Fofana sûr de son choix

18/10 20:20

Image
 

Wesley Fofana s'est confié ce soir au Canal Football Club.

"Je suis très heureux et fier de porter le maillot de Leicester, c'est là où je voulais être. Ils m'ont montré qu'ils ont tout fait pour que je vienne. Vraiment tout fait ! Ils sont montés dans des sommes qui n'étaient pas prévues. A deux ou trois jours de la fin du mercato, ils auraient pu recruter quelqu'un d'autre, mais ils ne l'ont pas fait car ils ont tout fait pour me recruter. Je suis sûr de mon choix.

40M€ pour un joueur de 19 ans titulaire seulement 17 fois en Ligue 1, c'est vrai que c'est incroyable. C'était aussi l'accord entre le club et moi. Si je pars, c'est pour qu'il touche une bonne somme d'argent. Cela a été le cas, tout le monde est content. Tout petit, je n'ai jamais été parmi les meilleurs, je n'étais pas sur le devant de la scène. Mais ce qui a fait ma force, c'est mon mental de guerrier. Je suis un "chien".

Claude Puel dit que je peux devenir l'un des meilleurs défenseurs du monde. Il me l'avait déjà dit en face à face. C'est très flatteur et je ferai tout pour. Il m'a dit qu'il était hors de question que je parte de Saint-Etienne, qu'il était prêt à mettre sa place en jeu. C'était très dur qu'il ne comprenne pas mon envie de partir. Au final ça s'est bien terminé, je suis très heureux.

Personne ne pouvait me garantir que l'année prochaine j'aurais eu la même offre voire peut-être mieux. Cela, on ne peut pas le savoir. Pour ma mère, c'est moi l'homme, je m'en occupe. J'ai dit à ma mère et mes petites soeurs. Je leur ai dit : "Ne vous inquiétez plus." Il y a eu des moments très difficiles quand j'était petit. Moi ce que j'ai connu, je ne veux pas que mes soeurs le connaissent. J'ai réussi à réaliser l'un de nos rêves les plus fous. J'y suis arrivé, maintenant je veux aller encore plus haut.

Des supporters stéphanois m'ont reproché de ne pas respecter le club, de ne penser qu'à l'argent... C'est parti dans tous les sens ! Ils me reprochaient beaucoup de choses. Ma famille, mes amis, mon agent ont tous fait un mur autour de moi pour que le moins de choses ne m'atteignent. On ne peut pas me dire que je manque de respect à Saint-Etienne. J'ai toujours tout fait pour le club. J'ai fait les efforts que le club m'a demandé de faire pour prolonger, pour jouer avec des douleurs, pour tout ! Je me suis toujours mouillé pour le maillot. Je ne leur en veux pas, c'est comme ça, c'est rien de méchant.

Un club qui me fait rêver ? Quand j'étais jeune c'était l'OM. Après ça a été l'ASSE parce que j'ai tout vécu là-bas. Mon rêve maintenant c'est de taper le plus grand, le plus haut possible. Quand j'ai joué au Vélodrome, ça a été quelque chose d'incroyable. Jouer devant ma famille, dans ma ville. Cela restera toujours un rêve de jouer à l'Olympique de Marseille. Pourquoi pas un jour ? On ne sait jamais..."

Sainté déçoit face aux Niçois

18/10 19:00
Image
 

Plombés par une très mauvaise première période marquée par deux cadeaux faits aux Aiglons, les Verts se sont inclinés (1-3) en début de soirée à Geoffroy-Guichard.

Pierre-Lees Melou a profité d'un ballon mal boxé par Jessy Moulin pour ouvrir le score dès la 8e minute de jeu.

 

Sur un cadeau de Saidou Sow, l'ancien vilain Amine Gouiri a inscrit le but du break à la demi-heure de jeu.

 

Suite à une mauvaise relance de Walter Benitez, Adil Aouchiche a réduit le score à la 57e minute sur un centre parfait de Romain Hamouma, qui aurait pu bénéficier d'un peno à la 66e si la VAR avait fait son travail.

 

 

Dans le temps additionnel, l'ancien banlieusard Myziane Maolida a tué le match.

 

U19 : les Verts collés à Colomiers.

18/10 17:10

Les U19 ne sont lourdement inclinés 4-0 en fin de matinée face à Colomiers.

Pris très vite en défaut car trop passifs sur un centre (1-0, 3e), les Verts ont concédé un deuxième but sur une relance latérale interceptée (2-0, 18e). 

Sur un ballon en profondeur, un attaquant columérin libre de marquage a tué le match en lobant Lenny Montfort (3-0, 60e). Dans le temps additionnel, alors que les Stéphanois s'étaient arrêtés de jouer pensant à une main, un attaquant est parti seul au but permettant aux Haut-Garonnais d'inscrire un quatrième but (4-0, 91e).

 

La composition : Montfort - Haon, Bakayoko, Bendriss, Djile - Ouroui (Monteiro, 60e), Morel, Mouton (Fetheddine, 70e), N'Joya - Mukanya (Mfukumoko, 46e), Lhery.

 

La réaction de Jean-Luc Dogon :"Cela ne s'est pas bien passé pour plusieurs raisons. On prend un but dès la troisième minute puis un deuxième rapidement, par défaut de concentration. On avait pourtant mis l'accent sur le début de match car ce n'est pas la première fois que cela nous arrive. Malgré cela, on a eu une certaine maîtrise collective mais sans réussir à toucher nos attaquants. Une maîtrise stérile donc. On a rechuté après une belle série. On va travailler pour repartir sur une dynamique de progression."

Les Vertes seules en tête !

18/10 16:58
Image
 

Les Amazones continuent de se balader dans leur groupe de D2. Grâce un quadruplé de Laury Jésus et un pion de Cindy Caputo, les protégées de Jérôme Bonnet ont écrasé Montauban 5-0 cet après-midi en Tarn-et-Garonne.

Fortes de ce sixième succès en autant de journées disputées, les Vertes sont désormais seules en tête. Les Ruthénoises, qui les devançaient à la différence de buts, ont en effet perdu à Yzeure, dont le terrain était cette fois praticable...

Vitesse gagne, Tannane craque

18/10 16:36

L'ancien flop stéphanois, Oussama Tannane, s'est (encore) fait remarquer cet après-midi sur la pelouse de La Haye. Si son club, Vitesse Arnhem, s'est imposé 2-0, le milieu a reçu un carton rouge après contestation. 

 

Aholou claque mais perd face aux vilains

18/10 15:33
Image
 

De retour à Strasbourg, l'ancien milieu de terrain stéphanois Jean-Eudes Aholou a marqué contre les vilains cet après-midi à la Meinau. Mais les banlieusards, qui ont gagné 3-2, devancent désormais les Verts à la différence de buts avant le Sainté-Nice dont le coup d'envoi sera donné à 17h00.

U17 : Sainté n'a pas su transpercer les Corses

18/10 15:08
Image
 

Alors qu'ils restaient sur une belle série de trois victoires, les U17 ont concédé un tristounet match nul et vierge à domicile en début d'après-midi contre l'AC Ajaccio, pourtant antépénultième.

La compo : Raveyre - Nzuzi, Abdellaoui, Kinunga, Tenniche - N'Gongolo, Sahraoui, Watel - Merat (Aiki, 52'), Bladi, Pama Djobo (Cerutti, 72').

La réaction de Patrick Moreau : "On a su se créer des situations dangereuses mais on n'a pas été assez réaliste pour convertir nos occasions. On n'a pas été mis en danger par cette équipe d'Ajaccio, notre gardien n'a rien eu à faire. Les Corses sont venus prendre le point qu'ils étaient venus chercher, ils ont essayé de placer quelques contres. Face à cette équipe bien regroupée, on a manqué de détermination, de justesse dans la dernière passe et dans la finition. On a eu le monopole du ballon, on a peut-être eu 90% de possession, mais on n'a pas été assez inventif. J'espère qu'on saura convertir nos ocacsions dimanche prochain lors de notre derby à Andrézieux. Il faudra qu'on fasse preuve de davantage de justesse dans les 30 derniers mètres adverses pour pouvoir l'emporter."

Claude intègre le top 5

18/10 15:02

Un peu plus d'un an après son arrivée dans le Forez, Claude Puel va intégrer le top 5 des coachs ayant entraîné le plus de rencontres en Ligue 1 avec 604 matchs au terme de la rencontre ASSE-Nice. Il retrouve un ancien coach de l'ASSE en la personne d'Albert Batteux qui est sur la 3eme marche du podium avec 658 rencontres. Indétrônable, Guy Roux reste en tête avec 894 matchs sur un banc devant l'ancien milieu de terrain stéphanois Kader Firoud.

 

Aguilar, c'est de l'or en barre !

18/10 11:27
Image
 

Non conservé par l'ASSE en 2013 alors qu'il est aujourd'hui (avec Kurt Zouma à Chelsea) le seul finaliste stéphanois des éditions 2011 et 2012 de la Coupe Gambardella à être titulaire dans un grand championnat européen, le latéral droit monégasque Ruben Aguilar (27 ans) est à l'honneur dans la dernière édition de Nice-Matin. Extraits.

"En Ligue 1, il est le joueur qui court le plus. A Monaco, il est celui qui joue le plus. En six journées, toutes disputées dans leur intégralité, Ruben Aguilar a parcouru 73,9 kilomètres, soit deux de plus que son plus proche poursuivant, le milieu de terrain stéphanois Mahdi Camara. Niko Kovac adore tout ce que fait le natif de Grenoble. "Ruben est très performant depuis le début de la préparation et affiche une vraie progression. Il marque, a effectué deux passes décisives, il met beaucoup d'intensité dans ses courses. Il pourrait jouer deux matches d'affilée. S'il poursuit dans cette voie, il va encore progresser, c'est une évidence."

"Ruben n'a pas changé de numéro de numéro de téléphone et de copine depuis son passage à Auxerre (2014-2017)" note Jean-Luc Vannuchi, qui l'a lancé en professionnel après quelques mois de chômage. L'actuel sélectionneur de l'équipe de France U20 se souvient parfaitement de ces deux matches qui ont changé le destin d'Aguilar, alors en CFA à Grenoble après avoir été éjecté du centre de formation de l'ASSE. "A chaque fois, j'étais venu voir d'autres joueurs mais j'ai flashé sur lui. Je ne suis pas surpris par son évolution. Pour un entraîneur, c'est de l'or en barre un joueur comme lui. Ça bosse, se donne à 100% du début à la fin d'une séance, tout comme en match. Auxerre n'était qu'une étape, je le cite souvent en exemple."

Terrenoire, frère verts (2)

18/10 11:01
Image
 

Deux mois après So Foot, la Pravda met aujourd'hui à l'honneur les frangins Théo et Raphaël Herrerias du duo musical Terrenoire. Extraits.

"Ancienne ville devenue quartier de Saint-Etienne, Terrenoire a donné au football stéphanois et donc au sport mondial Gérard Farison arrière gauche de devoir, et seul grand Vert 100 % stéphanois de l'épopée des poteaux carrés. Ses plus prestigieux coéquipiers le surnommaient Tachan pour sa ressemblance certaine avec ce chanteur engagé  des années 70. Terrenoire se fait à nouveau remarquer grâce à un duo de jeunes frères frisés comme des anges verts, moins engagés et plus engageants qu'Henri Tachan : Théo et Raphaël Herrerias, 24 et 30 ans, ont repris le nom de leur ville mal aimée pour en faire un étendard flamboyant de la nouvelle chanson pop française. Pourtant dingues de sport et de l'ASSE, enfer vert et damnation, ils n'ont jamais entendu parler de Gérard Farison !

"On nous dit souvent :''les années 70, 80, c'était extraordinaire'', mais c'était il y a quarante ans ! Nous, on est les rejetons d'une époque révolue, on a besoin d'écrire notre propre histoire» assume Théo, le plus jeune des deux frères, tandis que son aîné Raphaël raconte une épopée verte loin de Glasgow ou d'Eindhoven : "Notre famille connaît très bien celle de Jean Dees, l'ancien entraîneur des gardiens de l'ASSE. Grâce à Jeannot, quand on était gamins, on avait accès aux salons de Geoffroy-Guichard, on mangeait plein de quiches lorraines et on faisait signer des autographes à Lucien Mettomo, Fabien Boudarène, Pape Sarr, David Hellebuyck... Mon plus grand souvenir au stade, c'est la remontée en L1 en 2004."

Depuis que le succès les oblige à habiter Paris, les deux de Terrenoire fréquentent forcément moins Geoffroy-Guichard. "C'est sûr que ça manque, surtout l'arrivée au stade, par les petites rues, et quand tu rentres dans le Kop sud, il y a cette odeur si particulière de hot-dogs, de bière... et de shit aussi !" rigole Raphaël. Dans ce Chaudron, les frères Herrerias rêvent de jouer un jour leurs propres morceaux. "On sait qu'on ne peut pas amener quarante mille personnes à Geoffroy-Guichard pour écouter notre musique, admet Théo, mais on peut ouvrir la tribune Henri-Point et s'en servir pour une session live bien filmée, avec les autres groupes stéphanois."

"Nous sommes tous liés à notre ville, fils ou petits-fils de l'immigration, ça se voit sur nos tronches, et ça s'entend dans notre musique, mais nous n'avons plus honte de ce que nous sommes, nous n'avons plus ce complexe d'infériorité typiquement stéphanois" revendique Raphaël, tandis que Théo vient compléter le propos : "On adore le foot, mais on voudrait que Saint-Étienne soit connu pour autre chose que les Verts ou le passé minier. Il y a toujours eu chez nous un très grand savoir-faire, hier avec les armes ou la passementerie, aujourd'hui avec le design et les industries de pointe. On revendique ce mélange de sophistication et de geste artisanal. En musique au moins, Saint-Étienne fait aujourd'hui plus parler que Lyon !"

Bosetti n'a pas oublié Papy

18/10 10:15
Image
 

Auteur du second but de la victoire de Nice contre Sainté en finale de la Coupe Gambardella 2012, l'attaquant ponot et supporter ultra du Gym Alexy Bosetti se confie dans Le Progrès du jour. Extraits.

"J’ai joué trois fois à Geoffroy : une  fois avec une tribune en travaux, une fois avec une tribune à huis clos et l’on prend une rouste et une autre, avec le stade plein mais je sors à la 30e sur civière. J’ai pris Lemoine par-derrière, un attentat (rires) ! J’en avais pris deux par Bayal juste avant. Je faisais un de mes meilleurs matches avec Nice et je me fais couper en deux, j’ai dû sortir, ma saison était terminée.

À Nice, Puel faisait les contrats, la masse salariale, les entraînements, le centre, il gérait tout. C’est le coach que j’ai eu le plus longtemps en pro, qui a le plus compté, qui m’a fait vivre les plus beaux matches de ma vie, les plus belles émotions. C’était mes meilleures années. Même quand il m’a envoyé en CFA, ça m’a fait du bien. J’ai toujours de bons rapports et puis c’est un super coach. Avec lui, ça a été bien mais parfois tendu On ne se parlait plus.

Puel m’a fait des trucs de fou. Un jour contre Lorient, Eysseric, malade, est titulaire. Il me fait rentrer à la 30e , on perd 1-0. On marque sur penalty, je mets le 2e , je récupère le ballon sur le 3e , il me ressort à la 70e. J’étais comme un fou. Après le match, je dis que je mérite de jouer dans cette équipe. Ça faisait longtemps qu’il ne me faisait plus jouer. Le lundi matin à l’entraînement, il m’a défoncé devant tout le monde…"

Qui aura une défense à 3 ?

18/10 09:59
Image
 

La PQR et la Pravda n'annoncent pas les mêmes onze de départ pour cet après-midi.

On aura noté que Le Progrès et Nice-Matin sont parfaitement en phase :

ASSE : Moulin - Moueffek, Sow, Moukoudi, Retsos - Camara, Youssouf - Hamouma, Aouchiche, Rivera - Bouanga

OGCN : Benitez - Nsoki, Dante, Bambu - Thuram, Schneiderlin, Lees-Melou - Lotomba, Lopez, Kamara - Gouiri.

De son côté le quotidien sportif prédit une défense à trois côté stéphanois (testée avant-hier à l'entraînement), les titularisations de KMP et Krasso ainsi qu'une défense à quatre côté niçois :

ASSE : Moulin - Sow, Moukoudi, Retsos - Camara, Youssouf - Monnet-Paquet, Aouchiche, Bouanga - Krasso, Hamouma.

OGCN : Benitez - Lotomba, Dante, Bambu, Kamara - Thuram, Schneiderlin, Lees-Melou - Lopes, Gouiri, Maolida.

Gaby joue, Wahbi marque

18/10 09:30

Image

L'équipe réserve a battu son homologue clermontoise 4-3 hier lors d'un match amical auquel le revenant Gabriel Silva a participé, comme l'avait annoncé Claude Puel en conférence de presse. Les buts stéphanois ont été inscrits par Karim Cissé, Wahbi Khazri, Djibril Bouameur (joueur à l'essai venant de Vaulx-en-Velin, testé récemment par les vilains selon Actufoot) et Lucas Calodat.

Beric claque encore !

17/10 23:53
Image
 

Lors de son 19e match de MLS, Robert Beric a claqué son 8e pion de la saison ce soir lors du match nul (2-2) arraché par le Chicago Fire FC face au Sporting Kansas City.

 

Kasperczak et Roger claque

17/10 23:00
Image
 

"L'entraîneur qui m'a le plus marqué dans ma carrière ? S'il ne fallait en citer qu'un, je dirai Henryk Kasperczak à Saint-Étienne" déclare Roger Milla dans la Pravda à paraître demain. "La raison est simple : il m'a fait confiance alors que j'avais 32 ans. C'était risqué mais il n'a pas été déçu..." Lors de ses deux saisons en vert (1984-1986), l'attaquant camerounais a en effet claqué 37 pions en 71 matches.

Les U18 s'envolent à Monistrol

17/10 22:55



Lorenzo Bertand était de retour après sa blessure du 28 août face au Puy

Les U18 de Sylvain Gibert devaient initialement se rendre à Clermont pour une confrontation amicale. Mais les Auvergnats ne pouvant aligner qu'un effectif trop limité, c'est à Monistrol que les Verts se sont déplacés pour se confronter aux U18 locaux qui opèrent en R1. Une confrontation qui a largement tourné en faveur des Stéphanois victorieux sur le score de 7 à 1.

Malgré une première mi-temps poussive, les Verts inscrivaient deux buts. Le premier par Terry Germany qui, alerté par une passe de Jules Mouton entre les deux défenseurs centraux, éliminait le gardien et terminait dans le but vide. (Monistrol - ASSE : 0-1, 10ème).
Les alitiligériens égalisaient dix minutes plus tard, à la suite d'un ballon perdu par les Verts en milieu de terrain, par une frappe de 30 mètres en pleine lucarne. (Monistrol - ASSE : 1-1, 20ème).
Les Verts reprenaient l'avantage un quart d'heure plus tard, sur un ballon récupéré assez haut, Jules Mouton lançait Kenzo Kies qui terminait par une frappe croisée dans le petit filet opposé. (Monistrol - ASSE : 1-2, 35ème).
Recadrés à la mi-temps, c'est un tout autre visage qu'allaient présenter les Stéphanois. Maxime Gaudry, sur un coup-franc à 25 mètres, surprenait le gardien adverse. (Monistrol - ASSE : 1-3, 48ème)
Dans la foulée, Abderraouf Guechi exploitait une mauvaise relance pour s'infiltrer entre les deux centraux et terminer par une frappe croisée. (Monistrol - ASSE : 1-4, 50ème).
A l'heure de jeu, un coup-franc dans la lucarne de Maedine Makhloufi était repoussé par le gardien dans les pieds de Yassimi Moyo qui concluait. (Monistrol - ASSE : 1-5, 60ème).
Lorenzo Bertrand se faisait ensuite crocheter par le gardien et Abderraouf Guechi transformait le penalty. (Monistrol - ASSE : 1-6, 75ème).
Peu avant la fin, sur un ballon mal dégagé par la défense adverse, Maxime Gaudry, de la tête, servait Lorenzo Bertrand qui scorait d'une frappe croisée. (Monistrol - ASSE : 1-7, 88ème).

La composition : Lolic (Nunez, 45ème) - Benramdane, Lemb, Makhloufi - Gay , J.Mouton, Gaudry, Guechi, Alpha N'Gongar - Germany, Kies.
Sont entrés en deuxième mi-temps : Moyo, Gonnet, Bertrand

La réaction de Sylvain Gibert : "Il était important pour moi de faire évoluer des jeunes qui avaient moins joué sur les derniers matchs et d'autres qui revenaient de blessure. Au repos, nous menions 2-1, cependant notre première mi-temps a été plus compliquée que ne l'indique le score. C'était plutôt bien payé, mais nous avons été réalistes. J'avais fait le choix par rapport aux joueurs que j'avais, de changer un peu de système. Peut-être y a-t-il eu une difficulté d'adaptation. Toujours est-il que nous manquions de rythme, que nos enchaînements étaient trop lents. Mais, en deuxième mi-temps, nous avons su rectifier le tir, et, comme Monistrol a lâché prise, le score a pris de l'ampleur. Malgré tout, nous ne nous sommes pas relâchés et avons continué à jouer jusqu'au bout." 

Les U15 à la hauteur

17/10 21:56

 

Pour les U15 de Jean-Philippe Primard, c'était cet après-midi, sur le synthétique Georges Bereta de l'Etrat, le derby face au vilain voisin qui, pour l'occasion avait clairement annoncé la couleur : les surclassés étaient redesendus prêter main forte, l'armada offensive était bien présente, mais voilà, la vérité du papier n'est pas toujours celle du terrain. Le match s'est en effet conclu par un match nul (2-2) frustrant pour les Verts qui menaient 2-0 à un quart d'heure de la fin. Frustration d'autant plus grande que le but égalisateur est venu dans la continuité d'une action où les Verts se voyaient privés d'un penalty assez évident.

Les Verts attaquaient ce match pied au plancher et se créaient d'entrée une belle occasion. Ils offraient de beaux enchaînements et se voyaient récompensés de leurs efforts au bout du premier quart d'heure par un penalty consécutif au fauchage d'un attaquant dans la surface, penalty transformé par Amine Taiar. (ASSE - vilains : 1-0, 13ème).
C'était le score à la mi-temps. Les Stéphanois s'étaient montrés entreprenants, avaient mis du mouvement et leur solidité défensive avait annihilé l'armada offensive adverse.
Mais cette débauche d'énergie allait forcément avoir pour conséquence une baisse de rythme après le repos, une difficulté à tenir le ballon et à maintenir un pressing efficace. Pourtant les Verts allaient doubler la mise un peu avant l'heure de jeu. Un coup-franc d'Evan Hornech était repris victorieusement de la tête par Maxime Pérard. (ASSE - vilains : 2-0, 57ème).
Les vilains réagissaient mais les jeunes de Jean-Philippe Primard résistaient jusqu'à un vilain coup-franc, plutôt mal tiré, mais dont le rebond surprenait le gardien stéphanois qui relâchait le ballon dans les pieds adverses. (ASSE- vilains : 2-1, 67ème).
Les vilains galvanisés reprenaient espoir. Mais un fait de jeu allait faire basculer le match. A la 68ème, les Verts croyaient avoir obtenu un penalty suite à une vilaine main dans la surface que seuls les aveugles n'ont pas vu. Dans la continuité, une contre-attaque adverse se concluait par une frappe victorieuse dans la lucarne. (ASSE - vilains : 2-2, 69ème). Ainsi, en deux minutes le match venait de basculer, et, au lieu de se retrouver à 3-1, le score était de parité 2-2.  
Il restait dix minutes, et comme aurait dit Pierre Salviac, les mouches avaient changé d'âne. Mais c'était sans compter sur les Stéphanois qui n'ont rien laché face à des vilains qui y croyaient. Ils se créaient même deux occasions en contre et sur coup de pied arrêté. On en restait donc sur ce score de parité, frustrant pour les Verts au vu du scenario.
Pour terminer, signalons la belle victoire des U14 de Frédéric Dugand sur ce même vilain adversaire.

La composition
: Gonnet-Leard - Makengo, Taiar, Ali Ahamada, Hornech - Achour, Fernandez, Solvery (Makine, 74ème) - Zemangui, Pérard, Venière. 

La réaction de Jean-Philippe Primard"Nous avons fait une bonne première mi-temps en mettant, dès le début, la pression sur notre adversaire en allant le chercher assez haut. Notre ouverture du score concrétise cette belle entame.Le match était très ouvert avec une très forte opposition, mais nous avons collectivement été largement à la hauteur. Nous avons montré une grande solidité défensive face aux offensives adverses. Je savais que sur la durée, ça allait être de plus en plus dur car il fallait tenir le pressing sur ce rythme élevé. Effectivement, la deuxième mi-temps a été plus difficile. Nous avions du mal à conserver les ballons devant, à enchaîner les mouvements, mais nous avons été solidaires et costauds, comme à Grenoble. Nous avons trouvé l'énergie pour faire le break un peu avant l'heure de jeu. Nous avons alors résisté mais, sur un coup du sort, Lyon a repris espoir. Suite à un autre fait de jeu, nous avons manqué de rigueur sur le positionnement et le replacement défensif, et nous nous sommes fait rejoindre. mais nous ne sommes pas désunis et avons conservé le nul. Je suis quelque part fier de mes joueurs car ils ont résisté face à un adversaire de qualité, rapide et puissant. Le scénario du match fait qu'on est déçu, mais le nul est un bon résultat. Des matchs comme celui-ci me permettent de faire une juste évaluation de mon équipe.".   

Avec Trauco mais sans Boudebouz

17/10 21:33
Image
 

S'il persiste à se passer des services de Ryad Boudebouz, Claude Puel a décidé de rappeler son international péruvien pour affronter l'OGC Nice ce dimanche à 17h30 compte tenu des nombreuses absences en défense (Maçon, Kolo, Debuchy, Silva).

Marvin Tshibuabua et Rayan Souici sont eux aussi convoqués pour la première fois de la saison en équipe première pour ce match de la 7e journée de L1 qui devrait permettre à Panagiotis Retsos de faire ses débuts en vert.

Les 20 pour voler dans les plumes des Aiglons : Moulin, Bajic, Green - Moueffek, Sissoko, Moukoudi, Retsos, Sow, Tshibuabua, Souici, Trauco - Camara, Gourna, Youssouf, Aouchiche, Benkhedim - Hamouma, Bouanga, Rivera, Krasso, Monnet-Paquet, Tormin.

Mahaya et Tack étaient d'attaque

17/10 19:45
Image
 

Anciens finalistes stéphanois de la Coupe Gambardella, Jessim Mahaya et Elian Tack ont marqué aujourd'hui en Coupe de France les deux premiers buts de la victoire (4-1) du FC Bougoin-Jallieu de Jérémy Clément contre le Chassieu Décines FC (R1). Leaders de la (très serrée) poule Auvergne-Rhône-Alpes en National 3, les Berjalliens (10 points) joueront leur prochain match à domicile samedi prochain contre l'équipe réserve de l'ASSE (10e, 6 points).

Kasper forfait contre les Verts !

17/10 19:12

Image

Kasper Dolberg, qui ne s'est pas remis de sa blessure à la cheville contractée mardi à Wembley avec la sélection danoise, ne figure pas dans le groupe des 20 Aiglons qui défieront les Verts demain après-midi à Geoffroy-Guichard :

Benitez, Cardinale - Bambu, Dante, Pelmard, Nsoki, Daniliuc, Pionnier, Kamara, Lotomba - Boudaoui, Danilo, Lees-Melou, Schneiderlin, Trouillet, Thuram - Rony Lopes, Gouiri, Myziane, Ndoye.

Cabella claque encore

17/10 17:59
Image
 

Krasnodar, qui affrontera Rennes au Roazhon Park dans 3 jours en Ligue des Champions, a battu 3-1 le Rubin Kazan  cet après-midi. Auteur de son 6e pion en 10 matches disputés cette saison, Rémy Cabella a ouvert le sore sur penalty suite à l'intervention de la VAR  juste avant la mi-temps face à l'ancien club russe de José Aloisio et Yann M'Vila.

Janot rend hommage à Anto (2)

17/10 13:47
Image
 

Jérémie Janot, qui avait rendu un vibrant hommage à Frédéric Antonetti dans son autographie "Sans filet" parue le 22 mai 2019 aux éditions Marabout, en fait de même aujourd'hui dans la dernière édition du Républicain Lorrain.

"J’en garde un souvenir extraordinaire. C’est un homme et un coach top, pour ne pas dire fantastique. C’est quelqu’un d’honnête et loyal et, si vous l’êtes avec lui, c’est pour la vie. C'est un excellent tacticien, qui n’a pas peur de lancer les jeune. Au-delà du coach, il y a le côté humain avec lui et son adjoint, Jean-Marie De Zerbi. Les deux sont indissociables."

Huit absents contre les Aiglons

17/10 13:39
Image
 

En conférence de presse, Claude Puel a annoncé à la mi-journée que huit joueurs seront indisponibles pour affronter les Aiglons : les suspendus Kolo, Neyou et Khazri, les trop justes Debuchy et Silva ainsi que les blessés Abi, Maçon... et Nordin, qui a une fissure à un orteil.

Johnny tacle encore Roby

17/10 13:24
Image
 

Johnny Rep, qui avait taclé Robert Herbin il y a cinq ans et demi dans la Pravda, en a remis une couche dans un hors série consacré au Sphinx publié le mois dernier par Le Dauphiné Libéré.

"Herbin ne m'aimait pas et je ne sais pas pourquoi. Il ne me parlait jamais. A la fin de ma première année, il voulait m'envoyer en Arabie Saoudite. J'ai refusé. C'est le pire entraîneur que j'ai croisé dans ma carrière. Mon préféré, c'était Cahuzac, à Bastia, et pourtant il était dur."

Biancarelli évoque Antonetti

17/10 10:56
Image
 

Entraîneur des gardiens de l'ASSE, André Biancarelli évoque dans Le Républicain Lorrain ses retrouvailles avec son ancien entraîneur bastiais, qui auront lieu dans 8 jours en Moselle lors de la 8e journée.

"On avait envie de jouer et de gagner pour lui. Il était proche de nous, il mettait tout en place pour qu’on réussisse. C’était un papa, un passionné, aimé par ses joueurs. Quand il fallait dire les choses, il les disait à sa manière. On s’est séparé un peu bizarrement à Bastia. J’étais jeune. Avec mon caractère de cochon, on s’est un peu mal quitté. Vous savez, nous les Corses, on est un peu chauds… Lorqu'il a perdu son épouse, je lui ai fait part de ma tristesse. Je me le devais par respect, pour lui, pour ses proches. Je lui ai dit que ce serait un plaisir de le retrouver lors de ma prochaine venue à Saint-Symphorien. Cette fois-ci, je ne ferai pas le petit con !"

Cheyrou chérit Gasset

17/10 10:06
Image
 

Désormais consultant sur la chaîne Téléfoot à l'instar de Loïc Perrin, Mathieu Bodmer ou encore Sylvain Armand, Benoît Cheyrou encense Jean-Louis Gasset dans un entretien paru sur le site Girondins4ever.

"Il est arrivé à Bordeaux quelques jours avant le début de championnat, il n’a pas pu faire les transferts qu’il voulait, il n’avait pas d’argent pour acheter les joueurs qu’il voulait. C’est compliqué. C’est plus facile quand un coach arrive et qu’il peut acheter des joueurs à 50 ou 100 millions. Mais ce n’est pas le cas. On connaît les valeurs humaines de Jean-Louis Gasset pour fédérer. Il a réussi à le faire partout où il est passé, en tant qu’adjoint ou en tant qu’entraîneur principal. A Saint-Etienne, c’est extraordinaire ce qu’il a fait alors que le club était en mauvaise posture.

Je pense que c’est un très bon choix d’avoir pris Jean-Louis Gasset pour coacher cette équipe de Bordeaux, pour repartir sur un projet avec des valeurs saines. Etre la meilleure défense du championnat, c’est quelque chose d’important. On voit qu’il y a une certaine base solide déjà. C’est ce qu’avait dit Jean-Louis Gasset quand il est arrivé. Le premier chantier est d’avoir de la stabilité derrière et faire confiance à des joueurs comme Paul Baysse, qui n’avait pas joué depuis un an et demi. Ce sont des signaux forts."

Faty et Ben Arfa auraient pu être Stéphanois

17/10 09:40
Image
 

"Le souvenir que j'ai de Ben Arfa, c'était avant Clairefontaine. J'avais 12 ans, lui 11, on avait fait un test à Saint-Étienne. On ne se connaissait pas, on a tout de suite accroché. J'ai vu ce talent à 11 ans, je n'en croyais pas mes yeux" déclare le milieu de terrain Ricardo Faty sur le site de France Football. "Sur le chemin du retour, je le revois dormir dans les bras de son père, c'était assez cocasse. Quand je pense à Hatem, je pense à ça : ce petit insouciant, phénoménal. Ce côté un peu enfantin, joueur, spontané."

Mmaee assure avoir discuté avec Sainté

17/10 09:24
Image
 

Venant de jouer deux matches avec l'équipe du Maroc aux côtés d'Oussama Tannane, le défenseur central de Saint-Trond Samy Mmaee confirme aujourd'hui dans le quotidien belge Het Belang van Limburg ses récents échanges avec l'ASSE, qui a finalement jeté son dévolu sur le Grec Panagiotis Retsos.

Puel évoque les cas de Saliba et Fofana (2)

17/10 08:51
Image
 

Comme il l'avait fait la veille dans la Pravda, Claude Puel évoque les cas de William Saliba et Wesley Fofana dans la dernière édition du Progrès.

"Quand je suis arrivé, j’ai tenu à ouvrir un peu plus l’équipe à des jeunes. A part Saliba déjà vendu, il y avait très peu de joueurs, pour ne pas dire aucun, qui représentaient une valeur marchande en cas de coup dur comme on l’a vu avec la cession de Fofana qu'on ne souhaitait pas vendre initialement (...). Mais l’argent passe où ? Il y en a qui s’en mette dans les poches ? Non, il sert à équilibrer un budget qui a été ambitieux à un certain moment pour prendre des joueurs matures de haut niveau. Entre sauvegarder les emplois, sauver le club ou garder Wesley, il n’y avait pas débat."

Lotomba veut faire tomber Sainté

17/10 08:27
Image
 

Un an après avoir battu Zaydou Youssouf et Arnaud Nordin lors des éliminatoires de l'Euro Espoirs 2021, le latéral suisse des Aiglons Jordan Lotomba espère remettre ça demain à Geoffroy, comme il l'explique dans la dernière édition de Nice-Matin.

"On entame ce week-end une série de 7 matches en 3 semaines. On veut monter en puissance, gagner tous les matches. J'ai confiance en l'équipe, on a un très bon groupe. Ce déplacement à Saint-Etienne, c'est le début d'une nouvelle aventure. On veut gagner, il faudra afficher un bon état d'esprit pour chercher à prendre des points là-bas. Il y a une belle bataille au classement, on va tout faire pour passer devant les Verts. Ce sera encore une fois un match à huis clos, ça fait un peu bizarre. Il faut faire avec."

Partager