Pédron, adroit gaucher

27/02 12:24
Image
 

Actuel recruteur du FC Lorient et ancien milieu offensif des Verts, Stéphane Pédron s'est confié au Télégramme.

"Mon idéal serait de faire une équipe composée exclusivement de gauchers ! (rires) Ce serait une équipe ultra-technique, le ballon circulerait bien.  Pour en avoir discuté avec notre gardien Fabien Audard, on sent que les gauchers ont une frappe précise, puissante, qui sort vite du pied. Je n'ai jamais marqué ni fait une passe décisive du pied droit. Les droitiers s’en sortent mieux avec leur pied gauche que nous du droit. Comme on joue uniquement avec ce pied-là depuis tout petit, le ballon reste collé, c’est pour ça qu’on a cette relation avec le ballon. Ça m’embêtait quand on m’emmenait sur mon pied droit. Aujourd’hui, les gauchers s’en sortent mieux."

Pélissier tacle la VAR en attendant les Verts

27/02 12:04
Image
 

Avant d'accueillir les Verts ce dimanche à 15h00, Christophe Pélissier a pesté hier en conférence de presse contre la VAR dont les Merlus ont été victimes il y a trois jours dans le Gard.

"À l’origine, je suis un fervent défenseur de la VAR. Mais maintenant, je ne le suis plus parce que toutes les actions ne sont pas sifflées de la même manière. Si nous ne sommes pas capables de prendre des décisions rationnelles avec la VAR, alors laissons faire les arbitres. Il y a des situations où sur une même action, un penalty sera sifflé et à un autre moment non. Si on nous annonce en début de saison que toutes les mains seront sifflées, alors j’accepte.

Mais quand ça arrive contre nous, notamment la main de Loïs Diony à Angers à la 90e minute de jeu, là on ne siffle pas. Quand la VAR est appelée, on parle d’erreur manifeste. Mais si en allant voir l’écran, l’arbitre demande aux arbitres présents dans le camion d’arbitrage s’ils sont sûrs d’eux, alors cela prouve bien que l’erreur n’est pas manifeste. Je leur en veux sur les deux minutes de délai qu’ils ont pris pour prendre une décision mercredi soir."

Anto attend le vrai Vagner (3)

27/02 11:50
Image
 

6e de L1 avec 8 points d'avance sur une ASSE actuellement 15e suite à la victoire de Nice à Rennes, Frédéric Antonetti évoque une nouvelle fois dans Le Républicain Lorrain le cas de son attaquant Vagner, titulaire mais transparent il y a trois semaines lors de son retour à Geoffroy-Guichard.

"Vagner peut jouer avec n’importe qui devant : avec un attaquant excentré ou un axial à ses côtés. Sa vraie place reste quand même celle d'excentré. Mais il n’a pas encore retrouvé toutes ses facultés athlétiques pour jouer sur le côté. Il est en bonne voie, il faut du temps… Il est actuellement entre 50 et 60 % de sa forme optimale. Après, du côté, il a toute la liberté pour rentrer vers l’intérieur.

La position où il faisait de belles choses à Nancy, c’est sur le côté gauche. C’est un garçon qui, en compétition est très généreux. C’est dommage qu’on ait vu le vrai Vagner que par intermittence. Il faut le relancer complétement. J’espère qu’on le verra d’ici la fin de saison avec toutes ses aptitudes. C’est un créatif et comme il n’a pas encore suffisamment de moyens athlétiques, il n’arrive pas encore à être totalement décisif."

Avant de défier les Girondins à Bordeaux, l'ancien attaquant capverdien s'est confié au même quotidien régional.

" On a connu un petit coup de mou à Saint-Étienne et contre Strasbourg mais ce sont des choses qui arrivent dans une saison. Peu importe que le coach veuille me faire évoluer en pointe, au milieu ou sur un côté... Je dois faire le boulot. Je tente de faire du mieux possible quoi qu’il arrive. Après, moi j’aime avoir du monde autour de moi afin de pouvoir combiner. Notre système actuel est peut-être un peu dur pour les attaquants parce qu’on se retrouve esseulé parfois.

Ça se voit que je ne suis pas encore à mon niveau. J’aimerai bien l’être, mais c’est dur. Ça demande du temps. Il faut que je garde la, tête froide et ça va venir tout seul. Il faut aussi que je m’habitue à la Ligue 1. Il faut tout faire très vite, tu n’as pas le temps de penser où alors réfléchir rapidement. La Ligue 2 est plus difficile physiquement alors qu’en Ligue 1 il est beaucoup question de vitesse et de qualité. C’est une grande différence."

Hernandez n'oublie pas son grand homme de Savoie

27/02 11:11
Image
 

Sur RCF, l'ancien défenseur stéphanois Stéphane Hernandez a rendu hommage hier à son ex-coach chambérien David Guion.

"Arriver jusqu'en quart de finale après avoir éliminé trois clubs de Ligue 1, ça reste une grande fierté pour un club amateur, pour la Savoie et pour nous-mêmes. On était un club amateur mais on avait des entraînements professionnels. On prenait plaisir à s'entraîner. Moi j'avais déjà joué à un niveau supérieur donc je connaissais. Tout le monde était content d'avoir des séances menées par un grand homme, David Guion. On arrivait à allier l'amateurisme et le professionnel, autant sur le terrain qu'en dehors. Sur le terrain on était des vrais compétiteurs. En dehors, ça sifflait, on était déjà au bar. Il y avait une grosse ambiance, une bande de copains s'est créée. Moi, dans ma carrière de joueur, j'ai deux grands souvenirs : la montée avec Saint-Etienne en Ligue 1 avec Fred Antonetti et l'épopée de Chambéry avec David Guion. Pourtant j'ai fait douze ans en pro. A n'importe quel niveau où on joue, ce qui compte, c'est le plaisir et les émotions."

Chedli retrouve Willy en Géorgie

27/02 10:21
Image
 

Faute d'avoir obtenu le poste que Roro lui aurait promis, Adel Chedli a accepté de rejoindre le staff de son ancien coéquipier stéphanois Willy Sagnol en sélection de Géorgie, comme l'a rapporté hier le site de l'Unecatef.

Puel cherche un nouveau Compan

27/02 09:54
Image
 

"Je souhaiterais qu’un entraîneur spécifique pour les attaquants rejoigne la formation. Il faut développer plusieurs gestuelles, apprendre le sang froid pour finir une action. C’est ce qu’on fait en pro alors que pour moi, ce doit être fait bien avant" avait déclaré Claude Puel il y a un mois et demi dans un entretien accordé au Progrès.

L'entraîneur des Verts en a remis une couche hier en conférence de presse.

"Nous sommes à la recherche d’un entraîneur, à la formation, disponible pour développer nos joueurs offensifs, les faire travailler, les corriger. Répéter des gestes, l’enroulé pied droit, pied gauche, savoir réaliser un piqué, des feintes de frappe... Si le joueur n’a pas ces gestes en sa possession, il va les acquérir. Nous cherchons quelqu’un qui fera du spécifique sur nos joueurs offensifs, avec l’analyse des matchs de la réserve, U19 et U17. Cela aurait dû être fait avant, mieux vaut tard que jamais."

On lui rappellera que cela a déjà était fait avant. A la demande de Dominique Rocheteau, Lilian Compan avait en effet entraîné les jeunes attaquants de l'ASSE.

Entraînant actuellement le Hyères FC (N2), ce dernier a depuis peu comme directeur sportif un certain Nicolas Anelka, qui a entraîné les attaquants du centre de formation du LOSC.

Kader Ferhaoui a pendant plusieurs années entraîné les jeunes talents offensifs pailladins, rôle désormais occupé par John Utaka. L'ancien lofteur stéphanois Boubacar Sanogo entraîne depuis octobre 2019 les attaquants du centre de formation de l'Union Berlin, ex-club de Neven Subotic. 

Laurent Roussey, nous avait dit en mai 2015 qu'il était prêt à revenir à l'ASSE pour entraîner les attaquants à l'époque ou Galette envisageait un renfort dans ce secteur.

"Je pense que Christophe Galtier a raison de chercher un spécialiste du poste d'attaquant. Je ne peux que le conforter dans cette idée car aujourd’hui je pense que c’est quelque chose qui manque au club, pas seulement aux pros. Je suis allé voir jouer les U17, les U19, la CFA et je pense qu’il y a matière à faire progresser beaucoup de garçons dans ce domaine-là. Je crois qu’il est presque indispensable qu’il y ait un préparateur spécifique attaquant, pour la formation et pour les pros. Je sais que ça se fait à Lyon et dans d'autres clubs.

Le fait qu'il n'y en ait pas aussi bien dans l'équipe fanion que dans les équipes de jeunes, c’est un manque. Sans mettre la carrière des uns et des autres en avant, quand tu as été milieu de terrain ou défenseur, tu n’as pas forcément l’aptitude pour orienter tes attaquants dans leur positionnement, leurs déplacements, leurs replacements… Il manque à l’ASSE quelqu’un qui a cette vocation offensive (...) J’ai été adjoint de Claude Puel à Lille. Le rôle d’un préparateur spécifique attaquant c’est de passer des heures avec les différentes catégories à exprimer ce que tu ressens dans ta relation avec l’attaquant."

Loïc a dû forcer sa nature

27/02 08:47
Image

Capitaine des Verts pendant 13 ans (de 2007 à 2020), Loïc Perrin s'est confié à la Pravda.

"Mon premier brassard, c'était sous Laurent Roussey. J'avais 22 ans, je revenais des croisés et c'est arrivé à ma plus grande surprise. Je ne m'y attendais pas du tout. Il m'avait prévenu : si Zoumana Camara partait, il me confiait le brassard pour la saison. Ce qui a été le cas, Papus est parti au PSG. Jusque-là, j'étais vice-capitaine et je dépannais. L'idée, osée à l'époque, était de me donner plus d'importance dans le groupe, que je me lâche. La suite lui a plutôt donné raison.

La majorité des coaches de l'élite accorde sa confiance à un défenseur central ? Tu as l'avantage de jouer à un poste reculé, qui permet de bien voir tous tes coéquipiers et de donner des consignes de placement. Il y a plein de styles de capitaineDe toute manière, il y a plusieurs capitaines au sein d'une équipe, même si un seul a le brassard autour du bras.

Il faut cet ensemble, ces différents points de vue. À mes débuts, par exemple, Jérémie Janot, Christophe Landrin et Geoffrey Dernis m'ont épaulé. Au quotidien, l'idée est d'être le relais du staff : sur la confiance, le plaisir, les efforts... C'est aussi faire remonter certaines infos ressenties par le groupe, comme une lassitude. J'ai dû forcer un peu ma nature  pour ce rôle de capitaine qui ne m'a jamais obsédé."

Un monument rend Lorient méfiant

26/02 20:05
Image
 

Comme le rapporte Ouest-France, l'entraîneur lorientais Christophe Pélissier a évoqué la réception des Verts aujourd'hui en conférence de presse.

"Le déplacement à Nîmes était un match bonus pour nous. Contrairement à ce que j’ai pu entendre, il ne s’agissait pas d’une finale. Il y a encore 36 points en jeu. La lutte va être serrée entre quatre équipes. Des équipes situées au-dessus de nous peuvent également être concernées par cette lutte à un moment donné.

Souvent lorsqu’une équipe réalise une bonne série, il y a un petit creux qui suit. On est peut-être en train de connaître le nôtre. Il est possible qu’il arrive plus tard dans d’autres équipes. En attendant, Il faut que l’on soit sûr de nos forces. Il faut retrouver le niveau affiché dernièrement. On en a les capacités et les qualités.

Saint-Etienne ne doit pas être à cette 14e place au classement. Tout comme Nantes, c’est un monument du foot français, et c’est dommageable de les voir où ils sont. Mais, on devra rester méfiant. Saint-Etienne prend son envol depuis quelques matches, notamment grâce aux retours de joueurs blessés. C’est une belle équipe compétitive que l’on va rencontrer."

L'Italie, l'Argentine, les Fidji et l'Australie à GG

26/02 14:51

Choisi pour accueillir des matchs de la Coupe du Monde de rugby 2023, Geoffroy-Guichard en sait un peu plus sur les équipes qui vont malmener sa pelouse dans en septembre 2023 :

Le 9 septembre, l'Italie affrontera une équipe africaine, vainqueur de la Rugby Africa Cup 2021

Le 17 septembre, l'Australie défiera les Fidji

Le 22 septembre, l'Argentine sera confrontée à une équipe de la zone Océanie (Tonga ou Samoa)

Le 1er octobre, l'Australie affrontera l'équipe vainqueur du Tournoi final entre les équipes non encore qualifiées.

Quand Stéphane était stéphanois

26/02 14:32

Membre de la cellule de recrutement du FC Lorient, Stéphane Pédron a défendu le maillot vert entre 1999 et 2001. Pour le site officiel lorientais, il se souvient de son passage à Sainté :

"La majorité des gens sait que Saint-Etienne est un club que j’affectionne tout particulièrement depuis mes 5-6 ans, lors des années 1975-1976 quand les Verts flambaient. Quand je suis arrivé là-bas, j’étais très impressionné de découvrir ce club mythique, ce stade. J’avais été très bien accueilli par Patrick Revelli, figure emblématique du club pour les gens de ma génération. Ce sont de bons souvenirs.

Je n’ai pas fait de centre de formation. A 20 ans, je travaillais et je jouais au niveau amateur. Si on m’avait dit à ce moment-là que j’allais devenir footballeur professionnel, je ne l’aurais pas cru mais en plus à Saint-Etienne…Vis-à-vis de mon passé et de ma jeunesse, c’était très beau.

J’avais signé quatre ans et j’espérais vraiment y rester le plus longtemps possible. Malheureusement, il y a l’affaire des faux passeports. On était dans le milieu de tableau à la mi-saison et on nous a ôtés entre sept et dix points. On s’est retrouvé très proches des relégables et on n’a pas réussi à se maintenir. C’était difficile de combler l’écart.

Mes meilleurs souvenirs ? A Saint-Etienne, j’en ai eu plein. C’était mon premier match à Monaco. La première fois que l’on m’a donné ce maillot vert et que je l’ai enfilé pour le lancement de la saison de Ligue 1 est un grand moment. Et en plus je marque un joli but à Louis II…

Ensuite, j’ai eu la chance de marquer dans les deux derbies à Geoffroy Guichard. La première année on fait match nul face à Lyon et je réponds à Sonny Anderson. Quand tu marques dans un derby, pour l’acclimation, il n’y a rien de mieux. Les gens s’en rappellent encore, c’est impressionnant, alors que ça fait vingt ans.

Je regarde les résultats des Verts. Je suis triste quand ça ne va pas, heureux pour eux quand ça tourne. Mais cette année, en l’occurrence, Saint-Etienne peut être un concurrent direct, je suis bien évidemment Lorientais cette année. J’aimerais bien sûr que les deux clubs se maintiennent.

Avec Fabien Lemoine, quand il est arrivé, on a tout de suite parlé de Saint-Etienne. Je me souviens aussi avoir eu une discussion avec Kevin Monnet-Paquet avant qu’il parte là-bas. Ça me fait toujours plaisir de voir des joueurs stéphanois nous rejoindre ou faire le chemin inverse. Ils ont souvent peur d’arriver dans une ville pas très jolie mais je suis un fervent supporter de cette ville."

Un coup au Morel (2)

26/02 13:09
Image
 

Comme le souligne Ouest-France, sept joueurs lorientais sont indisponibles pour la réception de l'ASSE programmée ce dimanche à 15h00.

"Christophe Pelissier devra se passer de plusieurs éléments dans le secteur défensif. En plus des absents de longue date (Saunier, Fontaine, Ilori), Jérémy Morel, victime d’une déchirure du psoas, sera éloigné des terrains au moins un mois. Jonathan Delaplace (quadriceps) est également forfait, tout comme Loris Mouyokolo (entorse de la cheville). « Il y a de gros pépins. Le secteur défensif est durement touché », souffle l’entraîneur du FCL. Enfin, l’ailier Stéphane Diarra s’est une nouvelle fois blessé au genou hier à l’entraînement. Il ne sera pas non plus de la partie face aux Verts."

Plus frais et nettement moins impacté par les blessures, Sainté est dans les meilleures conditions pour repartir du Moustoir avec une victoire !

KTC est passé

26/02 12:58

Titulaire en défense centrale avec le Dinamo Zagreb, Kévin Théophile-Catherine a sorti hier soir le Krasnodar de Rémy Cabella.
Nos deux ex ont joué l'intégralité du match remporté par Zagreb 1-0 après la victoire 3-2 obtenue en Russie.
En huitième de finale, KTC affrontera Tottenham. Pierre-Emerick Aubameyang (Arsenal) défiera Yann M'Vila (Olympiakos). Jordan Veretout (Roma) jouera quant à lui contre le Shakhtar Donestk

Khazri n'est pas remis

26/02 12:26
Image
 

En conférence de presse, Claude Puel a annoncé ce midi que Wahbi Khazri sera absent dimanche après-midi à Lorient à l'instar d'Yvann Maçon et Romain Hamouma. Si l'IRM passée par le numéro 10 des Verts n'a rien révélé, il ressent encore des douleurs à la cuisse aux dires de son entraîneur.

L'éloge de la défaite

26/02 08:09
Image
 

Virginie Phulpin a évoqué les Verts en faisant l'éloge de la défaite ce matin sur Europe 1.

"Est-ce qu’on aurait autant apprécié la coupe du monde 2018 s’il n’y avait pas eu Knysna en 2010 ? Le trophée de 1998 aurait-il eu la même saveur si les Bleus n’avaient pas vécu le traumatisme de France Bulgarie en 1993 ? Ce sont les défaites les plus cuisantes qui obligent les équipes à se réinventer, et qui donnent toute leur valeur aux victoires.

Je me suis entretenue hier avec Laurent-David Samama, auteur d’un essai qui s’appelle "Eloge de la défaite", et j’ai été vaincue. Obligée de reconnaître ce que nous apportent les revers. Ça n’est pas simple, de reconnaître une défaite, n’est-ce pas ?  Aujourd’hui on vit dans la culture de l’instant. Je poste sur Instagram et je veux des likes, tout de suite. Et jamais je ne me montre sous mon mauvais jour. Et ça se ressent dans le sport. On ne veut voir Kylian Mbappé que comme le héros de Barcelone la semaine dernière. Pas l’ombre de lui-même quelques jours plus tard contre Monaco. On n’accepte que le meilleur, mais ça enlève la magie du sport.

La culture de l’immédiateté, ce sont aussi les propriétaires du Paris Saint-Germain qui ont investi beaucoup d’argent, et qui attendent un retour sur investissement. Ils n’ont pas envie de perdre du temps et des matches. Mais franchement, si le PSG remporte un jour la Ligue des champions, ne croyez-vous pas que ce sera encore plus savoureux parce que les Parisiens ont connu les affres de la remontada de Barcelone en 2017 ? Accepter la défaite, la digérer, se reconstruire, et les exploits deviennent moins cliniques, plus romantiques. C’est comme ça que naissent les légendes. 

Ils sont loin ces moments où le coeur de la France battait avec celui de Poulidor, le perdant magnifique. Loin aussi le temps où les Verts de Saint-Etienne défilaient sur les Champs-Elysées après une défaite en coupe d’Europe. Et pourtant, 45 ans après, on se souvient de ces foutus poteaux carrés.

Les défaites racontent une histoire. Elles marquent une vie, de sportif ou de supporter. Les victoires sont fugaces. Les sportifs les vivent en apesanteur, puis ils reviennent sur terre. Alors que les défaites les obligent à tout remettre en question. Elles laissent des traces indélébiles. Et je trouve ça plus intéressant de voir le chemin que prennent les sportifs pour évacuer la frustration que d’analyser les statistiques, et de glorifier l’exploit individuel à tout prix même dans un sport collectif.

Ça ne veut pas dire renier la culture de la gagne. Laurent-David Samama cite Michael Jordan dans son essai. "Tout au long de ma vie, j’ai échoué encore et encore. C’est la raison pour laquelle j’ai finalement réussi." Je nous souhaite à tous de perdre autant que Michael Jordan."

Viva Marina ! (8)

26/02 07:47
Image
 

Fan des Verts, Marina Lorenzo revient sur son expérience à Telefoot dans la dernière édition du Progrès. Extraits.

"J'en retiens beaucoup de positif. Créer une chaîne, diffuser autant de matchs par semaine, autant de directs, d’émissions... Faire ça en si peu de temps a été une prouesse incroyable. C’est une grande fierté d’y avoir participé même si ça se termine mal et que c’est un gros gâchis. Les gens avaient envie de bosser tous ensemble et envie de mettre en valeur le foot avant tout. Tous, à notre niveau, on a contribué à ça : donner la parole un maximum.

Ce n’est pas toujours ce qu’on voit. On est dans des formats télé stéréotypés, avec des interviews d’un temps limité car on part du principe que, sinon, le téléspectateur s’ennuie. Ce qu’on a fait était hyper agréable : laisser le temps aux gens de donner leur point de vue, et laisser la place au jeu, au foot, et à l’humain. Ça correspond à ma vision du foot et de mon travail. Les consultants, néo-retraités, ont été une grande découverte. Ils ont apporté un vent de fraîcheur."

La journaliste stéphanoise s'interroge sur la suite à donner à sa carrière dans Ouest-France :

"Il y a un sentiment de gâchis, mais je me dis que ce sera peut-être un mal pour un bien. Cela fait des années que tout le monde sent que le foot tourne mal. La bulle n’a jamais cessé de gonfler et elle claque aujourd’hui. Il est temps de retrouver la raison. Espérons que l’histoire de Mediapro aura le mérite de pousser chaque acteur à réfléchir de manière sereine et intelligente sur la réelle valeur du foot français, qui a besoin de se réformer en profondeur.

Ai-je envie d’être dépendante de ces droits volatils, qui partent d’une chaîne à une autre ? Je ne suis pas sûr de vouloir continuer à faire partie de ce système. Je suis dans un gros questionnement, éthique, personnel, professionnel. Je suis aussi une passionnée de foot. J’ai envie qu’il redevienne ce qu’il était avant, quand les gens supportaient leur club sans arrière-pensée, sans toute la partie business qui a pris le pas et finit par dégoûter tout le monde."

Bryan Djile éliminé

26/02 07:30
Image
 

Aux tirs au but, le Ghana a éliminé hier le Cameroun de la Coupe du Monde U20. Titulaire lors des deux premiers matches de poule des Lionceaux indomptables remportés contre la Mauritanie et l'Ouganda, le latéral stéphanois Bryan Djile a suivi la qualification des Black Stars sur le banc.

Dieu est ouvert... et prêt à redevenir tout vert ?

25/02 22:27
Image
 

"Je garde de bons souvenirs de mon passage à Téléfoot. Je faisais des rencontres, je suivais des matchs. C’était une super transition pour moi. La vie est faite d’opportunités, s’il y en a une autre à la télé, je l’étudierai. Je suis ouvert à tout" déclare Loïc Perrin dans Le Progrès. "Sans oublier qu’il y a toujours cette possibilité de reconversion à l’ASSE. C’était prévu. On l’a un peu laissée en suspens, mais elle est toujours d’actualité. On doit se revoir incessamment sous peu. On verra si on trouve un accord."

PEA élimine Benfica

25/02 22:06
Image
 

Arsenal a éliminé Benfica de l'Europa League ce jeudi grâce à un doublé victorieux (3-2) de Pierre-Emerick Aubameyang contre Benfica. 

Sainté vise un nouveau Mohamed ?

25/02 21:46
Image
 

Après avoir longtemps mais vainement courtisé l'avant-centre égyptien Mostafa Mahamed (qui a marqué 4 buts en 5 matches joués avec Galatasaray), l'ASSE a selon Africa Foot United fait une offre pour recruter l'attaquant Mohamed Bouchir Belloumi. Evoluant au MC Oran, ce talentueux gaucher de 18 ans a marqué il y a deux semaines un but somptueux lors de la 6e journée de D1 algérienne sous les yeux de son père Lakhdar, sacré ballon d'or en 1981.

Deux mois plus tôt, il s'était illustré en scorant contre la Tunisie avec la sélection algérienne U20.

Papy prêt à défier Sainté

25/02 20:03
Image
 

Titulaire mais battu au match aller, Fabien Lemoine espère rejouer contre les Verts ce dimanche mais cette fois l'emporter, comme il l'a confié ce soir à France Bleu.

"Nous, le maintien est notre objectif de base, contrairement à Sainté. Malgré son très bon début de saison, Sainté s’est assez rapidement mis dans un mode où il allait devoir batailler. Certains nous ont un peu vite enterré mais on est revenu dans la course, à nous d’y rester le plus longtemps possible et de gagner notre mini-championnat. Je pense qu’aujourd’hui Sainté a compris qu’il n’allait pas jouer les cinq premières places. Peut-être qu’ils terminer plus haut qu’ils ne le sont actuellement dans le championnat mais leur objectif premier est devenu le maintien.

Je n’ai pas joué à Nîmes, j’espère que le coach m’a préservé pour jouer contre Saint-Etienne. Il y a pas mal de rotations, de turn-over pour apporter de la fraîcheur à chaque match. A un moment donné, je jouais tous les matches en 4-3-3. Je me sens très bien dans le 4-3-3 car c’est un système que j’affectionne, que j’ai connu à Sainté avec le coach Galtier dans un rôle un peu plus haut. Depuis Paris, on a changé avec ce 5-4-1 qui nous apporté peut-être contres ces grosses équipes un peu plus de consistance et de densité défensive. Ça a porté ses fruits parce qu’on a eu des résultats. Je ne sais pas ce qu’il en sera dimanche.

Je ne pense pas que ce soit un désavantage d’arriver avec plus de matches dans les jambes avant de recevoir Sainté. Parfois, ça fait du bien d’enchaîner, d’avoir du rythme. Personnellement j’aie bien quand on joue trois fois en une semaine. Les entraînements sont moins intenses, sont différents. J’apprécie le fait d’enchaîner car on est toujours sur le qui-vive, concentrés. Il n’y a pas de temps mort. C’est plaisant et je considère que ce n’est pas un désavantage par rapport à Sainté qui a eu une semaine supplémentaire de préparation. Pour nous, il faudra être prêt dimanche à 15h00 pour faire un gros match et pour l’emporter."

Ça pèche dans les buts des Merlus

25/02 16:44
Image
 
Ils ne sont pas frais les Merlus !

"Les Lorientais ont vécu une soirée extrêmement compliquée ce mercredi. Battu par un concurrent direct sur un penalty en toute fin de match, le FCL a réalisé une bien mauvaise opération dans la lutte pour le maintien. La frustration s’est même poursuivie après la rencontre. Les Morbihannais n’ont pas pu décoller hier soir en raison du brouillard dans le Gard" selon Ouest-France. "Christophe Pelissier et ses hommes ont donc passé la nuit à Nîmes et devaient rentrer ce midi à Lorient. L’entraînement du jour, prévu initialement à 11 h, a finalement été décalé à 16 h, à huis clos."

Le quotidien régional pointe également les difficutés des gardiens lorientais avant le match qui opposera Fabien Lemoine à son ancien club ce dimanche.

"Si Matthieu Dreyer n’est pas l’unique responsable de cette défaite à Nîmes, son erreur met néanmoins en lumière une faiblesse récurrente cette saison : les Merlus ne s’appuient pas sur des portiers souverains. Paul Nardi, fautif contre l'OM et Monaco et à l’arrêt depuis un mois et demi, éprouve bien des difficultés à s’acclimater à l’élite cette saison. Sorti du onze lorientais avant la rencontre à Bordeaux début janvier, puis frappé par le Covid-19, dont il se remet petit à petit, il pourrait vite retrouver sa place de numéro 1.

En attendant, la doublure de 31 ans assure l’intérim depuis huit matches, alternant le plutôt bon (PSG, Rennes, Reims) et le moins bon (Dijon, Lille, Nîmes). Depuis hier soir, le bilan a basculé dans le négatif, comme l’était celui de Paul Nardi avant lui. Quel choix fera Pelissier pour la rencontre face à Saint-Etienne et pour la suite ? Une chose est sûre, le maintien passera par un portier fort et au moins l’un des deux devra vite hausser son niveau, sous peine, pour le club, de vivre une grosse désillusion à la fin de la saison."

Sainté en pince pour Oumar ?

25/02 16:04
Image
 

"Auteur d’une belle prestation avec la Mauritanie en Coupe d’Afrique des Nations des moins de 20 ans, le jeune milieu de terrain de l’ASAC Concorde Oumar M'Bareck (18 ans) est dans le viseur de l’AS Saint-Etienne" rapporte aujourd'hui le site Africa Foot United. "Des sources bien renseignées indiquent que les Verts seraient entrés en contact avec le club mauritanien pour le transfert du joueur."

Coup de Friio à l'OM

25/02 08:06
Image
 

Comme l'atteste cet extrait d'un article paru aujourd'hui dans La Provence, l'ASSE n'est pas le seul club à licencier des salariés pour faute grave.

"Recruteur-superviseur à l'OM depuis neuf ans, Michel Flos vient d’être licencié pour faute grave. "Il était devenu incompétent depuis quatre mois, avec des actes d’insubordination répétés, explique son avocat, Me Didier Lacombe. Il n’aurait pas dit bonjour à David Friio [responsable de la cellule de recrutement de l'OM depuis septembre dernier, ndp2]. Vu son passé, c’est injurieux de le traiter ainsi. S’il y en a bien un qui respecte l’institution OM, c’est lui. Il a connu toutes les directions des dernières années et jamais il ne lui a été adressé le moindre reproche." Michel Flos conteste ce licenciement et le conseil des prud’hommes de Marseille a d’ores et déjà été saisi."

Pour rappel, David Friio a mis l'ASSE aux prud'hommes après trois ans passés à la cellule de recrutement des Verts. Quant à Didier Lacombe, c'est un autre ancien de la maison verte. Ex-directeur juridique de l'ASSE (de juillet 1998 à février 2011), il avait été condamné en octobre 2014 par le tribunal correctionnel de Lyon pour avoir piraté en 2011 les boites mails de plusieurs responsables du club (dont Nanard, Roro et Galette).

Pélissier frustré

25/02 01:06
Image
 

Battu à Nîmes sur un penalty discutable concédé à la 87e minute, le FC Lorient est à nouveau dans la zone rouge avant d'accueillir les Verts ce dimanche lors de la 27e journée. Christophe Pélissier évoque cette rencontre dans la dernière édition du Télégramme.

"S’il y avait une équipe qui devait gagner aux Costières, c’est bien nous. Il y a beaucoup de frustration. La réussite nous a quittés. J’avais dit aux joueurs qu’il fallait être vigilant, car c’était un match fermé. Il y a des choses qui m’interpellent sur l’interprétation de la VAR. Elle n’est d’ailleurs jamais trop de notre côté. Il faut avancer, il reste douze matchs. Il va falloir vite rebondir. On n’est pas du tout décroché, loin de là. On va essayer de prendre des points contre Saint-Etienne, que je ne considère pas comme un concurrent direct."

Selon Fabien Torre, l'ASSE (30 points) a en effet 95% de chance de ne pas finir dans les trois derniers (1% d'être relégable et 4% d'être barragiste) contre 38% pour le FC Lorient (23 points), désormais avant-dernier (1 point derrière les Crocodiles et devancé par les Canaris à la différence de buts).

 

Puel nourrit les jeunes

25/02 00:13
Image
 

Dans la dernière édition du Progrès, Claude Puel explique une nouvelle fois son travail avec les jeunes.

"Avant de les faire progresser, l’objectif est de voir où ils en sont au niveau de la mentalité : s’ils sont de bons professionnels, s’il y a une remise en question, une écoute… C’est important de travailler le professionnalisme, les horaires, l’entraînement invisible, la préparation, la régularité des entraînements. Quand on met un jeune sur le terrain, c’est un coup oui, un coup non. Ça peut coûter des buts, ça peut être très performant avec la fraîcheur et un autre coup être insuffisant. Mais il ne faut pas perdre de vue où ils en sont, toujours avec des corrections, du travail vidéo, des séquences individuelles. Il faut les nourrir et leur donner un vécu pour qu’ils progressent."

Le rêve américain de Jessy Moulin

24/02 19:49
Image
 

Jessy Moulin s'est confié à France Bleu ce mercredi. Extraits.

"Est-ce que je joue l'esprit plus libre depuis le départ de Stéphane Ruffier ? Oui et non. Je savais que j’allais être comparé, c’est normal. Je pense qu’on m’a un peu fait le procès de Stéphane Ruffier alors que moi j’ai juste continué à travailler. Moais je vois plus le fait d’une coïncidence. Le fait de faire des clean sheets, c’est plus dû à l’équipe et au chemin qu’on est en train de prendre en ce début d’année. On a pris un peu d’air au niveau points.

Bien évidemment il y a de la sérénité quand on fait une bonne série mais on n’est jamais à l’abri d’un coup de pied arrêté comme contre Reims ou d’une contre-attaque. Il ne faut pas se relâcher. Plus ça va aller, plus les points vont être précieux. Les équipes vont s’arracher, jouer leur va-tout. La MLS, ça me fait rêver. C’est le rêve américain. Ça commence à être un championnat incroyable. Ça reste un rêve, Saint-Etienne c’est quand même ma ville et mes couleurs."

Moins la bamboche pour Josh

24/02 15:15

Ce week end, Josuha Guilavogui a joué le dernier quart d’heure de la nouvelle victoire de Wolfsbourg, 3-0 à Bielfeld. Si Wolfsbourg réalise une superbe saison, avec une 3ème place synonyme de Ligue des Champions, la situation de son capitaine est plus mitigée.
Ainsi, après sa blessure de l’automne, le Guil a perdu sa place de titulaire, et s’il a joué 13 matchs cette saison, il n’en a entamé que 6 dont un seul en 2021 (le 16 janvier pour le nul contre Leipzig, 2-2).
Pour le chouchou du public, qui joue sa 7ème saison en Basse Saxe, cette situation interpelle au point que son coach, Glasner, a dû s’expliquer la semaine dernière : "Josh va très bien et je suis heureux d’avoir un tel capitaine. Il y a des joueurs qui ont déjà bien joué pour nous mais qui sont sur le banc en ce moment. J'ai également parlé ouvertement avec Josh. Il est important d'être honnête les uns avec les autres. C'est super sa présence sur le banc et dans le vestiaire. Je suis content d'avoir un tel capitaine. Il est et restera notre capitaine et il est très important."

Qui perd en cassation doit verser la commision

24/02 13:02
Image
 

L'ASSE avait refusé de verser une commision à un agent dans le cadre du transfert d'Aubame à Dortmund en prétextant que le mandat avait été donné par un mail et non par écrit. Comme le rapporte aujourd'hui Eurojuris, la Cour de Cassation a condamné le club à verser l'argent dans un arrêt du 7 octobre 2020 qui a mis fin à un long combat judiciaire.

Mège tacle les Aiglons

24/02 08:27
Image
 

Ancien milieu de terrain des Verts et des Aiglons, Fabrice Mège commente dans Nice-Matin la mauvaise situation du Gym, classé actuellement 16e avec un point de moins que Sainté et six de plus que le barragiste lorientais qui joue ce soir à Nîmes.

"On a déjà vu des belles équipes avec de grosses ambitions descendre. Alors, pourquoi pas Nice ? Quand la menace plane et que tu perds à la maison contre Metz, c'est qu'il y a un souci. Moi, quand je regarde Nice, je ne vois pas une équipe. Je vois des mecs posés les uns à côté des autres. Je sens ni solidarité, ni force collective. Comme si la mayonnaise n'avait jamais pris.

A qui la faute ? D'abord au recrutement. Un exemple : tu as Dolberg, tu prends Gouiri. Ce sont les mêmes. Quand ils sont là tous les deux, Gouiri passe sur le côté. Ce n'est pas son poste. Lui aussi est un axial. Aujourd'hui le club a les moyens et il est moins efficace qu'à l'époque du système D. Nice a grandi mais Nice a le vertige.

Il fallait laisser Patrick Vieira finir la saison. Maintenant Ursea doit s'appuyer sur une équipe type, sur un système solide et immuable jusqu'à la fin. Ce n'est plus le moment de faire des essais ou de lancer des joueurs."

Des Crocodiles (Robert) malmenés à domicile

24/02 07:40
Image
 

Ancien attaquant des Crocodiles et des Merlus qui s'affrontent ce mercredi à 19h00 aux Costières, Robert Malm s'est confié à Ouest-France.

"Nîmes possède l’un des cinq meilleurs publics de France. On pense spontanément à Lens, Saint-Etienne, Marseille ou Strasbourg, mais les Costières ont quelque chose de vraiment particulier, un peu comme Furiani ou Francis-Le Blé, où toute la foule participe bruyamment. Cela donne un côté petite cocotte-minute qui peut vraiment influer sur le scénario d’un match, voire les décisions arbitrales.  

Dans la ville, il y a les férias, les arènes et le stade des Costières, où il y a clairement un côté corrida. C’est le même public, chaud, passionné. On va aux arènes, puis on va au stade. Comme face au taureau, les olé retentissent rapidement. Il y a un côté guet-apens, même si c’était encore plus vrai à Jean-Bouin, l’ancienne enceinte. Quand les Costières sont pleines à craquer, tu sens la pression, tout se passe à 200 %."

Alors que le Nîmes Olympique avait le meilleur ratio de points pris à domicile la saison dernière (74%, 20 points sur 27), le club gardois n'a engrangé que 7 points à la maison cette saison. Pour rappel, les Verts se rendront aux Costières à Pâques lors de la 31e journée.

Partager