25 novembre 1951 : Naissance de Johnny Rep  
Oui, je désire m'abonner à
L'éphéméride poteaux-carrés
Je recevrais chaque jour dans ma boite mail l'éphéméride
La newsletter poteaux-carrés
Je recevrais dans ma boite mail les newsletter poteaux-carrés quand elles seront envoyées
Pour vous désabonner, décocher l'élément que vous ne voulez plus recevoir et cliquez sur OK

Les potins de poteaux-carrés

précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 ... 4556 page suivante
.......................................................................................................................................................................................................................
Les Verts dans le top 5 ! 23/11/2017

 

Dans un article consacré aux logos des clubs de Ligue 1, la Pravda a demandé à 4 agences spécialisées dans l'identité visuelle de classer les 5 meilleurs logos de France.
Les critères retenus étaient l'esthétique et l'efficacité Marketing.
Notre logo est classé 5ème, derrière ceux du PSG, de Marseille, de Caen et de Monaco.
On s'en fout ? Oui. Mais tout embryon de bonne nouvelle est bon à prendre par les temps qui ne courent pas sans se claquer le mollet.

On attend avec impatience le communiqué officiel en forme de protestation de nos voisins d'outre A47.

.......................................................................................................................................................................................................................
Un tandem attendu (2) 23/11/2017
Image

 

L'Ange Vert revient sur l'arrivée de Jean-Louis Gasset dans Le Progrès du jour.

 

"Depuis le départ d’Oscar Garcia, nous sommes à la recherche d’un homme d’expérience pour épauler Julien Sablé en qui nous avons entièrement confiance. Il réunit toutes les qualités pour réussir à ce niveau, il lui manque logiquement de l’expérience. Le nom de Jean-Louis Gasset est venu tout de suite à l’esprit lorsque nous avons entamé nos recherches. Il aura le rôle qu’il a tenu durant des années aux côtés de Laurent Blanc. Nous avons eu une concertation entre la direction et l’encadrement technique, dont bien sûr Julien Sablé."

 

Au sortir de l'entraînement d'hier après-midi, Juju a commenté la nomination de JLG. "Il y a eu un échange, un partage. J’ai tout validé."

.......................................................................................................................................................................................................................
Alonzo fan de Gasset 23/11/2017
Image

 

Dans la dernière édition du Progrès, l'ancien gardien stéphanois Jérôme Alonzo ne tarit pas d'éloges sur le nouvel acolyte de Julien Sablé.

 

"Je suis un fan inconditionnel de Jean-Louis Gasset. Je le compare à mon père : c’est l’homme de l’ombre sans lequel l’entraîneur principal n’existerait pas. Il a une connaissance poussée du football. C’est un grand professionnel. Il est constamment dans l’humain, dans l’échange. À Paris, j’ai rencontré des problèmes personnels, il a été très présent, m’a beaucoup aidé. Vous allez voir de quelle manière il anime les séances. C’est une nouvelle fantastique pour Julien comme pour l’ASSE. Il est venu pour bosser avec Julien Sablé. Il n’est pas là pour lui savonner la planche."

.......................................................................................................................................................................................................................
Un tandem attendu 23/11/2017
Image

 

Dans sa dernière édition, la Pravda parle du nouveau tandem d'entraîneurs stéphanois. Extraits.

 

"Fort de sa riche expérience et de son opération maintien réussie, de janvier à mai dernier à Montpellier, Jean-Louis Gasset aurait refusé le poste d'adjoint. S'il arrive "au côté"  de Julien Sablé, ce sera pour travailler à son niveau. Pas sous ses ordres. Penser que Gasset va fonctionner avec Sablé comme il en avait l’habitude avec Blanc constitue, au mieux, un effet de communication. C'est un leurre. Son arrivée offre surtout un gage de compétence et permet de couvrir l'absence de diplôme de Sablé. Se pose dès lors la question de la répartition réelle des rôles entre Gasset et Sablé. Et cela a de quoi inquiéter. Car après le duo présidentiel Caïazzo-Romeyer, Saint-Étienne réinvente le tandem d'entraîneurs. La dernière fois qu'il s'y était risqué, en associant Jean-Guy Wallemme à Rudi Garcia, en janvier 2001, le club avait fini en… Ligue 2. Et la dernière fois que Gasset avait formé un binôme, de janvier à mai 2005 avec Xavier Gravelaine, Istres avait terminé en… L 2. L'entraîneur qui sera choisi vendredi pour venir parler après la rencontre face à Strasbourg sera observé avec attention. Gasset ou Sablé ? Voire les deux, pour ménager les susceptibilités ? L'ASSEne cesse décidément pas de poser question cette saison."

.......................................................................................................................................................................................................................
On ne reverra pas Ravera (2) 23/11/2017
Image

 

La Pravda du jour nous apprend qu'Alain Ravera s'est fait virer par Roro.

 

"Arrivé au club en juillet pour devenir l'adjoint d'Oscar Garcia, puis de Julien Sablé, Ravera n'aurait pas accepté l'ultimatum posé par Romeyer : si lui et Sablé n'empochent pas huit points lors des six derniers matches de l'année, ils seront débarqués à la trêve. Romeyer aurait même menacé de s'en aller, lui aussi, en cas d'échec. Seul titulaire du BEPF à Saint-Étienne, Ravera (52 ans) a refusé l'idée de perdre son poste. Surtout qu'un contrat de deux ans et demi l'attendrait à Lens. Furieux, Romeyer l'a débarqué, hier matin. Car il avait déjà le nom de son remplaçant en tête, et ce depuis deux jours. Il s'agira de Jean-Louis Gasset, dont le contrat porterait sur une durée de dix-huit mois."

 

.......................................................................................................................................................................................................................
Saadi, c'est dit ! 22/11/2017
Image

 

N'ayant claqué qu'un petit pion en 9 matches (dont 7 titularisations) avec Strasbourg, Idriss Saadi s'est confié aux Dernières Nouvelles d'Alsace avant de retrouver son club formateur après-demain soir dans le Chaudron.

 

"Cela fait quatre mois que je suis à Strasbourg. Je suis bien intégré dans le club et dans la ville. En termes de bilan personnel footballistique, je ne suis pas à ce que moi j’aurais aimé avoir. Déjà, ça fait un mois et demi que j’ai eu des « bricoles », des blessures, et je suis tombé malade un peu sérieusement. On essaye de travailler pour revenir. Quand on arrive la première saison dans un club, il y a le fait de trouver un feeling entre les joueurs, et malheureusement ça ne se fait pas comme ça. Parfois, on ne sait pas pourquoi, ça se fait très, très bien avec un joueur. Parfois ça met un peu plus de temps à comprendre le jeu des autres.

 

J’ai l’impression que ça met un peu plus de temps mais c’est en train d’arriver petit à petit, en tout on travailler pour affiner tous les jours la complémentarité avec tous les joueurs. Parfois on n’est pas bien huilé sur toutes phases, on va se retrouver les deux attaquants au même endroit. Quand j’ai joué en début de saison, on jouait avec une seule pointe et un numéro dix et après c’est passé à deux. Le dernier match où j’ai été titularisé, à Fribourg, c’était le deuxième après Dijon où on jouait avec deux attaquants donc forcément il faut un peu de temps pour trouver les repères. Il faut comprendre comment l’autre va jouer. Parfois, il faut savoir être patient.

 

Je n'ai pas perdu confiance en moi, mais il faut retrouver la confiance des autres. C’est logique, on est dans un monde où on veut des résultats tout de suite. Quand on n'est pas beaucoup sur le terrain parce qu’on est blessé ou malade, on perd un peu le fil. Il faut travailler et on essaye de revenir. Il me manque encore le fait de trouver les liens avec les autres pour aller encore plus haut. J’ai reculé dans la hiérarchie des attaquants du fait de mes absences mais pourquoi ça m’agacerait ? Le football est fait de concurrence, c'est comme ça. Moi je ne lâcherai rien, j’ai eu des galères beaucoup plus graves dans ma carrière et ça ne m’a jamais fait lâcher. Ça fait partie du jeu. La saison est longue, on sait très bien que la vérité d'aujourd'hui n'est pas celle de demain.

 

Vendredi on va affronter l’ASSE, mon club formateur. De quand je suis parti à maintenant, le club a complètement changé. Il n'y a plus les mêmes joueurs, il n’y a plus le même staff. Mais forcement, c'est un club que je regarde, que je suis depuis que je l’ai quitté parce que j'ai un lien particulier avec ce club-là qui m'a formé. C’est vrai qu’en ce moment c’est un peu plus dur pour eux. Le coach est parti comme ça…Je ne sais pas dans quelle passe ils sont, mais si on regarde que le championnat et qu’on ne s’attarde pas trop à ce qui se passe dans le club, ce n'est pas encore alarmant pour eux. Nous on va les prendre comme un adversaire très sérieux, on s'en fout de ce qui se passe autour. On sait très bien que chez eux, et surtout avec leurs supporters, ça va être dur."

.......................................................................................................................................................................................................................
précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 ... 4556 page suivante

A venir

26/11/2017 12:00

[U17] ASSE - Saint-Priest



Pas de panitrombi

cette semaine

forum boutique services palmares médias jelenivo archives version mobile
Pour nous contacter : contact@poteaux-carres.com
Pour contacter la rédaction : redaction@poteaux-carres.com