Le beau geste de l'USS

18/03/2020
Image
 

En guise de remerciement pour tous les personnels de santé engagés dans la lutte contre le coronavirus, l'Union des Supporters Stéphanois a indiqué cet après-midi sur son compte twitter qu'elle allait d'offrir à chacun de ses adhérents oeuvrant au quotidien pour sauver des vies une place de match pour la finale de Coupe de France qui opposera les Verts au QSG.

Le 30 juin n'est pas un frein ? (4)

18/03/2020
Image
 

Seul entraîneur de L1 à s'être exprimé depuis que le confinement a été décrété, Julien Stephan évoque la problématique du calendrier dans la dernière édition rennaise du quotidien Ouest-France. Extraits.

"On avait anticipé une reprise collective lundi et un retour à la compétition le 18 avril. Ce sera certainement plus long. On va devoir se préparer pour un sprint de cinq, six ou sept semaines de compétition en étant à fond du début à la fin. On va se retrouver dans une situation de trêve estivale si on est à l’arrêt pendant quatre ou cinq semaines, mais sans avoir beaucoup de temps derrière pour pouvoir s’organiser. On fera peut-être quelques matches amicaux, mais moins que lors d’une période de préparation. Mais surtout, il y aura cette absolue nécessité d’être prêt tout de suite et de performer pendant sept semaines sans baisse de régime.

Certains clubs se "réjouissent" à l’idée d’avoir un peu de temps pour récupérer leurs blessés ? En ce qui nous concerne, ça va permettre à Clément Grenier, Jonas Martin de retrouver le groupe à la reprise. Après, entre les retrouver et pouvoir performer immédiatement dans un laps de temps très court, c’est une autre problématique. Mais ça va leur permettre d’avoir le temps nécessaire pour terminer leur réathlétisation et certainement reprendre les séances collectives quand on en aura le droit. On peut imaginer jouer jusqu'en juillet, éventuellement. Mais une des problématiques serait celle des joueurs en fin de contrat au 30 juin. C’est une donnée qui devrait alors être réglée si jamais ça devait arriver."

 

Crédit photo : Marc Ollivier, Ouest-France

Gelson l'alerte

18/03/2020
Image
 

12e de Bundesliga, quasiment éliminé de l'Europa League par le FC Bâle (qui s'est imposé 3-0 à Francfort en 8e de finale aller) et n'ayant pas joué le moindre match en 2020 suite à une déchirure à la hanche, l'ancien milieu défensif des Verts Gelson Fernandes s'étonne que l'Allemagne n'ait pas encore décrété le confinement dans une interview accordée à Ouest-France.

"Le pays n'a pas encore été confiné. On ne va pas à l'entraînement comme si de rien n'était mais par groupe réduit. Il y a des précautions qui sont prises pour qu'on ne soit pas trop nombreux au même endroit. Il y a des groupes qui sont établis pour le petit déjeuner, d'autres pour le repas, d'autres pour l'entraînement. Moi j'ai repris l'entraînement avec l'équipe samedi. Mais il n'y a plus vraiment d'entraînements collectifs, ceux qui ont vraiment peur de venir ne viennent pas. Moi je sais que le confinement va arriver en Allemagne mais j'ai l'impression que le pays sous-estime totalement le coronavirus. Je pense qu'une décision va être prise dans les tout prochains jours.

Ces trois derniers mois j'étais blessé mais ça m'a permis de voyager, de découvrir d'autres footballs quand j'avais le temps. Quand t'es confiné, c'est différent. Tu restes à la maison et il faut s'occuper. Il y a plein de choses à faire. Déjà on peut parler, échanger avec des personnes qu'on a moins l'habitude de voir. Et après, s'occuper de ses enfants, de ses proches. Ceux qui font du home office, il faut qu'ils se lèvent, qu'ils s'habillent. Je leur conseille de ne pas rester toute la journée en pyjama. Il faut trouver des activités aux enfants et éviter qu'ils soient scotchés toute la journée sur les écrans. Dans la période qu'on vit actuellement, il faut s'accrocher, être solidaire. Il y a eu pire dans l'histoire. certains ont connu la guerre, la vraie guerre."

Le 30 juin n'est pas un frein ? (3)

18/03/2020
Image
 

Comme le souligne aujourd'hui Le Parisien, les dirigeants du foot français ont discuté hier du calendrier de fin de saison. Extraits.

"Le principe initial est de boucler les compétitions avant le 30 juin. Pour ce faire, tout ou presque sera permis, comme l’ont expliqué la présidente de la Ligue de football professionnel Nathalie Boy de La Tour et son directeur général Didier Quillot hier. "On se réjouit de l’union sacrée du football européen, souligne Nathalie Boy de la Tour. Le conseil d’administration a rappelé que la priorité des priorités était de finir les championnats de L1 et L2. Cette priorité est vitale pour les clubs français." Quillot précise : "Le principe est de tout faire pour terminer le 30 juin. Mais s’il faut aller au-delà, on s’adaptera avec les clubs et les joueurs."

Si l’on va au-delà du 30 juin, les joueurs, représentés par la FIFPro dans le monde et en France par l’UNFP, seraient prêt à envisager des aménagements des contrats s’achevant à cette date. Il faudrait un miracle pour que la saison des clubs s’achève avant le 1er juillet. "Le docteur Eric Rolland, membre du conseil d’administration de la LFP, nous a expliqué que la durée nécessaire pour préparer la reprise dépendait de celle de la coupure, explique la présidente de l’instance. S’il y a deux semaines de confinement, il faudra deux semaines de pré- paration. Si c’est quatre ou six, ce sera plus long."

 

Crédit photo : AFP, Franck Fife

Caziment plus personne dans les rues

18/03/2020
Image
 

Champion de France U17 avec l'ASSE en 2013 évoluant depuis deux ans en Italie, le milieu de terrain bosnien d'Alessandria (D3) Cazim Suljic, plutôt taiseux de nature, a tenu à s'exprimer hier sur son compre instagram.

"J’ai vu que la France a été mise en confinement, moi ça va faire neuf jours que je suis confiné ici en Italie puisque je travaille ici. Sachant que ma famille est en France, c’est un peu difficile. Mais bon, c’est comme ça, il faut faire des sacrifices et diminuer le risque de contamination. Je trouve ça un peu dommage que certaines personnes prennent la situation à la légère vu qu’ici en Italie c’est un peu la merde. Ce n’est vraiment pas un jeu. Il n’y a quasiment plus personne qui sort dans les rues. Certains hôpitaux, surtout dans le sud de l’Italie, ont très peu de moyens pour sauver des vies, ont peu de tubes respiratoires. Ils sont amenés à choisir entre les plus anciennes et les plus jeunes personnes. En gros ils vont choisir qui guérir donc bien sûr les plus jeunes personnes, c’est pour ça qu’il y a plus d’anciennes personnes qui meurent.

J’espère que ça n’arrivera pas en France et c’est pour ça que c’est important de rester chez soi. Après j’ai vu des personnes qui ont reçu des autorisations pour sortir, c’est une bonne chose mais il faut les utiliser à bon escient, juste pour acheter à manger, pour aller à la pharmacie ou pour faire de l’activité sportive si besoin mais pas en grande quantité. C’est très important de rester à la maison et si vous le pouvez, faites des dons aux hôpitaux, cela aidera beaucoup les médecins et tout le personnel hospitalier. Quelques euros ce n’est pas grand-chose mais ça aidera beaucoup de personnes. Prenez soin de votre famille et prenez soin de vous, c’est le plus important. Nous sommes distants mais unis."

Le 30 juin n'est pas un frein ? (2)

18/03/2020
Image
 

"On sait quasiment aujourd’hui que le calendrier recalé ne rentrera pas au 30 juin donc il faut trouver autre chose. On ne peut pas se limiter à cette date du 30 juin, à ces questions contractuelles. Il va falloir dépasser ça collectivement" avait déclaré avant-hier le DG de l'ASSE Xavier Thuilot sur les ondes de France Bleu.

Si le 30 juin n'est pas un frein, l'objectif est de finaliser les compétitions au plus tard à cette date comme l'a convenu hier le conseil d'administration de la Ligue d'après la Pravda du jour. Extraits.

"En écho aux décisions de l'UEFA, le foot français se donne la date butoir du 30 juin pour clore cette saison, avec la possibilité de jouer tous les trois jours. Même si une date butoir a été définie, au cas par cas, il pourrait y avoir des aménagements en France ou en Europe, où certaines compétitions pourraient s'achever courant juillet, comme par exemple les rencontres de relégation et d'accession à la L 2 et la L 1. Avec une contrainte : qu'elles se terminent le plus tôt possible afin de ne pas trop chambouler ensuite la nouvelle saison qui s'ouvrira en décalé.

Éric Rolland, ancien médecin du PSG et représentant du corps médical du foot français au sein du CA de la Ligue, a expliqué que si les entraînements pouvaient redémarrer après les deux semaines de confinement, il faudrait deux autres semaines aux joueurs pour se remettre dans le coup physiquement. Ce qui impliquerait une reprise des compétitions au plus tôt à la mi-avril. Plus la durée du confinement sera longue, plus la reprise sera tardive. Mais là, les instances du football n'auront d'autres choix que de s'aligner sur les directives des autorités publiques."

 

Il faut jouer même en juillet

18/03/2020
Image
 

"Le plus important est de terminer notre compétition, sinon ce serait un désastre sportif et économique. En particulier, une saison blanche ça voudrait dire pour nous qu’il n’y aurait pas de finale de Coupe de France" déclare Nanard dans la dernière édition du Progrès. "À mon avis, même en juillet, il faut jouer si on n’a pas pu terminer avant. Peu importe si la finale est en juillet mais il faut la jouer et avec nos supporters."

Blaise positif au coronavirus

17/03/2020
Image
 

"Dans cette période difficile pour nous tous, je voulais simplement vous inviter à bien suivre les recommandations officielles et à prendre grand soin de vous et des vos proches 🙏🏾 Beaucoup de courage et un immense merci à toutes les infirmières, infirmiers et au corps médical, force à vous" avait posté Blaise Matuidi avant-hier sur son compte instagram

La Juventus de Turin a révélé ce soir sur son site officiel que l'ancien milieu de terrain stéphanois a été testé positif au coronavirus. La Vieillle Dame précise que le champion du monde est "à l'isolement volontaire à son domicile depuis le 11 mars" avant de donner des nouvelles rassurante de l'ex numéro 12 de l'ASSE. "Il va bien et ne ressent aucun symptôme."

Allez Blaisou, tes supporters sont là et attendent que tu élimines les vilains en huitième de finale retour de la Ligue des Champions !

L'Euro rapporte beaucoup d'euros

17/03/2020
Image

 

L'Euro, dont la prochaine édition reportée d'une année libère un créneau pour terminer les championnats européens, rapporte beaucoup d'euros. Pas seulement à l'UEFA mais aussi aux villes qui l'accueillent, comme le souligne ce soir Ouest-France, exemple stéphanois à la clé. Extraits.

"L’organisation de l’Euro 2016 dans dix villes françaises a généré 1,92 milliard d’euros de recettes pour l’UEFA, indique-t-elle dans son rapport financier 2015-2016. Pour l’organisation basée à Nyon en Suisse, il s’agit d’un "succès financier, avec un résultat net de 847,3 millions d’euros". Ce dernier chiffre a même été réévalué ensuite de 6,1 millions d'euros, d’après le rapport financier 2016/2017. C’est sur cet exercice qu’ont en effet été calculés les revenus et dépenses des demi-finales et de la finale.

Les douze villes retenues pour le prochain Euro peuvent s’attendre à de juteuses retombées économiques. En accueillant trois rencontres de groupe et un huitième de finale, en 2016, Saint-Etienne avait récolté 45,1 millions d'euros de retombées, soit 17 fois plus que la dépense engagée par la collectivité. Les quelque 185 000 visiteurs, "majoritairement des hommes venus avec des amis et sans enfant, ont dépensé en moyenne près de 200 euros durant leur séjour", avait indiqué un cabinet d’études indépendant sollicité par la commune. Leurs principaux postes de dépense étaient, dans l’ordre décroissant, la boisson, les repas et l’hébergement."

 

L'été, c'est fait pour jouer !

17/03/2020
Image
 

"La Ligue 1 reprendra, mais quand ? Même s'il faut jouer cet été, on jouera" déclare Bernard Caïazzo dans la dernière édition de La Provence. Comme le subodorait Nanard, l'UEFA a officiellement reporté aujourd'hui l'Euro d'une année et suspendu par ailleurs la Ligue des Champions et la Ligue Europa en attendant que la situation sanitaire s'améliore et permette de rejouer au football.

Bouanga tireur d'élite (2)

17/03/2020

bouanga

Selon les statistiques fournies par Instat et relayées par Get French Football, Denis Bouanga reste l'un des meilleurs tireurs d'élite de la Ligue 1.

En effet, au classement des tirs cadrés sur la saison 2019/2020, il est deuxième juste derrière le prolifique Kylian Mbappé.

Le top 5 de la L1 :

  1. Mbappé : 52 tirs cadrés
  2. Bouanga : 41
  3. Ben Yedder : 38
  4. ex-aequo Neymar et Osimhen : 37

 

Néry surpris

17/03/2020
Image
 

Ancien défenseur des Verts et actuel coéquipier de Baptiste Valette, Kenny Rocha Santos, Vagner Dias et Makhtar Gueye à l'ASNL (12e de L2), Loris Néry évoque sa mise au repos forcée sur le site Ma Ligue 2.

"On savait plus ou moins que le match contre Ajaccio prévu le 13 mars allait être annulé. Mais on ne s’attendait pas à voir le championnat s’arrêter autant de temps à cause du coronavirus. Quand on nous a dit qu’on était en "congés" jusqu’au 6 avril, on est resté un petit peu bêtes. On nous a expliqué que la saison prochaine sera peut-être un peu décalée et qu’on aurait peut-être moins de vacances l’été. Après ça peut encore changer évidemment avec les nouvelles donnes. C’est sûr que ça fait bizarre. En plus, avoir des vacances sans pouvoir bouger de chez soi, c’est compliqué. On s’est organisé comme on a pu, on était surpris."

Les moyens justifient la fin

17/03/2020
Image
 

Dans la dernière édition du Parisien, Nanard souligne l'impérieuse nécessité de finir le championnat pour que les clubs aient les moyens économiques de se sauver.

"Pour la France, c'est 500 M€ de manque à gagner si on ne termine pas la saison. Cela entraînerait aussi une plongée du mercato et une perte supplémentaire. Quitte à terminer en août ou en septembre, il est impossible d'imaginer ne pas finir la saison. C'est leur peau que risquent les clubs français."

 

Crédit photo : Ouest-France

Puel ne joue pas le ventre mou

17/03/2020
Image
 

Sur France Bleu Saint-Etienne Loire, le DG de l'ASSE Xavier Thuilot a rappelé hier que Claude Puel était au club pour bâtir. Extraits.

"Bosser sur la saison à venir avec Claude, jusqu'à maintenant c'était possible mais aujourd'hui, forcément, notre ligne d'horizon s'est un petit peu rapproché au niveau de nos orteils. On est forcément dans du quotidien mais on aura un redémarrage. Et quand ça se produira, il faudra reprendre le fil du projet pour lequel on nous a demandé de venir à Saint-Étienne. Il faut continuer à entretenir les contacts, à expliquer le projet, à essayer d'argumenter, d'être persuasif, de donner confiance dans ce projet et tout préparer pour le mettre en oeuvre dès que ça va redémarrer.

J'ai travaillé six ans avec Claude à Lille. Le seul critère qui l'intéresse, c'est la performance sportive. Elle se construit, et sa façon de la construire, c'est d'associer les jeunes, les moins jeunes et surtout les joueurs avec du potentiel. La marque de fabrique de Claude, c'est clairement de révéler des talents. C'est ce qu'il a fait toute sa carrière, quel que soit le niveau du club où il a évolué. C'est son coeur de métier, ce qu'il aime. C'est dans ça qu'il se réalise. Amener les jeunes au-delà de ce qu'ils pensaient pouvoir faire.

Ce qui est bien pour l'ASSE et pour moi qui suis en responsabilité sur la partie économique, c'est que dans le football d'aujourd'hui, si vous révélez un jeune auquel personne n'avait pensé, il y a une réalité économique derrière qui s'applique et ça permet ensuite de rentrer dans un modèle économique vertueux. C'est un peu pour ça qu'on est à nouveau associés Claude et moi dans cette aventure, pour mettre ce modèle en place et donner de la visibilité, de la pérennité à l'ASSE.

L'apport de Claude permettra sans doute d'aller convaincre des jeunes talents qui peut-être n'auraient pas la possibilité de s'exprimer dans leur club de nous rejoindre dans cette aventure car ils savent que Claude est un entraîneur qui n'a pas peur de faire jouer les jeunes joueurs, même si de temps en temps ils font des erreurs. C'est quelque chose qui est assez rare. Habituellement, un entraîneur est là avec une vision assez court-termiste, il essaye d'avoir des résultats rapidement avec des joueurs confirmés.

Claude ne fait pas ça, ce n'est pas pour ça qu'on l'appelle. Claude est là pour construire, pour bâtir. Cela réclame de la patience, cela passe par des hauts mais aussi des bas, mais l'objectif au final est très clairement d'être très haut dans le classement. Claude n'est pas quelqu'un qui joue le ventre mou. C'est quelqu'un qui a des ambitions. Par contre il cherche à les atteindre en construisant et qui ne réclame pas des millions d'euros pour cosntruire des équipes de toute pièce. Ce n'est pas ce qu'il aime faire.

Claude aime prendre des jeunes avec un, deux ou trois points forts, qu'il va chercher à développer, et lui permettre de constituer une équipe qui va grandir avec le joueur et être performante sur la durée. Dans la situation actuelle, on n'a pas avancé individuellement sur les questions des joueurs des joueurs qui vont rester et qui vont partir. Le mercato devait se dérouler en juin, il est quasiment acquis qu'il ne pourra pas se dérouler à cette période, tout ça va être reporté.

Le côté batisseur de Claude, c'est préparer l'avenir, mais ce n'est pas le préparer à des années-lumières de là où on est. Aujourd'hui on a une situation à l'instant T très complexe à gérer. On se projette en termes de projet (sic), de ressources mais davantage autour du sportif et dans l'administratif que véritablement au niveau du groupe de joueurs car il y a trop d'inconnues à ce jour."

 

Crédit photos : France TV & AFP

Le 30 juin n'est pas un frein ?

17/03/2020
Image
 

Directeur Général de l'ASSE, Xavier Thuilot a évoqué la problématique du calendrier hier soir sur les ondes de France Bleu Saint-Etienne Loire. Extraits.

"J'ai passé ma journée en réunion téléphonique avec les équipes de direction de l’ASSE parce qu’il faut quand même gérer le minimum et rester vigilant. On a des dossiers en cours, des dossiers juridiques, des dossiers pour préparer l’avenir mais aussi pour gérer le présent. Des réunions téléphoniques avec les autres clubs pour essayer d’adopter des positions communes face à cette situation inédite. On réfléchit à la manière dont on va pouvoir poursuivre notre activité. Que va-t-on faire avant la reprise, au moment de la reprise, comment on va gérer ? Toutes ces questions se posent mais pour l’instant j’avoue qu’il n’y a aucune réponse très claire.

Dans le football, on est tributaire de calendriers en cascade. Le calendrier FIFA des équipes nationales puis le calendrier UEFA des compétitions européennes. Ces deux instances se réunissent ce mardi, on en saura un peu plus. Et ensuite il y a l’avis de la Fédération. On est en train d’essayer de se mettre d’accord sur une sorte de délai de prévenance. Le jour où on repartira, on ne pourra pas dire le vendredi « on joue demain. » Il y aura forcément une reprise de l’entraînement, un peu comme on le connaît l’été après les congés de juin. On est en train de réfléchir à tout ça.

Il faut rester très serein par rapport à cette activité tout en étant centré sur la question sanitaire. Il y a bien entendu des soucis économiques et des questions juridiques mais avant tout on va essayer quand même que ce virus frappe le moins de monde possible, que les hôpitaux puissent gérer. On s’aperçoit qu’on est à la fois très dépendant les uns des autres et très fragiles. Il faudra sans doute après ça penser un monde un petit peu différent dans son organisation. Il y a énormément d’entreprises qui souffrent et qui vont souffrir. Nous on fera comme les autres, on va sans doute souffrir, on essaiera de faire le dos rond mais on a d’énormes difficultés devant nous.

On gère la problématique de la poursuite du championnat de façon beaucoup moins polémique que ce qui en ressort dans les médias. Cet après-midi on était tous en réunion téléphonique et il n’y a pas eu de polémique. Certains ont pu faire des sorties médiatiques car il y a de grosses incertitudes, une situation inédite. Ils ont peut-être livré des réflexions voire des conclusions qui étaient le fruit de leur réflexion propre mais n’allaient pas au-delà. Très honnêtement, aujourd'hui, on ne sait pas.

Une saison blanche ? Je ne sais même pas ce que ça veut dire. Derrière les mots, il y a des réalités qui sont complètement différentes. Aujourd’hui, il est impossible de conclure sur ce sujet. Il y a des réunions tous les jours, on ne sait pas encore quelle en sera l’issue. Ce qui est certain, c’est qu’on a comme toutes les entreprises des questions économiques. Quand vous ne pouvez plus faire ce pour quoi on vous paye, forcément il y a un problème avec celui qui vous l’a acheté. Il faudra apporter des réponses qui ne sont pas standardisées comme depuis cinquante ans.

Des joueurs sont en fin de contrat le 30 juin mais on ne peut plus conclure par rapport à ces contraintes qui étaient des contraintes d’une situation stable depuis cinquante ans. Aujourd'hui la situation est inédite et instable. On ne peut pas se limiter à cette date du 30 juin, à ces questions contractuelles. Il va falloir dépasser ça collectivement. Si on n’arrive pas à dépasser ça et on lit la situation actuelle avec les grilles de lecture utilisées pendant cinquante ans, je peux vous garantir qu’on va se tromper, quel que soit le secteur d’activités. Il va falloir faire preuve de créativité, d’ingéniosité. On sait quasiment aujourd’hui que le calendrier recalé ne rentrera pas au 30 juin donc il faut trouver autre chose. Il va falloir qu’on passe des accords qui paraissaient impossibles la semaine dernière."

Sainté en profite pour retrouver la santé

17/03/2020
Image
 

Dans sa dernière édition, la Pravda souligne que la suspension du championnat profite à Sainté. Extraits.

"Romain Hamouma et Wahbi Khazri auraient pu postuler tous les deux pour une place dans le groupe qui devait se déplacer à Monaco avant-hier. Ils vont profiter des vacances forcées jusqu'au 23 mars décrétées par Claude Puel suite à la suspension de la Ligue 1 pour souffler après tous les efforts fournis pour revenir sur les terrains.

Touché à l'adducteur droit lors de la demi-finale de Coupe de France contre Rennes, Yohan Cabaye n'aurait pas pu jouer contre Monaco, il dispose de plus de temps pour soigner sa blessure. Jean-Eudes Aholou, lui, n'aurait pas pu compenser son absence. Blessé face à Bordeaux, le milieu prêté par l'ASM a besoin de 15 jours à 3 semaines pour soigner son entorse à la cheville droite.

Si Kévin Monnet-Paquet et Zaydou Youssouf, opérés du genou gauche respectivement les 17 octobre et 20 février, en ont terminé avec cette saison, Loïc Perrin pourrait sortir grand vainqueur de cette pause forcée. Le capitaine des Verts est toujours en phase de reprise et peine à se remettre de sa blessure à l'ishio-jambier gauche survenue à l'entraînement le 20 février.

Plus le temps passe, plus il voit ses chances de rechausser les crampons augmenter car si l'ASSE a suspendu tous les entraînements, le service médical reste ouvert et continue à prodiguer des soins, à parfaire le rétablissement des blessés et à se tenir prêt au cas où un joueur se retrouverait touché par le coronavirus.

Cette menace mise à part, les joueurs vont se comporter comme s'ils se trouvaient en pleine trêve hivernale, le préparateur physique Thierry Cotte leur ayant remis un programme individualisé."

 

Crédit photo : Philippe Desmazes, AFP

Nanard heureux du report de l'Euro

17/03/2020
Image
 

Dans la Pravda de ce mardi, Bernard Caïazzo se réjouit que l'UEFA s'apprête à reporter d'un an l'Euro programmé initialement du 12 juin au 12 juillet 2020.

"C'est une bonne solution. Si on ne finit pas les championnats européens, un grand nombre de clubs, un peu partout en Europe, vont être sinistrés. Les effets financiers seraient énormes, avec un quart des recettes qui partiraient en fumée. Même si on doit finir en juillet ou en août, on doit achever la saison."

Supersub strikes again !

16/03/2020
Image
 

Sur son site officiel, le Liverpool Football Club nous rappelle que David Fairclough a marqué il y a 43 ans contre les Verts "l'un des buts les plus iconiques de l'histoire des Reds". Un pion que Pierre-Louis Basse nous avait fait revivre il y a cinq ans.

 

 

 

Saint-Etienne soixante-neuvième !

16/03/2020
Image
 

Dans sa dernière lettre hebdomadaire, l'Observatoire du Football du CIES (Centre International d'Etude du Sport) classe les clubs des cinq grands championnats européens selon la valeur sur le marché des transferts des joueurs sous contrat (l’analyse prenant en compte les vingt joueurs par club avec les valeurs les plus élevées).

Avec un effectif valorisé à 146 millions d'euros, l'ASSE se classe à une 69e place pas si vilaine mais pas terrible (seulement la 9e de L1), les banlieusards affichant un effectif plus de trois fois supérieur...

1. Liverpool : 1,405 milliards d'euros
2. Manchester City : 1,361 milliard d'euros
3. FC Barcelone : 1,170 milliard d'euros
4. Real Madrid : 1,100 milliard d'euros
5. Chelsea : 1,008 milliard d'euros
6. Manchester United : 1,007 milliard d'euros
7. QSG : 979 millions d'euros
8. Atlético de Madrid : 836 millions d'euros
9. Tottenham : 787 millions d'euros
10. Juventus Turin : 783 millions d'euros
(...)

20. Vilains : 532 millions d'euros
26. Lille : 399 millions d'euros
36. Monaco : 319 millions d'euros
43. Rennes : 267 millions d'euros
45. Marseille : 256 millions d'euros
55. Nice : 194 millions d'euros
60. Bordeaux : 188 millions d'euros
69. Saint-Etienne : 146 millions d'euros
71. Reims : 134 millions d'euros

Clément prêt à raccrocher les crampons

16/03/2020
Image
 

Jouant cette saison en National 3 avec le FC Bourgoin-Jallieu et entraînant les U14 de ce club isérois, l'ancien milieu de terrain stéphanois Jérémy Clément s'est confié au Dauphiné Libéré. Extraits.

"Notre équipe fanion reste sur cinq victoires consécutives. Des nouveaux joueurs sont arrivés [ndp2 : Cyril Martin-Pichon notamment], leur apport a indéniablement joué. D’autres sont plus en forme… à commencer par moi par exemple ! Avant Noël, je n’étais vraiment pas loin de tout arrêter. S’entraîner le soir, en hiver, les terrains compliqués, mon diplôme d’entraîneur, mon travail avec les U14, rentrer tous les soirs à 22 heures… C’était un fonctionnement différent et je n’étais pas habitué.

Je me rends compte que j’aime quand même le côté structuré des clubs professionnels. J’apprécie sa rigueur et son côté fonctionnel où chacun sait ce qu’il fait. J’essaye de transmettre une forme de rigueur aux U14. J’espère juste qu’ils retiendront quelque chose de moi. En dehors des terrains, l’idée de devenir consultant m’intéresse aussi. C’est quelque chose qui me plaît. J’ai déjà eu quelques touches. Quand j’étais plus jeune, m’exprimer devant les caméras était compliqué mais en vieillissant j’apprécie donner mon avis sur le football, en débattre.

Je sais que je veux m’impliquer dans la vie du club, passer mon DES et donc avoir une responsabilité en face pour valider le diplôme. Mais j’ai clairement plus envie d’être dans un milieu senior plutôt qu’avec des jeunes. C’est une évidence. J’apprécie de travailler avec des jeunes, mais je pense que je suis plus fait pour travailler avec des seniors. J’ai encore besoin d’apprendre et je veux le faire avec le club."

Et pendant c'temps, Isma joué !

16/03/2020

Si presque partout le foot et le sport se sont arrêtés, certains endroits résistent encore et toujours à l’envahisseur Covid 19.
Ainsi ce week end s’est disputée (à huis clos) la 26ème journée du championnat turc.
Si Polo, blessé n’a pas pu aider Gençlerbirliği à éviter la défaite (0-1 à Denizlispor), Isma Diomandé était lui de nouveau titulaire avec Rizespor vendredi sur le terrain d’Ankaragücü.
Las, Isma s’est pris un jaune et s’est incliné 1-2 chez l’avant dernier du championnat. Une défaite qui replonge Rizespor dans la zone rouge, à la 16ème place, 2pts devant son bourreau de ce vendredi.

Pour Isma l’intégration en Turquie est néanmoins réussie, puisqu’il compte 19 matchs au compteur.

Patrick patraque

16/03/2020
Image
 

Alors qu'il briguait la mairie de Sainté, Patrick Revelli (LREM) n'a recueilli que 4,72 % des voix hier au premier tour des élections municipales. Pour le plus grand bonheur de son grand frère Hervé, le maire sortant arrive très largement en tête. Gaël Perdriau (LR) recueille en effet 46,88% des suffrages, loin devant Pierrick Courbon (DVG, 21,31%), Olivier Longeon (EELV, 12,42%) et Sophie Robert (RN, 9,24%).

A Roanne, le maire sortant Yves Nicolin (DVD) est réélu dès le premier tour avec 59,04% pour le plus grand bonheur de son colistier Christian Sarramagna, qui avait pris soin de figurer à une place non éligible. A Toulon, le maire sortant Hubert Falco (LR) a été élu avec 61,39% des voix mais Josuha Guilavogui ne siègera pas au conseil municipal. Christian Lopez y sera au Cannet (Alpes-Maritimes), sa tête de liste Michèle Tabarot (LR) ayant été élue avec 60,37% des voix.

A La Grande-Motte, le porte-à-porte de Jacky Bonnevay a porté ses fruits car le maire sortant Stephan Rossignol (LR) a recueilli pas moins de 69,20%. On aura noté que les trois autres candidats (Serge Durand, William Viste et Véronique Trudelle) étaient eux aussi tous à droite !

Noël évoque l'été (2)

16/03/2020
Image
 

Comme il l'avait fait avant-hier dans Le Parisien, le président de la FFF Noël Le Graët évoque l'impact du coronavirus sur la fin de saison dans la dernière édition du Progrès. Extraits.

"Pour le moment, c’est la chasse au virus, de faire en sorte qu’il n’avance pas. Le football reprendra dès que la maladie aura pris recul. La saison peut aller à son terme, on a le temps. On peut jouer au mois de juin, il n’y a absolument aucun problème. Le président de l'OL évoque l'idée une saison blanche ? Peut-être que Jean-Michel Aulas était mieux classé l’année dernière que cette année.Je  ne sais pas, je n’ai pas vérifié… Le foot, je m’en fous. Le foot n’est pas la priorité. La priorité, c’est d’être tous solidaires pour que le virus recule le plus vite possible. Après, on trouvera bien des dates… On arrivera à organiser une fin de saison sans problème dès que le coronavirus montrera des signes de faiblesse notables."

Roucoulette, fan des Verts mais pas des Vertes !

15/03/2020
Image
 

Habitué du kop sud, Julien Grasset est à l'honneur dans la dernière édition du quotidien auvergnat La Montagne. Extraits.

"Si Julien Grasset a toujours eu une passion véritable pour le football, et le club de Saint-Etienne, son amour pour le club de handball de Saint-Flour est tout aussi fort. Le week-end, jour de match au complexe sportif, le trentenaire arrive vers 18 h 30 pour endosser le costume de la vache Roucoulette, la mascotte. "Il fait très chaud sous mon costume en fourrure synthéthique. J’ai parfois l’impression qu’il fait 50° C !" Souvent, il lance un clapping et fait monter un peu plus encore la pression sur l’adversaire. À l’image du match face à Saint-Étienne, où l’ambiance de feu  qui a régné ce soir-là dans les tribunes a marqué définitivement les supporters, tout comme les joueuses, et la mascotte bien sûr. "J’ai encore des frissons en repensant à cette victoire à la dernière minute."

Le week-end dernier, le club du Cantal a en effet gagné 26-25 aux dépens des Vertes le match au sommet de National 2.

Yannis doit indemniser la police

15/03/2020
Image
 

N'ayant joué que 52 minutes cette saison avec Majorque et n'ayant plus trouvé le chemin des filets depuis son but marqué à Toulouse le 25 septembre 2018 (son seul pion en 23 matchs en vert), Yannis Salibur était d'attaque le 5 juin dernier à une heure du matin : parce que sa fille s'était mise à pleurer, l'ancien Guingampais avait tenté de griller un couple de touristes britanniques à la réception d'un hôtel de Palma. Ces derniers auraient alors proféré des insultes racistes à l'encontre du joueur.

Arrêté cette nuit-là après avoir légèrement blessé les quatre policiers qui avaient tenté de le maîtriser suite à cette altercation, l'ancien flop stéphanois avait été libéré quelques heures plus tard. Mais il a été condamné cette semaine à devoir payer une amende de 400 euros et à verser 150 euros de dommages et intérêts à chacun des policiers, comme le rapporte aujourd'hui le quotidien Diaro De Mallorca.

Batlles et Chambost sous surveillance

15/03/2020
Image
 

Comme l'a révélé avant-hier L'Est Eclair, l'attaquant coréen de l'Estac Suk Hyun-jun est le premier joueur professionnel en France déclaré positif au Covid-19. La Pravda rapporte aujourd'hui que l'intégralité du staff technique et des joueurs professionnels du club troyen sont désormais "sous surveillance" de l'Agence Régionale de Santé Grand-Est. Actuellement quatrièmes de L2 à trois petits points du leader lorientais, Laurent Batlles et Dylan Chambost ont donc reçu hier une feuille de préconisations et de suivis médicaux. 

La réserve sauvée par le coronavirus ?

15/03/2020
Image
 

Actuellement avant-dernière de son groupe avec un match de plus et trois points de moins que le premier non relégable (Chamalières), la réserve de l'ASSE pourrait se maintenir si le championnat de National 2 ne pouvait pas reprendre. Dans l'hypothèse où la compétition ne pourrait pas redémarrer à cause du coronavirus, le Président du district de la Loire du football Thierry Delolme préconise en effet une saison blanche dans la dernière édition du Progrès.

"Arrêter une action, ce n’est pas compliqué, c’est la reprendre qui l’est… Si le gel des compétitions va au-delà des quatre week-ends à venir, on ne pourra pas finir nos championnats. La solution serait de valider une saison blanche. Mais j’imagine que la fédération réfléchit à tout ça. S’il faut jouer des matches en semaine, on verra. On devrait y voir plus clair mercredi prochain. On est dans une situation d’état de guerre. La santé de nos licenciés est primordiale. Et puis ce n’est que du foot…"

 

Crédit photo : zoomdici

Le classement arrêté après 27 journées ?

15/03/2020
Image
 

Avocat spécialisé en droit du sport, Maître Sevan Karian préconise dans la Pravda du jour d'arrêter le classement de L1 après 27 journées si le championnat ne pouvait pas reprendre à cause du coronavirus.

"Les règlements de la LFP ne prévoient pas spécifiquement les conséquences d'un tel cas de force majeure sur le résultat final des compétitions. Nous sommes face à un vide juridique. L'article 519 du Règlement des compétitions prévoit que ces règles d'accession et relégation s'appliquent "à l'issue de la dernière journée de Championnat". Mais il n'y a pas de définition claire de ce qu'est la "dernière journée". L'article 518 précise que chaque ligue est composée de 20 clubs, avec une phase aller et une phase retour comptant chacune 19 "matches".

Cela est-il synonyme de "journées" et la "dernière" est-elle nécessairement la 38e, je ne pense pas. Au vu des circonstances actuelles, et le terme "dernière journée" n'étant pas clairement défini, on pourrait considérer que la dernière journée est celle qui a été effectivement jouée par toutes les équipes. Il s'agirait alors de la 27e en Ligue 1 (le match Strasbourg-PSG ayant été reporté). Et le classement actuel serait le classement final. Vu le stade avancé du Championnat, cela me paraîtrait en tout cas plus logique qu'une annulation totale."

 

Le classement après 27 journées 

1. QSG

2. OM

3. Stade Rennais

4. LOSC

5. Vilains

(...)

16. ASSE

17. Dijon

18. Nîmes

19. Amiens

20. Toulouse

Nanard ne contredit pas Aulas

15/03/2020
Image
 

Jean-Michel Aulas avait confié au Monde que l'annulation du Championnat serait la solution la plus logique si la compétition ne pouvait pas s'achever en raison de la pandémie de coronavirus. Le DG de l'ASSE Xavier Thuilot a qualifié cette proposition de "petit calcul franchouillard" dans la Pravda d'hier. Bernard Caïazzo se garde bien de contredire le président des vilains sur le fond et déplore juste le timing des déclarations du banlieusard dans la dernière édition du quotidien sportif. "En tant que président de Première Ligue, j'estime que ce n'est pas le bon moment de s'exprimer, par respect pour les Français qui vivent des problèmes beaucoup plus difficiles."

Le président de l'OM Jacques-Henri Eyraud est beaucoup plus virulent. "Dans le football, nous tenons notre "Lider maximo", prêt à bondir sur un virus dévastateur pour occulter la saison difficile de son club en Ligue 1. Faut-il les dissoudre (les 28 journées de Championnat) dans l'égoïsme de celui dont la seule boussole est sa participation à la Ligue des champions ? [...] Quand la fièvre sera retombée, Jean-Michel Aulas verra l'obscénité de sa proposition opportuniste et reviendra vite aux valeurs qui font de lui un immense dirigeant du football. Ses propos sont d'une totale indécence."

Un bon Raz'beff

14/03/2020
Image
 

Vainqueur de la Coupe Gambardella le 27 avril dernier, Razik Nedder a annoncé ce samedi sur son compte twitter qu'il venait d'obtenir son BEFF (Brevet d'Entraîneur Formateur de Football). "C’est le diplôme le plus élevé en tant que formateur. Il me permettrait d’être directeur mais  aujourd’hui, ce n’est pas une priorité pour moi. Je suis jeune, et je me vois encore entraîner longtemps" avait déclaré le 30 mai 2019 dans Le Progrès l'actuel entraîneur de la réserve stéphanoise, avant-dernière de son groupe en National 2.

 

Partager