25 septembre 1957 : ASSE 2-1 Glasgow Rangers - 16e de finale retour de C1   
Oui, je désire m'abonner à
L'éphéméride poteaux-carrés
Je recevrais chaque jour dans ma boite mail l'éphéméride
La newsletter poteaux-carrés
Je recevrais dans ma boite mail les newsletter poteaux-carrés quand elles seront envoyées
Pour vous désabonner, décocher l'élément que vous ne voulez plus recevoir et cliquez sur OK

Les potins de poteaux-carrés

précédent 1 2 3 4 5 6 7 ... 4452 page suivante
.......................................................................................................................................................................................................................
Allez Diony, c'est pour aujourd'hui ! 24/09/2017
Image

 

Sur Eurosport, Dominique Rocheteau invite Loïs Diony à l'imiter.

"Il faut qu'il marque comme il a su le faire avec Dijon. Quand je suis arrivé au PSG, c'était pour jouer avant-centre. Je n'ai marqué mon premier but qu'à la 7e journée et j'en ai inscrit vingt cette saison-là. Je lui ai expliqué cela."

.......................................................................................................................................................................................................................
Rennes à la peine (2) 24/09/2017
Image

 

Comptant seulement cinq points après six journées, le Stade Rennais n'a jamais fait pire depuis quinze ans à l'exception de la saison 2012-2013, celle où ils s'inclinèrent face aux Verts en finale de la Coupe de la Ligue...

.......................................................................................................................................................................................................................
KTC prêt à jouer la prolongation ? 24/09/2017
Image

 

Faisant partie des nombreux joueurs stéphanois actuellement sous contrat jusqu'en 2018, Kévin Théophile-Catherine est parti pour rester plus longtemps à Sainté selon la dernière édition du Progrès.

 

"Si le joueur est resté évasif sur le sujet, Dominique Rocheteau, le directeur sportif stéphanois qui est en contact avec l’agent du joueur, estime qu’une prolongation de contrat pourrait se faire très bientôt avec le défenseur central des Verts, qui fait montre d’une belle régularité dans les performances, depuis qu’il s’est installé définitivement dans l’axe en janvier dernier."

.......................................................................................................................................................................................................................
Les Verts sous vidéosurveillance 24/09/2017
Image

 

La Pravda du jour explique qu'Oscar Garcia attache beaucoup d'importance à la vidéo. Extraits.

 

"Juchées sur des pylônes, six caméras balayent les sept terrains d'entraînement de L'Etrat depuis une semaine. Trois sociétés - une pour la pose de la fibre optique, une pour l'installation des caméras et la dernière espagnole, pour le logiciel informatique, ont été sollicitées afin de permettre de scruter les moindres faits et gestes des joueurs à l'entraînement. Ce système est un peu cher (195 000 €), mais il s'agit d'un investissement pour la vie" justifie Oscar Garcia, qui a commencé à utiliser la vidéo dès ses débuts d'entraîneur des U19 du Barça.

 

En plus de filmer les séances des pros, les caméras enregistrent celles de toutes les équipes du centre de formation, ainsi que les matches de National 3. Quatre caméras pouvant fonctionner en même temps, il est possible de zoomer en haute définition sur un secteur de jeu en particulier : le gardien, la ligne de défense, l'attaque... Enfermé dans une petite pièce située en-dessous de la salle de presse, un analyste vidéo règle en détail le dispositif selon les besoins des entraîneurs.

 

"Le site de L'Etrat se prêtant au mélange des pros et des jeunes, cela permet de les sensibiliser de plus en plus tôt à ce système avant-gardiste" apprécie Julien Sablé, propulsé directeur du centre de formation après avoir obtenu son deuxième degré d'entraîneur en rédigeant un mémoire sur le thème de "l'outil vidéo au service de la formation." Une fois disséquées et analysées, les images aident à corriger les joueurs, de préférence lors d'entretiens individuels. "Preuve à l'appui, c'est plus facile de leur expliquer" constate Garcia.

 

"A terme, ces corrections pourraient même intervenir en temps réel, mais nous ne travaillons pas encore comme ça. Arrêter les entraînements pourrait couper les jambes des joueurs et nous contraindre à des séances de deux heures" explique l’entraîneur catalan. La vidéo soumet déjà le staff technique à un surcroît de travail conséquent. "C’est pour ça que nous restons jusqu’à 20 heures le soir" souffle-t-il.

 

Oscar Garcia préfère aussi la vidéo au paperboard lors de sa causerie d’avant-match. "Pas plus d’un quart d’heure. Après, les joueurs déconnectent." Il lui arrive également de leur diffuser des images à la mi-temps, surtout à Geoffroy-Guichard, où le vestiaire est équipé d’un projecteur depuis sa rénovation pour l’Euro 2016. L’un de ses adjoints descend au vestiaire cinq minutes avant la pause. Il isole quatre à cinq séquences de jeu mettant l’accent sur un problème à la sortie du ballon ou sur les coups de pied arrêtés par exemple.

 

"Contre Caen, le coach nous a montré qu’on avait besoin de plus de monde à la finition. Lors du match suivant, j’y ai pensé sur le terrain. Quand Romain Hamouma est parti en contre, j’ai décidé de le suivre et j’ai marqué contre Amiens. Le travail vidéo a payé" raconte Bryan Dabo. Dès le coup de sifflet final, chacun reçoit les images de son match sur son smartphone. Un mouchard glissé dans l’application permet de savoir qui les regarde. "Les joueurs sont réceptifs car toute cette technologie est nouvelle et n’altère pas mon feeling. Au contraire, bénéficier de beaucoup d’informations le renforce" assure Oscar Garcia, qui préfère revoir les matches plusieurs fois plutôt que parler à chaud aux joueurs.

.......................................................................................................................................................................................................................
José chérit Bibi, Alex et Popote mais n'aime pas Wallemme 24/09/2017
Image

 

José Aloisio (42 ans) revient sur ses vertes années dans la Pravda du jour. Extraits.

 

"Au départ, Gérard Soler et Alain Bompard étaient venus au Brésil pour me superviser une dernière fois avant de me faire signer. Avant le match contre l'Internacional Porto Alegre de Dunga, je suis allé voir Alex pour lui dire : "Petit frère, je vais aller en Europe." Il était content pour moi, mais j'ai senti qu'il voulait casser la baraque pour taper dans l'oeil des Français. Il a fait un super match et Gérard Soler a décidé de nous recruter tous les deux. Les deux entraîneurs qui m'ont le plus marqué sont Luis Fernandez et Robert Nouzaret. Mais j'ai quand même réussi à m'embrouiller avec Robert...

 

Le joueur le plus fou que j'aie connu dans ma carrière ? Sans hésitation "Bibi". Boudarène, il était dingue. Il pouvait insulter un mec puis vouloir rigoler avec lui dans la même minute. Il était super attachant. Le plus fêtard, c'est mon pote Alex ! Il n'existe pas un seul joueur comme lui. Je pense qu'il n'a pas raté une fête ! Il connaissait toutes les boîtes et tous les bars. À Saint-Étienne, c'était facile mais à Paris, c'était moins évident. Je le chambre en disant qu'il avait la carte premium de toutes les boîtes et des endroits où on faisait la fête. À Paris, il avait trouvé son paradis ! Le joueur perdu de vue que j'aimerais revoir, c'est Lionel Potillon. Je voudrais bien lui donner un abraço. C'était un type bien, vraiment adorable avec les autres. En plus d'être généreux, c'était aussi un bon joueur. Celui que je n'ai pas envie de recroiser, c'est Jean-Guy Wallemme. Je n'avais aucun feeling avec lui. Il était froid, distant.

 

Mon moment le plus fort en Ligue 1, c'est mon premier match en France, à Monaco. J'ai inscrit un super lob à Barthez sous les yeux du prince. C'était magnifique ! Les gens ont cru que j'allais marquer des bijoux comme ça toutes les semaines. J'avais placé la barre un peu haut. Mon plus gros coup de gueule, c'était lors du match Saint-Étienne - Bordeaux. J'ai raté le penalty de l'égalisation en fin de match et j'étais furieux. J'ai pété un plomb, j'ai craché sur un adversaire et je me suis fait expulser. La défaite qui m'a fait le plus mal ? Lors d'un match à Monaco. On mène 3-1, je marque même le troisième but, et le coach fait n'importe quoi. Il me remplace et j'ai à peine le temps de m'asseoir sur le banc que Monaco nous plante quatre buts en cinq minutes. J'étais fou furieux. C'était vraiment horrible comme sensation."

.......................................................................................................................................................................................................................
Frutos lance Robert 24/09/2017

 

Alors qu'il s'était fendu d'une déclaration peu engageante à son égard dans le courant de la semaine, affirmant "Beric est dans la même situation que Kiese Thelin : il est arrivé au moment où les autres ont déjà montré quelque chose. Ce n'est pas facile de changer la hiérarchie", Nicolas Frutos, le nouvel entraineur d'Anderlecht, a finalement déjà donné sa chance à l'attaquant slovène. Ce dernier est en effet entré à un quart d'heure de la fin alors que son équipe était menée 1-0, mais n'est pas directement impliqué dans les deux buts qui ont donné la victoire aux Mauves.

.......................................................................................................................................................................................................................
précédent 1 2 3 4 5 6 7 ... 4452 page suivante

A venir

30/09/2017 18:00

[Nat3] Vaulx-en-Velin - ASSE



Pas de panitrombi

cette semaine

forum boutique services palmares médias jelenivo archives version mobile
Pour nous contacter : contact@poteaux-carres.com
Pour contacter la rédaction : redaction@poteaux-carres.com