longueurs de son grand rival (l'Etoile Rouge) mais avec 17 points d'avance sur le 3e (Vojvodina) dans ce faible championnat serbe.

La réserve régale

21/03 13:06
Image
 

Si l'équipe première n'a pas pesé lourd contre Monaco, la réserve a brillé hier contre Le Puy lors d'un match amical qui s'est déroulé au centre sportif Robert-Herbin. Séduisants dans le jeu, les protégés de Razik Nedder ont battu 3-1 cette équipe de N2 qui a éliminé Lorient de la Coupe de France.

Victor Petit a fait admirer sa patte gauche en ouvrant le score d'un coup franc direct en pleine lucarne. Après l'égalisation ponote, les Verts ont repris l'avantage sur une belle action : idéalement servi par Louka Aymar, Yanis Lhery a placé une frappe croisée imparable. Grâce à une passe de Tyrone Tormin, Baptiste Gabard a corsé l'addition.

Didier Six, la sangsue et l'inconnu

21/03 10:19
Image
 

Dans sa dernière édition, le quotidien Les Dernières Nouvelles d'Alsace revient sur la plus grosse déception strasbourgeoise de Didier Six, l'actuel sélectionneur de la Guinée de Saïdou Sow. Extraits.

"La demi-finale de Coupe de France 1981 lui laisse encore un goût âmer. Pendant plus d'une heure, Jean-Philippe Primard se révéla une véritable sangsue pour Didier Six, qui ne parvint que rarement à s'exprimer même si le junior stéphanois dut céder sa place, terrassé par les crampes.  "A l'aller, on s'était incliné 2-1 à Geoffroy-Guichard. Au match retour, Michel Decastel ouvre le score à l'entame du dernier quart d'heure. On n'était plus qu'à quelques minutes de la finale. On tenait bien le match et là, il y a un inconnu qui égalise en toute fin de match. C'est rageant mais c'est le foot."

Firmin Perez a marqué ce jour-là son seul but en 16 matches sous le maillot vert. Il n'a pas joué la finale, perdue 2-1 face au Bastia de Roger Milla.

 

Loïc soutient Bajic

21/03 08:49
Image
 

Lors de ses deux précédents matches en équipe première (contre Metz et à Sochaux), Stefan Bajic avait perdu sur le plus petit des scores. Le gardien international U20 en a pris quatre contre Monaco mais il s'en relèvera selon Loïc Perrin, qui revient aujourd'hui dans Le Progrès sur la débacle d'avant-hier.

"On savait déjà avant le match qu’il y avait une classe d’écart. Actuellement, Monaco est peut-être l’équipe en Ligue 1 qui pratique le plus beau football. C’est un rouleur compresseur. Niko Kovac est arrivé à faire jouer son équipe d’une manière incroyable avec une vraie cohésion. Défensivement, ils sont rarement pris en défaut. Ils exercent un pressing permanent. Quand ils sont pris, ils se replacent à toute vitesse. Stefan Bajic ne peut pas faire grand-chose sur les quatre buts. C’est l’apprentissage. On est tous passé par là. Je me souviens de mon premier match en Ligue 1. On perd 3-0 à Lens, je sors à la mi-temps. On s’en remet, ça fait grandir."

Wesley en route vers la Ligue des Champions

21/03 08:27
Image
 

Alors que son club formateur n'en finit plus de décevoir et va encore devoir cravacher pour se sauver, Wesley Fofana est bien parti pour jouer la Ligue des Champions. Leicester est en effet 3e de Premier League avec 8 points d'avance sur le 5e West Ham (les 4 premières places étant qualificatives pour la C1). Avant de recevoir ce dimanche Manchester United en quart de finale de la Cup, l'ancien défenseur stéphanois est à l'honneur dans The Telegraph. Extraits.

"Quelques minutes après le début de sa première séance d’entraînement, il est devenu clair que Leicester avait signé une future star. Ses nouveaux coéquipiers ont été époustouflés par le sang-froid et la maturité de cet adolescent méconnu, qui s'est depuis imposé comme l'une des recrues de la saison et un autre triomphe du recrutement à Leicester. Ce jeune talent prodigieux performe à lui seul comme une Rolls-Royce, une Ferrari et une Lamborghini.

Fofana s'est facilement adapté au football anglais, s’établissant au cœur de la défense de Leicester avec un certain nombre de performances exceptionnelles. Connu sous le nom de "Little Wes", en raison de la présence du capitaine du club Wes Morgan, il est puissant dans les airs, agressif et rapide, avec une large gamme de passes. Défenseur toujours à l'avant-garde, il a également démontré une capacité infaillible à flairer le danger avant qu'il ne se matérialise."

Dans le même quotidien anglais, celui qui a joué 4 matches cette saison avec les Verts et 26 avec les Foxes savoure sa réussite et ne compte pas s'arrêter là.

"Ma carrière a peut-être décollé un peu plus tard que prévu, mais cela ne m'a jamais inquiété. Je suis quelqu'un qui a toujours travaillé dur, peut-être que cela signifie que je travaillais un peu dans l'ombre. Je n'ai jamais été le meilleur de ma génération, jamais celui qui s'est démarqué, mais j'étais toujours complètement concentré sur mon objectif et je pense que ça se voit aujourd'hui.

Quand j'étais petit, Kolo était un héros pour moi, étant donné qu'il était un excellent défenseur central et aussi de Côte d'Ivoire. C'était un rêve absolu de travailler avec lui et j'ai énormément de chance pour pouvoir le faire. J'écoute tout ce qu'il dit. Il ne s’agit pas seulement de ce qui se passe sur le terrain, il me conseille sur ce que je dois faire en termes de nutrition, de rester hydraté et de tout ce qui sort du terrain. Il m'a beaucoup aidé sur le plan tactique et aussi dans la communication.

Ma famille est extrêmement importante pour moi. Ils ont tout fait pour m'aider, sans mettre beaucoup de pression. J'étais vraiment déterminé à y parvenir, pour moi et pour eux. Je jouais au SC Air Bel à Marseille quand Saint-Etienne est  venu me voir jouer, m'a approché et a rencontré ma famille. Nous avons décidé que c'était une bonne opportunité à saisir. Bien sûr, c'était difficile de quitter la maison, mais j'ai toujours eu confiance en moi pour que cela fonctionne.

Je vivais dans le centre d'entraînement avec tous les autres jeunes joueurs venus de partout pour jouer pour le club. Quand j'ai signé mon premier contrat pro en 2018, j'ai amené ma famille avec moi - ils ont adoré et ils sont toujours là maintenant. Quand Leicester est venu me chercher, ils ont présenté leur projet et j'étais sûr à 100% que c'était là que je voulais aller. Saint-Étienne n'était pas d'accord avec moi. Je voulais partir, ils ont dit non. L'entraîneur ne voulait pas non plus que j'y aille. Certains supporters n'étaient pas satisfaits de moi. C'était vraiment difficile pour ma famille.

Des choses ont été dites, mais je n'ai pas laissé cela m'affecter. J'ai construit un mur autour de moi et je savais que je prenais la bonne décision. Ils voulaient ce qu'il y avait de mieux pour leur équipe, je peux le comprendre. Je me souviens toujours que Didier Drogba a remporté la Ligue des champions avec Chelsea, c’est incroyable de penser que je pourrais avoir l’opportunité de jouer dans ce tournoi. Nous sommes bien placés, je vais continuer de tout donner."

Guillou tacle les Verts (13)

21/03 07:38
Image

La débacle d'avant-hier contre Monaco donne une nouvelle occasion à Patrick Guillou de tacler les Verts de Claude Puel dans la dernière édition du Progrès. Extraits.

"Le coach avait pourtant promis un combat spectaculaire et héroïque. Finalement, une nouvelle défaite au goût "d’Homère". Faillites tactique, technique et au niveau de l’état d’esprit. Endormis et amorphes, les Verts n’ont pas existé. Les défaites s’accumulent comme une valise à roulettes que l’on se refile de main en main. Les larmes coulent à l’intérieur. Pointe à l’horizon ce sale air de la peur. C’est très cher payé. Mais l’addition peut être encore plus lourde.

Les bannis, les écartés, les exclus, les vieux et les jeunes doivent sauver le soldat ASSE et par effet ricochet le "CLP" (Champions League Project) du tacticien stéphanois. Je crie attention danger ! Il en va désormais de la survie du club. Fini la poudre de perlimpinpin, les discours des marchands d’orviétan et le miroir aux alouettes. 14 victoires en 50 rencontres. A ne rien vouloir n’entendre, on finit souvent avec des oreilles d’âne."

Maupay se paye les Magpies

20/03 23:14
Image
 

Neal Maupay, qui n'avait plus scoré depuis deux mois, a marqué ce soir le 3e but de la victoire (3-0) de Brighton contre Newcastle (privé d'Allan Saint-Maximin, blessé). C'est le 8e pion claqué cette saison en Premier League par l'ancien attaquant des Verts.

 

L'entraîneur des Crocos supportait les Verts

20/03 22:05
Image
 

Avant de recevoir aux Costières le 4 avril prochain les Verts de Claude Puel (dont il fut l'adjoint à Lille, Southampton et Leicester), l'entraîneur nîmois Pascal Plancque (57 ans) s'est confié au Midi Libre à la veille de ses retrouvailles avec le LOSC. Extraits.

"Quand j'étais jeune, j'étais supporter de Saint-Etienne. ma chambre était toute verte ! Quand j'étais joueur, j'étais un petit con. J’étais très immature. J’ai manqué beaucoup de rigueur et de discipline. Ce qui m’intéressait, c’était de jouer au foot. Tous les à-côtés, je les prenais à la légère et par-dessus la jambe. Si je pouvais aller passer du bon temps avec mes potes, je le faisais. Je n’ai pas fait tous les sacrifices qu’il fallait, je me reposais un peu sur mon talent et sur mes qualités. Même si j’ai un corps fragile, j’ai eu des blessures qui ont certainement été les conséquences de ce manque de rigueur et de discipline.

Je ne regrette rien. Je suis content de mon parcours. Je sais d’où je viens et tout ce que j’ai fait pour y parvenir. Depuis l’âge de 15 ans, je suis dans le monde du football, je n’ai fait et connu que cela. J’ai une vie magnifique. Cela n’a pas toujours été facile, j’ai eu des moments douloureux mais, au final, je suis allé travailler en Angleterre où j’ai vécu des expériences exceptionnelles, j’ai été entraîneur à Lille où j’ai connu des générations de joueurs exceptionnelles, j’ai participé à l’éclosion de joueurs comme Cabaye, Debuchy, Dumont, Rami, Chedjou, Hazard, Mirallas… J’ai fait partie de cette histoire-là. Je suis très fier et très content d’avoir connu tout ça."

Makhtar marque tard

20/03 21:11
Image
 

N'ayant marqué que 30 buts en 30 matchs de L1 cette saison, l'ASSE de Claude Puel pointe à une triste 18e place au classement des attaques devant son prochain adversaire (Nîmes) et la lanterne rouge (Dijon). Alors que le meilleur scoreur stéphanois (Denis Bouanga) plafonne à 5 pions, un attaquant sénégalais vendu l'été dernier par Sainté à Ostende a marqué ce soir pour la 13e fois (la 11e en championnat belge). Makhtar Gueye (23 ans) a en effet inscrit à la 92e minute l'unique but de la victoire de son équipe sur le terrain de Mouscron.

Tannane reste à Vitesse

20/03 20:44
Image
 

Dans la dernière édition du quotidien néerlandais De Telegraaf, l'ancien milieu offensif stéphanois Oussama Tannane explique pourquoi il a décliné une lucrative offre d'Al Ain (Emirats Arabes Unis) lors du dernier mercato d'hiver.

"Mes choix ne sont pas dictés que par l'argent. Je fais une bonne saison avec Vitesse Arnhem, je souhaite la finir. J'ai mis 5 buts et 6 passes décisives en championnat, je me sens bien ici. On est 4e et toujours en course pour la 2e place qualficative pour les éliminatoires de la Ligue des Champions. Et on s'est qualifié pour la finale de la Coupe qui aura lieu contre l'Ajax. Quand j'étais à Heracles, j'avais rejoint Saint-Etienne lors du mercato d'hiver. Après coup, j'ai parfois pensé qu'il aurait été préférable que je termine la saison. Peut-être que d'autres clubs se seraient alors manifestés pour me recruter. Tu apprends de tes expériences."

Pour rappel, il aura claqué 5 pions et délivré 4 passes décisives en 47 matches (31 comme titulaire) sous le maillot vert. Dans son bouquin Derrière la porte verte paru il y a 15 jours aux éditions Solar, Bernard Lions raconte que le milieu de terrain marocain avait été renvoyé au vestiaire par Christophe Galtier en pleinse séance d'entraînement après avoir failli casser la jambe de Ronaël Pierre-Gabriel sur un vilain tacle. Sous les couleurs de l'ASSE, le Lions de l'Atlas aura mangé 10 biscottes et pris un rouge (lors d'un match nul et vierge à Metz).

De loin le pire bilan depuis 10 ans

20/03 16:21
Image
 

Après 30 journées, Sainté ne compte que 33 points. Si l'on met de côté la saison dernière (définitivement arrêtée après 28 journées alors que les Verts avaient 30 points), c'est de très loin le pire bilan depuis 10 ans. Seules deux équipes de l'ASSE ont fait encore moins bien que les hommes de Claude Puel avant le sprint final depuis que le club a retrouvé l'élite en 2004.

2005 : 41 (8e)

2006 : 40 (13e)

2007 : 42 (7e)

2008 : 40 (11e)

2009 : 29 (18e)

2010 : 29 (17e)

2011 : 41 (7e)

2012 : 46 (6e)

2013 : 50 (4e)

2014 : 51 (4e)

2015 : 52 (5e)

2016 : 42 (8e)

2017 : 44 (7e)

2018 : 39 (9e)

2019 : 49 (4e)

2021 : 33 (16e)

Nanard alarmiste

20/03 15:37
Image
 

Dans le dernier numéro du magazine Ecofoot, notre inénarrable Nanard évoque à nouveau les grosses difficultés financières des clubs de L1.

"Si l’État ne nous aide pas, le football français va exploser ! La crise du Covid-19 provoque un manque à gagner de 500 M€ concernant les recettes matchday et de 400 M€ pour la vente des joueurs. Les clubs devront mettre en place des modèles de salary cap."

Makhtar défie son petit frère

20/03 14:37
Image
 

Auteur de 12 buts cette saison dont 10 en L1 belge, l'ancien attaquant stéphanois Makhtar Gueye (Ostende) s'est confié au quotidien La Dernière Heure avant d'affronter ce soir son petit frère El Arfang (Mouscron).

"J’ai manqué le match aller à cause d’une suspension. C’est la première fois de ma vie que je risque de jouer contre mon petit frère. J’évoluais déjà en D1 sénégalaise quand El Arfang est parti passé un test à l’Olympique Lyonnais. Il n’était pas encore professionnel. Le jour où il est revenu à Dakar, c’était mon tour de rejoindre la France pour passer un essai au Havre. Il m’a prévenu qu’il faisait très froid dans l’Hexagone et cela me faisait rire. Je trouvais qu’il exagérait. Je n’avais plus le même discours en posant les pieds sur le sol français. Il y avait 40 degrés de différence avec le Sénégal. Je n’avais jamais connu cette sensation ! J’ai finalement signé à Saint-Etienne.

J’ai toujours empilé les buts dès mon plus jeune âge, notamment grâce à mon jeu de tête. Oliver Bierhoff était mon idole même si je ne l’ai jamais vu jouer. On m’appelait tout le temps comme ça. La Belgique m’a rapproché d’El Arfang. J’habite à Ostende mais je viens régulièrement surveiller le petit ! Dès qu’il s’est fait expulser contre Courtrai, il m’a appelé pour savoir si le carton rouge était mérité. Il y avait rouge 1000 fois ! (rires) Mais  cela  arrive et je lui ai dit d’oublier et de se concentrer sur les prochaines échéances. El Arfang est un jeune joueur et c’est normal qu’il éprouve des difficultés. Il doit apprendre et patienter comme je l’ai fait lors de mon passage à Saint-Étienne.

Je suis quelqu’un qui ne se prend pas la tête. Quand je suis arrivé chez les Verts, ils m’ont fait jouer avec les pros. Je marque directement et, le match suivant, je ne suis plus dans le groupe. Je n’ai rien demandé et j’ai continué à travailler. Ce qui m’importait, c’était ma relation avec Jean-Louis Gasset. Il était comme un papa pour moi. Il me parlait régulièrement et c’était cela le plus important. Au Sénégal, mes parents, mon grand frère et mes deux sœurs vont regarder mon match contre El Arfang. Mon père me dit sans cesse de tirer comme s’il avait été un attaquant alors qu’il évoluait au même poste qu’El Arfang ! (rires)"

Quand le Chaudron devient une passoire (3)

20/03 09:59
Image
 

L'ASSE n'a pris qu'un point par match à domicile cette saison (15 sur 45 possibles). Les protégés de Claude Puel ont déjà pris 25 pions à la maison cette saison. On aura noté que seul le Nîmes Olympique fait pire (29 buts encaissés). Ça tombe bien, le prochain match des Verts aura lieu aux Costières ! (le dimanche 4 avril à 17h05).

Maïga fan d'Anto

20/03 08:57
Image
 

Comptant actuellement 9 points d'avance sur les Verts avant d'accueillir aujourd'hui le Stade Rennais, le milieu de terrain des Grenats Habib Maïga s'est confié à Onze Mondial. Extraits.

"C'est à l’ASSE que j'ai découvert le monde professionnel en 2017. J'ai marqué mon premier but face au FC Metz, c’est le destin (rires) ! Je me suis un peu fait chambrer en arrivant en Lorraine ! Je leur ai dit : "Vous savez, au football, il n’y a pas d'état d’âme. Si c’était mon frère en face de moi, et que je dois lui rentrer dedans pour récupérer le ballon, je le ferai ! Après, on réglera ça dans le vestiaire. Sur le terrain, pas d'état d’âme."

Avec Oscar, ça se passait super bien ! Ensuite, Jean-Louis Gasset est arrivé dans un moment où le club était en difficulté. Il devait sauver l’équipe. Dès le départ, il a été clair avec moi. Je le remercie pour sa franchise et son honnêteté. J’ai montré de bonnes choses aux entraînements, mais il était dans une situation très difficile.

J’avais besoin de temps de jeu, j’étais un jeune joueur. C’est pour cela que je suis allé en Russie. À l’époque, c’était une belle opportunité de jouer une dizaine de matchs en quelques mois. Je n’ai pas hésité et je suis parti. Je me suis dit que, quoi qu’il arrive, ça me permettrait de grandir.

Dès la 35e minute de mon premier match en Russie, j’ai connu une blessure qui m’a éloigné des terrains pendant huit mois. Avec le recul, ça m’a servi mentalement. J’ai grandi. Désormais, je vois la vie autrement. Je ne regrette pas mon choix. C’est l’expérience la plus difficile de ma carrière. J’étais loin de ma famille, dans un pays où ça ne parle pas français. Je m’en suis sorti, c’est le principal !

Est-ce que je regrette de ne pas avoir plus joué avec l’ASSE ? Je me dis que c’est le destin. J’aurais bien aimé en faire plus, mais c’est la vie, le destin en a décidé autrement. Est-ce qu'à l’époque il existait des signes avant-coureurs de la situation actuelle chez les Verts, des tensions en interne ? Pas du tout ! Vu les joueurs qu’il y avait à l’époque, on ne pouvait pas imaginer cela.

On connaît tous l’importance du coach Frédéric Antonetti avec son exigence du haut niveau. Ça nous a apporté un plus. C’est un éternel insatisfait. Tu peux gagner 5-0 le dimanche, le lundi, c’est comme si on avait perdu. Ça nous permet d’aller chercher encore plus. Il n’a pas perdu sa voix malgré les années ! Son message était simple : il faut y croire. Il était persuadé de nos qualités. Il fallait désormais les exploiter au maximum par le travail. C’est ce qu’on a fait.

Frédéric Antonetti est un super entraîneur, il savait qu’on pouvait aller plus haut. Le groupe a rapidement adhéré à son propos. C’est lui qui m'a fait venir au FC Metz. À l’époque, j’avais d’autres choix. Mais la manière dont il m’a parlé, ça m’a touché. J’avais des possibilités pour rejoindre d’autres équipes, avec des conditions financières beaucoup plus intéressantes. Mais je suis allé à Metz grâce à lui.

Ce club est parfait pour continuer d’apprendre, aller plus haut. C’était un challenge très grisant. Le club m’a pris en 2018 alors que j’étais blessé. Il me restait encore trois mois de convalescence, mais ils m’ont fait confiance. J’aime le club, je me sens super bien ici. Je veux continuer l’aventure. Jusqu’en 2024, je suis grenat !"

Monaco ne réussit pas à Puel

20/03 08:22
Image
 

Comme le souligne aujourd'hui Nice-Matin, l'AS Monaco est l'équipe contre laquelle Claude Puel affiche le pourcentage de victoires le plus faible en Ligue 1 (25%, 7 succès en 27 confontations). Depuis qu'il a été nommé entraîneur de l'ASSE en octobre 2019, l'ancien milieu de terrain monégasque a concédé pas moins de 27 défaites toutes compétitions confondues dont 20 rien qu'en championnat.

Surclassés

20/03 07:54
Image
 

Souvent pris de vitesse hier lors de son 90e match sous le maillot vert, le capitaine stéphanois Mathieu Debuchy a livré sa réaction au Progrès.

"On a été surclassés par une très belle équipe de Monaco. On a essayé de donner le maximum, de se battre mais on était limités. On a vu la différence entre une équipe à la lutte pour la Ligue des Champions et une autre qui joue le maintien. Jusqu'ici, on avait réussi à faire des résultats face aux gros de L1 mais là, on n'a pas mis les ingrédients nécessaires, techniquement et tactiquement. On est passé à côté de notre sujet, il n'y a pas beaucoup de choses à retenir. On se doit d'avancer, travailler pendant la trêve et réagir dès notre prochain match à Nîmes."

Dépassés

19/03 23:51
Image
 

Dépassés dans tous les domaines (techniquement, physiquement, tactiquement mais aussi dans l'envie après le but du break), les Verts ont été corrigés 4-0 par Monaco ce soir à Geoffroy-Guichard.

Après avoir tiré sur la barre puis sur le poteau, Jovetic a concrétisé l'écrasante domination des visiteurs en trompant Stefan Bajic à la 13e minute de jeu. Inoffensifs, les Verts ont sombré après le but du break inscrit par Tchouaméni à la 55e. Diop a tué le match dix minutes plus tard et Diatta a corsé l'addition à l'entame du dernier quart d'heure.

Pas au niveau contre Monaco

19/03 23:32
Image
 

Claude Puel a commenté au micro de Canal Plus sa 23e défaite en 50 matches de L1 à la tête des Verts.

"C’est difficile. On ne boxe pas dans la même catégorie. Cette équipe de Monaco a mis beaucoup d’intensité dans le jeu que ce soit à travers le ballon et aussi physiquement. Il y a eu beaucoup d’intensité, de pressing. On a beaucoup couru dans le vide. Sur les ballons récupérés, on n’a pas su être juste et avoir des temps de jeu donc ça a permis à cette équipe monégasque de s’exprimer.

Notre première période était intéressante mais quand même pas suffisante car on ne tient pas assez le ballon. On l’a perdu après les phases de récupération et sous pression on n’a pas su être juste. On a perdu presque de suite des ballons et on n’a pas su enchaîner. On a eu pas mal de coups francs qu’on n’a pas su exploiter réellement or ça doit faire des occasions.

On a été en manque d’intensité et de qualité technique. Il y a beaucoup de matches cette saison où on a pu ressortir frustrés ou déçus car on avait fait vraiment de belles productions. Là tout simplement la marche était trop haute. On n’était pas au niveau ce soir. Il faut passer très vite à autre chose, même si on a quinze jours qu’il faudra meubler. Le plus important sera le prochain match à Nîmes, il faudra bien se concentrer dessus."

Zaydou, c'est dur

19/03 23:02
Image
 

Zaydou Youssouf a commenté au micro de Canal Plus la déroute de son équipe contre l'AS Monaco de son grand ami Aurélien Tchouaméni.

"C’est dur, c’est dur. C’est dommage car on avait fait un bon match contre Angers, on avait été solide et on avait ramené les trois points. Ce soir on a été surclassés. Il faut retourner au travail car le maintien n’est pas encore assuré, il nous manque des points. Il faut se remettre au boulot car sinon ça risque d’être dangereux pour nous."

Krasso perd contre Concarneau

19/03 22:07
Image
 

Remis de la blessure qui lui avait fait rater un déplacement à Sète le week-end dernier, Jean-Philippe Krasso a joué l'intégralité du match perdu ce soir à domicile par Le Mans contre Concarneau. A la demi-heure de jeu, il a raté une belle occasion d'ouvrir le score.

Partager