home

U15 : les garagnas l'emportent chez les bougnats

06/10/2019



Le coach Jean-Philippe Primard (Photo Thomas99)

Les U15 de Jean-Philippe Primard se déplaçaient aujourd'hui en Auvergne pour affronter Clermont Foot avec la ferme intention de ne pas se faire pièger comme à Annecy où ils s'étaient inclinés (3-2) il y a deux semaines. Ils ont largement rempli leur mission en s'imposant 3-1 au terme d'un match à deux mi-temps contrastées. Ce succès leur permet de revenir à un point des vilains tenus en échec à Montferrand et de Bourg en Bresse.

Les Verts ont réalisé une première mi-temps très aboutie, marquant rapidement : Abderraouf Guechi faisait un numéro de soliste dans la surface adverse, dribblant trois joueurs et ponctuant son action d'un tir sous la barre que le gardien ne pouvait qu'effleurer. (0-1, 9ème).
Peu après, suite à un coup de pied arrêté pour Clermont, les Stéphanois récupéraient rapidement le ballon et, en trois passes, trouvaient Tom Meyer, côté gauche, qui penait de vitesse son défenseur avant de centrer d'un extérieur du pied droit. Albion Jetishi, qui avait bien suivi, marquait sans contrôle du gauche. (0-2, 20ème).
Dix minutes plus tard, Louis Pama et Tom Meyer jouaient un une-deux dans la surface. Ce dernier lobait un défenseur clermontois et Louis Pama concluait du gauche. (0-3, 31ème).
Les Verts démarraient mal le second acte, cafouillant un peu leur football, mais Clermont n'en profitait pas jusqu'à l'heure de jeu où une passe mal assurée d'un défenseur stéphanois mettait en danger Noah Raveyre, qui, à la lutte avec un attaquant auvergnat concédait un pénalty. (1-3, 60ème).
Ce but relançait Clermont, les Verts avaient cependant des opportunités sur des contres qu'ils ne négociaent pas suffisamment bien pour se mettre définitivement à l'abri. Mais le score n'évoluait pas et les jeunes de Jean-Philippe Primard repartaient avec une victoire somme toute logique.

La composition : Raveyre - Gay, Jetishi, Benramdane, Makhloufi - J.Mouton, Cateland (Legros 40ème), Bertrand (Kies 50ème), Meyer (Pama 78ème) - Guechi (Bertrand 78ème), Pama (Chalabi 50ème).

La réaction de Jean-Philippe Primard : "Nous avons eu une bonne opposition de la part d'une veleureuse équipe de Clermont. Nous avons fait une très bonne première mi-temps en terme de jeu collectif, d'engagement, de récupération, de jeu vers l'avant rapide, tout en étant efficace puisque nous menions 3-0 à la mi-temps. Malgré cet avantage, je sentais un potentiel certain chez nos adversaires. Je restais méfiant et j'ai demandé à mes joueurs de ne pas les laisser revenir. Après le repos, nous avons perdu notre football, nous mettant en danger par des mauvais choix, notamment après le but clermontois à l'heure de jeu. Nous avons eu des possibilités de nous mettre à l'abri mais n'avons pas concrétisé nos occasions en contre-attaque. Le score reflète bien ces deux mi-temps contrastées : 3-0 pour nous en première mi-temps, 1-0 pour eux après le repos."      

Les U17 relèvent la tête

06/10/2019
Image
 

Ecrasés 5-1 par les vilains le week-end dernier en banlieue, les U17 se sont imposés 3-0 à la maison cet après-midi aux dépens de Bourg-en-Bresse.

Après l'ouverture du score par Yanis Lhery (photo) à la 55e minute, les Verts ont attendu la 86e pour faire le break grâce à Kylian Watel. Une demi-heure après son entrée en jeu, Beni Seda Mfukumoko a corsé l'addition dans le temps additionnel.

La compo : Moulineau - Hilaire, Boli, Kinunga, N'Gongar (Yahiaoui, 46') - Gourna, Watel, Gauthier - Lhery, Othman (Seda Mfukumoko, 62') Mukanya.

S'ils restent avant-derniers après sept journées malgré ce deuxième succès décroché cette saison, les Stéphanois reviennent à hauteur de l'antépénultième montferrandais, battu 2-1 par Auxerre.

La réaction de Patrick Moreau : "Après un premier quart d'heure difficile, les garçons se sont peu à peu libérés. C'était important de l'emporter car on restait sur deux défaites. Cette victoire va nous permettre d'emmagasiner un peu de confiance."

U18 : garagnas et bougnats dos à dos

06/10/2019



Mohamed Moueffek, auteur du second but stéphanois (Photo de Thomas99)

Les U18 de Sylvain Gibert recevaient ce matin à l'Etrat leurs homologues de Clermont pour un match amical retour. Le 10 août dernier, les deux équipes s'étaient séparées sur le score nul de 2-2. C'est sur ce même score que s'est terminée la rencontre d'aujourd'hui.

Les Verts se faisaient rapidement surprendre : suite à un débordement sur un côté, les Stéphanois, un peu trop spectateurs, laissaient un Clermontois seul au second poteau qui marquait d'une tête lobée. (0-1, 5ème).
La réaction ne se faisait pas attendre et Rossi Bozi, sur un centre de Tierno Diallo, plaçait une double tête que le gardien clermontois détournait. Deux minutes plus tard, Youssef N'Joya N'Gapout, sur le côté gauche, se jouait de son vis-à-vis, entrait dans la surface et décochait une superbe frappe dans la lucarne opposée. (1-1, 15ème).
Mais le score n'allait pas rester longtemps à parité. Sur une mauvaise relance stéphanoise en milieu de terrain, le rapide attaquant clermontois venait défier Eldin Lolic et marquer d'un tir croisé. (1-2, 25ème).
Quelques minutes avant le repos, Yanis Zarzour alertait, par-dessus la défense, Mohamed Moueffek qui remportait son face-à-face d'une frappe croisée du gauche. (2-2, 40ème).
Le score n'allait plus évoluer malgré une maîtrise et une possession de balle stéphanoises lors de la deuxième mi-temps, les Verts butant sur un excellent gardien auvergnat.

La composition de départ: Lolic - Zarzour, Abdellaoui, Gonnet, Diallo - N'Gongolo, Ali Diadie, M.Moueffek - N'Zuzu, Bozi, N'Joya N'Gapout.
Sont entrés en jeu : C.N'Gongar, Monteiro, Bouyadel, Moyo, Merat.

La réaction de Sylvain Gibert : "Comme lors du premier match amical disputé en début de saison, nous avons eu une bonne opposition. La première mi-temps a été assez équilibrée. Notre deuxième période a été meilleure mais nous sommes tombés sur un excellent gardien clermontois qui annihilera nos occasions."

Bafé le bonheur d'Al Hilal

06/10/2019
Image

Alors que Danijel Aleksic n'aura fait qu'un passage éclair en Arabie Saoudite (il a quitté Al Ahli pour retourner en Turquie à Istambul BB, où il a réalisé un doublé contre Rizespor le 27 septembre), Bafé Gomis continue de faire le bonheur d'Al Hilal.

Mardi, en demi-finale alller de la Ligue des Champions asiatique, l'ancien attaquant des Verts et des vilains a réalisé un doublé après avoir marqué contre son camp l'unique but d'Al Sadd, battu 4-1.

Hier, le joueur de 34 ans a encore démontré ses qualités de buteur en claquant le troisième pion de la victoire (4-1) de son équipe sur le terrain d'Al Ittifaq Dammam.

Rien de plus beau qu'un jour de derby

06/10/2019
Image

Avant d'assister ce soir dans le Chaudron au 119e derby de l'histoire, le défenseur de Lyon Duchère (3e de National 1) Moustapha Bayal Sall s'est longuement confié à So Foot. Extraits.

"Sainté-Lyon, c'est l'un, voire le plus gros derby d'Europe. Dès le début de saison, les supporters sont très clairs : ils préfèrent battre deux fois l'OL que d'être champions de France. C'est exceptionnel, il n’existe rien de plus beau qu'un jour de derby. Ce sont les Stéphanois contre les Lyonnais, on ne s'aime pas, donc on donne tout pour son club et on va à la guerre. Avec ma grinta, j'ai toujours adoré ça. Lorsque tu marques un but et que tu vois les supporters se jeter dans la tribune, tu as l'impression qu'elle s'écroule. C'est inoubliable. En rentrant chez moi après ce match, j'étais fou à chaque fois.

Si je ne devais garder qu'une image de cette affiche ? Je me rappellerai toujours de certains fans, que j'appelais les fous. Ils venaient deux jours avant le match pour te parler avec le cœur. Ces supporters-là ne veulent pas d'argent, pas de cadeau. Juste de la fierté, donc tu ne peux pas les décevoir car ils n'ont que ça. Certains font dix heures de route... J'aime tellement ces fous que je me suis toujours battu pour eux, et c'est pour ça qu'ils me respectent.

Mon meilleur souvenir, c'est mon but, et la victoire 3-0 en 2014. Une humiliation parfaite de Lyon pour nos supporters, et la première victoire à domicile depuis vingt ans... Dimanche, je serai à Geoffroy et je vais passer quelques coups de fil pour motiver mes amis. Perrin, Hamouma, les médecins... Je supporte l'équipe que j'aime, donc c'est particulier. Il y a deux ans, lors de la défaite 5-0, j'étais en Belgique et très énervé. Je me suis embrouillé avec un ami qui me taquinait beaucoup, et j'ai failli lui donner un coup de poing parce que je suis stéphanois. Un Stéphanois à Lyon, mais pour toujours stéphanois."

 

Crédit photo Icon Sport

Le plus beau match de Ligue 1

06/10/2019
Image

Christophe Galtier, qui a avait battu Claude Puel lors du mythique 100e derby de l'histoire, a évoqué hier en conférence de presse le 119e qui clôturera ce soir la 9e journée de L1.

"C'est toujours avec tristesse qu'on voit un collègue à nous remplacé. C'est dommage pour Ghislain, ça se joue à pas grand chose, encore plus quand on est dans un club très exposé comme l'ASSE, un club très exposé aussi sur le plan sportif car il joue deux compétitions. Dommage, je souhaite vraiment bon vent à Ghislain, qu'il récupère, et je suis sûr qu'on le retrouvera dans notre football français.

Après il faut souhaiter la bienvenue à Claude. Je suis à Lille, dans ce magnifique camp d'entraînement, je sais qu'il a beaucoup oeuvré pour qu'on ait cet outil de travail. Je lui souhaite vraiment une belle réussite. C'est un très bon technicien français qui revient dans notre championnat. Et il revient pour ce match qui est pour moi le plus beau match qui existe en Ligue 1. C'est la plus belle ambiance, la plus belle athmosphère. C'est LE vrai derby.

On va regarder ça avec beaucoup de plaisir. Claude a un avantage, il sait comment ça se passe. Il a su en gagner mais là il est de l'autre côté. Il va falloir qu'il l'emporte avec une cravate verte. On va voir..."

Jérémie content pour Jessy

06/10/2019
Image

Dans un entretien accordé à France Football, Jérémie Janot se réjouit de voir Jessy Moulin enfin dans la lumière. Extraits.

"Il a signé pro en 2008. Déjà à l'époque c'était un joueur foufou. C'est moi qui lui ai trouvé son surnom "looping", comme le personnage le plus fou dans "L'Agence tous risques". Un jour, je ne sais pas pourquoi, je l'ai appelé looping, et c'est resté, et je trouve que ça lui va bien. Mais c'était un bon gardien, déjà, attention ! Avec de vraies qualités athlétiques et techniques.

Sur la fin, je pensais qu'il allait me prendre la place, car je commençais à décliner. L'idée de Christophe Galtier, c'était que moi je parte numéro un, mais la concurrence était ouverte pour Jessy. Une semaine après, le club avait opportunité de faire venir Stéphane Ruffier. J'ai envie de dire que ça a plus coupé les ailes à Jessy qu'à moi, qui avais 35 ans.

Des sollicitations, il va en avoir. Je l'ai vu encore torse nu après le match de Nîmes, physiquement c'est quelqu'un qui s'entretient, il a encore de belles années devant lui. Après, est-ce qu'il veut tenter un challenge pour la dernière partie de sa carrière, un peu comme Remy Vercoutre l'avait fait ? Il ferait en tout cas le bonheur de beaucoup de clubs en tant que numéro un»"

Roro s'est aligné

06/10/2019
Image

Comme le rapporte Le Jounal du Dimanche, Roro a dû lâcher du pouvoir et de l'oseille pour attirer son nouveau DG et son nouvel entraîneur, qui touchera un salaire trois fois plus élevé que son prédécesseur.

"Rentré de Saint-Martin lundi, Claude Puel a rencontré dans la foulée les dirigeants stéphanois à La Turbie. Il impose une condition : recruter Xavier Thuilot comme directeur général. Le président Romeyer tique. Puis accepte deux jours plus tard. Puel s'est engagé vendredi jusqu'en 2022 pour près de 250 000 euros par mois (Thuilot touchera lui 20 000 euros)."

 

Crédit photo : Sport365

Doudou en veut encore aux Crocodiles

06/10/2019
Image

Dans la dernière édition de la Pravda, Gérard Janvion revient sur vertes années. Extraits.

"Le joueur le plus méchant que j'ai affronté dans ma carrière, c'est Domenech. Un monstre. Il te faisait mal pour te faire mal. Surtout contre Saint-Étienne. Il y avait aussi le Nîmes de Kader Firoud, avec Jean-Pierre Adams, Boissier, Girard, Sanlaville... On n'était pas des enfants de choeur non plus. Mais eux, c'étaient tous des fous et des tueurs. C'est à cause d'eux qu'on a perdu la finale de 1976. Ils ont blessé le "Ch'ti" et Farison, une semaine avant. On n'aurait jamais dû jouer ce match.

(...)

Curkovic était le plus professionnel. Rigoureux, pointu, très intelligent, doté d'une grande connaissance du football, il ne négligeait rien. Un grand monsieur. Grâce à ses qualités techniques et intellectuelles, Larqué était notre représentant et capitaine. Après, sur le plan physique, il ne fallait pas lui demander de défendre. Mais Platini le dépassait largement.

(...)

Mon plus grand regret est d'avoir été chassé de Saint-Étienne, où j'ai bâti ma carrière, me suis marié deux fois avec une Stéphanoise et où ma fille est née. Je l'ai vraiment mal vécu, car je voulais finir chez les Verts et même y rester. Plutôt que d'aller à Toulouse avec Lopez, j'ai fait le mauvais choix de signer au PSG."

 

Joli Jolan ! (14)

06/10/2019
Image

Avant le combat qui opposera les Verts aux vilains ce soir à Geoffroy-Guichard, le potonaute Jolan42 nous propose un clip comme d'habitude excellent !

Divine Divette

06/10/2019
Image
 
Q.G. de nombreux potonautes franciliens, La Divette de Montmartre est à l'honneur aujourd'hui dans la Pravda. Extraits.

"C'est un musée, un véritable fourre-tout avec des fanions de France-Bulgarie 1993 ou France-Allemagne 1982, des vinyles des meilleurs tubes des Verts, d'autre plus baroques (« Michel Drucker raconte l'histoire de l'ours » ou Mireille Mathieu en duo avec Patrick Duffy) et un esprit. Celui du patron, personnage digne d'un film d'Audiard, avec sa gouaille et son tablier. Originaire de la Terrasse, à deux pas de Geoffroy-Guichard, cet ancien mécanicien dans l'aéronautique a vu son père jouer pour les Verts, son frère, Bernard, remporter la Gambardella en 1963, avant de transposer tout son univers dans ce quartier parisien « boboïsé ».

Sur le fronton de son zinc, toutes les écharpes de clubs, jusqu'à l'US Montagnarde ou le Real Saragosse, mais aucune de l'OL : « Tu sais ce que ça veut dire OL ? Orifice lubrifié. » Sa sortie la plus soft sur les Lyonnais... Contre Wolfsburg, il a regardé le match d'un oeil et a joué les prophètes (« attends, je fais une pause, il va y avoir but ») mais Wahbi Khazri a envoyé son coup franc dans la tribune. Il éructe : « Fais péter, nom de Dieu ! » La clientèle est digne du boss. Les brèves de comptoir défilent : « Vous avez vu les deux buts de chatteux des Lyonnais hier soir ? ; Mais c'est qui cette brêle ? ; On n'a que des papys dans l'équipe » Mais la phrase qu'on entend le plus, c'est « une pinte s'il te plaît Sergio ! »."

On espère que La Divette vibrera autant ce soir que lors du 100e derby de l'histoire...

 

Crédit photo : Lola Blassieaux

Ils ne s'écharperont pas à La Charpinière

06/10/2019
Image

La Pravda du jour nous apprend que le nouvel entraîneur de l'ASSE a posé ses valises dans un célèbre établissement baldomérien, où les vilains se mettent au vert aujourd'hui pour préparer le derby. Extraits.

"Vendredi, Claude Puel a passé la soirée avec Roland Romeyer et Jacky Bonnevay, attablé au restaurant de la Charpinière. C'est d'ailleurs dans ce quatre-étoiles de Saint-Galmier que l'ancien entraîneur de Lyon a décidé de momentanément s'installer. Ce dimanche matin, il laissera toutefois la place aux... Lyonnais. Puel ne les croisera pas, cela fera déjà un moment qu'il aura gagné son nouveau bureau à l'Étrat. Comme hier, il a prévu d'y être dès 9 heures du matin."

Le massacre du Printant (3)

06/10/2019
Image

Après avoir massacré Ghislain Printant lors de la conférence de presse d'avant-hier, Roland Romeyer lui présente ses excuses dans une interview parue sur le site de la Pravda. Extraits.

"Je me suis emporté à tort et je regrette sincèrement les propos tenus à l'égard de Ghislain Printant, car c'est quelqu'un que j'aime bien et qui aime profondément les Verts. Et comme avec des gens que j'aime bien, je les pourris plutôt. Je suis comme ça. Je voulais l'apppeler personnellement ce samedi pour lui présenter mes excuses, je n'ai pas pu, mais je le vais le faire. Je n'oublie pas ce qu'il a fait la saison passée, au côté de Jean-Louis Gasset. Il a contribué à la qualification européenne. Il ne méritait pas que je tienne les propos que j'ai tenus à son encontre. Ghislain est un passionné qui aime le club. Quand je l'ai invité à déjeuner avec moi et Ivan Curkovic, il était comme un gamin. Dans ce club, je fais le sale boulot. Il vaudrait mieux que ça me donne des boutons. Au lieu de ça, j'explose. Et c'est ce qui s'est passé lors de cette conférence de presse."

Les Loups ont pris des coups

05/10/2019
Image

Comme le rapporte le quotidien allemand Wolfsburger Nachrichten, les Loups ne sont pas sortis indemnes de leur déplacement à Sainté. Extraits.

"Déséquilibré par Mathieu Debuchy à l'heure de jeu dans la surface, Lukas Nmecha a percuté le gardien stéphanois en tentant de récupérer le ballon. A l'issue de la rencontre, l'international Espoirs a dû aller à l'hôpital car on craignait une commotion cérébrale. "Il ne souvenait plus de rien" a déclaré son entraîneur Oliver Glasner. Jeffrey Bruma a également été touché lors de ce match d'Europa League. "Je n'ai pas vu venir Robert Beric, j'ai juste ressenti le choc. Son coup de coude aurait mérité un carton rouge. On a dû me mettre un turban après mon saignement et on m'a posé plusieurs points de suture à la mi-temps." Ce match très intense de jeudi aura décidément laissé des traces car plusieurs joueurs sont incertains ce dimanche contre l'Union Berlin. Josip Brekalo a pris un coup au genou, Marcel Tisserand ressent des douleurs à la cuisse et Jérôme Roussillon a des problèmes aux ischios."

 

Crédit photo : Darius Simka/regios24

22, v'là KMP !

05/10/2019

Pour son premier match à la tête des Verts, Claude Puel a convoqué un groupe de 22 joueurs pour affronter les vilains demain soir dans le Chaudron. A noter le retour de KMP et la présence de Diousse.

Jessy MOULIN, Théo VERMOT, Stefan BAJIC - Timothée KOLODZIEJCZAK, Miguel TRAUCO, Loïc PERRIN, William SALIBA, Harold MOUKOUDI, Wesley FOFANA - Yann M'VILA, Ryad BOUDEBOUZ, Zaydou YOUSSOUF, Yohan CABAYE, Mahdi CAMARA, Kévin MONNET-PAQUET, Assane DIOUSSE - Wahbi KHAZRI, Arnaud NORDIN, Denis BOUANGA, Robert BERIC, Charles ABI, Loïs DIONY.

Crédit photo : Eurosport.

 

Razik frustré et satisfait

05/10/2019
Image
 

"C'était un match entre deux équipes au style opposé. On a plutôt fait une bonne entame. On est allé les chercher, on les a empêchés de jouer long donc ils aveint quelques difficultés à développer leur football. On a eu une grosse occase avec Samy, qui a pour habitude d'être efficace, habituellement dans les 5m50 ça finit au fond. Si on avait ouvert le score, ça aurait été un tout autre match. Après vingt bonnes premières minutes, on a traversé un petit trou, on a notamment concédé pas mal de coups de pied arrêtés consécutifs. Nos adversaires avaient dénormes qualités athlétiques, ils ont eu des occasions.

Je trouve qu'on a fait une meilleure seconde période, on a été très peu en danger sauf sur quelques contres. Mais on n'a pas été suffisamment dangereux dans les trente derniers mètres. On a manqué un petit peu de poids. Je suis à la fois frustré, parce que je pense que c'est un match qu'on peut gagner, et aussi satisfait parce qu'il y a un mois c'est un match que tu perds 1-0 parce que tu te découvres trop dans les cinq dernières minutes. Le sentiment est donc mitigé après ce match nul. J'ai vu une vraie équipe, des mecs solides et solidaires qui ont fait beaucoup d'efforts dans le match.

Face à une équipe très athlétique, j'ai trouvé qu'on n'avait pas trop reculé. On a continué à avancer. Notre prestation a été plutôt intéressante et encourageante. On fait le dos rond, on attend avec impatience le retour de quelques blessés. Je pense notamment à des joueurs comme Aïmen Moueffek et Jérémie Porsan-Clémenté, qui seront bientôt opérationnels. La situation actuelle fait qu'on n'a pas eu de retombée ce week-end, ce qui est compréhensible car le coach est arrivé hier. Face à cette équipe de Bourges, il fallait avoir du poids et de la densité physique au milieu, c'est pour ça que Mickaël Nadé est monté d'un cran et a fait son match. J'ai trouvé que l'équipe avait un certain équilibre, ona plutôt réussi ce que l'on voulait mettre en place."

La réserve n'est pas d'attaque

05/10/2019
Image

Vous avez pu suivre la rencontre en direct sur notre forum grâce au potonaute Benjis, envoyé spécial à Aimé-Jacquet et sur le compte twitter de Judicaël Bissardon : la réserve a concédé un match nul et vierge face à une équipe de Bourges qui n'avait pas récolté le moindre en déplacement depuis le début de saison.

Si les Verts ont eu la première occasion franche sur un centre d'Abdoulaye Sidibe repris par Samy Baghdadi dont la reprise de volée a été détournée par le portier berruyer, Nathan Cremillieux (photo) a réalisé trois parades décisives en première période. Repositionné au milieu de terrain, Mickael Nadé a marqué à la 88e un but refusé pour un hors jeu discutable.

Les protégés de Razik Nedder, qui n'ont marqué que deux petits buts en huit rencontres disputées cette saison, restent avant-derniers avec six points.

La compo : Cremillieux - Leleux (Djile, 63'), Kouyaté, Tshibuabua, Mezaber - Nadé, Martin-Pichon, Sanchez (Valbon, 88'), Baghdadi (Bengueddoudj, 81)- Doumbia, Sidibe.

Allez Wahbi, on se réveille pour le derby !

05/10/2019
Image

Comme le souligne l'agence de statistiques sportives Opta, Wahbi Khazri est le joueur qui a tenté le plus de tirs (16) sans trouver le fond des filets en Ligue 1 cette saison. D'ailleurs, un seul de ses 55 derniers tirs dans l'élite a terminé au fond des filets (penalty contre Bordeaux le 14 avril dernier).

Maupay claque, le bras de Lloris craque

05/10/2019
Image

Auteur de son 3e but de la saison en Premier League, Neal Maupay a marqué ce samedi dès la 3e minute le premier des trois buts de la victoire (3-0) de Brighton contre Tottenham. S'étant gravement blessé tout seul au coude sur cette action, Hugo Lloris est sorti sur une civière.

Crédit photo : AFP

U19 : ils reverdissent à Nice

05/10/2019

 

Tenus en échec le week-end dernier par la modeste équipe de Castelnau le Crès, les U19 ont reverdi en s'imposant à Nice sur le score de 1-0.

Après une première période fermée et plutôt équilibrée, les Verts ont installé leur domination au retour des vestiaires. Etouffant leurs adversaires, il se sont crées une grosse occasion juste après l'heure de jeu, lorsque Alan Urie s'est présenté seul face au gardien azuréen, ce derneir repoussant la frappe de l'attaquant stéphanois. Les Niçois ont alors un peu rééquilibré les débats mais se sont fait surprendre en contre sur un ballon d'abord récupéré par Louis Mouton, puis centré depuis le côté gauche par Alan Urie, et enfin repris du plat du pied aux 16 mètres 50 par Lucas Calodat (photo) (0-1, 85e).

Avec cette victoire obtenue sur le terrain d'un club référence en matière de formation, les Verts occupent provisoirement la première place du Groupe D et lancent parfaitement le week-end.

 

La composition : Bourbia - Durivaux (Sidibé Ah., 70e), Bakayoko, Sow, Roubat - Bonnemain, Mouton, Saban, Calodat - Messili (Vénus, 80e), Urie (Vernet, 86e).

 

La réaction de Jean-Luc Dogon : "On a assisté à un bon match de U19, avec de l'engagement, face à une bonne équipe bien organisée. On a été sérieux, un peu fébriles par moments mais avec un bon état d'esprit. En début de match on a été fébriles derrière mais quand on réussissait à sortir, c'était mieux. On a d'entrée eu la possession en deuxième mi-temps, ils n'arrivaient plus à sortir. Je suis content de la réaction des garçons, je les attendais un peu au tournant. Cela prouve que quand on y est, quand l'équipe est solidaire, on est récompensés. Si on avait joué comme ça le week-end dernier, le résultat aurait été différent." 

 

Crédit photo : asse.fr

Retour aux sources pour Fleury

05/10/2019
Image

Laissé libre par l'ASSE après cinq années passées sous le maillot vert, l'ancien milieu de terrain stéphanois Adrien Fleury (20 ans) s'est officiellement engagé hier avec Saint-Geneviève Sports (N2), club de ses débuts basé dans l'Essonne.

Le massacre du Printant (2)

05/10/2019
Image

Ancien milieu de terrain de Metz, Bordeaux, Lille et Auxerre, Ludovic Obraniak s'est indigné sur RMC de la façon dont Ghislain Printant a été destitué par Roro et Nanard.

"Le mec, il était là, il en a pris plein la gueule. Payez ce que vous lui devez et remerciez-le avec élégance, avec classe, et après on passe à autre chose. Ils pouvaient simplement dire : "Ghislain a fait avec ses armes, on pensait que ça pouvait suffire, ça n'a pas suffi. Merci à lui, on lui souhaite bon vent." Et c'est tout, dossier clos. Pourquoi commencer à expliquer que tu lui avais promis ci, qu'après le match de ça il t'a dit "oui mais il faut que vous trouviez quelqu'un." ? C'est déshonorer une personne qui a essayé de faire le bien de ton club et qui est un bon mec. Le salir et l'humilier de cette façon-là, je trouve que c'est petit. De toute façon, ils se comportent de manière inélégante depuis un long moment. Honnêtement, je ne suis même pas supris."

 

Crédit photo : Philippe Desmazes, AFP

Aulas picOLe

05/10/2019
Image

Fidèle à ses habitudes, le président des vilains a glissé une pique aux Verts dans Le Progrès avant le derby de demain.

"Je n'ai connu que 8 défaites en 50 derbys. Le seul que j’ai manqué a été un peu dur pour nos amis stéphanois [ndp2 : victoire des balnlieusards 5-0 à GG]. J’étais à l’hôpital et j’ai sûrement exagéré sur la boisson après... Claude Puel sur le banc de l'ASSE ça ressemble à un pied de nez compte tenu du timing. Claude a quitté Lyon en 2011. Je conçois qu’il n’ait pas gardé que de bons souvenirs, nous non plus. Là, il n’avait pas de club depuis 6 ou 7 mois. Vous savez, je suis humaniste. Qu’il soit à Saint-Étienne, Monaco ou ailleurs, peu importe. Je ne connais pas ses ressentis profonds, et ce n’est pas parce qu’il arrive que l’équipe jouera tout de suite mieux ou moins bien."

Puel pas revanchard ?

05/10/2019
Image

Claude Puel, qui va étrenner ce dimanche ses nouvelles fonctions d'entraîneur stéphanois, avait été viré par les vilains pour faute grave, comme nous le rappelle aujourd'hui la Pravda.

"L'OL s'appuie en juin 2011 sur un mail de Jean-Michel Aulas destiné à Claude Puel dans lequel il était demandé « un plan de bataille » et resté sans réponse pour prétexter le licenciement pour faute grave. Une procédure contestée par l'entraîneur qui avait entrepris une longue bataille juridique pour réclamer près de 7 M€ d'indemnités. Une demande rejetée par le conseil des prud'hommes de Lyon, puis en appel et enfin en cour de cassation. « Je pense que la remise en cause de son travail, son licenciement et le contentieux qui en avait découlé, ça reste une blessure pour lui, estime Olivier Martin, l'avocat lyonnais qui défend notamment les intérêts de... l'AS Saint-Étienne et dont il s'était adjoint les services en fin de contentieux. Il ne faut pas oublier qu'il termine cette saison-là en qualifiant l'OL en Ligue des champions grâce à une victoire à Monaco qui condamne le club de la Principauté, son club de coeur, à la descente en Ligue 2. Claude Puel est une personne avec une très grande force de caractère et d'une vraie loyauté. Là, il n'est pas dans un esprit de revanche. Il est à Saint-Étienne pour construire quelque chose."

Après avoir perdu le mythique 100e derby de l'histoire, Claude Puel serait bien inspiré de remporter le 119e ce dimanche !

 

Crédit photo : Le Monde

Il tient les rênes, Claude !

05/10/2019
Image

Bien meilleur communicant que ses nouveaux patrons et que son prédécesseur sur le banc stéphanois, Claude Puel s'est imposé d'emblée comme le nouvel homme fort du club hier en conférence de presse. Extraits.

"Je ne viens pas pour du court terme mais je m'inscris toujours pour une action sur le long terme. Mon action a toujours été portée pour développer les différentes composantes du club, les structures, mettre en place un projet sportif, développer des joueurs, une équipe, faire la liaison entre la formation et les professionnels. Essayer de donner au club une vue à moyen terme, sur le futur, pas seulement sur les résultats mais aussi sur le développement des joueurs quels qu'ils soient.

Jacky Bonnevay m'accompagne pour la seconde fois pour cette nouvelle aventure, comme Xavier Thuilot que j'ai connu à Lille et j'ai appris avec lui les attentes d'un club et les différents paramètres dont il faut tenir compte. L'équipe a besoin de soutien, de confiance, d'un projet et d'être accompagnée. Ce n'est pas seulement le sportif qui va remonter, c'est le club dans tout son ensemble. Je veux entraîner tous les employés dans notre sillage.

Au-delà de ma personne, Le match contre Lyon est un vrai challenge car il arrive dans un moment un peu difficile pour le club et une succession de matches. Lyon a un jour de récupération supplémentaire et peut faire tourner son effectif, changer ses onze joueurs s'ils le décident. Ce ne sera pas notre cas. Cela ne va pas s'arrêter après le derby. Mon action commencera après et quel que soit le résultat. Il y a de l'attente sur ce match et bien sûr nous relèverons ce défi dès dimanche."

Le massacre du Printant

05/10/2019
Image

Roland Romeyer et Bernard Caïazzo ont justifié la destitution de Ghislain Printant lors d'une conférence de presse qui a  parfois tourné au règlement de comptes.

"Dans ce club j'ai pris des gifles. Garcia, ce n'est pas moi qui l'avais choisi. Là, Ghislain. (...) Jean-Louis Gasset avait vendu à tout le monde, aux présidents, aux joueurs, aux supporters, qu'il fallait conserver Printant pour la continuité. L'erreur de casting a été faite à Angers. Dans la vie, il y a des numéros 1 et des numéros 2" a déclaré Roro. "Ghislain Printant, on l'avait surclassé. On s'est séparés. Maintenant, on voit le soleil. Aujourd’hui, je suis rassuré. Merci à Claude Puel d’être venu et d’avoir accepté. C’est la troisième fois que je le contactais."

"Il y a eu une discussion avec Jean-Louis Gasset. Dans cette discussion, Jean-Louis pensait que Ghislain Printant pouvait travailler avec lui. J'étais très surpris d'apprendre que Ghislain n'avait pas envie de travailler avec Jean-Louis. Je vous le dis de façon confidentielle (sic) mais c'est quand même quelque chose qui m'a déçu" a déclaré Nanard.

 

Crédit photo : L'Equipe

Ruffier et Debuchy rateront le derby

05/10/2019
Image

A l'instar de notre gai Luron Romain Hamouma (suspendu), Stéphane Ruffier et Mathieu Debuchy ne pourront pas affronter les vilains selon la dernière édition de la Pravda.

"Remplacé à la 59e minute jeudi contre Wolfsbourg, Mathieu Debuchy souffre d'une lésion à l'ischio de la jambre droite. Dans l'attente de passer une IRM la semaine prochaine, le latéral droit se trouve forfait pour le derby que manquera également Stéphane Ruffier. Le gardien des Verts se ressent toujours de sa fracture de la première phalange de l'auriculaire de la main gauche survenue lorsque Timothée Kolodziejczak lui est retombé dessus contre La Gantoise le 19 septembre. Malgré la rupture d'un  ligament intérieur du poignet droit survenue lors d'un entraînement deux jours plus tôt, Jessy Moulin devrait être en mesure de jouer ce dimanche."

 

Crédit photo : Imgur

Vagner ne perd pas le Niort

04/10/2019
Image

Sous les yeux de Loris Néry (resté sur le banc) et Kenny (dans les tribunes car suspendu), Vagner a été le principal artisan du renversant succès de Nancy contre Niort ce soir lors de la 10e journée de L2. Après avoir délivré une passe décisive sur l'égalisation à la 48e, il a marqué le but victorieux à la 52e sur une action initiée par Baptiste Valette et Makhtar Gueye, remplacé à la 76e. Auteur de son 5e pion de la saison, Vagner est désormais 6e au classement des buteurs.

De son côté, Lamine Ghezali a participé à la dernière demi-heure du match nul de Châteauroux à Caen, la Berri restant antépénultième et relégable avec un point d'avance sur Le Mans FC de Stephen Vincent (titulaire et vainqueur contre le FC Chambly de Vincent Planté) et deux sur le Paris FC d'Anthony Maisonnial (titulaire et victorieux 1-0 contre son ancien coéquipier Dylan Chambost, sorti à l'heure de jeu par Laurent Batlles).

Sans pitié pour ses anciens coéquipiers, le défenseur guingampais Jérémy Mellot (titulaire) a écrasé Rodez 4-1 malgré les efforts de David Douline (titulaire) sous les yeux de Nassim Ouammou (resté sur le banc). Blessé, Nathanaël Dieng n'a pas participé à ce match contrairement à Nolan Roux, entré à la 86e.

Emmené par son capitaine Fabien Lemoine, le leader lorientais a concédé un match nul et vierge à domicile face à l'AC Ajaccio d'Olivier Pantaloni. En attendant les déplacements du Havre à Auxerre et du vachouico entre Orléans et Lens, les Lionceaux sont les nouveaux dauphins des Merlus, Papou Paye (titulaire) ayant écrasé 4-0 le Clermont Foot de Josué Albert (forfait). On aura aussi noté que le GF38 (avec Arsène Elogo titulaire) a gagné 2-0 à Valenciennes au grand dam de Jérémie Janot.

L'ASSE reprend du Puel de la bête

04/10/2019

L'ASSE a officialisé les arrivées de Claude Puel, Jacky Bonnevay et Xavier Thuilot dans un communiqué paru sur le site officiel.

 

"L’AS Saint-Étienne est heureuse d’annoncer la nomination de Claude Puel au poste de manager général et entraîneur. Le technicien s’est engagé avec le club jusqu’en 2022. Son arrivée illustre la volonté de l’ASSE de poursuivre le développement d’un projet sportif ambitieux. Claude Puel intégrera le Directoire présidé par Roland Romeyer et au sein duquel siègera également Xavier Thuillot, nommé Directeur général."

Ex-joueur et technicien monégasque, champion de France en 2000, Claude Puel était sans club depuis son éviction de Leicester en février dernier. Il étrennera ses nouvelles fonctions lors du Derby dimanche prochain, pour une revanche personnelle que l'on espère tous victorieuse.

Printant n'a pas passé l'automne

04/10/2019

Tout était dit mais désormais tout est écrit: dans un style froid et très administratif, le club vient de communiquer par ses voies officielles la destitution de Ghislain Printant de son poste d'entraîneur de l'ASSE.
Il y a donc fort à parier que le recrutement de Claude Puel sera officiellement annoncé très prochainement et que ce dernier occupera le banc de Geoffroy-Guichard lors du Derby de dimanche.

Au club depuis l'hiver 2018, Ghislain Printant quitte donc les Verts avec un piteux bilan de deux victoires, trois nuls et cinq défaites sur le banc stéphanois.

Crédit photo: Le 10 Sport

 

Partager