Votez Bouanga !

09/12/2019
Image
 

A l'instar de l'attaquant strasbourgeois Ludovic Ajorque et du vilain milieu Jeff Reine-Adélaïde, Denis Bouanga fait partie des trois nommés pour le trophée UNFP du meilleur joueur de L1 de novembre, remporté l'an dernier par Wahbi Khazri.

Grand favori, le numéro 20 des Verts compte sur vos suffrages. Votez pour lui ici !

Le QSG viendra sans Gueye ni Kimpembe

09/12/2019
Image
 

Touchés tous les deux aux ischios-jambiers, Presnel Kimpembe et Idrissa Gueye seront indisponibles ce dimanche soir à GG selon le site du QSG.

Mais Marco Verratti (qui a participé à toute la séance de ce lundi) et Edison Cavani (qui reprendra l'entraînement collectif demain) seront très probablement opérationnels pour ce match de clôture de la 18e journée.

Ruddy contre Paris

09/12/2019

M. Buquet

C'est l'expérimenté Ruddy Buquet qui a été désigné pour diriger le match vedette du dimanche soir entre les Verts et le QSG le 15 décembre.

Il faut noter que cette saison, c'est lui qui a arbitré la dernière défaite du leader parisien sur la pelouse de Dijon (2-1).

Ce sera la 2ème fois qu'il siffle un match des Stéphanois cette saison, puisqu'il était au centre du terrain pour la victoire stéphanoise en terre girondine. (1-0 sur un pénalty de Bouanga)

Il sera assisté à la VAR par Johan Hamel et Dominique Julien.

2020 < 2019

09/12/2019

Après leur toute petite prestation à Reims, les Verts restent scotchés à 25pts.
Ils ont un déficit de 4pts par rapport à la saison dernière. Les hommes de JLG, 5èmes, comptaient 29pts après 17 journées.
Ils avaient atteint la trève à la 4ème place avec 33pts.

Sainté version PP (Printant puis Puel) ne fera pas mieux, mais devra essayer de s'approcher des 30pts avec la réception du PSG (15 décembre, 21h), puis le déplacement à Strasbourg (21 décembre, 20h45).

 

Dégommés par Dingomé

09/12/2019
Image
 

Dans la dernière édition de L'Union de Reims, le milieu de terrain Tristan Dingomé revient sur la victoire de son équipe contre les Verts.

"On s’était dit avant le match qu’il fallait prendre du plaisir. Ce fut le cas, et en plus le résultat est au rendez-vous. Le plan de jeu, c’était d’aller les chercher. Le fait de tous monter comme on l’a fait les a rendus un peu fébriles. On a pu récupérer les ballons assez haut, avec moins de distance à faire pour les contrarier donc c’était intéressant. Marquer trois buts, cela ne nous était pas arrivé depuis longtemps, c’est bien pour le classement et pour la confiance."

On n'y était pas

09/12/2019
Image
 

Coupable sur les deux derniers buts rémois et victime du syndrome Nicolas Marin de l'ailier droit peroxydé, Franck Honorat s'est livré en zone mixte comme le rapportent aujourd'hui la Pravda et Le Progrès.

"Pas d'intensité, pas capables de faire trois passes, toujours à contretemps, on n'y était pas, dans rien en première mi-temps. En deuxième mi-temps on se retrouvait pourtant plus proche du 2-1 qu'eux. La fatigue n'est pas une excuse. Même si c'est la première fois de ma carrière que cela m'arrive de jouer tous les trois jours, plus j'enchaîne les matches mieux je suis physiquement. On va se remettre vite au boulot. On avait une belle occasion de se replacer en haut du classement. Ça fait plusieurs fois qu’on la loupe, j’espère que la prochaine sera la bonne."

La satisfaction de David Guion

09/12/2019
Image
 

En conférence de presse, l'entraîneur rémois David Guion s'est réjoui d'avoir battu son ancien club hier après-midi.

"On est très satisfait car on a fait une très belle première période avec beaucoup de caractère et d'intensité. Le regret à la mi-temps, c'était de ne pas avoir fait le break. En deuxième période, on a un peu souffert et je regrette l'égalisation qu'on leur offre. Mais j'ai beaucoup aimé la réaction de mon équipe, qui a fait preuve de beaucoup de personnalité pour être capable de repasser devant face à une équipe de ce standing. On a vu les vertus mentales de mon équipe. On est dans la continuité avec un collectif très fort et très uni."

La Bûche trébuche

09/12/2019
Image
 

Mathieu Debuchy commente la défaite d'hier dans Le Progrès d'aujourd'hui. Extraits.

"Ça a été compliqué surtout en première mi-temps où on n’était pas dedans. Physiquement, on n’y était pas, dans les duels, on n’y était pas, techniquement, non plus. On n’arrivait pas à ressortir les ballons, à poser le jeu. Ils exerçaient un gros pressing, donc on a été vraiment mis en difficulté. On a essayé de rectifier le tir en deuxième, c’était beaucoup mieux. On a réussi à revenir au score et malheureusement, avec un peu de fatigue due aux efforts fournis, on a craqué. On ne va pas se réfugier derrière la fatigue. Physiquement, ils étaient mieux que nous, on l’a vu. Mais même techniquement, on n’a pas été bons pour compenser ce manque physique."

Crédit photo : So Foot

Trauco touché à la cheville

09/12/2019
Image
 

Comme l'a indiqué hier France Football, c'est en raison d'une douleur à la cheville que Miguel Trauco a dû déclarer forfait hier à Reims. Gabriel Silva en a profité pour jouer son 50e match sous le maillot vert. Ce n'était pas son meilleur...

Fini le Caillot sans gain !

08/12/2019
Image
 

Ravi d'avoir enfin gagné contre Saint-Etienne, le président rémois Jean-Pierre Caillot s'est exprimé en zone mixte à l'issue de la rencontre de ce dimanche après-midi.

"J'avais écrit qu'il fallait chasser le mistigri, le chat noir. Saint-Etienne était la seule grosse équipe que nous n’avions jamais battue et comme notre marque de fabrique, c’est plutôt de faire de bons résultats contre les gros, c’est chose faite, et avec la manière ! On a vu un très bon Stade de Reims, face à une belle opposition. On est d'autant plus fier d'avoir gagné le match. On avait des joueurs dits titulaires qui étaient absents et les remplaçants se sont montrés à la hauteur. On a vu des jeunes débuter, je pense au petit Sissoko qui a fait son premier match en L1.

On sait qu'habituellement on a un peu de mal à marquer des buts mais nos trois attaquants ont marqué des très beaux buts. Quand Saint-Etienne est revenu dans le match, j'ai pensé aux matches contre Bordeaux et Metz où avec très peu d'occasions nos adversaires arrivaient à nous mettre un but. Je suis donc doublement content, je pense qu'à la mi-temps le score aurait dû être plus large pour nous. On s'est créé les plus grosses occasions, cette victoire est amplement méritée."

Maupay ne se loupe pas face aux Loups

08/12/2019
Image
 

Lancé en profondeur, Neal Maupay a marqué ce soir d'une belle frappe du gauche son 6e but de la saison en Premier League lors du match nul entre les Mouettes de Brighton et les Loups de Wolverhampton.

Les U18 et l'Etrat dos à dos

08/12/2019

Les U18 de Sylvain Gibert, dans une mauvaise passe actuellement, se devaient de renverser la tendance en recevant leurs proches voisins de l'Etrat. Ils y sont parvenus à moitié en concédant un match nul à l'issue d'un match qu'ils auraient dû remporter s'ils avaient pu concrétiser leurs occasions.

Après une dizaine minutes d'observation, les Verts allaient se montrer supérieurs dans la maîtrise, sortant bien les ballons et se créant deux grosses occasions. Vers la 15ème minute, sur un ballon en profondeur d'Antoine Gauthier, Marwan Ouroui perdait son face-à-face avec le gardien. Cinq minutes plus tard, après une très bonne sortie de balle, Antoine Gauthier voyait son tir de 30 m s'écraser sur le poteau. Même si les Stéphanois n'étaient que rarement mis en danger, ils concédaient à la 40ème minute un penalty, un attaquant adverse ayant été légèrement bousculé alors qu'il s'infiltrait entre deux défenseurs verts. Mais le tireur stratien ne cadrait pas sa frappe. la mi-temps survenait donc sur ce score de 0 à 0.
Le deuxième acte a été moins maîtrisé et plus débridé. L'Etrat se créait quelques situations sur des contres rondement menés par leurs rapides attaquants. Les Verts avaient un peu baissé de pied, mais terminaient bien cette rencontre. Tout d'abord, un coup-franc excentré de Marwan Ouroui trouvait Rossi Bozi dont la frappe pas assez appuyée était arrêtée par le gardien visiteur. Dans la foulée, Jibril Othman, lancé dans la profonder par Mohamed Moueffek échouait à deux reprises dans ses face-à-face avec le gardien.

La composition : Jammes - Gonnet, Abdellaoui, Christ N'Gongar, Alpha N'Gongar - N'Gongolo (cap) (N'Zuzi 80ème), M.Moueffek, Gauthier (Othman 85ème) - N'Zuzi (Ali Diadie 65ème), Othman (Bozi 60ème), Marwan Ouroui.

La réaction de Sylvain Gibert : "Il était important de casser cette spirale de résultats assez négatifs. J'avais mis en exergue les bons résultats du début de saison et demandé de  s'appuyer sur cela pour repartir de l'avant, même si nous traversons une période un peu compliquée. Une de mes satisfactions est d'avoir retrouvé un bon état d'esprit dans le groupe. En première mi-tamps, nous avons eu deux nettes occasions mais nous aurions pu concéder un but sur penalty. Il aurait été injuste d'être mené au repos car ce que nous avions proposé était intéressant. La deuxième mi-temps a été plus brouillonne, mais nous avons eu l'occasion de remporter ce match dans les ultimes minutes sur trois occasions franches."    

 

U17 : nos garçons gagnent à Besançon

08/12/2019
Image
 

Après avoir lourdement rechuté à domicile le week-end dernier contre Annecy (1-4), les U17 ont bien réagi cet après-midi dans le Doubs en s'imposant 3-2 sur le terrain du Racing Besançon.

Yanis Lhery a ouvert le score à la 20e mais les locaux ont égalisé cinq minutes avant la mi-temps. Jordane Morel a permis aux Verts de reprendre l'avantage à la 68e mais Clément Moulineau s'est incliné une seconde fois à la 79e. Un quart d'heure après son entrée en jeu, Victor Monteiro (photo) a donné la victoire à son équipe à la 85e.

Malgré leur 5e succès de la saison, les protégés de Patrick Moreau restent antépénultièmes à 19 points des vilains leaders, qui se sont inclinés pour la première fois de la saison hier à Dijon.

Les Verts auront l'opportunité de finir l'année en milieu de tableau s'ils remportent le 18 décembre prochain leur match en retard contre l'avant-dernier Montferrand.

La compo : Moulineau - Yahiaoui, Boli, Bendriss, Diallo - Bouyadel, Gourna, Morel - N'Joya N'Gapout (Monteiro, 70'), Lhéry, Bladi (Merat, 68').

La réaction de Patrick Moreau : "On a acquis cette victoire dans la difficulté sur un terrain gras et en mauvais état. On s'est fait rejoindre deux fois mais les garçons ont eu le mental pour aller chercher une victoire somme toute logique vu la physionomie du match. C'est bien d'avoir su rebondir après notre défaite contre Annecy. A nous de bien terminer l'année en remportant notre match en retard dans dix jours."

David a encore battu Goliath

08/12/2019
Image
 

Après avoir battu cette saison le QSG, l'OM, le LOSC, le MHSC et le Stade Rennais, les protégés de David Guion ont dominé 3-1 un pseudo-Goliath cet après-midi au Stade Auguste-Delaune.

Mauvais en première période, médiocres en seconde, les Verts ont cédé dès la 10e minute sur un ballon mal dégagé par Wesley Fofana et repris par Rémy Oudin.

Sur un centre de Franck Honorat cafouillé par Jean-Eudes Aholou, Romain Hamouma a égalisé juste avant l'heure de jeu.

Mais les locaux, bien aidés par le manque de pressing des visiteurs, ont repris l'avantage à la 67e sur une tête de Boulaye Dia avant de tuer définitivement le match à la 92e sur un tir de Moussa Doumbia consécutif à une perte de balle de Franck Honorat.

Alors qu'ils avaient la plus mauvaise attaque au coup d'envoi et n'avaient plus battu les Verts dans l'élite depuis 1976, les Champenois (8èmes) reviennent à un petit point des Stéphanois (7èmes), devancés à la différence de buts par les vilains (6èmes)...

Les Vertes reprennent la tête

08/12/2019
Image
 

Vous avez pu suivre la rencontre en direct sur la page facebook Les Amazones : au stade Salif Keita, les Vertes ont remporté 4-1 le match au sommet du groupe B de D2 féminine aux dépens des Havraises, qui avaient remporté tous leurs matches depuis le début de saison.

Kelly Gago a ouvert le score dès la 9e minute de jeu sur une passe de Lalia Storti, encore décisive cinq minutes sur un corner repris de la tête par Ninon Blanchard.

Si les Havraises ont réduit le score à la 49e, elles ont joué en infériorité numérique à partir de la 65e. Laury Jesus en a profité pour enfoncer le clou à la 75e. Kelly Gago a corsé l'addition à la 79e.

Les protégées de Jérôme Bonnet reprennent la tête avec deux points d'avance sur leurs adversaires du jour. Mais les Normandes seront sacrées championnes d'automne si elles gagnent dans deux semaines leur match en retard à la maison contre Arras.

Oussama incorrigible mais lucide

08/12/2019
Image
 

Sous contrat avec l'ASSE jusqu'en juin 2020, prêté à Vitesse Arnhem mais blessé au genou depuis deux mois, Oussama Tannane a évoqué les dérapages qui ont émaillé sa carrière lors d'une interview accordée hier à Fox Sports et relayée par le site Lions de l'Atlas.

"J'ai souvent l'étiquette collée au front du mec difficile à gérer qui pose énormément de problèmes partout où il va. Comment ça se fait ? J'ai grandi à Amsterdam-Oost, un quartier défavorisé. J'étais passé de la rue au centre de formation de l'Ajax. C'était pour moi deux mondes différents. J'avais énormément de difficultés à m'intégrer avec les collègues. Je suis quelqu'un avec énormément de fierté. J'ai des difficultés à rester calme lorsque je remarque que quelqu'un essaye de me rabaisser. Parfois j'avoue que c'est moi qui en fais trop quand quelqu'un me dit quelque chose. Mes réactions étaient souvent agressives. J'ai été viré de l'Ajax, du PSV, du Heracles, du FC Utrecht... Mon comportement est mon plus grand défaut. Quand je réagis, je ne réfléchis pas. C'est souvent quelques moments plus tard que je m'en aperçois et que je regrette."

U19 : les Verts avaient des cannes !

08/12/2019

Alan Urie a délivré deux passes décisives

Vous avez pu suivre la rencontre en direct sur notre forum grâce au potonaute thomas99, envoyé spécial à Georges-Bereta : les Verts n'ont pas manqué de cannes pour atomiser l'AS Cannes en fin de matinée à l'Etrat.

Les Stéphanois ont logiquement ouvert la marque après 20 minutes de jeu sur un centre à ras de terre de Alan Urie pour Tyrone Tormin qui a conclu d'un plat du pied (1-0, 20e). Le but du break est venu de Tyrone Tormin qui après avoir percé plein axe, a piqué son ballon au-dessus du gardien cannois (2-0, 27e). Dans la foulée, Dylan Durivaux a victorieusement repris un coup-franc de Victor Petit (3-0, 30e).Et pour que le compte soit bon, Tyrone Tormin a ensuite fait la différence sur le côté avant de centrer pour Ahmed Sidibé (4-0, 40e).

Les Verts ont poursuivi leur domination après la pause, inscrivant deux nouveaux buts par Mathys Saban sur des services de Alan Urie puis Saïdou Sow (70e puis 87e). Les Cannois ont réduit le score dans le temps additionnel sans que cela n'ajoute une ombre au tableau.

Les Verts sont troisièmes du Groupe D à deux point de l'AS Monaco et à trois points du leader montpelliérain.

 

La composition : Bariol - Durivaux (Djilé, 75e), Calodat, Leleux, Sow - Sidibé Ah. (Bakayoko, 70e), Saban, Petit - Tormin (Messili, 60e), Urie, Sidibé Abdoulaye.

 

La réaction de Jean-Luc Dogon : "J'ai bien aimé notre première mi-temps.On a été sérieux, on savait qu'on avait de la vitesse et on s'en est bien servi, on a été efficace. Après, à 4-0 à la pause, il y a eu un peu de relâchement... J'aurais bien aimé qu'on ne prenne pas de but mais on en a pris un complètement évitable dans la dernière minute. On restait sur un match sans but donc c'est bien d'en marquer 6. Ca se resserre un peu dans le haut du classement, c'est tout bénéfice pour nous. La semaine prochaine place à la Gambardella."

Les U15 champions d'automne

08/12/2019


Kenzo Kies, auteur de deux buts. (Photo du site de l'AS Saint-Priest, mai 2018)

Pour les U15 de Jean-Philippe Primard c'était hier le dernier match aller, match qui permet de décerner le titre symbolique de champion d'automne. Déjà installés à la première place suite au faux-pas, la semaine dernière, de nos voisins d'outre A47, les Verts ont confirmé ce classement en s'imposant sur une valeureuse équipe de l'AS Montferrandaise qui occupe le troisième rang. Ils ont confirmé une progression régulière au cours de cette phase aller, celle d'une équipe dans laquelle les talents individuels se fondent dans un collectif bien huilé, façonné de main de maître par un coach qui pouvait se montrer satisfait à l'issue de cette rencontre.

Les Verts commençaient fort avec, dès la 5ème minute, Kenzo Kies qui trouvait la barre sur un centre de Louis Pama. Ils  allaient dominer cette première mi-temps mais devaient attendre la demi-heure pour ouvrir le score. Un bon ballon d'Abderraouf Guechi entre deux défenseurs permettait à Kenzo Kies de prendre la profondeur pour aller marquer au sol. (1-0, 26ème).
Plusieurs occasions auraient du permettre aux Verts de faire le break, d'autant plus que les Montferrandais ne se montraient guère dangereux, même s'ils pratiquaient un bon football. Et comme cela arrive souvent, les Stéphanois allaient concéder l'égalisation. Juste avant le repos, ils tergiversaient en milieu de terrain, perdaient le ballon, et les Auvergnats en profitaient pour revenir au score. (1-1, 39ème).
La deuxième période voyaient des Stéphanois plus présents dans le duel et dans la récupération des ballons. Ils concrétisaient cette domination par de nombreuses occasions. Dès la reprise, Lorenzo Bertrand, côté droit, faisait un centre piqué qu'Abderraouf Guechi, sautant plus haut que tout le monde, propulsait dans le but vide. (2-1, 43ème).
A la 48ème, Louis Pama, obtenait un pénalty suite à une faute du gardien mais Abderraouf Guechi voyait son tir, pourtant bien placé au ras du poteau droit, stoppé par le gardien. Deux minutes plus tard, Kenzo Kies faisait un petit numéro dans la surface, éliminant plusieurs joueurs dans la surface avant de marquer au sol. (3-1, 50ème).
Dès lors, les Verts déroulaient leur football sans être mis en danger par un adversaire un peu résigné.

La composition : Raveyre - Gay, Ali Ahamada, Benremdane, Makhloufi - Cateland (Legros 53ème), Jetishi (Cateland 68ème), Kies, Bouderbane (Bertrand 40ème) - Guechi (Pama 73ème), Pama (Chalabi 53ème)
 

La réaction de Jean-Philippe Primard : "C'est une bonne victoire même si, en première mi-temps, nous avons manqué d'agressivité défensive et avons été un peu trop facile dans la récupération en milieu de terrain, tout en produisant, malgré cela, un bon jeu. Nous avons assez largement dominé cette mi-temps, et ouvert le score mais faute d'avoir su prendre le large, nous avons été rejoints juste avant le repos alors que la logique aurait voulu que nous menions avec deux buts d'écart. A la mi-temps, j'ai demandé aux garçons de mettre plus d'impact dans la récupération, sinon ce serait difficile car notre adversaire pratiquait un bon football. La deuxième mi-temps nous a vu récupérer les ballons plus haut, être plus présents dans les duels et nous avons étouffé les Montferrandais, ce que nous avons rapidement concrétisé par deux buts. Même si la première mi-temps était très correcte, je suis satisfait de la deuxième car les joueurs ont réagi en gommant les manquements de la première. Mais il fallait cela car, en face, nous avions une bonne équipe qui méritait que nous donnions le maximum pour l'emporter, ce que nous avons fait."

Puel fier de son travail à Leicester

08/12/2019
Image
 

Viré de Leicester le 24 février dernier, Claude Puel se réjouit dans le Daily Mail de l'excellente première partie de saison de son ancienne équipe, deuxième de Premier League après avoir remporté 11 matches sur 15 (dont les 7 derniers).

"Avec le recul, est-ce que je changerais quelque chose des 16 mois que j'ai passés à Leicester ? Non, je ne changerais rien. Mon seul regret, c'est de ne pas avoir eu plus de vocabulaire, plus de phrases pour partager mes sentiments avec certains de mes joueurs. C'est difficile de le faire quand tu ne maîtrises pas tous les mots d'une langue.

Après mon départ, Jamie Vardy a dit que je les préparais à un marathon à l'entraînement puis à courir un 100 mètres le jour du match ? Je n'ai pas eu de problème avec lui. C'est un bon gars, mais parfois il est comme un enfant : il a besoin de soutien, d'attention. N'étant pas anglais, c'était difficile de faire passer tous mes messages avec lui.

Ce n'est pas une surprise de voir Leicester à cette deuxième place de Premier League cette année. C'est la même équipe que celle que j'ai entraînée, à l'exception d'Ayoze Perez. C'est la même stratégie, ça fait plaisir de voir ça. Quand on regarde cette équipe et qu'on se souvient de celle qui a remporté le titre, tout le style de jeu a changé. C'était mon travail au début de mettre en place une équipe ayant la capacité de progresser.

Quand j'ai eu ma première rencontre avec le directoire de Leicester, j'ai dit d'emblée que ce club avait remporté le titre grâce à un style de jeu direct qu'il fallait changer car les saisons suivantes, les adversaires auraient mis en place un bloc profond et solide sans espace derrière. J'ai dit aux dirigeants que seulement cinq joueurs avaient les qualités pour le style de jeu que je voulais, basé sur la maîtrise et la capacité à faire des attaques placées.

J'ai dit aux dirigeants : "Je viens ici pour changer le style de jeu. Si ça ne vous convient pas, je ne viens pas". Quand j'ai quitté la salle de réunion, j'ai pensé qu'ils ne me nommeraient pas car j'avais dit que seulement cinq joueurs étaient assez bons pour le projet que j'avais en tête. Mais une heure plus tard on m'a appelé pour me demander de prendre l'équipe.

Si j'avais voulu venir à Leicester pour être populaire, je ne serais pas venu. Quand on a eu des mauvais résultats, je n'ai pas eu tout le soutien nécessaire. J'ai toujours été en tête des paris sur le premier entraîneur à se faire virer. Parfois, après une défaite, on lisait le même papier dans trois quotidiens pour dire qu'il y avait une mauvaise ambiance dans le vestiaire. Il y avait toujours une mauvaise ambiance autour de moi. Parfois ça venait d'agents mécontents que des joueurs n'aient pas signé un nouveau contrat.

C'est dommage de ne pas avoir été davantage soutenu quand on a eu des périodes difficiles mais je ne peux pas changer ça. Mon travail, c'était de préparer l'équipe pour l'avenir. Lorsque vous lancez de jeunes joueurs, vous perdez des points mais vous devez leur donner du temps de jeu. Si j'avais voulu travailler pour sauver mon poste, j'aurais juste mis d'autres joueurs plus aguerris pour sécuriser ma place. Mais pour moi c'était la bonne stratégie d'accepter de perdre quelques points pour que ces jeunes joueurs puissent progresser.

J'ai été limogé après une défaite contre Crystal Palace. Juste avant, on avait perdu 3-1 contre Tottenham mais on avait proposé un contenu très intéressant, prometteur. Après la rencontre, le directeur sportif des Spurs m'avait dit que nous avions une très bonne équipe pour l'avenir. Sa déclaration m'avait fait plaisir car j'étais convaincu de la qualité de mon équipe. J'ai eu ce sentiment deux fois dans ma carrière. La première, c'était avec Monaco, au début de ma carrière d'entraîneur. On avait remporté le championnat de France avec l'équipe la plus jeune de l'histoire.

J'ai eu le même sentiment après Tottenham. J'étais fier de notre travail. Ce fut une petite déception de ne pas avoir eu la chance de poursuivre mon travail à la tête de cette équipe de Leicester mais c'était mon projet au début et il n'était pas possible de performer à ce niveau à mon arrivée. Après mes passage à Lille, Lyon, Nice et Leicester, tous les managers qui m'ont succédé ne peuvent pas regretter les choses que j'ai mises en place."

Le massacre du Printant (10)

08/12/2019
Image
 

Alors que ses dirigeants ont décidé de licencier Ghislain Printant pour faute grave, Mathieu Debuchy défend son ancien entraîneur dans la dernière édition du Parisien. Extraits.

"En quoi Sainté est à part en France ? Il y a le poids de l'histoire de ce club. Ses supporters sont incroyables. L'ASSE me rappelle l'Angleterre et surtout Newcastle où j'ai joué un an et demi. Là-bas, j'ai adoré ce public qui te porte et te transcende même à l'extérieur. Je retrouve cette notion ici. Les Stéphanois sont passionnés par leur club et vivent pour le football.

A Saint-Etienne, les gens attendent beaucoup de leurs joueurs. C'est une motivation supplémentaire, être digne de leurs espoirs. Ici, la Coupe d'Europe, c'est très important. On nous demande d'être européens chaque saison ! Je le comprends car l'Europe a fait vivre des choses incroyables à l'ASSE.

Claude Puel n'a pas changé depuis le LOSC. C'est un acharné de boulot qui sait exactement où il veut aller. Cela se sent dans les séances et les discours d'avant-match. L'exigence est énorme. Il aime vraiment la notion de travail. Avec Ghislain Printant, pour qui j'ai beaucoup de respect, des garçons n'ont pas fait les efforts qu'il fallait afin d'être performants. Peut-être que le groupe n'était alors pas à la hauteur de ce que demandait l'ancien coach."

Le XV de France dans le Chaudron

08/12/2019
Image
 
Bernard Laporte a tenu la promesse qu'il avait faite à Gaël Perdriau. "Pour la deuxième fois de son histoire, le XV de France foulera la pelouse du mythique Chaudron pour affronter le samedi 7 novembre 2020 les redoutables Géorgiens" a indiqué hier la Fédération Française de Rugby sur son site officiel. La première fois, les Bleus avaient atomisé les Fidji 77 à 10 le 24 novembre 2001.

Chicandier a le coeur vert (2)

08/12/2019
Image
 

Comme il l'avait fait le 26 août dernier sur le site de Winamax, l'humoriste stéphanois Jason Chicandier parle évidemment des Verts dans la Pravda du jour.

"J'aime le zinc. La première chose que je fais en déplacement, c'est de me rendre dans un bar, pas le truc "lounge mes couilles", le vrai bar de quartier, le PMU, avec les gars qui viennent en pantoufles, la fraise à la place du nez, et qui lisent la page des obsèques : "Ah tu as vu, la Jeannie a levé les fourches." Je suis allé voir le dernier derby à la Divette de Montmartre avec un pote, fan absolu de foot et des Verts. Il restait quatre minutes et mon pote est parti faire un tour du quartier en priant pour que Lyon n'égalise pas. Ça, c'est un supporter !

J'aime le foot, mais par rapport à des spécialistes qui ont cette passion depuis l'âge de 3 ans, je pars de trop loin et quand je leur dis "ah ouais t'as vu machin, il a fait ça", ils tournent la tête, cela ne les intéresse pas ! Ils font des concours de noms : "Cite-moi le banc des remplaçants de l'équipe de Sochaux en 1984." Là, tu ne peux pas lutter. Je me suis mis aussi à regarder le Tour de France dans un bar, c'est fabuleux, car tu n'as que des gens obèses et alcooliques qui gueulent sur des fions de lapin de 45 kg assis sur un vélo par 45 degrés : vas-y avance !"

A 20 pour sabrer le champagne !

07/12/2019

 

Après l'éclatante victoire contre Nice mercredi dernier, Claude Puel, adepte du turn-over, a convoqué 20 joueurs pour aller défier Reims ce dimanche (15h).

A noter les absences de Miguel Trauco (repos ?), Palencia, Kolo, Khazri, Cabaye et Abi, mais le retour de Youssouf suspendu contre Nice. Diousse, Benkhedim et Edmilson ne sont également pas retenus.

 

Gardiens de but
16.Stéphane RUFFIER; 30.Jessy MOULIN; 40.Stefan BAJIC.

Défenseurs
2.Harold MOUKOUDI; 11.Gabriel SILVA; 19.Alpha SISSOKO; 24.Loïc PERRIN; 26.Mathieu DEBUCHY; 32.Wesley FOFANA.

Milieux de terrain
6.Yann M'VILA; 7.Ryad BOUDEBOUZ; 8. Mahdi CAMARA; 17.Jean-Eudes AHOLOU; 28.Zaydou YOUSSOUF.

Attaquants
9. Loïs DIONY; 14.Franck HONORAT; 18.Arnaud NORDIN; 20.Denis BOUANGA; 21.Romain HAMOUMA; 27.Robert BERIC.

Reims se défonce en défense

07/12/2019
Image
 

David Guion peut se targuer d'avoir la meilleure défense des cinq grands championnats européens (seulement 8 but encaissés cette saison). Mais il a aussi la plus mauvaise attaque de l'élite (11 pions claqués). Les Champenois devront donc s'arracher demain après-midi s'ils veulent mettre fin à leur très longue période de disette face aux Stéphanois.

Pour rappel, ils n'ont plus battu Sainté depuis le 19 juin 1976 (3-2). Ce jour-là, face à des Verts déjà champions, ils avaient remonté un handicap de deux buts (marqués par Dominique Vésir et Hervé Revelli) grâce à un doublé de Carlos Bianchi et un but de Jacky Vergnes.

Puel bat même Batteux

07/12/2019
Image
 

Comme le souligne le statisticien potonaute sam42, Claude Puel est pour le moment l'entraîneur stéphanois qui a rapporté le plus de points par match en D1/L1.

1- Puel : 2,13 pts/match
2- Batteux : 2,05 pts/match
3- Gasset et Herbin : 1,74 pt/match
5- Duckworth : 1,63 pt/match
6- Snella : 1,60 pt/match
7- Wicart : 1,59 pt/match
8- Galtier : 1,53 pt/match
9- Tax : 1,51 pt/match
10- Garcia : 1,50 pt/match

L'acuel coach des Verts devance donc Albert Batteux à ce classement établi sur la base d'une victoire à 3 points. On lui souhaite de gagner autant de trophées à Sainté que l'ancien Rémois (3 titres de champions de France et 2 Coupes de France) !

Le petit pont de Perrin et Debuchy

07/12/2019
Image
 

Dans une intéressante interview accordée au site Soccer Populaire du potonaute SP42, le cofondateur de Petit Pont Matthias Rey souligne que deux défenseurs stéphanois ont été les premiers footballeurs interviewés il y a un ans et demi par les enfants de cet hebdomadaire de foot destiné aux 6 à 13 ans.

"Les enfants et les professionnels s’enrichissent mutuellement et nous offrent des moments extrêmement intenses. En tant que journalistes, nous suivons le schéma traditionnel en passant par le circuit des services de presse, qui accueillent super bien le journal Petit Pont. Le premier que nous avons sollicité est Loïc Perrin. On a eu également Mathieu Debuchy de l’AS Saint-Etienne. Nous faisons majoritairement des rencontres physiques entre les joueurs et les enfants."

En réponse à des questions de Gaston (8 ans), le capitaine stéphanois a livré quelques conseils et anecdotes.

"Comment faire pour bien défendre face à un joueur très technique ? Etre bien sur ses appuis, être proche de son attaquant, et, surtout, éviter qu'il se retourne pour le retrouver face à soi. Un brin d'anticipation peut aussi faire la différence ! Mon modèle, c'était Basile Boli et la génération France 98. Enfant, je jouais attaquant. J'aimais bien marquer des buts. J'étais plus grand que mes coéquipiers et j'avais une belle frappe de balle." 

Le latéral droit des Verts n'est pas avare de conseils.

"Si tu as l'objectif de devenir footballeur professionnel, tu peux y arriver. Plus jeune j'ai joué avec des joueurs plus talentueux que moi et qui ne sont jamais passés pros. Il faut un brin de réussite. Il est important de bien écouter ses éducateurs, ses entraîneurs. Surtout, continue de travailler à l'école, pour avoir un bagage éducatif si tu ne deviens pas un joueur professionnel. Prendre du plaisir et s'amuser, c'est la base."

Le nouveau Tor de Toto

07/12/2019
Image
 

Josuha Guilavogui, qui retrouvera les Verts jeudi prochain à Wolfsbourg, n'est pas le seul milieu de terrain formé à Sainté à être capitaine de son équipe en Allemagne. Disputant sa sixième saison à Bochum (L2) après deux ans passés à Dresde, Anthony Losilla (33 ans) porte lui aussi le brassard. L'Appelou de 33 ans a marqué le week-end dernier le premier but de la victoire de son équipe contre Erzgebirge Aue. C'est la 8e fois qu'il trouve le chemin des filets en 2.Bundesliga.

Lacroix nouvelle tête de Turc ?

07/12/2019
Image
 

En fin de contrat en juin prochain et n'ayant joué que trois petits matches avec la réserve cette saison, Léo Lacroix intéresse plusieurs clubs turcs selon Foot Mercato. "Cinquième de Süper Lig, Kasimpasa devrait formuler prochainement une offre de contrat à l’international suisse." Pour rappel, l'ancien milieu de terrain des U19 stéphanois Kubilay Aktas (24 ans)  a évolué deux saisons dans ce club. 

On en a mis quatre à Nice, que devient Katranis ?

07/12/2019
Image
 

L'amusante question posée par le potonaute Jelp sur notre forum méritait bien une réponse !

Sous contrat avec l'ASSE jusqu'en 2022, le latéral de 21 ans a marqué un but, délivré une passe décisive et mangé quatre biscottes en onze matches disputés cette saison avec Atromitos (sept en championnat grec, quatre lors des tours préliminaires de l'Europa League).

Supervisé par Sainté il y a trois semaines lors de sa victoire en Ecosse avec les Espoirs, le gaucher n'a plus joué en club depuis que l'entraîneur Sawas Pantelidis a succédé sur le banc à Yannis Anastasiou suite à la défaite du 10 novembre dernier contre l'Olympiakos.

Avant-hier, le site grec Page News nous a appris que le Panathinaikos songerait à lui au cas où les négociations sur la prolongation du contrat de l'Argentin Emanuel Insua n'aboutiraient pas.

Pour rappel, cet autre club vert compte actuellement deux anciens joueurs stéphanois dans ses rangs : Yohan Mollo (1 buts en 6 matches)... et le baiseur baisé Anthony Mounier, qui n'a pas joué la moindre rencontre cette saison !

Un ancien vilain passé par la case prison de la Talau

07/12/2019
Image
 

Dans la dernière édition du Parisien, l'ancien défenseur des vilains Ghislain Anselmini évoque son passage par la case prison de la Talau (impliqué dans l'enlèvement de Fabrice Fiorèse, il avait été condamné à cinq ans de prison ferme pour complicité de vol avec arme et participation à une association de malfaiteurs). 

"Tout cela a été très dur, la prison est une épreuve où tu apprends à survivre. En plus, j'ai d'abord été détenu à Saint-Etienne. Pour un ex-joueur lyonnais, ce n'est pas idéal. Mais par rapport à mon passé de joueur professionnel et mon comportement en prison, j'ai ressenti une forme de respect en détention. Le mental de sportif de haut niveau m'aide. Je suis désormais dirigeant à Lyon-Duchère. J'attends de recevoir un document m'autorisant à assister Laurent Roussey. Il fait partie de ceux qui m'ont tendu la main."

Partager