Saint-Etienne - Kiev sur La Chaîne Parlementaire

11/03/2020
Image
 

Comme le rapporte France Football, La Chaîne Parlementaire va profiter de la trêve internationale et de l'absence d'affiche du dimanche soir sur Canal + pour se mettre au foot.

Le 29 mars, à 21 heures, Rembob'INA, l'émission hebdomadaire présentée par Patrick Cohen proposera en effet dans son intégralité le mythique quart de finale retour de Coupe d'Europe des Clubs Champions du 17 mars 1976 entre l'ASSE et le Dynamo de Kiev.

Buteur ce soir-là, le capitaine Jean-Michel Larqué sera en plateau en compagnie de Jacques Vendroux, envoyé spécial de France Inter à Geoffroy-Guichard le jour de l'exploit.

Le massacre du Printant (13)

11/03/2020
Image
 

Comme indiqué dans nos potins le 4 janvier dernier et comme le confirme France Bleu ce mercredi, c'est aujourd'hui que le licenciement de Ghislain Printant passe aux prud'hommes.

"La faute grave invoquée par l'ASSE prive son ancien entraîneur d'indemnité de licenciement. Alors qu'au moment de son éviction début octobre, Ghislain Printant était sous contrat avec l'ASSE jusqu'en 2021, et qu'il lui restait donc à percevoir 1,5 million d'euros de salaire. Ghislain Printant a donc décidé de contester le licenciement pour faute grave, d'où l'audience de conciliation prévue ce mercredi aux prud'hommes de Saint-Étienne. L'ancien entraîneur des Verts ne fait pas le déplacement pour cette audience dont il n'attend rien. Ni lui ni son avocat ne souhaitent s'exprimer sur le litige avec l'AS Saint-Étienne."

Pontal sur le pont à Veauche

11/03/2020
Image
 

Non conservé par l'ASSE en 2016 alors qu'il avait fait son retour dans la maison verte en 2015 pour entraîner les U16, viré de Feurs (R1) il y a trois mois, l'ancien défenseur stéphanois Mickaël Pontal se réjouit d'avoir retrouvé un banc depuis huit jours à Veauche (R2), comme il l'explique aujourd'hui dans Le Progrès.

"Je pensais prendre un peu de recul et je n’imaginais pas retrouver un banc aussi vite, d’autant plus que c’est la première fois pour moi que cela se fait en cours de saison. C’est une autre approche car on ne participe pas au recrutement, on ne met pas en place le plan de jeu initial, on n’est pas à l’origine de la préparation physique, avec un groupe que l’on n’a pas le temps d’apprendre à connaître. En termes de niveau mais aussi de structures, l'ES Veauche est à l’évidence un des grands clubs du département. La mission première est de tout faire pour maintenir l’équipe fanion en R2, sachant que sommes aussi en course dans les coupes départementales et régionales."

Moulin positive

11/03/2020
Image
 

Si l'ASSE n'a pris que 8 petits points sur 42 lors des 14 derniers matches de L1 et n'a gagné qu'un seul match en championnat en 2020 (le 25 janvier contre Nîmes), Jessy Moulin positive dans Le Progrès du jour après le nul concédé à domicile face à Bordeaux il y a trois jours.

"Le positif, c’est qu’on a su revenir au score et tenir le résultat à la fin alors qu’on n’était plus que dix. Il y a quelque temps, c’est peut-être le genre de matchs où l’on n’aurait pas su garder un point. Il faut continuer dans cette dynamique, ne pas perdre. Quand il y aura une victoire, elle bonifiera tous les points pris avant. Bien sûr, on suit les résultats des autres équipes. On regarde celles qui sont proches de nous, devant et derrière.

Ce sera à nous de faire le boulot pour aller chercher des points à Monaco. On y va pour arracher quelque chose. Tous les points seront importants jusqu’à la fin de saison. On va récupérer des joueurs expérimentés. Cela va nous faire beaucoup de bien. Dimanche, à Monaco, on sera en pleine possession de nos moyens. Je suis vraiment heureux de jouer. Je prends les matchs comme ils viennent. On me demande de jouer, j’essaie d’être le plus performant possible."

Tout le monde sera derrière Saint-Etienne contre Paris !

10/03/2020
Image
 

Au micro de Jacques Vendroux, Claude Puel a évoqué ce soir sur France Bleu la finale de Coupe de France contre le QSG programmée actuellement le samedi 25 avril.

"C’est exceptionnel de se qualifier avec Saint-Etienne pour la finale de la Coupe de France. Il faut le vivre de l’intérieur. On gagne ce match contre Rennes dans les dernières secondes des arrêts de jeu, ça a été un déferlement, les fans sont venus sur la pelouse… C’était magnifique ! C’était festif, c’était convivial, on sentait l’émotion, les gens pleuraient, les joueurs pleuraient, c’est vraiment quelque chose d’extraordinaire. J’ai vécu des qualifications avec Monaco, que ce soit en tant que joueur ou en tant qu’entraîneur. Mais même si ça procurait un plaisir énorme, ça n’atteignait pas cette dimension émotionnelle.

Une finale de Coupe de France, ça reste un moment rare dans une carrière. C’est toujours particulier car cette Coupe de France passionne les Français. Par essence, on démarre cette compétition par les petites divisions donc tout le monde se sent concerné par la Coupe de France. Il y a x tours, il y a tous les petits clubs qui participent, qui essayent d’aller plus haut en détrônant le club hiérarchiquement supérieur. Tout le monde est derrière le « petit ». Quand je dis ça, je pense que tout le monde sera derrière Saint-Etienne contre Paris.

Bien sûr, le PSG est favori sur le papier. S’ils n’ont pas trop d’absences, les Parisiens sont presque injouables. Ils ont la capacité d’élever leur niveau de jeu, on l’a subi en championnat et en Coupe de la Ligue déjà puisqu’on a perdu en quart de finale à Paris. Ces deux matches, on a eu un expulsé très vite. Etre en infériorité numérique plus d’une heure contre Paris, ça ne le fait pas ! C’est une finale, on verra bien. C’est le charme de la Coupe de France d’aller détrôner le club hiérarchiquement supérieur.

Cette finale me passionne, c’est normal. L’environnement est super, il y a beaucoup d’attente mais il faut faire attention car notre fil rouge, c’est le championnat. Il faut prendre des points, on est mal classés pour différentes raisons. On ne peut pas se permettre de… Le mieux pour préparer la finale c’est d’être en capacité de prendre des points en championnat, remonter au classement. Une finale de Coupe de France au Stade de France, c’est assez historique.

Cela fait 38 ans que Saint-Etienne n’était pas monté à Paris pour une finale de Coupe de France donc ça ravive beaucoup de souvenirs chez les fans et chez les joueurs qui ont pu disputer à l’époque cette finale. Il y a beaucoup d’émotions autour de cette finale, ce sera un plaisir de la disputer. On voudra être compétitif pour ce match, bien sûr ! Toute finale est un moment privilégié car il y a un engouement extraordinaire. Surtout à Saint-Etienne ! Il y a une telle passion autour de ce club, beaucoup d’émotions. Il faudra bien sûr être à la hauteur."

Les huis clos, c'est horrible !

10/03/2020
Image
 

Sur France Bleu, l'entraîneur des Verts a évoqué ce soir les matches à huis clos que son équipe va devoir enchaîner comme tous les autres clubs de l'élite.

"Les matches à huis clos, c’est un vrai avantage pour l’équipe visiteuse. On sait l’importance d’un public, l’atmosphère d’un huis clos est très particulière. On avait essayé nous à Saint-Etienne de le préparer, de faire le dernier entraînement sur le lieu du match, sans public.… On ne peut pas remplacer notre public. C’est une atmosphère particulière, un petit peu vide. Il n’y a pas beaucoup d’émotions. Si on démarre le match sur un tempo qui n’est pas très élevé, on reste sur des balbutiements.  C'est très difficile d'amener du rythme, de l’intensité dans le match sans support. Surtout que l'adversaire va essayer au contraire de temporiser, de casser un petit peu le rythme.

Il faut prendre vraiment sur soi-même et être vraiment très fort de caractère, avec beaucoup de communication entre les joueurs pour relever le match en intensité. Un match à huis clos se déroule dans un environnement négatif, avec un silence assourdissant. Je ne pense pas qu’on puisse reporter les matches, ce n’est pas possible. Il y a un programme, un calendrier. Que ce soit en Champions League ou dans notre championnat, il va falloir faire des matches à huis clos. Ce n’est pas du football pour nous mais je pense que c’est la seule possibilité.

Le match de dimanche à Monaco, je ne pense pas que le huis clos soit un avantage pour les Stéphanois. Monaco est habitué à évoluer à domicile face à un public qui peut être quelquefois clairsemé. Il y a un très bon public mais il peut être clairsemé là-bas. Je ne pense pas que ce huis clos change énormément la donne mais ça reste particulier de jouer sans spectateur. Même avec un faible public, il y a toujours une ambiance, toujours quelque chose. Mais là c’est du silence, on entend les joueurs, les entraîneurs. C’est difficile dans ces conditions de mettre du tempo, de l’intensité. Si on ne démarre pas trop bien, c’est difficile de revenir.

En général les équipes qui reçoivent sont un peu plus pénalisées mais ça va toucher également l’adversaire parce que ce sont des conditions qui ne sont pas normales. Le football c’est un sport, c’est festif. On a besoin d’émotions, de vivre avec du public. Faire des matches à huis clos, c’est horrible pour les footballeurs. Mais bon, on n’a pas d’autre issue, pas d’autre alternative. Dimanche, je n’aurai pas besoin d’évoquer le coronavirus dans ma causerie. Tout le monde le sait, on en parle assez, à juste titre. Il y aura juste une phrase ou deux sur le huis clos, pas la peine d’épiloguer. On va essayer de rameuter, de prévenir les joueurs, ils vont devoir en faire plus pour prendre ce match à bras le corps."

Puel reparle de Ligue des Champions

10/03/2020
Image
 

Si son équipe est actuellement 17e de L1, Claude Puel a toujours l'ambition de ramener les Verts dans la grande Coupe d'Europe, comme il l'a expliqué ce soir au micro de Jacques Vendroux sur France Bleu.

"Je n’avais pas spécialement de vision sur les Verts pendant que j’étais à Monaco, Lille, Lyon ou Nice. Je m’identifie beaucoup aux clubs où je vais. Je suis resté 25 ans à Monaco, c’est sûr que ce club est particulier. Pour moi les Verts ça représente mon enfance car à l’époque je suivais à la radio ou à la télé l’épopée des Verts, la remontée fantastique contre Split par exemple. J’étais à Castres, dans un  pays du rugby, j’allais voir le CO. Le foot était simplement un dérivatif et il n’y a que les Verts qui m’intéressaient parce que les Verts représentaient la France. Toute la France était derrière les Verts. Je ne savais même pas quelles étaient les autres équipes qui jouaient dans le championnat de France.

J’ai croisé les joueurs stéphanois de cette époque, je les ai de temps en temps par téléphone ou par messagerie. Ils sont toujours proches de leur club, ils vivent toujours de fortes émotions. Certains m’ont envoyé des textos, m’ont appelé après la qualification pour la finale de la Coupe de France. Les émotions remontent très vite, ils suivent leur club de cœur, c’est normal. L’AS Saint-Etienne est un grand club qui mérite ses lettres de noblesse. Il est suivi de partout, dans toute le France.

Ce serait magnifique dans les prochaines années d’arriver à monter ce club à la hauteur de ce qu’il devrait être. C’est un long chemin, très rocailleux. C’est un club magnifique parce qu’il y a une histoire, un grand passé. C’est un club énormément titré. Si on arrive à le faire remonter dans la hiérarchie, ça serait exceptionnel. La Ligue des Champions, c’est là où doit se situer un club comme l’ASSE. Cela dépendra de beaucoup de choses, des moyens financiers notamment."

Subotic l'atypique

10/03/2020
Image
 

Titularisé à 19 reprises cette saison en Bundesliga dans la défense de l'Union Berlin (promu comptant 8 points d'avance sur le barragiste), l'ancien Vert Neven Subotic est à l'honneur dans la dernière édition de Mann (magazine masculin de l'hebdomadaire Die Zeit), comme le rapporte le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung.

"Il a profité de ses années de jeune footballeur mais depuis il a complètement changé sa vie. "Que faites-vous lorsque vous gagnez votre premier million en tant que joueur ? Vous achetez une maison, des voitures et vous achetez quelque chose pour votre mère. C'est ce  que j'ai fait. J'ai suivi le mouvement", a déclaré le joueur de 31 ans. Avec l'âge, le défenseur, qui a remporté deux fois le championnat allemand avec le Borussia Dortmund, a remarqué que les dépenses somptuaires ne le rendaient pas heureux.

Selon Subotic, cependant, il est difficile de sortir du monde artificiel du football. "Il y a une cour autour de chaque footballeur : "tu es génial, faisons la fête" observe le défenseur. "Et si ensuite tu dis "non, je ne la ferai pas", ils te disent: "Tu as complètement changé !" On veut te donner mauvaise conscience..." Subotic ne possède plus de voiture et se rend à l'entraînement en train à Berlin. En 2012, il a créé une fondation qui construit des puits d'eau potable en Éthiopie. A cette époque, il pensait: "Si je meurs demain, le foot ne devrait pas être tout ce que j'ai fait de ma vie."

Une affluence en-dessous de la moyenne

10/03/2020
Image
 

Malgré un temps ensoleillé et une probante qualification en finale de Coupe de France acquise trois jours plus tôt, l'ASSE a joué seuelemnt devant 24 912 spectateurs avant-hier pour la réception de ce Bordeaux laid. En enlevant bien sûr le match à huis clos contre Nantes, le Chaudron n'a attiré que 24 990 spectateurs de moyenne cette saison, soit 59% de la capacité d'un stade qui sera encore vide lors des 30e et 32e journées (réceptions de Strasbourg et Rennes), la Ligue ayant confirmé cet après-midi que tous les matches de L1 et de L2 se joueraient à huis clos jusqu'au 15 avril.

Bouanga rejoint déjà Juju !

10/03/2020
Image
 

Ayant égalisé avant-hier contre Bordeaux, Denis Bouanga a déjà claqué autant de pions sous le maillot vert (12) en 35 matches que son entraîneur adjoint Julien Sablé en 340 !

 

Othman contre le Luxembourg

10/03/2020
Image
 

Au club depuis 2012 et auteur d'un sextuplé ce week-end avec les U17 contre Montluçon, l'attaquant Jibril Othman fait partie des 20 joueurs retenus en équipe de France U16 pour une double confrontation contre le Luxembourg programmée à Mensdorf le mardi 17 (16h00) et le jeudi 19 mars (11h00)

Millot à Monaco, heureux présage ?

10/03/2020
Image
 

Assisté par Jérôme Brisard et Yohann Rouinsard dans ce putain de camion, Benoît Millot sera au sifflet ce dimanche à 17h00 pour le match qui opposera l'AS Monaco à l'ASSE au stade Louis-II. Pour rappel, c'est déjà lui qui avait officié sur le Rocher la saison passée, Sainté s'était imposé 3-2 grâce à un csc de Fodé Ballo-Touré et des buts de Rémy Cabella et Arnaud Nordin.

Des Verts mûrs, expérimentés, fidèles et buteurs

10/03/2020
Image
 

En se basant sur les 13 joueurs de chaque équipe ayant joué le plus de matches en Ligue 1 dans leur carrière, France Football a établi le portrait-robot du joueur moyen de L1 : âgé de 27 ans et 10 mois, au club depuis le 21 août 2017, ayant connu 4,05 clubs, il a joué 120 matches de L1, a marqué 11,5 buts, a joué son premier match le 29 juin 2014 et compte 5,24 saisons en L1.

L'ASSE arrive largement en tête à la moyenne des matches en L1 par joueur (230), à la moyenne de saisons en L1 par joueurs (9,08), à la date moyenne d'entrée en L1 (18 octobre 2019).

Sainté (30 ans et 6 mois) est deuxième derrière Amiens (30 ans et 7 mois) à la moyenne de l'âge moyen de l'effectif. Les Verts sont également deuxièmes à la moyenne de buts par joueur (24,1) derrière le QSG (28,3).

On aura noté également que Saint-Etienne (24 mai 2016) est troisième à l'ancienneté moyenne des effectifs de L1 derrière le QSG (3 novembre 2015) et le SCO (9 avril 2016).

Roby loue l'état d'esprit

10/03/2020
Image
 

Robert Herbin revient sur le nul d'avant-hier dans Le Progrès d'aujourd'hui. Extraits.

"Je reste un peu sur ma faim après ce résultat nul contre Bordeaux, qui était à leur portée mais l’état d’esprit était encore une fois au rendez-vous. Ils auraient même pu gagner et ont montré qu’ils avaient de belles qualités collectives. J'ai beaucoup aimé leur détermination. Au moins, ils ont su tenir le score à dix contre onze et n’ont pas perdu. C’est très bon pour le moral.

Je suis plutôt confiant pour la suite de la saison, les joueurs montrent qu’ils sont concernés. Cette qualification en finale de Coupe de France ne pourra que faire du bien aux têtes. Ce sera l’occasion pour eux de montrer à toute la France qu’ils sont capables de réaliser l’impossible. Je souhaite qu’ils décrochent la timbale même si tout le monde sait que ce sera compliqué face au PSG."

Caïazzo évoque les huis clos

10/03/2020
Image
 

Etrangement silencieux depuis quelques mois, Bernard Caïazzo sort de son mutisme dans la Pravda de ce mardi pour évoquer l'impact du coronavirus sur la Ligue 1. Alors que le DG du Stade Brestois milite pour un report des matches, Nanard se résout aux huis clos que devrait acter ce mercredi le bureau de la Ligue qu'on adule.

"Si on repousse les matches et que, fin avril, on est dans la même situation, on fait quoi ? Nous sommes dans une économie potentiellement sinistrée. Les conséquences vont être lourdes pour notre football. À ma connaissance, aucun club n'est assuré en perte d'exploitation pour ce type de huis clos."

Les Verts devront donc très probablement évoluer sans leur public contre Strasbourg (le dimanche 22 mars à 15h00) et Rennes (le week-end du 11 avril).

Jovetic tacle

09/03/2020
Image
 

Expulsé pour avoir salement taclé le Niçois Arnaud Lusamba lors du derby azuréen remporté sur le fil par les Aiglons, l'attaquant monégasque Stevan Jovetic (13 matches toutes compétitions confondues cette saison) ne pourra donc pas affronter Sainté ce dimanche sur le Rocher.

En route vers le maintien (J-10)

09/03/2020
Image
 

En attendant de retrouver l'Europe via une victoire en Coupe de France, concentrons-nous sur le maintien ! Maître de conférences en informatique à l'Universite Lille 3, Fabien Torre (photo) fait le point sur son site à 10 journées de la fin du championnat. La situation de l'ASSE est préoccupante mais le club a pour l'heure de grandes chances de rester dans l'élite !

Les Verts sauvés sans passer par les barrages : 72% de probabilité

Les Verts barragistes (18e place) : 21% de probabilité

Les Verts relégués directement en L2 (19e ou 20e place) : 7% de probabilité

 

Sainté, identité, convivialité, fidélité

09/03/2020
Image
 

En marge du décevant match nul entre Sainté et Bordeaux, Dominique Rocheteau s'est confié à Leero Sport News. Extraits.

"L'identité des Verts, ce sont les hommes qui la font, ce sont des gens comme Jean Snella ou Albert Batteux qui ont participé à faire cette identité à travers le club. Mais aussi les supporteurs et leur état d’esprit. Ce n’est pas par hasard qu’on remet aux nouveaux joueurs le trophée de "lampe de mineur", c’est représentatif. C’est une ville où la dureté du travail est mise en avant.

Je me souviens à mon époque, les supporteurs quand ça n’allait pas trop ils criaient « à la mine ! », ça veut tout dire. Quand je suis arrivé à Saint Etienne, j’ai été marqué par l’accueil, la convivialité. J’ai toujours aimé cet état d’esprit et quand je suis revenu, c’était la même chose. On ne peut pas le savoir si on n’a pas vécu ici. L’identification des supporters à leur club mais aussi de la ville à son club, est totale. On le voit tout le temps.

Il y a eu la période où nous avons joué qui a été marquante, c’est à dire, la finale de Coupe d’Europe. Il y a eu des grands joueurs, des grandes équipes qui ont marqué le club comme Salif Keita qui pour moi est le plus grand joueur passé par l’ASSE. Pour les jeunes, ça ne parle pas trop mais toute la France était derrière Saint-Etienne car on était les seuls en Coupe d’Europe des Clubs Champions.

Saint-Etienne a toujours été un club formateur. Nous à l’époque, on était tous issus du centre de formation. Larios, Sarramagna etc… On est une génération entière formée au club, on se connaissait très bien et ça a fait la force du club avec des joueurs extérieurs comme Curkovic qui nous encadraient. J’étais le plus jeune de cette génération mais nous avions beaucoup d’affinités. Il y a eu des hauts et des bas mais cela s’est globalement bien passé."

Balp, l'affaire est dans le Trélissac

09/03/2020
Image
 

Pendant que l'équipe de Razik Nedder, toujours avant-dernière, concédait sur sa pelouse face à Saint-Pryvé Saint-Hilaire sa 11e défaite de la saison en 21 matches, le leader sétois décrochait à Trélissac son 15e succès. Ancien capitaine de l'équipe réserve de l'ASSE, Thibault Balp a en effet marqué en Dordogne l'unique but de la victoire des Héraultais d'un joli coup franc du gauche en pleine lucarne à voir à la 25e minute de cette vidéo.

 

Crédit photo Frédéric Gelly, grand supporter du FC Sète 34.

Saint Max, les jambes sans la tête ?

09/03/2020

Interviewé par la Pravda, le défenseur niçois Dante a évoqué notre ex-pépite, Allan Saint Maximin qu'il a côtoyé à Nice :

"Parce qu'ils ont fait une ou deux belles actions, on dit : "c'est un talent il va réussir." On a plein d'exemples en France. Je ne généralise pas, mais il y en a plus qu'avant. Avant on travaillait beaucoup plus dans le dur...Le foot est un sport qui n'a pas de limites. Qui aurait dit qu'à 21 ans, Mbappé pourrait avoir sa maturité, son exigence ? Personne.
Il ne va pas plus vite que certains joueurs de son âge. Il ne va pas plus vite que Saint-Maximin quand même ? En un contre un, Saint-Maximin était très fort. Mais tu sens que ce garçon (Mbappé) a quelque chose en plus dans la tête. Il est très, très exigeant."

Dirty sheets (2)

09/03/2020
Image
 

Claude Puel a beau avoir changé de gardien, Sainté continue inlassablement de prendre des buts en Ligue 1.

Comme le souligne le potonaute sam42, c'est seulement la 6ème fois de l'histoire de l'ASSE que les Verts encaissent au moins 1 but pendant 14 matchs de suite en championnat.

1946/47 : 14 matchs (sur 2 saisons)
1948/49 : 15 matchs
1960/61 : 17 matchs (sur 2 saisons)
1971/72 : 17 matchs
2008/09 : 14 matchs

Le dernier clean sheet en L1 date du 24 novembre avec la réception de Montpellier (0-0).

Gageons que cette inquiétante série prendra fin dimanche prochain sur le Rocher. Pour rappel, Sainté a déjà battu deux fois Monaco cette saison sans encaisser de pion. Les Verts s'étaient imposés 1-0 au match aller (le 3 novembre) et en 8e de finale de Coupe de France à Louis-II (le 28 janvier), à chaque fois grâce à Denis Bouanga.

Un point, c'est mieux que rien (2)

09/03/2020
Image
 

S'ils n'ont pris que 8 petits points sur leurs 14 derniers matches de L1, les Verts ont positivé en zone mixte à l'issue de leur match nul contre Bordeaux, comme le rapporte Le Progrès de jour.

Timothée Kolodziejczak : "Un mois en arrière, je pense qu’on aurait perdu ce match. On voit l’état d’esprit de tout le collectif. C’est comme ça qu’on va y arriver. On a pris un point et tous compteront. On est un peu frustrés mais content d’avoir réagi après avoir concédé l’ouverture du score."

Denis Bouanga : "Ce sont deux points de perdus cet après-midi mais on n’est pas abattus. C’est tout de même bien d’avoir pris un point, c’est une bonne chose de faite, après il faudra concrétiser nos occasions à l’avenir. Ce n’est pas un coup d’arrêt car il y a toujours cet état d’esprit, on est tous conquérants."

Ryad Boudebouz : "On aurait mérité mieux, surtout en première mi-temps. Mais on va prendre le positif, on prend le but et on réagit. Donc c’est bien, il faut continuer. On sait qu’il faut prendre une douzaine de points jusqu’à la fin de saison et c’est totalement faisable."

Ahol'out

09/03/2020
Image
 

Selon la dernière édition du Progrès, Jean-Eudes Aholou a dû céder sa place hier à Arnaud Nordin car il souffre d'une entorse externe de la cheville. Mais Romain Hamouma devrait faire son retour sur le Rocher selon la Pravda.

Habib Beye imbibé d'émotions

08/03/2020
Image
 

Sur les ondes de RFI, l'ancien défenseur de Strasbourg et de Marseille Habib Beye a expliqué pourquoi il avait vibré en voyant les Verts se qualifier en finale de Coupe de France.

"Ce qui est assez fort avec des clubs comme Sainté, c’est qu’ils ont su vous raconter une histoire avec le temps. Les gens ont grandi avec cette histoire. Moi je suis né en 1977, je n’ai pas connu ce qui s’est passé avant mais on a tous entendu parler des poteaux carrés, de l’épopée des Verts. Quand on voit tous ces supporters stéphanois fêter sur la pelouse du stade Geoffroy-Guichard la qualification pour la finale de Coupe de France, cette image est déterminée aussi par tout ce qui s’est passé avant. C’est difficile pour les supporters de ce club d’accepter ce qui se passe actuellement en championnat, cette 17e place en Ligue 1.

Moi je vois un symbole dans le but victorieux des Verts contre Rennes à la 94e. Claude Puel s’est privé de joueurs comme Boudebouz qui sont des joueurs de talent. Et mine de rien c’est Boudebouz qui fait la décision et qui l’emmène en finale de Coupe de France. L’entraîneur l’avait plus ou moins écarté. C’est l’histoire du foot qui veut que parfois ce sont les gens que vous avez bannis on en tout cas que vous avez essayé de mettre de côté qui vous amènent peut-être au sacre suprême même s’il y aura beaucoup de choses à faire face au PSG. Les émotions de jeudi soir sont indescriptibles et sont aussi liées à l’histoire de ce club.

Certains trouvent très grave que les supporters stéphanois aient envahi le terrain à la fin de la rencontre ? Mais on parle d’émotions ! On parle du fait que Saint-Etienne soit en finale de Coupe de France malgré une saison difficile pour l’instant en Ligue 1. L’ASSE est un club qui a une histoire, déjà dans cette compétition, et plus globalement dans le football français. Si aujourd’hui on vit de ces émotions et du football français, c’est grâce à des clubs comme Reims, Saint-Etienne, Marseille voire le Paris Saint-Germain, qui est un club plus jeune.

On peut me parler de sécurité, me dire que ce n’est pas forcément adapté que toute une foule descende sur le terrain. Mais là on parle d’un évènement : une équipe en grande difficulté en L1, qu’on a décrite comme désunie, se qualifie mine de rien pour la finale de Coupe de France. En termes de contenu, ce n’était pas forcément le meilleur match des deux équipes jeudi soir mais quand tu regardes du foot, ce qui est important, c’est ce que tu perçois pendant et après l’évènement.

Si t’es Stéphanois, t’as énormément d’émotions. Si t’es un amateur de foot, que tu aimes le foot, c’est une image qui te touche de voir un club qui a marqué l’histoire du foot se retrouver en finale de Coupe de France. J’ai été joueur de foot, j’ai connu ces émotions-là. Je sais ce que ressentent ces mecs-là à ce moment-là. On peut me dire ce que l’on veut, ça ne s’achète pas et à la rigueur ça ne se commente même pas. On peut commenter ce qu’a ressenti Boudebouz, mais si tu ne l’as pas vécu c’est impossible de le toucher du doigt.

William Saliba et Wesley Fofana ont moins de vingt ans, ils ont gagné la Coupe Gamberdella avec les Verts. Mine de rien, pour ces joueurs, vivre ces émotions-là aussi tôt dans leur carrière, c'est fort. Je parle d’émotions car c’est très important, c’est ça le foot. Ce qu’ils réalisent, ce n’est pas donné à tout le monde. Moi je suis content de voir ces jeunes joueurs-là aller au Stade de France avec le dénouement qu’il y aura contre le PSG. Rien n’est acquis aujourd’hui mais on a des jeunes qui contribuent au succès de Saint-Etienne.

Certains pensent que le PSG négligera cette finale s’il doit jouer quelques plus tard une demi-finale de Ligue des Champions ? Mais un joueur, quand il arrive en finale, même Neymar avec tous les trophées qu’il a eus, c’est pour gagner. Aller chercher votre médaille du perdant et regarder l’adversaire soulever le trophée, qui que vous soyez, c’est difficile à accepter. Même un Neymar ne veut pas subir l’affront de voir son adversaire soulever le trophée du vainqueur au Stade de France. Pour un joueur qui pense tout pouvoir gagner, c’est une humiliation de perdre une finale. Je pars du principe que ce sera une belle finale, déséquilibrée sur le papier. Même s’il est encore en lice en Ligue des Champions, le PSG a un tel effectif que ça reste un objectif majeur."

Les U17 donnent une leçon à Montluçon

08/03/2020
Image
 

Après trois semaines de relâche, les U17 de l’ASSE ont repris le championnat par une victoire écrasante (11-0) acquise aux dépens de la très faible lanterne rouge Montluçon cet après-midi sur le terrain Georges Bereta de l’Etrat.

Djibril Othman (photo) s’est particulièrement illustré en réalisant un sextuplé. Darling Bladi et Jordan Morel ont réalisé un doublé, Israël Kinunga a aussi trouvé le chemin des filets.

L’ASSE consolide sa septième place et revient à deux petits points du 5e Valence (tenu en échec par Bourg-en-Bresse) et du 6e (le FC Lyon, battu par l’AJA, nouveau 4e).

La réaction de Patrick Moreau : "Face à une équipe qui nous avait hélas tenus en échec à l’aller, on a plié le match très rapidement et on ne s’est pas relâché. A la mi-temps il y avait 3-0, on a eu le mérite de continuer d’attaquer et on a fait un match sérieux. On aura une toute autre adversité lors de notre prochain match dans deux semaines à Valence."

La compo : Raveyre – Hilaire, Kinunga, N’Gongar, Ahmane (Gauthier, 62’) – Fetheddine, N’Gongolo, Morel (Jetishi, 51’) – Bladi, Othman, N’Joya (Nzuzi, 57’).

Un point, c'est mieux que rien !

08/03/2020
Image
 

Dominateurs, volontaires mais imprécis, les Verts ont concédé un match nul à domicile face aux Girondins cet après-midi à Geoffroy-Guichard.

Contre le cours du jeu, Maja a profité d'un mauvais contrôle de Timothée Kolodziejczak pour ouvrir le score à la 65e. Sur un centre de Ryad Boudebouz, Denis Bouanga a égalisé trois minutes plus tard d'une tête plongeante au ras du premier poteau. Réduits à dix suite à l'expulsion de Mahdi Camara à la 74e, les Stéphanois n'ont pas été mis en danger par des Bordelais médiocres et peu ambitieux.

L'ASSE reste 17e mais compte désormais 3 points d'avance sur un barragiste nîmois qui n'a pas pris un seul point lors des trois dernières journées.

U19 : retour en fanfare contre les Nissarts

08/03/2020

Les U19 ont renoué avec la compétition en dominant 1-0 en fin de matinée l'un des centres de formation les plus performants du groupe, celui de l'OGC Nice.

Les Verts ont dominé la première période et ont ouvert la marque sur un corner direct de Victor Petit (1-0, 20e). Ils ont ensuite eu plusieurs occasions de faire le break par Lucas Calodat et Abdoulaye Sidibé entre autres.

Les Niçois ont pris la direction des opérations après la pause et ont poussé pour revenir au score. Mais les Stéphanois ont tenu et ont pu compter sur un bon Yanis Bourbia (photo) auteur de plusieurs interventions de grande qualité.

Les Verts confortent leur troisième place au classement du Groupe D, derrière Monaco et Montpellier.

 

La composition : Bourbia - Roubat, Bakayoko, Sidibé Ah., Calodat - Bonnemain (Bendriss, 85e), Mouton, Petit - Saban, Lhéry (Lopes Koné, 70e), Sidibé Ab.

 

La réaction de Jean-Luc Dogon : "On a fait une première mi-temps intéressante même si on a eu du mal à rentrer dans le match. On était un peu trop bas au début mais c'était mieux après. On a marqué puis on a eu 3 occasions de faire le break. En deuxième mi-temps on a subi mais on a fait preuve de beaucoup de solidarité. On revenait de 3 semaines sans jouer et comme on a dépensé beaucoup d'énergie en première mi-temps, on a eu du mal physiquement." 

Crédit photo asse.fr

Les U15 toujours au top

08/03/2020

Abderraouf Guechi, auteur du 2ème but (Photo de Thomas99)

Les U15 de Jean-Philippe Primard se déplaçaient hier à Grenoble pour affronter en match amical leurs homologues dauphinois qui opèrent et championnat Régional 1 niveau B, mais ils devraient l'an prochain accéder au niveau A, le niveau où sont les Stéphanois qui avaient là, l'occasion de se remettre en jambes avant d'aborder la dernière partie d'un championnat dont ils sont le leader. Ils ont parfaitement rempli leur contrat, avec la manière, en s'imposant par 2 à 0.

Les Verts ont réalisé une belle première mi-temps. Ils ont ouvert le score à la demi-heure : Léo Gay lançait Tom Meyer dans la profondeur, côté droit. Ce dernier, en une touche, remettait à Louis Pama qui entrait dans la surface et se faisait faucher par le gardien. Louis Pama convertissait le penalty. (0-1, 32ème).
Après le repos, Jean-Philippe Primard procédait à de nombreux changements mais le contenu du match restait convenable. C'est en toute fin de partie que les Verts affirmaient leur suprématie : Israël Zemangui, un U14, effectuait un bon travail, côté droit, avant de centrer, au point de penalty, sur Abderraouf Guechi qui faisait un crochet et concluait d'une frappe du pointu, au sol, sous le ventre du gardien. (0-2, 79ème)

La composition : Gonnet-Léard - Gay (Makine, U14, 50ème), Ali Ahamada (U14), Benramdane, Makhloufi (Meyer, 67ème)  - J.Mouton (Legros 64ème), Legros (Achour, U14, 50ème) - Bertrand (Bouderbane, 27ème), Pama (Guechi, 67ème), Guechi (Zemangui, U14, 50ème), Meyer (Bertrand, 50ème).

La réaction de Jean-Philippe Primard :"C'était un bon match de reprise, dans le jeu, la qualité technique, les sorties de balle. Ce qui a pêché en première mi-temps, c'est le déchet dans la finition. Nous avons ouvert logiquement le score. En deuxième mi-temps, j'ai effectué de nombreux changements, mais cela n'a guère affecté la qualité de notre prestation. Nous avons été mis à contribution par les longs ballons des Grenoblois, mais nous avons été présents défensivement. Je suis satisfait de ce match de préparation qui nous a permis de nous mettre dans le rythme avant de reprendre le championnat."  

Stephan fair-play avec les Stéphanois (2)

08/03/2020
Image
 

Dans la dernière édition rennaise du quotidien Ouest-France, Julien Stephan revient sur la qualification des Verts en finale de Coupe de France. Extraits.

"On s’est vu hier vendredi avec les joueurs, à notre retour puisqu’on est resté dormir à Sainté pour faciliter la récupération. Il fallait vite, vite, repartir sur du positif. On a un devoir de remobilisation immédiate après un match comme ça. On était déçu. Le scénario a été cruel, mais quand on fait une analyse lucide du match, le résultat était loin d’être illogique. Les Verts méritent leur victoire. Ça nous a souvent souri. Jeudi non. Quand ça nous a souri, ce n’était pas le fruit du hasard. Et quand ça ne nous sourit pas, ce n’est pas le fruit du hasard non plus… On n’a pas non plus à se mettre la tête 36 pieds sous terre.

L'attaque ? Stigmatiser un secteur de jeu serait réducteur dans l’analyse de ce match contre Saint-Étienne. Notamment en première mi-temps où on avait beaucoup trop d’espaces dans notre bloc-équipe. On a voulu corriger cela à la mi-temps. On était mieux à ce niveau-là en deuxième période. D’ailleurs, on a eu, de ce fait, plus de ballons de transition et de contre-attaques à jouer, malheureusement pas toujours bien négociés. Mais le fait de s’être mieux restructuré, positionné, nous a permis de récupérer des ballons dans de meilleures conditions. Ensuite, dans une saison, il peut y avoir de petits passages à vide."

Hip hip hip, Harold !

08/03/2020
Image
 

Défait par les Canaris il y a deux mois lors de sa dernière apparition en vert, Harold Moukoudi aura attendu son septième match avec Middlesbrough pour remporter son premier succès de l'année, sur le terrain de Charlton. Victorieux 1-0 lors de la 37e journée de Championship (L2 anglaise), Boro quitte la zone rouge. Selon la dernière édition du quotidien The Northen Echo, le joueur sous contrat avec l'ASSE jusqu'en 2023 "devient de plus en plus influent chaque semaine et apporte une vraie plus-value à l'équipe depuis son arrivée."

Partager