[Basket] Reprise saison NBA

Discussion générale sur l'ASSE

Modérateurs : Barre transversale, Poteau gauche, Poteau droit, Ligne de but

El Couramiaud
Messages : 1274
Enregistré le : 11 janv. 2006, 16:47
Localisation : Saint-Chamond

Message par El Couramiaud »

vinsanity a écrit :
lolo72 a écrit :
vinsanity a écrit :
A signaler que ce soir Le Mans a été battu à domicile par Efes Pilsen 71-67 et compromet presque totalement ses chances d'accéder au top 16 :sad:

encore raté :pleure: :pleure: :pleure: :pleure:
Bon il vous reste encore 2 chances ... gare à ne pas les griller :mrgreen:

Maintenant reste la tache, ô combien difficile, de conserver le titre de champion de France ... mais qui sait, cette équipe mancelle est pleine de qualités, donc tout est possible à mon avis. A un moment ou à un autre cette raquette Nicevic-Koffi-Campbell-Adjiwanou fera des dégats sur les parquets francais. Mais c'est vrai qu'il manque un excellent meneur US. Ahlala cette équipe avec un Terrell Everett par exemple :aime:

Quel sont vos avis sur Bokolo et Amagou? Vu de l'extérieur on a l'impression que cette saison ils stagnent quelque peu dans leur progression. Ne serait il pas temps pour eux de devenir des joueurs majeurs de l'équipe? En ont ils les moyens et leur en laisse t'on la possibilité?

vinsanity
Messages : 6334
Enregistré le : 26 août 2005, 21:44
Localisation : Sainté

Message par vinsanity »

El Couramiaud a écrit :
vinsanity a écrit :
lolo72 a écrit :
vinsanity a écrit :
A signaler que ce soir Le Mans a été battu à domicile par Efes Pilsen 71-67 et compromet presque totalement ses chances d'accéder au top 16 :sad:

encore raté :pleure: :pleure: :pleure: :pleure:
Bon il vous reste encore 2 chances ... gare à ne pas les griller :mrgreen:

Maintenant reste la tache, ô combien difficile, de conserver le titre de champion de France ... mais qui sait, cette équipe mancelle est pleine de qualités, donc tout est possible à mon avis. A un moment ou à un autre cette raquette Nicevic-Koffi-Campbell-Adjiwanou fera des dégats sur les parquets francais. Mais c'est vrai qu'il manque un excellent meneur US. Ahlala cette équipe avec un Terrell Everett par exemple :aime:

Quel sont vos avis sur Bokolo et Amagou? Vu de l'extérieur on a l'impression que cette saison ils stagnent quelque peu dans leur progression. Ne serait il pas temps pour eux de devenir des joueurs majeurs de l'équipe? En ont ils les moyens et leur en laisse t'on la possibilité?
Pour moi Amagou n'a pas le potentiel de Bokolo. Ce dernier a une dimension physique beaucoup plus importante, qui lui donne la capacité, dans les mauvais jours, à apporter ailleurs qu'au scoring. Amagou est, certes, un meilleur shooteur, mais pour le reste ...

Bokolo est un vrai prospect, peut etre pas pour la NBA (encore que ... avec ses qualités physique ... mais la NCAA regorge de joueurs comme lui), mais à coup sur pour l'euroleague. Prenons l'exemple d'hier soir, il ne met que 3pts en 20 minutes (2 shoots ratés, les deux contrés), mais il prend 6 rebonds, fait 4 assists et même un petit contre. Au final, ça fait tout de même 13 d'éval pour seulement 3pts. Sur les trois dernières sorties en euroleague il fait 14-17-13 d'éval. Ce qui est très intéressant.

A mon avis, il a pas mal souffert (comme beaucoup d'autres) du contre coup du championnat du monde, mais là, il revient plutôt bien, même si c'est moins marqué en Pro A qu'en Euroleague. Pour moi Bokolo est déjà un joueur majeur de l'équipe du Mans. Malgré l'arrivée de Wheeler, il garde un temps de jeu et un impact tout à fait significatifs.

En début de saison, sans Wheeler, les 2 jeunes ont semblé sombré, alors qu'en fin de saison dernière ils tenaient parfaitement le coup ... mais il y avait Guice derrière, capable de les suppléer. En début de saison, peut etre trop de fatigue, trop de pression, ça les a freiné, mais aujourd'hui, en tout cas pour Bokolo, il joue un rôle tout à fait intéressant.

Amagou, je suis pas trop fan, et puis je connais beaucoup moins :mrgreen:

El Couramiaud
Messages : 1274
Enregistré le : 11 janv. 2006, 16:47
Localisation : Saint-Chamond

Message par El Couramiaud »

OK merci; C'est vrai que Bokolo a un potentiel bien plus important qu'Amagou. Cela dit je trouve que son importance sur le jeu mancaux ne se répercute pas trop dans ses stats.

o_vert_seas1
Messages : 1086
Enregistré le : 03 août 2005, 13:13

Message par o_vert_seas1 »

Pour les amateurs, un sommet texan cette nuit : Dallas - SAS

Le genre de match qui risque de donner une bonne idée des forces en présence, voire de figer (déjà) la tête de la division en cas de victoire des Mavs.

Bon, c'est pas tout, mais : GO SPURS :twisted:

vinsanity
Messages : 6334
Enregistré le : 26 août 2005, 21:44
Localisation : Sainté

Message par vinsanity »

OK merci; C'est vrai que Bokolo a un potentiel bien plus important qu'Amagou. Cela dit je trouve que son importance sur le jeu mancaux ne se répercute pas trop dans ses stats.
Tu veux dire pour Amagou ? Oui, c'est vrai que son importance ne se voit pas toujours dans les stats ... mais tout de même, celà permet de noter une certaine irrégularité chez lui (plusieurs évals négative aussi bien en championnat qu'en euroleague, dont un -7 qui fait plutôt mauvaise figure ^^). Certes il a une pointe à 24 en Pro A, mais sur les 5 derniers match ... 2/1/-3/1/14. Celà dit je parle sur des stats et sur le peu de fois ou je l'ai vu jouer ... donc lolo72 sreait sûrement beaucoup plus apte que moi à te répondre et à me contredire ^^
Pour les amateurs, un sommet texan cette nuit : Dallas - SAS

Le genre de match qui risque de donner une bonne idée des forces en présence, voire de figer (déjà) la tête de la division en cas de victoire des Mavs.
Vu les dynamiques actuelles ... va falloir que les Spurs se réveillent sérieusement pour l'emporter ... en ce moment ils semblent vraiment souffrir de leur "grand age". Mais n'en doutons pas, cette équipe de vieux grognards sera là en playoffs.

Les Mavs droit devant!

Pour le deuxième mois consécutif, les Mavericks de Dallas dominent le NBA ranking de la rédaction de Sports.fr. La formation texane mène la danse devant quatre autres franchises de l'Ouest, signe du déséquilibre des forces entre les deux Conférences. Le Miami Heat, tenant du titre, ne figure qu'à la 18e place de notre classement subjectif, Detroit ayant retrouvé les sommets dans la Conférence est. En fin de classement, Memphis ferme la marche malgré le retour de Pau Gasol.


1.Dallas Mavericks (25-7)
Douze victoires consécutives et le meilleur bilan de la Ligue : les finalistes de la dernière saison sont bien les favoris logiques pour la succession au Heat de Miami. Dirk Nowitzki ferait un beau MVP (23,4 points, 9,6 rebonds) mais c'est la progression de ses lieutenants, Josh Howard et Jason Terry qui pourrait permettre aux Texans de conquérir la bague tant convoitée.

2.Phoenix Suns (23-8)
Sans la défaite sur le fil face aux Mavericks (101-99), l'équipe de l'Arizona serait en tête de la Ligue. Formidablement outillés à tous les étages, bénéficiant du retour en grande forme d'Amaré Stoudemire, les Suns seront à coup sûr dans la course au titre. Steve Nash, double-MVP, réalise de surcroît sa meilleure saison.

3.Utah Jazz (23-9)
On avait prédit leur essoufflement après un début de saison en boulet de canon. Les sceptiques en sont pour leurs frais même si la large défaite subie à San Antonio (106-83) a prouvé leur dépendance à Carlos Boozer, muselé ce soir là par Tim Duncan.

4.San Antonio (23-10)
Gregg Popovich a dû piquer une colère noire. Les Spurs, au contact des Mavericks et des Suns ont subi deux revers de rang en ce début d'année, face à Cleveland et Minnesota. Si le duo Parker-Duncan fonctionne à merveille, le collectif grince quelque peu. La rencontre face à Dallas vendredi prochain ciblera le statut des champions NBA 2005.

5.Los Angeles Lakers (20-11)
La confirmation. Emmenés par un Kobe Bryant sur la voie du retour à la grande forme, les Lakers maintiennent le cap vers les play-offs, forts d'un joli collectif. Le magicien Phil Jackson joue les alchimistes en lançant de jeunes joueurs dans le bain pour combler la blessure de Lamar Odom.

6.Detroit Pistons (18-11)
La meilleure équipe de l'Est reste sur trois défaites consécutives. "Avec la blessure de son maître à jouer Chauncey Billups, les Pistons ne sont pas la même équipe", expliquait Steve Nash après la victoire des Suns face aux Pistons (108-101). Le revers après une triple prolongation face à New York (151-145) a sans doute eu également son impact psychologique.

7.Houston Rockets (20-12)
Au complet, Houston serait peut-être la meilleure équipe de la NBA. Après Tracy McGrady, Yao Ming a rejoint l'infirmerie pour au moins un bon mois. Depuis la blessure du géant chinois, les Rockets, contre toute attente, restent sur quatre succès de rang, T-Mac ayant fait un retour réussi, avec un Juwan Howard retrouvé.

8.Cleveland Cavaliers (19-12)
Une équipe qui bat régulièrement San Antonio ne doit pas être prise à la légère. Les Cavs de LeBron James restent sur deux succès de rang et polissent leur collectif en vue des play-offs. Le retour de Larry Hugues a fait du bien à cette formation qui monte en puissance sans faire de bruit.

9.Chicago Bulls (19-13)
La défaite sur le fil face à Phoenix (96-97) ne doit pas faire oublier les progrès entrevus par les protégés de Scott Skiles. Ben Wallace a enfin retrouvé le goût du rebond avec notamment 27 prises face à Milwaukee le 15 décembre dernier et Ben Gordon réalise sa meilleure saison.

10. Washington Wizards (18-13)
Le magicien de la NBA c'est lui, Gilbert Arenas. Il transforme la franchise anodine de la Capitale en machine à gagner comme l'atteste le bilan des dix dernières rencontres (8 victoires - 2 défaites). Avec Jamison et Butler, les Wizards montent en cadence. Arenas, lui, est démentiel avec 60 points face aux Lakers puis 54 face aux Suns pour deux succès impressionnants.

11.Orlando Magic (19-14)
La franchise floridienne est quelque peu entrée dans le rang avec six défaites lors des dix derniers matches. Dwight Howard continue pourtant sa belle moisson de rebonds mais le Magic a montré ses limites du moment avec notamment une série de quatre revers consécutifs.

12.Denver Nuggets (16-13)
Allen Iverson apportera-t-il la réponse à la question du moment ? Les Nuggets, au complet, seront-ils l'équipe à battre de la seconde partie de saison ? Depuis la désormais fameuse baston du Madison Square Garden, George Karl doit composer sans Carmelo Anthony et J.R Smith, deux membres de son cinq majeur. L'intégration de l'ancienne star des Sixers nécessite également quelques réglages offensifs alors que Marcus Camby a manqué quelques matches. A revoir donc....

13.Indiana Pacers (17-15)
Sans faire de bruit, les Pacers effectuent une saison correcte même si les sommets sont encore loin. Epargné par les blessures, Jermaine O'Neal réalise une saison de all-star avec 19,3 points,
10,4 rebonds et 3,1 contres de moyenne.

14.Minnesota Timberwolves (15-15)
Les Loups de Kevin Garnett réussissent quelques coups, comme la victoire face aux Spurs mais KG semble encore trop seul pour s'offrir plus qu'un simple tour de play-off. Mark Blount montre néanmoins quelques dispositions intéressantes.

15.Golden State Warriors (17-17)
L'équipe la plus folle de la NBA. Don Nelson, forcé, il est vrai, par de nombreuses blessures, lance dans le grand bain des jeunes joueurs affamés. Ses dernières trouvailles en date s'appellent Matt Barnes et Kelenna Azubuike. Ce dernier est passé en deux jours du quotidien anonyme des Fort Worth Flyers au cinq majeur d'une formation qui lutte pour les play-offs.
Seule ombre au tableau ; la nouvelle absence de Jason Richardson, main fracturée.

16.Milwaukee Bucks (16-16)
Dans l'anonymat le plus complet malgré la belle saison du shooteur Michael Redd (27,8 points), les Bucks montent dans la hiérarchie de l'Est grâce à sept victoires lors des dix derniers matches.

17.Sacramento Kings (14-15)
Deux victoires consécutives notamment grâce à un Ron Artest record ne suffisent pas à installer la franchise californienne sur le trône de la NBA, loin sans faut.

18.Los Angeles Clippers (15-17)
La déception de l'année. Malgré un Elton Brand toujours au four et au moulin, le collectif des Clippers bat de l'aile et les résultats ne suivent pas. Un trade pourrait relancer la franchise. Le nom de Ron Artest a été évoqué dans la presse.

19.New Jersey Nets (13-18)
San intérieurs, point de salut. Malgré le trio Kidd-Carter-Jefferson, les Nets présentent toujours un bilan négatif malgré deux victoires consécutives. La blessure pour la saison de Nenad Krstic noircit encore un peu plus le tableau d'une équipe vieillissante.

20.Miami Heat (13-18)
Le champion en titre manquera-t-il les play-offs ? Depuis la nouvelle blessure de Dwayne Wade, c'est une hypothèse à envisager même si Shaquille O'Neal devrait effectuer son retour prochainement. La franchise reste sur quatre revers de rang sans son arrière de feu. Jason Kapono tente bien de rallumer la flamme mais le Heat a pris un sérieux coup de froid avec aussi les problèmes de santé de son coach, Pat Riley.

21.Toronto Raptors (13-19)
Coté pile, l'intégration des rookies et la montée en puissance d'Andrea Bargnani. Côté face, le bilan encore très négatif et trois revers de rang. Par le jeu des Divisions, la franchise canadienne pourrait finir troisième de la conférence Est ou ne pas disputer les play-off.
L'avenir semble néanmoins leur appartenir dans la très faible division atlantique.

22.New York Knicks (14-21)
Et si le destin des Knicks était de souffrir jusqu'au 16 avril prochain ? Ce jour-là, New York accueillera son rival et voisin New Jersey avec peut-être pour enjeu la première place de la division atlantique et donc un strapontin inespéré pour les play-off. Les Knicks sont toujours aussi imprévisibles avec des succès en prolongation renversants, une révélation qui débute les rencontres sur le banc - David Lee -, un pivot revenant inespéré -Eddy Curry - mais aussi une défense passoire et un Steve Francis proche de l'hospice.

23.Portland Traiblazers (13-20)
Placés souvent en toute fin des prévisions, les Blazers réussissent une saison plutôt positive par rapport aux objectifs escomptes. Nate McMillan tire le meilleur d'un groupe jeune mais talentueux à l'image de l'ailier fort Zach Randolph qu'on devrait retrouver à Las Vegas en février prochain. Brandon Roy, lui, pourrait être... ROY, soit Rookie On the Year.

24.Boston Celtics (11-20)
Al Jefferson et Tony Allen. Ce ne sont pas les noms des nouveaux Américains de Roanne mais ceux des deux joueurs en forme de la franchise du Massachusetts. Ils profitent des absences de Paul Pierce et Wally Szczerbiak pour prendre en main les destinées de l'équipe. Le premier a pratiquement doublé toutes ses statistiques (de 8 points, 5 rebonds, à 13,7 points, 9,8 rebonds).
Les Celtics restent néanmoins sur 3 victoires lors des 10 derniers matches.

25.Seattle Sonics (13-21)
Le retour de Ray Allen va faire du bien à une franchise quelque peu en perdition, sans jeu intérieur de qualité. Hélas, Rashard Lewis a rejoint l'infirmerie de la franchise de l'Etat de Washington. Les play-offs s'éloignent.

26.Nouvelle Orléans Hornets (12 - 19)
Les frelons ne piquent plus. Il faut dire qu'ils ont perdu leurs trois joueurs majeurs - Paul, Stojakovic et West -, ce qui explique la très faible série en cours (2 victoires lors des dix derniers matches). Jusqu'au retour de son meneur fétiche espéré mi-février, la franchise de la Nouvelle Orléans va souffrir.

27.Philadelphie Sixers (9-23)
Le départ d'Allen Iverson a donné davantage de responsabilité à Andre Iguodala, désormais franchise-player. Le dunkeur fou s'est assagi et les Sixers restent sur quatre victoires lors des dix derniers matches dont un succès intéressant face aux Nuggets... d'Allen Iverson. Andre Miller et Joe Smith, d'abord bougons, trouvent petit à petit leur place.

28.Charlotte Bobcats (9-22)
Quatre victoires lors des dix derniers matches. Des joueurs qui progressent comme l'inattendu Matt Carroll, les Bobcats font de la résistance malgré le pedigree peu élevé des éléments de son effectif.

29.Atlanta Hawks (9 -20)
Une seule victoire lors des onze derniers matches, sept revers de rang... Les Faucons attendent désormais la draft pour dénicher la perle rare à l'intérieur. Joe Johnson mériterait bien une place de all-star mais la concurrence s'annonce rude.

30.Memphis Grizzlies (8-25)
Le retour de Pau Gasol sur les parquets n'a pas changé la donne de l'équipe nouvellement dirigée par Tony Barone. Stromile Swift semble cependant sortir de sa torpeur. Une saison à oublier...

www.sports.fr

vinsanity
Messages : 6334
Enregistré le : 26 août 2005, 21:44
Localisation : Sainté

Message par vinsanity »

Dallas, roi du pétrole

Non satisfait de régner en patron sur la Conférence ouest, Dallas s'est adjugé le derby texan en infligeant à Tony Parker (15 points) et San Antonio, son troisième revers d'affilée (90-85). Dirk Nowitzki a été l'un des artisans du 13e succès consécutif des Mavs (36 points, 8 rebonds) face à une formation des Spurs, toujours sans victoire en 2007. Ça ne va pas mieux pour Miami. Le champion, a subi une cinquième défaite d'affilée, face aux Suns (80-108). Boris Diaw signant une timide prestation (8 pts, 3 rebonds, 7 passes).

Image
Dallas est décidément impitoyable ! Plus qu'un deuxième succès en trois rencontres cette saison contre les Spurs de San Antonio (90-85), les coéquipiers de Dirk Nowitzki ont enchaîné dans la nuit de vendredi à samedi, une treizième victoire consécutive sur les parquets de NBA. Trois semaines d'invincibilité qui confortent plus que jamais les Mavs en tête de la Conférence Ouest (27-7). Un authentique exploit pour une franchise qui avait démarré son championnat avec quatre défaites en autant de sorties...

Une entame qui fait désormais figure de très lointain souvenir du côté de l'American Airlines Center. Vendredi, à San Antonio, Dallas a une nouvelle fois assommé un concurrent direct pour la victoire finale. Après les Suns de Boris Diaw, dominés 101-99 le 28 décembre dernier, ce sont les Spurs qui n'ont pu résister à la fougue de leurs voisins texans. Dans leur salle du SBC Center qui plus est. Un deuxième revers sur leur parquet face aux hommes d'Avery Johnson qui n'a pas fini de laisser des regrets dans la tête des coéquipiers de TP, eux qui étaient le mieux partis dans ce choc texan.

Le coup de gueule de Ginobili
Image
En tête durant les trois quarts du match, les Spurs s'appuient sur leur collectif pour faire rapidement grimper le score. Manu Ginobili, meilleur marqueur des siens (25 points) tire son équipe vers le haut. A la pause, San Antonio mène 51-40. Un ultime répit avant la révolte des Mavs. A la baguette, le métronome Nowitzki (36 points et 8 rebonds au final) harcèle le cercle des Spurs. Dallas s'en remet également à Josh Howard (18 points, 12 rebonds) pour refaire son retard. Ce sera chose faite à un peu moins de quatre minutes du terme (80-80). Avant que les leaders de la Conférence Ouest, irrésistibles, n'enclenchent la vitesse supérieure dans le money-time. Pour, au final, récolter une troisième victoire consécutive dans la salle de leurs rivaux.

Un succès d'importance qui ne fait pourtant pas tourner les têtes des Mavs. Avery Johnson préfère effectivement la jouer modeste au coup de sifflet final: "Les Spurs viseront le titre cette saison encore. Et je pense que personne ne se souviendra de ce match si nous devons nous rencontrer un peu plus loin dans le championnat. N'oublions pas que nous ne sommes qu'en janvier." En face, Gregg Popovitch préférait ne pas blâmer ses troupes: "Nous avons effectué un gros travail. Nous avons juste été un peu courts en fin de match et cela a fait la différence." Un point de vue pas forcément partagé par Manu Ginobili, bien plus sévère: "A nous de prendre conscience que nous pouvons beaucoup nous améliorer" Assurément une bonne résolution pour les Spurs en 2007...

Les Français:
Image
Avec 15 points et 4 passes décisives à son actif, Tony Parker, dans le sillage de Ginobili et Duncan, a fait son match contre les Mavs. Insuffisant toutefois pour décrocher la victoire. Le constat est différent pour Boris Diaw, certes vainqueur avec les Suns d'un Heat en pleine déliquescence (108-80), mais qui n'a réussi à inscrire que 8 points contre Miami. A Seattle, si Johan Petro (5 points, 2 rebonds) s'est montré discret, Mickaël Gelabale a rendu une jolie copie (10 points en 20 minutes de jeu) malgré la défaite contre les Knicks (93-111). Du côtés des Lakers, outre ses 9 rebonds, Ronny Turiaf a pu se vanter, avec 8 unités, d'avoir inscrit autant de points que son leader Kobe Bryant contre Denver (123-104). Des Nuggets au sein desquels Yakhouba Diawara, une nouvelle fois titulaire, a tenu son rang avec 13 points. Trois de moins seulement qu'un bien timide Allen Iverson...

La stat:
Image
Et vogue la galère pour Miami... Vendredi, le Heat, champion en titre, a essuyé un cinquième revers consécutif. A Phoenix, les Floridiens, privés de leurs stars Shaquille O'Neal et Dwayne Wade sans oublier leur coach Pat Riley, officiellement convalescent mais qui serait surtout exaspéré par la pauvreté du jeu de sa formation, n'ont pas fait le poids. Balayés par les Suns (108-80), les hommes de Ron Rothstein ne pointent qu'en onzième position dans la Conférence Est (13-19). Et attend désespérément le retour de ses vedettes...

www.sports.fr

TitusPullo77
Messages : 33971
Enregistré le : 28 juil. 2005, 11:49
Localisation : En bordure de forêt de Fontainebleau

Message par TitusPullo77 »

Duncan semble à la rue ces derniers temps non ?
Ginobili et Parker ne peuvent pas tout faire.

vinsanity
Messages : 6334
Enregistré le : 26 août 2005, 21:44
Localisation : Sainté

Message par vinsanity »

Ah non pas vraiment ... si y'en a un des trois qui est un peu en dessous cette saison, c'est plutôt Manu (peut être pas sur le match d'hier soir, certes). mais le principal problème c'est que ces 3 là son pratiquement seuls au monde. L'impact du pivot assez faible, et le banc apporte peu malgré la qualité ... :???:

la buse
Messages : 19195
Enregistré le : 01 août 2005, 16:33

Message par la buse »

Oui je suis assez inquiet pour les spurs .
Ils sont cata dans le money-time et n'ont plus du tout leur collectif des saisons passées.
Phoenix et Dallas m'ont l'air assez nettement au dessus.

lolo72
Messages : 1001
Enregistré le : 02 août 2005, 21:20
Localisation : Le Mans

Message par lolo72 »

vinsanity a écrit :
Pour moi Amagou n'a pas le potentiel de Bokolo. Ce dernier a une dimension physique beaucoup plus importante, qui lui donne la capacité, dans les mauvais jours, à apporter ailleurs qu'au scoring. Amagou est, certes, un meilleur shooteur, mais pour le reste ...

Bokolo est un vrai prospect, peut etre pas pour la NBA (encore que ... avec ses qualités physique ... mais la NCAA regorge de joueurs comme lui), mais à coup sur pour l'euroleague. Prenons l'exemple d'hier soir, il ne met que 3pts en 20 minutes (2 shoots ratés, les deux contrés), mais il prend 6 rebonds, fait 4 assists et même un petit contre. Au final, ça fait tout de même 13 d'éval pour seulement 3pts. Sur les trois dernières sorties en euroleague il fait 14-17-13 d'éval. Ce qui est très intéressant.

A mon avis, il a pas mal souffert (comme beaucoup d'autres) du contre coup du championnat du monde, mais là, il revient plutôt bien, même si c'est moins marqué en Pro A qu'en Euroleague. Pour moi Bokolo est déjà un joueur majeur de l'équipe du Mans. Malgré l'arrivée de Wheeler, il garde un temps de jeu et un impact tout à fait significatifs.

En début de saison, sans Wheeler, les 2 jeunes ont semblé sombré, alors qu'en fin de saison dernière ils tenaient parfaitement le coup ... mais il y avait Guice derrière, capable de les suppléer. En début de saison, peut etre trop de fatigue, trop de pression, ça les a freiné, mais aujourd'hui, en tout cas pour Bokolo, il joue un rôle tout à fait intéressant.

Amagou, je suis pas trop fan, et puis je connais beaucoup moins :mrgreen:
belle analyse :ok:

Bokolo n'a pas eu de vacances depuis 2 ans, c'est ce qui explique son début de saison assez médiocre. De plus, il joue a un poste qui n'est pas vraiment le sien, c'est Vincent Collet qui a décidé la saison derniere de le faire en tant que meneur alors que naturellement c'est plus un 2. Quand a Wheeler, il pourrait bientot refaire ses valises vu ses pietres performences.

Pour Amagou, c'est un super de defenseur ( peut etre un des meilleurs français ), mais repositionné sur un poste 2-3, il est actuellement en manque total de confiance et n'a le rendement offensif que l'on pourrait esperer.

Pour la qualif pour le top 16 de l'Euroleague, tout n'est pas encore perdu, il suffit de battre Moscou et Cologne a domicile et d'aller gagner soit a l'Olympiacos ou a Tau Vitoria : fastoche :mrgreen:
Le résumé du match MSB - Efes Pilsen ( avec le "petit contre" du Bok :wink: ) se trouve ici : http://www.msb.fr/medias_list.asp?annee ... _media=mov

Ce soir, remake de la finale du championnat a Antares ( merci aux nanceéns pour avoir refusé de reculer le match :evil: ) avec pour enjeu principal la qualif pour la semaine des As.
[img]http://www.msb.fr/images/clubs/logo/lemans.jpg[/img]
"Il y a des choses que le temps ne peut cicatriser,
des blessures si profondes,
qu'elles se sont emparées de vous "

vinsanity
Messages : 6334
Enregistré le : 26 août 2005, 21:44
Localisation : Sainté

Message par vinsanity »

la buse a écrit :Oui je suis assez inquiet pour les spurs .
Ils sont cata dans le money-time et n'ont plus du tout leur collectif des saisons passées.
Phoenix et Dallas m'ont l'air assez nettement au dessus.
La vérité du moi de Janvier est rarement celle du mois de Mai, là ou se joue vraiment la saison. Il n'est pas forcément très bon d'être aussi fort aussi tôt en NBA. En atteste les baisses de régimes des Pistons l'an passé ou des Suns il y a deux ans. Et puis les playoffs, c'est toujours une toute autre histoire, ou la défense devient la clé de tout, ou les grands joueurs se réveillent. L'air des playoffs revigorera sans doute ce bon Robert Horry, ou Michael Finley. N'en doutons pas.
avec le "petit contre" du Bok
J'ai dit ça comme ça, mais c'est vrai que les contre de Bokolo sont pour la plupart effectué en haute altitude et son souvent assez spectaculaires.

Sinon ce soir deux matchs pour les clubs pro ligériens :
La Chorale se déplace au Havre (6ème) pour un gros match à n'en pas douter
Le SEB se déplace à Levallois (7ème) avec un seul américain, le pigiste de Aaron Coombs (ce pivot US tant décrié), Erroyl Bing, n'étant pas encore qualifié. Ce dernier était le pivot du CSP Limoges en N1 l'an passé. Il est réputé pour ses qulités de rebondeurs essentiellement. Un domaine ou Coombs n'excellait pas forcément.

vinsanity
Messages : 6334
Enregistré le : 26 août 2005, 21:44
Localisation : Sainté

Message par vinsanity »

La soirée se déroule plutôt bien pour le moment pour les clubs ligériens ...

Le Havre - 33 - 39 - Roanne (mi-temps)
14pts 6rbds déjà pour Marc Saylers

Levallois - 31 - 37 - SEB (mi-temps)
10pts de Gary Staelens
8pts 4rbds de Bobby Dixon
3pts 5rbds de Passave
6pts 3rbds de Phillips

GreenFloyd
Messages : 9755
Enregistré le : 30 août 2005, 13:57
Localisation : Paris

Message par GreenFloyd »

je vais surement voir Poitiers - Saint Etienne en ProB dans deux semaines :wink:

vinsanity
Messages : 6334
Enregistré le : 26 août 2005, 21:44
Localisation : Sainté

Message par vinsanity »

Victoire de la Chorale 72-69
Défaite du SEB 73-65 :sad:

lolo72
Messages : 1001
Enregistré le : 02 août 2005, 21:20
Localisation : Le Mans

Message par lolo72 »

superbe victoire du MSB contre Nancy 72 a 61 avec encore une fois un Kenny gregory au dessus du lot 21 pts, 8 rebonds et 5 passes decisives et surtout un alley-oop (ortho ???) superbe avec son compere Eric Campbell. Bon match de Wheeler qui semble retrouver de la vitesse et d'Amagou.
Citation:
avec le "petit contre" du Bok


J'ai dit ça comme ça, mais c'est vrai que les contre de Bokolo sont pour la plupart effectué en haute altitude et son souvent assez spectaculaires.
pas de probleme :wink: .
C'est vrai qu'il a une detente assez exceptionnelle :shock:
[img]http://www.msb.fr/images/clubs/logo/lemans.jpg[/img]
"Il y a des choses que le temps ne peut cicatriser,
des blessures si profondes,
qu'elles se sont emparées de vous "

vinsanity
Messages : 6334
Enregistré le : 26 août 2005, 21:44
Localisation : Sainté

Message par vinsanity »

Les As se dévoilent

Seule équipe à être apparue solide jusqu'alors au sommet de la hiérarchie d'un championnat sans dessus-dessous, Nancy n'a pas eu la trêve profitable, battu samedi soir dans le cadre de la 16e journée de Pro A. Un faux pas qui permet non seulement à Roanne et Chalon de revenir à hauteur du Sluc en tête du classement mais également au Mans, auteur de ce crime de lèse-majesté (73-61), d'arracher probablement son billet pour la Semaine des As, à l'instar de Strasbourg, vainqueur après prolongation face à Orléans.


Ca se précise pour la Semaine des As ! En attendant le choc dominical qui opposera Gravelines à Lyon en clôture de la 16e journée de Pro A, le traditionnel rendez-vous hivernal, programmé à mi-parcours du championnat, et qui se tiendra cette année entre le 8 et le 11 février prochain, a certainement vu ses contours se dessiner ce week-end.

Et le grand perdant à ce petit jeu des chaises musicales pourrait bien être le PBR. Défaits pour la troisième levée consécutive sur le parquet de Chalon (78-81), les Parisiens, bien qu'ayant vendu chèrement leur peau dans les derniers instants de la rencontre, ont probablement perdu leurs dernières illusions devant la réussite de Best et Everett (20 et 23 points respectivement). Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, les Chalonnais comptent a contrario parmi les grands gagnants de cette première journée de l'année.

Le MSB, roi des As

Au même titre que Roanne, victorieux au Havre (72-69) grâce au rendement de son trio de choristes américains Salyers (19 points) - Spencer (15 points) - Harper (13 points) et ainsi relancé dans la course au titre national après une fin d'automne calamiteuse marquée par trois revers de rang, Chalon-sur-Saône trône désormais en tête du championnat aux côtés de Nancy, jusqu'alors leader peu enclin au partage mais victime d'un relâchement coupable au Mans (61-73).

Malmenés cette semaine en Euroligue, les Sarthois n'ont laissé aucune chance au patron de la Pro A, dominateurs dans tous les compartiments du jeu et mis sur orbite par un Kenny Gregory de gala (21 points, 8 rebonds) . Un sursaut d'orgueil salvateur qui assure la présence du MSB à la Semaine des As. La moindre des choses pour le tenant du titre. Tombeur au bout du suspense d'Orléans (106-95 après prolongation), avec un intenable Michael Smith (28 points, 6 rebonds) et un non moins remuant Claude Marquis (23 points, 11 rebonds), Strasbourg devrait également être de la partie le mois prochain. En revanche, la qualification est loin d'être acquise pour Pau, certes probant vainqueur à Cholet (70-56) mais toujours englué dans la deuxième moitié du classement.

www.sports.fr

lolo72
Messages : 1001
Enregistré le : 02 août 2005, 21:20
Localisation : Le Mans

Message par lolo72 »

le shoot de Spencer qui donne la victoire a Roanne face au Havre :
http://www.premiumwanadoo.com/stb.com/s ... uzzer.html
[img]http://www.msb.fr/images/clubs/logo/lemans.jpg[/img]
"Il y a des choses que le temps ne peut cicatriser,
des blessures si profondes,
qu'elles se sont emparées de vous "

Greengexois exilé
Messages : 2815
Enregistré le : 12 sept. 2005, 13:16
Localisation : Vonnas

Message par Greengexois exilé »

Info NBA : TP ne joue pas ce soir :shock:

Jerome Moïso est à créditer d'un bon match lors de la victoire de Bologna à Trévise 76-74 avec 9pts et 9 rbds en 26 minutes. Pas mal dommage la maladresse aux LF : 3/6 et les 5 fautes
"On peut rire de tout mais pas avec n'importe qui." Pierre Desproges.

vinsanity
Messages : 6334
Enregistré le : 26 août 2005, 21:44
Localisation : Sainté

Message par vinsanity »

Les Lakers abattent l'as

Soirée faste pour les Lakers. Non content d'offrir une 900e victoire à Phil Jackson, les Californiens ont en effet terrassé les Mavericks 98-101, mettant ainsi fin à la série de 13 victoires consécutives de Dallas. Un succès de prestige qui doit évidemment beaucoup à Kobe Bryant, auteur de 12 de ses 26 points dans le dernier quart, mais également à Ronny Turiaf, 13 points au compteur, et qui permet aux Suns, vainqueurs 128-105 des Warriors, de se rapprocher au classement. Sans Tony Parker, les Spurs ont renoué avec la victoire 96-110 à Memphis.

Le match

Pour sa 900e victoire en carrière dans la Ligue, Phil Jackson pouvait difficilement espérer meilleur scénario: un succès arraché dans les dernières secondes face aux intraitables leaders de la Ligue. Forcément, ce pallier symbolique est à marquer d'une pierre blanche. D'autant que s'il ne pointe qu'en neuvième position au classement des entraîneurs les plus victorieux dans la Ligue, il est bien le plus rapide à atteindre le cap des 900 victoires, après seulement 1264 matches. Après avoir reçu le ballon du match des mains de Kobe Bryant, Phil Jackson n'avait pourtant que faire de cette marque, le coach aux neuf bagues de champion ne souhaitant retenir que cette victoires face aux Mavericks.

«Le plus important ce soir, c'était de se confronter avec ce qui se fait de mieux dans la Ligue. Et les gars ont pu montrer qu'on en était pas là par hasard. Ce sont des compétiteurs de premier plan et ils en ont fait une nouvelle démonstration.» A l'instar d'un bilan de 23 victoires pour 11 défaites, soit le cinquième meilleur ratio de la Ligue, à éclairer par les absences plus ou moins longues cette saison de Lamar Odom, Kwame Brown ou Kobe Bryant en ouverture, les Californiens ont en effet fait preuve d'une belle pugnacité face aux Mavericks. Car si le premier acte avait été à leur avantage, les pensionnaires du Staples Center prenant rapidement dix longueurs d'avance, la suite de la rencontre n'allait pas leur être aussi favorable. Non seulement, les Mavs viraient en tête à la pause (48-51), mais ils continuaient à imposer leur loi au retour des vestiaires pour prendre leurs aises avec, à leur tour, onze points d'avance au coeur du troisième quart.

De quoi songer sérieusement à une quatorzième victoire de rang! Mais c'était sans compter sur l'inévitable Kobe Bryant. Jusqu'alors en retrait avec 14 points au compteur après les trois premiers quarts, l'artificier en chef des Lakers a en effet passé la surmultipliée dans la dernière ligne droite, y inscrivant 12 points, dont six dans les deux dernières minute, pour terminer avec un 9 sur 20 aux tirs synonymes de 29 points, 8 rebonds et 6 passes. Pour autant, la victoire des Lakers est également collective. Alors que Luke Walton n'a pas manqué de confirmer sa nouvelle dimension dans le jeu d'attaque en triangle avec 21 points et 6 passes et surtout sept points consécutifs inscrits à l'entame des cinq dernières minutes, que Ronny Turiaf a profité à plein des 28 minutes de jeu pour rendre 13 points à 5 sur 9, 4 passes et 3 rebonds, c'est ainsi Sasha Vujacic qui a porté l'estocade finale d'un maître trois points enquillé à 30 secondes de la sirène.

Ajoutez-y 16 points à 6 sur 7 aux tirs synonymes de nouveau record en carrière, et ce deux jours après avoir terminé fanny face aux Nuggets à 0 sur 5, et le jeune Slovène pouvait bien avoir le sourire à l'issue du match. «La confiance est toujours, toujours en moi. Mes coéquipiers m'ont trouvé pour des tirs ouverts. Je voulais juste prendre mes responsabilités et montré qu'on pouvait me faire confiance. C'est vraiment génial.» Car il fallait bien cette saillie inattendue de Vujacic pour estourbir des Mavericks fidèles à eux-mêmes. Même si Avery Johnson regrettait ce «dernier quart qui ne leur ressemblai pas», les Texans ont notamment pu compter sur l'habituel abattage de Dirk Nowitzki, 29 points et 13 rebonds, et de Josh Howard, 20 points et 9 rebonds. Mais cette fois, il en aurait fallu plus, quand bien même Jerry Stackhouse inscrivait 14 points en 15 minutes.

Les Français
Des trois autres Tricolores en plus de Turiaf au programme de la nuit, seuls deux ont finalement répondu présent. Gêné par une douleur à la hanche droite, Tony Parker s'est en effet fait porter pâle pour la rencontre à Memphis. Il en aurait néanmoins fallu plus pour empêcher San Antonio de renouer avec la victoire après trois revers consécutifs, les Texans s'imposant chez les Grizzlies 96-110 avec 34 points de Manu Ginobili et Tim Duncan se lâchant à l'issue du match «On a vu la différence ce soir : on a gagné le match. Ce qui signifie quelque chose: on doit transférer Parker.» Le sourire est revenu dans le camp des Spurs...

Un sourire qui ne semble pas près de quitter les visages des Suns de Boris Diaw. Mickael Pietrus et les Warriors l'ont d'ailleurs appris à leurs dépens à l'occasion de leur déplacement dans l'Arizona pour cette confrontation franco-française. Car le Guadeloupéen a eu beau remporter son duel face à son ancien coéquipier palois, signant 15 points à 5 sur 9 aux tirs et 4 rebonds en 31 minutes contre 10 points à 5 sur 9 et 8 rebonds en 29 minutes pour le capitaine tricolore, c'est bien ce-dernier qui a terminé la soirée avec le sourire des vainqueurs. Golden State ne tenant la comparaison que le temps d'un premier acte accroché, Phoenix s'est en effet aisément imposé 128-105 pour signer un sixième succès consécutif qui leur permet de rester au contact des Mavericks en tête de la Ligue.

Le joueur
Un seul être vous manque et tout est dépeuplé... Miami n'a eu de cesse de vérifier l'adage depuis le début de saison avec tout d'abord l'absence longue durée de Shaquille O'Neal, espéré sur les parquets d'ici deux semaines, puis celle, récente, de Dwyane Wade. Aussi le Heat attendait-il beaucoup du retour aux affaires de son meneur de jeu à l'occasion du déplacement chez les Blazers. Avec raison puisque, absent depuis quatre matches en raison d'une douleur au poignet, Wade n'a pas manqué sa première sortie de l'année 2007. Alors que les Floridiens restaient sur une série noire de cinq défaites consécutives, le meneur de Miami a en effet conduit les siens à la victoire 90-93. Les champions 2006 ont pourtant accusé jusqu'à 16 points de débours au cours du deuxième quart, mais porté par les 33 points à 9 sur 17 aux tirs, 5 rebonds et 3 passes de Wade, le Heat a passé un 24-13 à ses hôtes dans le dernier acte pour sceller une victoire synonyme d'espoir retrouvé.

www.sports.fr

vinsanity
Messages : 6334
Enregistré le : 26 août 2005, 21:44
Localisation : Sainté

Message par vinsanity »

Houston, pas de problème!

L'absence de Yao Ming, un problème? Quel problème? Bien que privés de leur poutre chinoise depuis trois semaines, les Rockets n'ont en effet pas levé le pied. En atteste leur succès à Chicago 77-84 grâce, évidemment, à la nouvelle performance de choix de Tracy McGrady, 31 points et 8 passes en Illinois. De quoi garder le contact avec les autres cadors texans. Pour le reste, Sam Cassell a signé, chez les Hornets, un retour remarqué avec les Clippers, vainqueurs 90-100 et Yakhouba Diawara n'a pas pesé dans la victoire des Nuggets, 104-92 sur les Bucks.

Le match

Et si la meilleure équipe du Texas et donc, peu ou proue, de la Ligue était à chercher au sud-est de l'état, du côté de Houston... Certes les Rockets pointent à distance respectable -cinq victoires- des intraitables voisins de Dallas et sont également devancés, de deux matches, par ceux de San Antonio. Mais à voir le début de saison réussi par les troupes de Jeff Van Gundy malgré leur habituel lot de blessures, la question mérite de poser. Car comme de coutume du côté du Toyota Center, l'infirmerie locale ne chôme pas: alors que Tracy McGrady est devenu un habitué des lieux en raison de ses récurrents problèmes de dos, Yao Ming est entré dans la place depuis Noël et sa funeste fracture du genou. Aussi faudra-t-il encore patienter pour savoir si les Rockets peuvent tenir la comparaison avec la concurrence texane, attendre que l'axe fort Yao-T-Mac soit reconstitué, les deux hommes n'ayant évolué ensemble que lors de 19 des 35 matches joués depuis le début de saison.

En attendant le retour du géant chinois, ce dernier ayant assisté à Chicago au premier match de ses coéquipiers depuis sa blessure, force est néanmoins de reconnaître que les Rockets se portent bien. Avec six victoires en huit matches disputés sans le numéro un de la draft millésime 2002, le bilan est d'ailleurs des plus flatteurs. D'autant que le pedigree des derniers adversaires plaide en leurs faveurs. Et après s'être offerts le scalp des Jazz puis avoir cédé, la veille, en prolongation chez les Wolves, les Texans ont donc maté les Bulls, pourtant à leurs aises au United Center comme en témoigne leur bilan à domicile (15v.-4d.).

Les Français
Lundi oblige, avec seulement trois matches au programme, la nuit des Français a été des plus maigres, un seul d'entre eux officiant: Yakhouba Diawara qui, avec ses Nuggets, accueillait les Bucks. Et si Denver a bien profité de l'absence de Michael Redd, sur le flanc pour au moins quatre semaines, pour s'imposer sans difficulté 104-92 et ainsi renouer avec la victoire après cinq défaites consécutives, l'ancien Dijonnais, de retour sur le banc au profit d'Earl Boykins après une série de huit matches en tant que titulaire, ne s'est guère mis en évidence. La faute à une nouvelle panne d'adresse, le Français terminant fanny en 24 minutes avec un 0 sur 5 aux tirs dont 0 sur 3 à trois points, 3 rebonds, 1 passe et 3 pertes de balle.

Les Tricolores auront l'occasion de se rattraper la nuit prochaine puisqu'ils seront cinq à l'affiche. Si Tony Parker est toujours incertain pour la réception des Blazers en raison d'une douleur à la hanche droite, souvenir de la visite des Mavs, vendredi, Boris Diaw accueillera, lui, à Phoenix le tandem guadeloupéen de Seattle Johan Petro-Michael Gelabale, le dernier restant sur une première titularisation face aux Warriors, et Ronny Turiaf, à son avantage, dimanche, face à Dallas, tentera de confirmer, avec les Lakers, ses bonnes dispositions du moment à l'occasion du déplacement chez les Grizzlies.

Le joueur
«Je déteste abandonner mon équipe. Je sais que les gars ont besoin de moi en ce moment, mais je ne suis pas très utile en jouant dix minutes par ci, dix minutes par là, surtout dans mon état.» expliquait Sam Cassell alors que le meneur des Clippers venait de se résoudre à observer deux semaines de repos forcé, la faute à une inflammation de la voûte plantaire. Force est de constater que cette période d'inactivité a porté ses fruits puisque pour son retour, le meneur californien a frappé un grand coup. Car si les Clippers ont renoué avec la victoire à l'occasion de leur visite à Oklahoma City, s'imposant 90-100 après un week-end marqué par deux défaites, à Washington puis à Atlanta, ils le doivent bien à leur double-champion NBA. Non seulement, pour son retour, Sam Cassell s'est mis sur son 31, sortant du banc pour signer un réussi 11 sur 23 aux tirs en 35 minutes et y ajouter 5 rebonds et 4 passes, mais surtout celui qui a toujours été à son aise dans les dernières minutes d'une rencontre a une fois encore forcé la décision en inscrivant 10 de ses 31 points dans le 17-3 synonyme de victoire passé par les Californiens à leurs hôtes. Un premier tir primé pour mettre les siens définitivement devant, un second encadré par deux paniers à deux points et le sort des Hornets était réglé...

www.sports.fr

vinsanity
Messages : 6334
Enregistré le : 26 août 2005, 21:44
Localisation : Sainté

Message par vinsanity »

Wunderbar Nowitzki!

La défaite concédée, dimanche chez les Lakers sera restée sans suite... En visite chez les Jazz pour un choc au sommet, les Mavs ont en effet repris leurs bonnes habitudes en s'imposant sur le fil 105-108 grâce à Dirk Nowitzki en mode MVP avec 38 points à 12 sur 18 aux tirs. Autres cadors sur le pont, Suns et Spurs l'ont également emporté, respectivement 113-102 face aux Sonics et 98-84 face aux Blazers. Côté français, si Tony Parker a signé 14 points et Boris Diaw 10 points-7 passes, c'est Johan Petro qui a été le plus en vue avec 10 points-10 rebonds.

Les Français

Soirée somme toute réussie pour le camp tricolore. Des cinq Français sur le pont la nuit dernière, Mickael Pietrus et Yakhouba Diawara étant au repos, il n'y a bien, finalement, que Ronny Turiaf qui a terminé la soirée avec une soupe à la grimace. Non seulement ses Lakers se sont lourdement inclinés chez les Grizzlies, pourtant bon derniers de la Ligue, les Californiens cédant 128-118, mais le Français n'a pas confirmé sa belle sortie de dimanche face aux Mavs. La faute aux... fautes qui l'ont éliminé après seulement dix minutes de jeu pour 4 points à 2 sur 4 aux tirs, 4 rebonds.

Pour le reste, les Bleus peuvent avoir le sourire. Le tandem des Sonics en a certes été quitte pour une nouvelle défaite, la cinquième consécutive, Seattle mordant en effet la poussière à Phoenix 113-102. Mais nul doute que Boris Diaw n'a pas manqué de les féliciter pour leur prestation. Pendant que l'un, Mickael Gelabale, prenait ses aises dans le cinq majeur avec 43 minutes de jeu pour cette deuxième titularisation consécutive, l'ancien Choletais rendant 12 points grâce à un réussi 6 sur 7 aux tirs et 5 rebonds, l'autre, Johan Petro, sortait du banc pour signer un double-double en 28 minutes avec 10 points à 5 sur 12 aux tirs, 10 rebonds et 2 passes. De quoi faire de l'ombre à leur capitaine en sélection, Boris Diaw terminant, lui, avec 10 points à 4 sur 8 aux tirs, 7 passes et 3 rebonds

Enfin, dernier Français en lice, Tony Parker s'est rassuré. Alors que les Spurs ont profité de la visite des Blazers pour signer un second succès de rang, 98-84, le meneur texan a pu faire son retour après avoir dû sécher le match de dimanche en raison d'une douleur à la hanche. Pour cette reprise, TP n'a toutefois pas eu à forcer, Greg Popovich le préservant avec seulement 21 minutes de jeu. Un temps de jeu limité qui lui a néanmoins suffi pour signer 14 points grâce à un efficace 6 sur 9 aux tirs, le rayon passes restant en revanche vide...

Le joueur
Si Dirk Nowitzki a marqué la nuit NBA de tout son talent, l'Allemand n'a toutefois pas été le seul à briller. A Philadelphie, fort d'un réussi 13 sur 18 aux tirs, Tayshaun Prince en a même battu son record en carrière avec 33 points pour permettre aux Pistons de s'imposer 89-98. Soirée également faste pour LeBron James puisque si les Cavaliers l'ont emporté 98-108 à Sacramento, ils le doivent, évidemment, aux 34 points et 7 passes de leur maître à jouer. Même constat pour les Nets et les Grizzlies, les premiers s'imposant 101-86 face aux Raptors grâce aux 32 points de Vince Carter et les seconds se payant les Lakers 128-118, les 25 points et 13 rebonds de Pau Gasol l'emportant sur les 25 points de Kobe Bryant.

Pour autant, la palme de la soirée est à chercher du côté de Phoenix. Et une fois n'est pas coutume et malgré leur victoire 113-102, ni Steve Nash, ni Shawn Marion, pourtant auteurs de 27 points-11 passes et 29 points-15 rebonds n'y ont droit. La faute à un Nick Collison, auteur de son meilleur match en carrière avec les Sonics. Car l'ancien de Kansas n'a pas seulement battu son record de points avec 29 points à 12 sur 18 aux tirs contre 21 auparavant, il a fait de même pour les rebonds avec une prise record de 21 rebonds, dont 8 offensifs! «Statistiquement, c'est sûrement trois fois plus que mes moyennes habituelles. C'est un bon match sur le plan personnel, quand vous avez un grand match comme ça et que vous perdez de 15 points, vous ne vous sentez pas particulièrement bien.» prenait néanmoins soin de modérer l'intérieur de Seattle.

www.sports.fr

vinsanity
Messages : 6334
Enregistré le : 26 août 2005, 21:44
Localisation : Sainté

Message par vinsanity »

Gordon Herbert sans élan

La mayonnaise ne prend pas. Gordon Herbert, arrivé cet été du PBR en remplacement de Didier Gadou, avait pour mission de redorer le blason béarnais. Sans succès. Le classement moribond des Palois en Pro A s'ajoute à une hypothétique place dans le Top 16 européen qui se jouera d'ici à la fin janvier. Première étape dans son opération redressement, Pau-Orthez reçoit Salonique mercredi, pour le compte de la 11e journée d'Euroligue. Un match couperet, déjà, pour le coach palois. Comme tous ceux qui suivront.


"Lui, il y croit toujours. Moi, je lui réponds que nous n'avons plus de joker." Pierre Seillant est sans détour lorsqu'il évoque le futur proche de l'Elan Béarnais et celui de son coach, Gordon Herbert. Pourtant, le directeur exécutif palois pensait certainement avoir trouvé l'homme de la situation pour succéder à Didier Gadou, l'été dernier. Herbert restait en effet sur deux saisons prometteuses au Paris Basket malgré des moyens faméliques. Mais, seulement six mois après avoir débarqué, le Canadien est sur la sellette. Son seul recours serait de bien figurer en Euroligue où l'Elan Béarnais espère encore se faufiler dans le gotha des seize meilleures formations européennes. Cela passera par une victoire contre Salonique, mercredi, lors de la 11e journée.

Pierre Seillant : "Le mois de janvier sera déterminant"

Un succès qui devra en amener d'autres tant le mois de janvier s'avère crucial pour l'avenir de Gordon Herbert. Le sort de l'entraîneur semble intimement lié à celui de Pau Orthez sur la scène européenne car en championnat, le club est aux abois. Pierre Seillant a d'ores et déjà annoncé la couleur fin décembre dans les colonnes de La République : "Il n'est pas encore question de paniquer. On ne peut pas tout changer. Casser pour casser, je n'en ai ni envie, ni les moyens ! Pour l'instant, on reste comme nous sommes. Jusqu'à la fin du mois de janvier qui sera déterminant." Et d'ici là, quatre matches sont au programme du parcours béarnais en Euroligue.

Outre la réception de Salonique, les joueurs de Gordon Herbert accueilleront Naples et Kaunas pour un seul déplacement, à Trévise. Des équipes a priori à la portée des Béarnais, pour l'instant quatrièmes de leur groupe. Mais le manque criant de régularité risque de jouer des tours à l'Elan. Les joueurs, décevants pour la plupart, semblent nettement plus concernés par le grand bain européen que par la Pro A, moins exposée. Et les forces se dispersent, inexorablement. A tel point même que le pauvre coach Herbert ne les trouve plus.

Un parcours de combattant

Cette situation de crise, le natif de Penticton, au Canada, la connaît bien. Sans doute trop à son goût. Son passage au PBR de 2004 à 2006 avait confronté cet assoiffé de victoires à des situations peu ordinaires comme par exemple entraîner un groupe de seulement cinq joueurs ! Mais ne comptez pas sur le personnage pour se chercher des excuses. Non. Herbert est du genre téméraire et ses résultats le prouvent : champion d'Allemagne avec Francfort en 2004, alors que le club n'avait jusque là conquis qu'une coupe nationale en 2000, 4e de Pro A avec Paris l'année suivante dans les circonstances évoquées.

Alors, pourquoi les résultats ne l'ont-ils pas suivi dans les Pyrénées cette saison ? Son discours axé principalement sur les vertus de la défense n'a visiblement pas été digéré par ses hommes. Du coup, l'ancien ailier shooteur de la sélection canadienne, historique quatrième lors des Jeux Olympiques de 1984, se sent perdu. Un vide qui, en temps normal, ne devrait pas effrayer pour autant cet amoureux des grands espaces installé pendant plus d'une décennie en Finlande, dont il a également la nationalité. Mais sa situation au Béarn ne requiert plus aucune patience. Il doit emmener les siens le plus loin possible en Europe, et de toute urgence.

www.sports.fr

vinsanity
Messages : 6334
Enregistré le : 26 août 2005, 21:44
Localisation : Sainté

Message par vinsanity »

Pau-Orthez bat Salonique 77-62 et se rapproche donc un peu plus du Top 16 :)

vinsanity
Messages : 6334
Enregistré le : 26 août 2005, 21:44
Localisation : Sainté

Message par vinsanity »

Pau touche au but !

En dominant l'Aris Salonique au Palais des Sports, mercredi soir dans le cadre de la 11e journée d'Euroligue (77-62), l'Elan Béarnais a effectué un pas déterminant vers le Top 16 européen. Dominateurs face à une formation grecque alors au coude à coude avec eux dans le groupe C, les hommes de Gordon Herbert ont pu compter sur un Michael Wright retrouvé (12 points, 7 rebonds) pour aisément l'emporter. Gâtés, les fans de l'Elan ont également pu se régaler de la performance de leur nouvelle recrue américaine, Melvin Sanders (10 points).


Pau goûtera aux joies du Top 16 européen, c'est une certitude ! Même si mathématiquement, l'Elan, sous la légère menace napolitaine, devra encore patienter pour relâcher la pression, mercredi, les hommes d'Herbert Gordon ont mis tous les atouts de leur côté afin de se tirer avec brio du terrible groupe C de la complétion continentale. Face à l'Aris Salonique, une semaine après leur pâle défaite sur le parquet du CSKA Moscou (58-78), les protégés de Pierre Seillant n'ont pas tremblé, empochant au final un succès aussi large que mérité (77-62).

Au coup d'envoi du match, l'attraction numéro 1 pour les spectateurs du Palais des Sports ne se trouvait pas sur le parquet, mais bien sur le banc Un temps élément du prestigieux roster des San Antonio Spurs, l'arrière-ailler américain Melvin Sanders, arrivé l'avant-veille à Pau et seulement qualifié pour les matches d'Euroligue, était scruté avec attention. Fort de 10 points en 16 minutes de jeu, l'ex-pensionnaire de l'Université d'Oklahoma, a réussi ses grands débuts dans le Béarn. Nul doute que son apport pourra se révéler déterminant pour la suite de la campagne continentale de l'Elan Béarnais.

Ferchaud, c'est show !

Sur le parquet, ses coéquipiers ont également fait valoir leurs atouts contre Salonique. Battus en Grèce de deux points à l'aller (72-74), les coéquipiers de CC Harrison avaient bien fait de ne pas prendre l'Aris à la légère. Car même privée de son trublion américain Terrell Castle, la formation hellène, au coude à coude avec Pau pour la 4e place du groupe, reste redoutable. Son entame de partie en a d'ailleurs témoigné, avec un 6-2 infligé aux locaux ! Un début de match timide que les Palois allaient par la suite effacer. Toujours en tête à la fin de chaque période, les sudistes ont parfaitement mené leur barque.

En tête d'affiche, Michael Wright (12 points, 7 rebonds) a conduit les siens sur la voie du succès. Inexistant à Moscou, Aaron Miles a su lui mener le jeu avec intelligence. Venu du banc, Cédric Ferchaud a profité de la belle soirée paloise pour se montrer sous son meilleur jour. Intraitable derrière la ligne (4 sur 4 à trois points), le transfuge de Cholet a permis à l'Elan de s'envoler au score. La formation française aura ainsi pu compter jusqu'à 20 points d'avance au tableau d'affichage, avant que l'Aris, emmené par Alex Scales (17 points, meilleur marqueur du match) ne se reprenne dans les toutes dernières minutes.

Un relâchement final qu'Herbert Gordon pardonnera sans aucun doute à ses troupes. Avec un tableau de marche en Euroligue supérieur aux espérances initiales, le coach palois peut avoir le sourire. Comme un poisson dans l'eau sur les parquets continentaux, les Béarnais ne devraient connaître aucune peine à conserver leur 4e place. Mieux, avec trois réceptions à venir sur les quatre derniers matches de cette première phase, on se dit même que la troisième place du groupe C n'apparaît pas tout à fait illusoire...

www.sports.fr

El Couramiaud
Messages : 1274
Enregistré le : 11 janv. 2006, 16:47
Localisation : Saint-Chamond

Message par El Couramiaud »

greengexois a écrit :Info NBA : TP ne joue pas ce soir :shock:

Jerome Moïso est à créditer d'un bon match lors de la victoire de Bologna à Trévise 76-74 avec 9pts et 9 rbds en 26 minutes. Pas mal dommage la maladresse aux LF : 3/6 et les 5 fautes
Il a pas encore trouvé le Mac Do à Bologne. :mrgreen:

Sinon plus sérieusement, bon courage au Mans ce soir au Pirée. Rêvons à l'exploit.

Verrouillé