home

Un Laurent peut en cacher un autre (3)

13/06/2019
Image

Aux dires mêmes de l'intéressé, le retour de Laurent Huard à Sainté est "en très bonne voie" même si l'ancien milieu de terrain stéphanois était aujourd'hui en partance pour l'étranger avec les U17 du QSG. Après neuf ans de bons et loyaux services à l'ASSE, Laurent Batlles est très probablement sur le départ. Selon L'Est-Eclair, l'actuel entraîneur de la réserve stéphanoise est en balance avec Reynald Pedros (qui vient de quitter son poste de coach des vilaines aujourd'hui) pour succéder à Rui Almeida sur le banc de Troyes (L2), que convoitait également Patrice Garande.

Pierre-Gabriel reste rouge

13/06/2019

Ronaël Pierre-Gabriel qui avait quitté l'ASSE le 9 juillet 2018 pour Monaco, contrat de cinq ans à la clé, ne sera pas resté longtemps dans le club de la Principauté. Annoncé depuis deux semaines à Mayence, il a effectivement signé dans le club allemand qui vient de terminer à la 12ème place de la Bundesliga.

Lui qui disait il y a un an : "Je suis très fier de rejoindre l’AS Monaco, un grand club qui dispute la Champions League et fait confiance aux jeunes. Je n'ai pas hésité. J’espère progresser et faire le plus de matches possible" quitte donc Monaco après seulement quatre apparitions en L1.

Pierre-Gabriel était suivi depuis longtemps par le club allemand ainsi que l'affirme le directeur sportif de Mayence, Rouven Schröder. : «Nous suivons Ronaël Pierre-Gabriel depuis qu'il jouait à Saint-Étienne. C'est un défenseur robuste et capable de défendre et de se projeter en attaque. Dans le même temps, Ronaël a un très bon caractère et peut encore beaucoup progresser.»

«Ronaël Pierre-Gabriel répond à toutes les attentes que l'on peut avoir pour un arrière droit : il est capable de gagner des duels,il est dynamique et physique. Il est toujours agressif sur le ballon et est un combattant qui veut continuellement s’améliorer », a déclaré l’entraîneur-chef Sandro Schwarz.

Revenu à Sainté ce week-end en tant que témoin de mariage de son ancien coéquipier Anthony Maisonnial, il se déclare ravi d'intégrer le club allemand : «J'ai entendu beaucoup de choses positives à propos de Mayence 05. C'est un club qui fait beaucoup confiance aux jeunes joueurs, en particulier aux joueurs français. En conséquence, je n’ai pas hésité à saisir cette occasion »

Ce transfert pourrait intéresser l'ASSE dans la mesure où cette dernière, selon la Pravda du 9 juillet 2018,  s'était réservé un pourcentage sur la plus-value (hypothétique) réalisée à la revente du joueur.

Un Laurent peut en cacher un autre (2)

13/06/2019

laurent Huard

Alors que Le Progrès du jour assurait dans sa dernière édition que l'entraîneur de la réserve Laurent Batlles était pressenti pour monter chez les pros, France Football confirme aujourd'hui la piste évoquée par la Pravda avant-hier. "L'entraîneur des U17 du PSG Laurent Huard a été choisi par Ghislain Printant pour devenir son adjoint. Cet ancien joueur des Verts (2000-2002) doit s'engager pour deux saisons avec le club du Forez."

Comme on s'retrouve ! (6)

13/06/2019

 

Sur la liste des engagés de l’Europa League 2020, on compte pas moins de 14 clubs que nous avons affrontés dans notre longue histoire.
L’occasion de s’offrir un petit feuilleton en 14 épisodes, en forme de flash-back.

Le sixième épisode nous emmène en Ecosse, à Glasgow précisément, où les Rangers de retour depuis 2 ans dans l’élite écossaise ont fini la saison 2ème du dernier championnat derrière le Celtic et sont qualifiés, à ce titre, pour le premier tour qualificatif de l’Europa League, qui se déroulera les 11 et 18 juillet prochains.

Les Rangers ont une place à part dans nos cœurs, forcément. Bien sûr, c’est l’Ecosse, c’est Glasgow, c’est 54 titres de champion d’Ecosse au compteur (aucun club au monde n’a plus de titres nationaux à son palmarès), c’est une rivalité historique avec le Celtic, c’est quatre finales européennes mine de rien aussi, dont une remportée, la Coupe des Coupes en 1972, et une permanence au sommet européen avec cette finale de la Coupe de l’UEFA il y a 11 ans.

Mais pas que. Les Rangers, c’est d’abord et avant tout le premier club affronté par les Verts en Coupe d’Europe. Nous sommes le 4 septembre 1957, un temps que les non sexagénaires n’ont pas connu donc. Les Verts qui ont pour la première fois décroché le titre vont affronter Ibrox Park et ses 85 000 spectateurs en 1/16ème de finale de la Coupe des Champions.
Malgré l’ouverture du score de Rachid Mekloufi, ils sombrent (3-1). Au retour, devant un Chaudron qui ne compte que 30 000 places toutes occupées, le second but de René Ferrier marqué à la 86ème laissera quelques minutes d’espoir, mais le parcours s’arrêtera là malgré cette première victoire européenne (2-1).

Dix-huit ans plus tard, les Rangers s’ancrent encore plus dans notre histoire en se plaçant sur le parcours de notre épopée. Après Copenhague, les Verts les affrontent en effet en 1/8ème de finale de la Coupe des Champions 1976. Et cette fois-ci, il n’y aura pas de suspense. Patrick Revelli et un but tardif de Bathenay donnent deux pions d’avance aux Verts tout en maîtrise. Au retour en novembre 1975, Rocheteau et Hervé Revelli mettent fin au suspense après l’heure de jeu, et le but écossais en fin de match ne changera rien à l’affaire.

L’eau du Furan comme celle de la Clyde ont coulé sous les ponts depuis. La capacité de Geoffroy a augmenté pendant que celle d’Ibrox se réduisait. Ce serait un bonheur que les routes des deux clubs se croisent une troisième fois.

Ce n’est pas impossible du tout si on se fie au parcours européen des Gers la saison dernière :
Ils avaient réalisé un joli parcours en passant au premier tour contre les illustres Macédoniens de Shkupi puis au second contre les Croates d’Osijek, au troisième contre les Slovènes de Maribor et enfin en barrages contre les Russes de Oufa.
Dans une poule relevée, opposés au Spartak Moscou, à Villarreal et au Rapid de Vienne, les Ecossais finiront 3ème après une victoire, trois nuls et deux défaites. 

Demain pour le septième épisode de notre feuilleton nous irons faire un tour en bord de mer.

 

 

Jean-Louis se compare à Jean-Louis

13/06/2019
Image

Ancien député PS de la Loire apparenté au célèbre chef supporter des Verts, Jean-Louis Gagnaire se compare à Jean-Louis Gasset dans la dernière édition du Progrès.

"Il y aura une liste clairement identifiée En marche pour les municipales à Saint-Etienne dans le but de proposer une alternative à Gaël Perdriau. C’est une commande politique qui vient de Paris. Les attaques réitérées du maire de Saint-Etienne à l’encontre d’Emmanuel Macron et de sa politique, comme le "dîner de cons" à ses limites. Cette phrase n’a pas du tout été appréciée en haut lieu comme au niveau local. On ne parle pas comme ça du président de la République. (...) Je ne conduirai pas cette liste. Je suis un peu comme Jean-Louis Gasset ou Dominique Rocheteau... J’aurai 64 ans l’an prochain si j’avais eu dix ans de moins, je n’aurais pas hésité. Je sais ce que représente le fait d’être élu. Cela ne veut pas dire que je serai absent de cette campagne."

Le derby le 6 octobre à GG

13/06/2019
Image

Si le calendrier de la prochaine saison de L1 sera officiellement dévoilé demain, quelques dates ont déjà fuité, comme le rapporte Le Progrès du jour.

"Les Verts débuteront leur saison à l’extérieur, le 10 ou 11 août, afin que la pelouse du Chaudron finisse d’être changée. L’ASSE accueillera l’OL dimanche 6 octobre trois jours après la deuxième journée de l’Europa League. Dimanche 15 décembre, le PSG se présentera à Geoffroy-Guichard, là aussi trois jours après l’ultime match de coupe d’Europe pour les hommes de Ghislain Printant."

Manifestement le quotidien régional mise sur une élimination des Verts dès la phase de poule en Europa League...

Batlles et Nedder promus ?

13/06/2019
Image

Selon la dernière édition du Progrès, "la tendance actuelle voudrait que l’ASSE privilégie une piste en interne pour épauler Ghislain Printant. Laurent Battles est la piste la plus crédible, ce qui permettrait à Razik Nedder de s'occuper de la réserve en National 2."

Le kop nord écope d'un huis clos

12/06/2019
Image

Comme on pouvait le redouter vu l'impressionnant craquage de fumis dans le kop nord à l'occasion du dernier match de la saison à domicile contre Nice, la commission de discipline a décidé ce soir de fermer pour deux matchs (dont un avec sursis) la tribune Paret basse.

L'ASSE écope par ailleurs de 107 500 euros d'amendes pour usage d'engins pyrotechniques de supporters stéphanois dans le Chaudron contre les Aiglons (85 000 €) puis dans le parcage du stade Raymond-Kopa à Angers (22 500 €).

Comme on s'retrouve ! (5)

12/06/2019

 

Sur la liste des engagés de l’Europa League 2020, on compte pas moins de 14 clubs que nous avons affrontés dans notre longue histoire.
L’occasion de s’offrir un petit feuilleton en 14 épisodes, en forme de flash-back.

Le cinquième épisode nous emmène en Bulgarie, à Sofia précisément, où parmi les nombreux clubs de la ville, le CSKA, ex-club de l’armée, a fini la saison 2ème du dernier championnat derrière Ludogorets et est qualifié, à ce titre, pour le premier tour qualificatif de l’Europa League, qui se déroulera les 11 et 18 juillet prochains.

Le CSKA Sofia, c’est 31 titres de champion, contre 26 à son rival historique, le Levski Sofia. Une permanence au haut niveau donc symbolisée par les gloires locales qui ont porté le maillot rouge : Penev, Kostadinov, Stoïchkov, Berbatov et un certain Georgi Dimitrov.
La saison dernière, le CSKA avait péniblement sorti les Lettons de Riga au premier tour de l’Europa League, puis croqué sans trembler les Autrichiens d’Admira Wacker (avec un but d’un certain Jorginho au passage)  avant de tomber au troisième tour face au FC Copenhague, décidément bourreau de nos anciennes victimes !

En septembre 1976, les Verts ont la plaie de Glasgow encore ouverte, mais il faut se coltiner le CSKA en 1/16ème de finale de la Coupe des Champions. Après un nul 0-0, en Bulgarie, les 39 000 supporters du Chaudron devront se contenter d’une victoire 1-0 au retour grâce à un pion de Piazza.
Score étriqué, mais suffisant pour retrouver (et taper encore) le PSV Eindhoven en 1/8ème de finale.

Demain, pour le sixième épisode de notre feuilleton, nous repasserons à l’Ouest pour évoquer une veille gloire qui un jour vit près de 200 000 de ses supporters envahir Manchester pour une finale de Coupe d’Europe.

Khazri gagne en Croatie

12/06/2019
Image

En match de préparation à la CAN, la Tunisie a battu les vice-champions du monde 2-1 hier soir en Croatie. Titulaire, Wahbi Khazri a été à l'origine de l'action sur l'ouverture à la 16e minute. D'une frappe enroulée au ras du poteau, le numéro 10 des Verts et des Aigles de Carthage a failli inscrire le but du break deux minutes avant la pause. Le meilleur buteur et passeur de la saison stéphanoise a cédé sa place à la 83e minute.

JJ admire Juju

12/06/2019
Image

Dans son autobiographie "Sans filet" parue le 22 mai dernier aux éditions MaraboutJérémie Janot ne tarit pas d'éloges sur Julien Sablé. Extraits.

"On s'est juré de travailler ensemble dans le futur. Je serai son adjoint. En plus d'une amitié sincère, on se témoigne un immense respect. Il m'a un jour honoré en me nommant vice-capitaine de l'ASSE, je ne l'oublie pas, comme je n'oublie pas ce qu'il représente. "Ju" a toujours bénéficié d'une grosse cote à Saint-Etienne. Dans les catégories de jeunes, c'était un peu la star, le chouchou du club. Tout le monde ne parlait déjà que de lui. Chaque année il portait le brassard et c'était mérité. Vainqueur de la Gambardella en 1998, je l'ai vu débuter en pro quelques jours plus tard, à Lille, à 17 ans et demi. J'étais sur le banc ce soir-là, en tant que doublure de Jérôme Alonzo. On sentait déjà qu'il allait s'inscrire dans la durée et devenir un pilier de l'équipe. Il était hypermature, bien plus que moi ! Son parcours sous le maillot vert est tout sauf une surprise.

(...)

Il ne lui a pas fallu longtemps pour s'installer définitivement dans le onze stéphanois, devenir international espoir et porter véritablement l'équipe dans les moments difficiles. Un vrai leader dont les mots impactent le vestiaire. Quand il se levait et prenait la parole, on avait des frissons. Il y a quelque années, j'ai assisté à l'une de ses causeries en jeunes : j'avais envie de remettre les gants et de jouer ! A Sainté il a été mon guide, ma conscience. C'était le patron. Les montées, les descentes, l'affaire des faux passeports, il a tout connu. Les gens le remettaient souvent en cause vers la fin, on était souvent les fusibles lui et moi. C'est sur nous que les observateurs tapaient en premier, alors qu'on a vu passer de vrais "touristes" sous le maillot vert... Mais eux bénéficiaient d'un certain crédit parce qu'ils étaient nouveaux. C'était injuste.

(...)

Son retour à L'Etrat après sa carrière, comme formateur puis entraîneur, était dans l'ordre des choses. Alors certes, le club lui a fait un cadeau empoisonné en lui confiant l'équipe après le départ d'Oscar Garcia fin 2017, mais il ne pouvait pas refuser. Un jour, Zidane a dit : "Quand on vous propose une équipe pour la première fois, vous ne pouvez pas être prêt mais il faut accepter." Il a raison. Et puis j'aurais bien voulu voir Julien avec les recrues qui sont arrivées ensuite, les M'Vila, Debuchy, etc. Ce qui est sûr, c'est que cela doit rester pour lui une bonne expérience. Dans ces moments-là, on tire un enseignement de la défaite. Bref, j'admire Julien. J'admire le joueur qu'il a été, j'admire l'homme qu'il est et je suis certain que j'admirerai un jour l'entraîneur qu'il deviendra. "

Les Red Devils veulent Saliba ?

12/06/2019
Image

Selon la dernière édition du quotidien britannique The Independent, "Manchester United a progressé dans sa volonté de faire signer William Saliba bien que Saint-Etienne semble demander à se faire prêter le joueur dans le cadre de la transaction."

Coupet aime beaucoup Ruffier

12/06/2019
Image

Entraîneur des vilains portiers mais parrain - à l'initiative de Jeannot Dées (photo) - de l'association Gardiens pour tous basée à Bonson (Loire) , Grégory Coupet s'est exprimé au sujet de Stéphane Ruffier ce matin sur Activ Radio.

"L'équipe de France, ce n'est pas fini ! Il n'est pas du style à lâcher, quoi qu'il arrive. En tout cas, c'est un pilier fort de l'ASSE. Tout ce qu'il fait, c'est très fort ! Moi j'aime beaucoup son style, j'aime beaucoup aussi sa personnalité. J'ai beaucoup de respect pour lui, ce qu'il fait est loin d'être anodin. Etre gardien, ce n'est pas simple ; durer, ça l'est encore moins. Stéphane Ruffier fait partie des gardiens qui durent depuis un petit moment et qui sont très réguliers donc grand respect !"

On a eu Redon, on aura Redondo ?

12/06/2019
Image

Après avoir compté dans ses rangs Philippe Redon (auteur de 5 apparitions en D2 en 1986), l'ASSE s'intéresse à Alberto Redondo (22 ans) selon Marca. Le quotidien espagnol affirme que ce latéral réserviste de Getafe, suivi également par Montpellier, a reçu des propositions des Verts et des Dogues, mais préfèrerait poursuivre son aventure dans un club qui vient de finir à une belle cinquième place de Liga synonyme de qualification en Europa League.

Toujours plus loin, toujours plus haut...

12/06/2019
Image

Toujours plus loin, toujours plus haut, c'est la voie, c'est la voie du Mellot ! Jérémy, qui avait évolué 18 mois au milieu de terrain avec la réserve de l'ASSE (de janvier 2015 à juin 2016), avait quitté le Forez pour Rodez, qui évoluait alors en CFA mais vient d'être promu en L2. Reconverti avec bonheur au poste de latéral droit, le coéquipier de David Douline figure pour la deuxième saison consécutive dans l'équipe type de National. Le natif de Montluçon va évoluer plus loin et plus haut la saison prochaine. L'En Avant Guingamp a en effet annoncé hier soir qu'il allait s'engager pour deux ans dans le club de Nolan Roux.

Zouma score en Andorre

11/06/2019
Image

Titularisé dans l'axe aux côtés de l'ancienne cible de l'ASSE Clément Lenglet, Kurt Zouma a marqué ce soir en deux temps le dernier but de l'écrasante victoire (4-0) de la France en Andorre lors de la 4e journée des éliminatoires de l'Euro 2020. L'ancien défenseur des Verts a ainsi claqué son premier pion avec les Bleus à l'occasion de sa cinquième sélection. Pour rappel, il avait déjà scoré avec les Bleuets contre la Biélorussie il y a cinq ans.

Pantelic chez les Amazones !

11/06/2019

Le site officiel nous apprend que l'internationale Serbe Kristina Pantelić (21 ans) qui évoluait la saison dernière en deuxième division avec Vendenheim s'est engagée avec l'ASSE. Également passée par Albi, la jeune milieu de terrain a disputé 21 matchs toutes compétitions confondues et a marqué 2 buts avec le club Alsacien cette saison.

Un Laurent peut en cacher un autre

11/06/2019
Image

Si l'ASSE compte déjà dans ses rangs un entraîneur Laurent compétent et diplômé en la personne de Batlles (ancien membre du staff de Christophe Galtier et actuel entraîneur de la réserve), le club creuse apparemment des pistes externes pour entourer Ghislain Printant. Alors que la dernière édition du Progrès a évoqué la possible venue de Pascail Baills, actuel bras droit de Michel Der Zakarian à Montpellier, la Pravda nous apprend ce soir que Laurent Huard (45 ans) a été approché par Sainté.

L'ancien milieu de terrain stéphanois, qui avait dû mettre un terme à sa carrière de joueur en 2002 après avoir frôlé la mort subite à L'Etrat, a déjà été entraîneur adjoint chez les pros une saison lors du peu concluant passage de Pierre Dréossi sur le banc rennais (saison 2006-2007). S'il a passé le DEPF sur les conseils de Galette, c'est dans la formation que le natif de Fougères s'est épanoui.

Ayant entraîné Yann M'Vila pendant plus de deux ans (ils ont gagné ensemble la Gambardella il y a onze ans), il officie depuis quatre ans au QSG. Pour rappel, il avait fait son retour à L'Etrat l'été dernier lors d'un match amical U17 remporté par les protégés de Christophe Chaintreuil grâce à des buts de Louis Mouton, Maxence Rivera, Naïl Vernet et Lucas Gourna.

Geoffroy-Guichard, c'est notre Tour Eiffel !

11/06/2019
Image

Cinq ans après le Vice-Président de Saint-Etienne Métropole Roland Goujon, le sympathique conservateur du musée des Verts Philippe Gastal compare le Chaudron à la Tour Eiffel dans un entretien paru aujourd'hui sur le site Ecofoot.

"La Ville de Saint-Etienne et Saint-Etienne Métropole sont présents pour nous épauler dans nos projets. Depuis décembre 2015, nous pouvons coupler visite du musée et de Geoffroy Guichard. Il s’agit d’une évolution importante car c’est ce qui se pratique dans la plupart des grands clubs européens. Le club a également négocié dernièrement une nouvelle convention avec la Métropole permettant de disposer de plus de latitude dans l’exploitation du stade.

Le monument le plus connu de Saint-Etienne, c’est le stade Geoffroy Guichard. C’est notre Tour Eiffel ! Le club joue un rôle majeur dans la vie de la ville. Au mois de novembre prochain, une nouvelle ligne de tramway qui desservira le stade Geoffroy Guichard sera inaugurée. Et la station près du stade s’appellera « Stade Geoffroy Guichard – Musée des Verts ». Et l’arrêt suivant sera intitulé « Roger Rocher – Allez les Verts ». Cela montre toute l’importance de l’ASSE pour les Stéphanois. En France, il y a peu de villes qui vivent au rythme de leur club comme Saint-Etienne."

Janot égratigne Nanard et Roro

11/06/2019
Image

Dans son autobiographie "Sans filet" parue le 22 mai dernier aux éditions MaraboutJérémie Janot égratigne Nanard et Roro. Extraits.

"Dans le vestiaire, on s'amuse de les voir se faire la bise alors qu'ils se détestent. Un jour, Elie Baup doit même les séparer car ils sont sur le point d'en venir aux mains ! Je suis d'ailleurs surpris que cette affaire ne soit jamais sortie dans les journaux car l'ASSE est un véritable gruyère. Quand un joueur prend deux kilos, c'est relayé dès le lendemain sur les forums de supporters ! Idem pour les contrats, les salaires. Mieux vaut rester sur ses gardes.

(...)

Quand j'ai remporté en 2007 l'Etoile d'Or France Football du meilleur gardien de Ligue 1, Jean-Michel Aulas a déclaré avant le derby que les deux meilleurs gardiens français étaient Grégory Coupet et moi-même. Ce que mes propres dirigeants n'ont jamais dit ! C'est qu'ils ne devaient pas le penser. Sans doute étaient-ils trop occupés à chercher un nouveau gardien pour me remplacer.

(...)

Mon beau père Alain - que je considère comme mon père, comme mon guide - a commis l'irréparable.  Le jour de l'enterrement, seuls Damien Comolli - que je respecte beaucoup, même si nos idées sur le poste de gardien divergent - et Jeannot Dées, mon entraîneur spécifique, sont présents et représentent le club. Un détail qui pour moi n'en est pas un. Quand je pense que Bernard Caïazzo est allé jusqu'en Guinée pour assister au mariage de Pascal Feindouno... Passons.

(...)

Bernard Caïazzo m'a demandé à l'occasion du derby à Geoffroy-Guichard, en 2004, de placer un curieux objet dans la cage. Passé entre les mains d'un sorcier vaudou, il était censé protéger le but. Je ne sais pas ce que c'était, mais ça sentait à dix mètres. A l'ouverture du score de Juninho sur coup franc, le ballon est tombé pile dessus ! C'est le genre d'histoires qui n'encourage pas à se montrer superstitieux. Je préfère compter sur mon travail, mes capacités, plutôt que de compter sur la magie d'un ensorceleur."

Le Coquelicot sportif

11/06/2019
Image

Dans une  intéressante interview publiée sur le site Ecofoot, Philippe Gastal détaille les projets du Musée des Verts, incontournable lieu de culte dédié à l'ASSE. Extraits.

"Nous allons franchir la barre des 250 000 visiteurs dans peu de temps. Nous accueillons un peu plus de 40 000 visiteurs par an. C’est important de maintenir un certain seuil de fréquentation. Le musée emploie 4 salariés à plein temps et nous nous devons d’atteindre l’équilibre financier. Même s’il s’agit d’un musée privé, le Musée des Verts a été reconnu d’intérêt général il y a un peu plus d’un an. Cela signifie que nous pouvons recevoir des dons de la part des particuliers et des entreprises. Des dons défiscalisables conformément à la loi. Cette reconnaissance montre également qu’à Saint-Etienne, le football c’est plus qu’un sport. C’est une véritable culture.

Le mois prochain, nous allons organiser le vernissage de notre neuvième exposition temporaire. Etant donné que les prochains championnats de France d’athlétisme seront organisés à quelques encablures du stade Geoffroy Guichard – au stade Henri-Lux – le club phare d’athlétisme de l’agglomération stéphanoise, Le Coquelicot, a pris contact avec nous pour pouvoir organiser une exposition au sein de notre musée. Nous avons été séduits par cette idée, d’autant que des liens historiques existent entre nos deux clubs. Si nous pouvons contribuer au rayonnement d’autres spécialités sportives, nous ne nous privons pas !

Nous venons de remporter la Coupe Gambardella. Nous réfléchissons à la possibilité d’organiser une exposition sur la formation, qui a toujours fait partie de l’ADN du club. Le Musée est un passage obligatoire pour toutes nos recrues, y compris les pensionnaires de notre centre de formation. La visite les aide à comprendre qu’ils ont signé dans un club à part. Par ailleurs, le stade Geoffroy Guichard a été inauguré en 1931. Notre emblématique stade soufflera donc son 90ème anniversaire en 2021. Pour l’occasion, nous lui dédierons très certainement une exposition temporaire. Les anniversaires et les événements dictent nos choix.

L’histoire d’un club de football se raconte au quotidien. Et celle de l’ASSE a continué à s’écrire depuis l’ouverture du musée, en décembre 2013. Par exemple, nous avons disputé 36 rencontres européennes sous la houlette de Christophe Galtier. Nous devons mener au sein du musée un travail de réactualisation pour faire de la place à cette histoire récente. Nous menons aussi une réflexion autour de nouveaux projets technologiques, avec de nouvelles animations en réalité virtuelle permettant de se replonger différemment dans la riche histoire des Verts."

Comme on s'retrouve ! (4)

11/06/2019

Sur la liste des engagés de l’Europa League 2020, on compte pas moins de 14 clubs que nous avons affrontés dans notre longue histoire.
L’occasion de s’offrir un petit feuilleton en 14 épisodes, en forme de flash-back.

Le quatrième épisode nous emmène en Pologne (un pays qu’on a envie d’envahir dès qu’on regarde jouer Vagner), à Varsovie précisément, où le Legia a fini la saison 2ème du dernier championnat polonais et est qualifié, à ce titre, pour le premier tour qualificatif de l’Europa League, qui se déroulera les 11 et 18 juillet prochains.

Le Legia est incontestablement LE club polonais de la décennie, il est quasi systématiquement champion (2013, 2014, 2016, 2017 et 2018) et lorsqu’il ne l’est pas c’est qu’il est vice-champion comme en 2015 ou cette année.

La saison dernière, son titre de champion de Pologne lui avait ouvert les portes des tours préliminaires de la C1, mais après avoir facilement disposé de Cork, il s’était incliné lors du 2ème tour qualificatif contre le fameux Spartak Trnava (club Slovaque à ses occupations, principalement le football donc). La magie des règlements UEFA qui n’aime rien tant que le qui perd gagne a permis au Legia de se retrouver après cette piteuse défaite au 3ème tour de l’Europa League, où il s’est magnifiquement re-pris les pieds dans le tapis contre les terribles luxembourgeois de Dudelange.

Bref, une saison européenne à oublier pour le Legia qui était loin cette saison de ses glorieux aînés de 1969. Champions de Pologne, ils affrontent les Verts en 1/8ème de finale de la Coupe des Champions. Défaits à l’aller 2-1 à Varsovie, les Verts peuvent nourrir des regrets, car ils ont longtemps mené 1-0 (grâce à l’inévitable Hervé Revelli), avant de voir les Polonais renverser la partie dans le dernier quart d’heure.
Mais il reste le retour, dans le Chaudron plein comme un oeuf en cette fin novembre 1969. Las, les Verts pourtant auteurs de leur première et magnifique remontadASSE contre le Bayern au tour précédent, butent longtemps sur un mur, et Carnus, Bereta et les autres s’inclinent finalement 0-1 sur un but assassin à la 85ème.
Le Legia file en quart et même jusqu’en demi-finale, où il sera battu par le Feyenoord, futur vainqueur de l’édition. Un parcours qui représente tout simplement sa meilleure perf européenne à ce jour.

Contrairement aux épisodes précédents, on a là affaire à une vieille connaissance qu’il n’est pas inimaginable de retrouver en poule car s’il devra passer quatre tours pour cela, le Legia, avec son coefficient supérieur au nôtre, aura la garantie d’être toujours tête de série. Et quand il est en poule il arrive qu’il parvienne à s’en extirper comme en 2012 et 2015, où il avait été sorti en 1/16ème de finale de l’Europa League.

Demain, pour le cinquième épisode de notre feuilleton, nous bouclerons notre périple à l’Est !

On a eu N'Daw, on aura N'Doram ? (2)

11/06/2019
Image

Le Progrès revient aujourd'hui sur la piste Kévin N'Doram évoquée hier par France Football. Extraits.

"Il a fait savoir à ses dirigeants qu’il souhaitait aller voir du pays, si possible en Espagne, mais reste ouvert à d’autres pistes tant qu’elles lui offrent du temps de jeu. L’A.S. Saint-Etienne aimerait bien le récupérer via un prêt, mais n’est pas la seule écurie sur ce dossier. Un joueur qui pourrait constituer le pendant de Yann M’Vila. Reste à se mettre d’accord avec les dirigeants monégasques qui espèrent un transfert aux alentours de 4 millions d’euros pour un joueur sous contrat avec l’ASM jusqu’en 2023."

On a Batlles, on aura Baills ?

11/06/2019
Image

Finaliste de la Gambardella aux côtés de Kader Ferhaoui et Laurent Blanc, lancé dans le monde pro par Robert Nouzaret, Pascal Baills (54 ans) est pressenti pour devenir l'adjoint de Ghislain Printant selon Le Progrès. Les deux hommes se connaissent bien pour avoir co-entraîné le MHSC. L'ancien coéquipier de Jean-Louis Gasset a une très solide expérience d'adjoint. Il a notamment collaboré avec Michel Mézy, Jean-François Domergue, Rolland Courbis, René Girard, Jean Fernandez. Joueur le plus capé de l'histoire de Montpellier (429 matches en 13 saisons), cet ancien latéral international (une sélection contre l'Arménie) fait actuellement partie du staff de Michel Der Zakarian.

Beric plombe les Lettons

10/06/2019
Image

Après plus d'un an de disette, la Slovénie a en fin renoué avec le succès ce soir en écrasant la Lettonie 5-0 à Riga lors de la 4e journée des éliminatoires de l'Euro 2020.

Enfin titulaire, Robert Beric a joué l'intégralité de la rencontre. S'il n'a pas marqué, l'avant-centre stéphanois a délivré une passe décisive sur l'ouverture du score.

Cabella à Marbella

10/06/2019
Image

Après avoir marqué il y a huit jours en Sardaigne avec la sélection corse, Rémy Cabella est parti en vacances à Marbella, où il s'est affiché jeudi dernier aux côtés d'Arnaud Nordin. Ce dernier était ce week-end à La Charpinière (Saint-Galmier), ancien lieu de mise au vert des Verts, pour le mariage de son ex-coéquipier Anthony Maisonnial, qui était également entouré de Rayan Souici, Mickaël Nadé et Ronaël Pierre-Gabriel. Pendant ce temps-là, Yann M'Vila prenait la pose aux côtés de Nicolas Anelka à Dubaï.

Comme on s'retrouve ! (3)

10/06/2019

Sur la liste des engagés de l’Europa League 2020, on compte pas moins de 14 clubs que nous avons affrontés dans notre longue histoire.
L’occasion de s’offrir un petit feuilleton en 14 épisodes, en forme de flash-back.

Le troisième épisode nous emmène en Finlande, à Kuopio, dont le club, Kuopion Palloseura, classé 3ème du dernier championnat finlandais, est qualifié, à ce titre, pour le premier tour qualificatif de l’Europa League, qui se déroulera les 11 et 18 juillet prochains.

Voilà un club qui réussit le triple exploit d’avoir croisé deux fois notre route, de n’avoir malgré cela laissé que peu de place dans nos mémoires, et pas uniquement parce que son nom est imprononçable, et enfin de représenter un record, celui de notre plus large victoire sur la scène européenne.

Kuopion n’est pas forcément un cador dans son pays, ou ne l’est plus, car s’il a été champion à 5 reprises, la dernière fois date de … 1976. Loin par exemple du bilan du HJK Helsinki qui fut champion 8 fois lors des 10 dernières saisons !

S’ils furent mémorables, nos affrontements le doivent d’abord parce qu’ils nous ont permis d’établir des records. Ainsi au premier tour de la coupe de l’UEFA en septembre 1980, nous leur avions collé le genre de score qu’on destinait à nos voisins d’outre A47 avec deux cinglants 7-0 grâce à des buts de Rep (5), Paganelli (3), Platini (2), Janvion, Lopez et Lestage (+ un csc si vous comptez bien).
Ce fut 13 ans plus tôt légèrement moins douloureux pour les Finlandais en 1/16ème de finale de la Coupe des clubs Champions 1968 avec une victoire 2-0 dans le Chaudron en septembre 1967 (Herbin et Jacquet pour les buts) et 3-0 au retour (Herbin encore, Bosquier et Hervé Révelli) début octobre.

Voilà donc un club anonyme qui mais qui a le bon goût de nous permettre de réviser de façon presque exhaustive nos glorieux effectifs. Il devra pour arriver jusqu’à nous briller un peu plus que la saison dernière qui l’avait vu buter dès le premier tour des qualifications de cette même Europa League face à une autre de nos vieilles connaissances, le FC Copenhague.

Demain, pour le quatrième épisode de notre feuilleton, nous revisiterons feu-le bloc de l’Est, et resterons dans des temps que les moins de quarante ans n’ont pas pu connaître.

 

 

Janot ne va plus en banlieue

10/06/2019
Image

Dans son autobiographie "Sans filet" parue le 22 mai dernier aux éditions MaraboutJérémie Janot explique pourquoi il ne va plus en banlieue.

"Au coup de sifflet final du centième derby, je disjoncte complètement et extériorise des années de frustration. Heureusement que Loïc Perrin est là, c’est lui qui me retient in extremis alors que je me mets en tête de refaire le coup du saut à l’horizontale, mais cette fois sur la mascotte de l’OL ! Je suis dans un état second : « Elle est où la mascotte, elle est où ? » Loïc me répond : « T’es complètement débile… Les gars, faites-le rentrer ! » Rien n’y fait : « OK, alors viens, on va chambrer les Bad Gones ! » Je crois que ce soir-là, s’il n’y avait pas un ou deux partenaires autour de moi pour me calmer, j’aurais pu prendre cinquante matches en commission de discipline !

J’avoue avoir pas mal chambré les Lyonnais durant ces années, et ils me l’ont bien rendu. Souvent, dans le tunnel, Julien Sablé me disait : « Jé, tu restes cool, hein ? Tu déconnes pas ! » Je lui répondais : « Non, non, t’inquiète ! » Mais il me connaît par cœur : « T’as prévu quelque chose ? Dis-moi. T’as un maillot spécial là-dessous ? » Moi : « Non, Ju, rien, rassure-toi, je la joue tranquille cette fois. » Et dix secondes plus tard, à peine avais-je foulé la pelouse de Gerland que je montrais mes fesses. C’était plus fort que moi ! Même ma mère et ma femme tentaient de me raisonner avant chaque derby, mais j’aimais trop ces ambiances.

Je me souviens d’un derby, au printemps 2006. Les Lyonnais fêtent contre nous leur cinquième titre. C’est humiliant. Toute la semaine, je ne fais qu’y penser. Et là je me dis : « Mais nous, on a dix titres de champion au palmarès. Je vais le leur rappeler ! » Quelques jours plus tard, je pénètre sur la pelouse de Gerland sous les huées. Je ne me dirige pas vers mon but mais vers le rond central. Puis je m’arrête, défais tout doucement ma veste et affiche mon maillot floqué d’un numéro 10 en tournant sur moi-même, mes pouces indiquant le chiffre au dos tout en toisant les quatre tribunes. Quelle bronca ! Faire ça à Gerland, c’est jouissif ! J’ai ressenti la haine des 40 000 Lyonnais.

Pour ma part, il n’y a jamais rien eu de méchant, ce n’était qu’un jeu. Sur le ton de la plaisanterie, j’ai dit dans les médias : « Lyon est une ville formidable, dommage qu’il y ait les Lyonnais. » Apparemment, tout le monde ne comprend pas le second degré car j’ai été la cible de nombreuses insultes en pleine rue quand je me baladais en famille à Lyon. Une fois, à la gare, ça a même été très tendu… Je suis assez grand pour me défendre, mais quand vous êtes avec votre bébé dans sa poussette, la situation devient vite plus compliquée. J’ai donc pris la décision un jour de ne plus me rendre à Lyon. Je ne pouvais plus risquer d’exposer ma femme et mes enfants."

On a eu N'Daw, on aura N'Doram ?

10/06/2019
Image

"Ciblé par le FC Metz, Kévin N'Doram intéresse également Saint-Étienne. Déjà cet hiver, les Verts avaient fait du milieu de terrain une priorité pour épauler efficacement Yann M'Vila. Agé de 23 ans, le joueur est lié jusqu'en 2023 avec le club de la Principauté" assure aujourd'hui France Football. Une info à prendre avec de grosses pincettes, la même source ayant annoncé récemment que Jocelyn Gourvennec allait succéder à Jean-Louis Gasset sur le banc stéphanois...

Injai et Gigliotti enjaillent Priou et Moulin

10/06/2019
Image

Grâce à des pions claqués par les anciens flops de l'ASSE Frédéric Injai et David Gigliotti (auteur du but victorieux dans les ultimes secondes de la prolongation sur un coup franc excentré gauche), le FC Istres (N3) des partants Franck Priou et Damien Moulin a remporté hier à Martigues la Coupe de Provence aux dépens de Salon Bel Air Foot (R1).

Partager