home

Ole, quelle volée !

13/10/2018
Image

Sur Verdens Gang, le sélectionneur suédois de la Norvège Lars Lagerbäck félicite Ole Selnaes pour son joli but victorieux à Oslo contre la Slovénie.

"Sa volée est fantastique. Il a été bon tout au long du match, il a été un des meilleurs joueurs. Il a joué comme à Saint-Etienne. En fait, il semble qu'il ait franchi un palier supplémentaire."

Content d'avoir brillé devant le public norvégien à l'occasion de sa 20e sélection, le milieu de terrain stéphanois a déploré sa trop faible exposition sur ABC Nyheter.

"Je suis implanté en France depuis longtemps maintenant. Cala va prendre un certain temps pour que les Norvégiens me voient jouer. Il n'y en a pas beaucoup au pays qui suivent le football français."

 

Les U15 gardent la cadence contre Valence

13/10/2018


Des Verts heureux ! (photo de Thomas99)

Pour les U15 de Jean-Philippe Primard la réception de l'Olympique de Valence, club partenaire de l'ASSE, pouvait paraître une formalité. En effet les Verts étaient invaincus (3 victoires, 2 nuls) alors que les Drômois n'avaient pas encore de victoire à leur actif (1 nul, 4 défaites). Contre toute attente, les Stéphanois ont dû se montrer patients pour voir leur succès se dessiner dans le dernier quart d'heure, en toute logique, car ils avaient largement dominé les débats.

Les Verts ont survolé le premier acte mais ont manqué de réalisme. Ils obtenaient tout d'abord un penalty par Beni Seda Mfukumoko, fauché dans la surface, penalty tiré par Keryann Merat et détourné en corner par le gardien visiteur. Ensuite un corner de Keryann Merat était repris de la tête par Noham Abdellaoui. Malheureusement, la transversale renvoyait cette tentative. Les Stéphanois vendangeaient ensuite 2 situations de face-à-face avec le gardien en tirant à côté de la cage. La mi-temps survenait donc sur ce score frustrant de 0-0.

En deuxième mi-temps, les Verts continuaient à dominer. Sur un centre d'Alpha N'Gongar, la reprise de la tête de Beni Seda Mfukumoko trouvait une nouvelle fois la transversale. Décidément, ce n'était pas leur jour. La faille allait être trouvée à un quart d'heure de la fin : Youssef N'Joya N'Gapout recevait un ballon, dos au but, à l'entrée de la surface. Il contrôlait de la poitrine, s'amenait ce ballon sur le côté et d'une magnifique volée, trouvait la lucarne opposée. (1-0, 65ème). Le verrou avait sauté, mais les Valentinois allaient jouer leur va-tout et procéder à quelques contre-attaques, obtenir des coups-francs. Heureusement,  Alexandre Jammes veillait et ses sorties aériennes rassuraient et soulageaient son équipe. La délivrance allait survenir à la dernière minute : sur un corner de Keryann Merat, le gardien relâchait le ballon que Beni Seda Mfukumoko, de près, poussait au fond des filets, scellant la victoire des Stéphanois. (2-0, 80ème). Au classement, les Verts prennent provisoirement la première place.

la composition : Jammes - Zarzour, Fenkrouz (N'Gongar Christ 70ème), Abdellaoui, Hospital (N'Gongar Alpha 40ème) - Marmorat (Vallet 55ème), Besson, Meddar - Seda Mfukumoko, Merat, N'Joya N'Gapout

La réaction de Jean-Philippe Primard : "Nous avons fait une bonne première mi-temps dans le jeu, mais, par contre, nous avons raté beaucoup, beaucoup d'occasions. La mi-temps est survenue sur un score nul alors que nous n'avions jamais été inquiétés et que nous aurions dû nettement mener. Il fallait retrouver l'efficacité offensive. J'ai demandé aux garçons d'être patients et de ne pas s'énerver face à ce bloc bas. C'est ce qu'ils ont réussi à faire pour l'emporter logiquement. Dans l'ensemble, c'était un bon match, mais on a manqué d'efficacité dans la surface adverse.On aurait dû se mettre plus vite à l'abri, et, au bout du compte, ça a été un match dur à gagner. Les victoires ne viennent pas sans effort. Il faut aller les chercher."   

Nanard ne veut plus de repreneur

13/10/2018
Image

Dans une interview à paraître demain dans la Pravda, Bernard Caïazzo explique pourquoi il est fermement décidé à ne plus vendre le club. Extraits.

"On a décidé d'interrompre le processus de vente pour trois raisons majeures. 1) L'évolution des droits télé à partir de 2020 laisse espérer un minimum de 60 M€ supplémentaires sur quatre ans, à performance égale, voire inférieure. Ça change les perspectives. 2) La victoire de l'équipe de France en Coupe du monde. Il s'agit d'un élément porteur. 3) L'évolution du trading joueurs. Dix clubs de L1 ont vendu pour plus de 30 M€ cet été (...) J'ai la conviction profonde qu'avec une stratégie pensée à l'avance, voulue et non pas subie, ajoutée à la qualité de notre staff et de notre équipe, nous pouvons entrer dans les années 2020 avec une certaine puissance, sans avoir besoin de céder le club (...) Notre grande chance, c'est que l'affaire avec Peak6 ne se soit pas faite. Sinon, on s'en serait mordu les doigts, avec Roland. Aujourd'hui, on se trouve dans une logique d'investir, pas de dépenser. Comme Lyon l'a fait avant nous, en faisant appel à des financements extérieurs et à des taux très acceptables.

(...)

La valeur de l'ASSE grandit chaque jour, même sans rien faire. Mais la vraie question est celle-ci : combien un repreneur est-il prêt à mettre pour développer le club ? J'ai parlé de 200 M€ car c'est ce que McCourt  a mis sur la table, sur plusieurs années, pour installer l'OM de façon durable dans le top 4 français. La mission de la banque Lazard est donc terminée dans la logique d'un repreneur. Roland et moi n'avons pas besoin d'argent, ni de personne pour rester dans les 5-8 premiers de L1. Avec Roland, nous estimons ne pas avoir terminé notre travail. Les gens qui savent le mieux le faire, c'est nous. Diriger un club, c'est un vrai métier. Nous restons ouverts à des associés qui veulent nous aider à passer un cap, pas à des repreneurs. On me prête l'ambition de me porter candidat à la présidence de la LFP ? Si j'avais voulu l'être, cela ferait très longtemps que je le serais. Et j'aurais pu l'être très facilement. Mais ça ne m'intéresse pas. Je n'aime pas les honneurs, me retrouver dans les médias, pas plus que je n'ai besoin d'argent.

(...)

Roland va rester mon co-actionnaire, heureusement car il possède une énergie que des gens de 55 ans n'ont pas. S'il a le cuir épais, ce n'est pas un surhomme non plus. Il s'est usé dans un rôle opérationnel difficile, à force de travailler au club 16 heures par jour, 7 jours sur 7, et même d'y coucher (...) On ne s'est jamais aussi bien entendus depuis cette période difficile de la vente avortée à Peak6. Après, il y a toujours des comploteurs. Roland a des gens jaloux de lui sur la place. Ils m'ont contacté. Mais je les ai renvoyés car ce sont des renégats. Tant que nous resterons unis et solidaires, rien n'arrivera au club. Son salut passe par une très forte solidarité, affection et, surtout, confiance entre nous. Pour nous, l'ASSE est comme notre enfant. Il y a une notion de chair et de sang. Ce qui nous fait plaisir, c'est d'être les actionnaires d'un grand club français sans être fortunés au stade de la centaine de millions d'euros. C'est un cas unique. Être la grande marque française qui résiste, avec cette spécificité, ça nous plaît bien."

Selnaes sait marquer !

13/10/2018
Image

Ole Selnaes, qui n'a toujours pas claqué le moindre pion en 77 matches officiels sous le maillot vert, a marqué ce soir juste avant la mi-temps d'une superbe demi-volée du gauche l'unique but de la victoire de la Norvège contre la Slovénie de Robert Beric (resté sur le banc) lors de la 3e journée de la Ligue des Nations. Pour rappel, le numéro 17 de l'ASSE, suspendu dans 8 jours contre Rennes pour abus de biscottes, avait déjà scoré en sélection il y a un an contre Saint-Marin.

Une réserve expérimentale perd à Paray-le-Monial

13/10/2018
Image

Diminuée par les absences des internationaux et des blessés, la réserve s'est inclinée (1-0) contre le cours du jeu face à son homologue auxerroise en fin d'après-midi lors d'un match amical à Paray-le-Monial.

Malgré une grosse maîtrise en première période, les Verts ont eu peu d'occasions franches avant la pause. L'AJA, qui n'a tiré au but que trois fois, a fait mouche sur une frappe contrée sous la barre transversale de Théo Vermot. Les Verts auraient mérité d'égaliser mais Makhtar Gueye, Adrien Fleury et Pierre-Yves Polomat n'ont pas converti les occases. 

Suspendu lors des 5 prochains matches de National 2 suite à son expulsion dans le temps additionnel du match nul contre les Herbiers, Laurent Batlles a pu procéder à une revue d'effectif en donnant du temps de jeu à des garçons peu utilisés comme Quentin Vogts et Dilhan Sagun. On aura noté la première apparition en réserve de l'attaquant U17 Mehdi Raymond (photo).

La compo : Vermot - Panos (Raymond), Vogt, Fofana (Pétrot, 60'), Polomat - Sagun, Camara, Rocha Santos - Fleury, Valbon (Mezaber, 75') - Gueye.

Charles en haut de l'affiche en Arménie

13/10/2018
Image

Vous avez pu suivre la rencontre en direct sur la chaîne youtube de la fédération arménienne de football : l'équipe de France U19 a écrasé l'Aménie 4-0 à la mi-journée à Erevan. A l'avant-dernière passe sur l'ouverture du score de à la 12e minute et passeur décisif à la 52e, Charles Abi a grandement contribué au triplé réalisé par le Monégasque Wilson Isidor. Titularisé à droite en première période et ayant changé d'aile après la pause, le Stéphanois a montré qu'il avait du talent. Et pourtant, notre complet Bleu a été remplacé à la 65e minute. Désormais, le protégé de Laurent Batlles se projette sur le prochain match de sa sélection programmé après-demain à 14h00 contre le même adversaire dans le même stade.

U19 : ça gaze à Ajaccio

13/10/2018

Les U19 se sont imposés à Ajaccio face au Gazelec sur le score de 1-0 en fin de matinée grâce à un but de Abdoulaye Sidibé (photo).

Le match a commencé sur un rythme un peu fou, les deux équipes cherchant à imposer leur pressing et à jouer haut. Les Verts ont ensuite réussi à mettre le pied sur le ballon et se sont procurés deux grosses occasions après la demi-heure de jeu par l'intermédiaire de Samy Messili et Abdoulaye Sidibé qui ont malheureusement manqué leurs duels avec le gardien corse. Mais c'est ce même duo qui a fait la différence peu avant la pause, Abdoulaye Sidibé profitant d'un bon ballon donné par Samy Messili dans l'intervalle pour ouvrir la marque (0-1, 44e).

Les Stéphanois ont maîtrisé la deuxième période mais n'ont pas su transformer leurs occasions de se mettre définitivement à l'abri. Les Verts enchaînent malgré tout une troisième victoire consécutive avant de recevoir la surprenante équipe de Castelnau - Le Crès samedi 20 octobre à 15h30.

 

La composition : Crémillieux - Durivaux, Tshibuabua, Leleux (Chaigneau, 60e), Roubat - Aymar, Gago, Gabard (Mersel, 55e) - Sidibé, Messili (Kiran, 80e), Bernocolo.

 

La réaction de Razik Nedder : "On a affronté une bonne équipe, bien organisée, pas facile à jouer. Après un début de match un peu brouillon, on a eu la maîtrise de la rencontre. On a manqué d'efficacité offensive mais les garçons ont été rigoureux, on sent qu'ils gagnent en maturité. C'est une satisfaction que l'équipe continue à tourner malgré les changements, que les entrants apportent quelque-chose, que tout le monde soit concerné. On s'était fixés l'objectif de faire une série jusqu'à Castelnau. Il reste un match."

N2 : Un amical à Paray-le-Monial

13/10/2018
Image

Le championnat de National 2 faisant relâche en ce week-end du 5e tour de Coupe de France, l'équipe réserve stéphanoise jouera aujourd'hui un match amical contre son homologue auxerroise (classée actuellement 2e de son groupe en National 3). Contrairement à ce qu'indique le site officiel de l'ASSE, la rencontre ne débutera pas à 13h00 mais à 16h00. Elle se déroulera à Paray-le-Monial (Saône-et-Loire), là-même où les U19 de Razik Nedder ont battu cet été l'AJA (le 28 juillet) puis le QSG (le 18 août).

Allan et Jo ont eu la tête des Turcs

13/10/2018
Image

Sans joueur actuellement sous contrat avec l'ASSE mais avec les deux meilleurs éléments offensifs formés à Sainté de l'ère post-Bafé, l'équipe de France Espoirs a battu hier soir la Turquie 1-0 lors d'un match amical disputé au stade Robert-Diochon. Titulaires et remuants, les deux anciens champions de France U17 Allan Saint-Maximim et Jonathan Bamba ont été remplacés peu après l'heure de jeu alors que le score était encore nul et vierge.

Subotic de retour à Dortmund

13/10/2018
Image

Neven Subotic profite de la trêve internationale pour passer du temps à Dortmund. Photo à l'appui, Sebastian Reuter nous apprend en effet que le défenseur serbe des Verts a assisté hier à la réouverture du magasin de fringues Dustmann.

Moulin avant

13/10/2018
Image

Le Progrès du jour évoque l'entraînement d'hier.

"Il y avait un peu plus de monde que la veille, vendredi matin, pour la dernière séance d’entraînement de la semaine. Plusieurs joueurs ont travaillé en salle ou ont fait des exercices spécifiques à l’extérieur : Cabella, Gabriel Silva, Debuchy, Diony, Ruffier, M’Vila. La séance s’est terminée par une série d’oppositions sur un terrain réduit au cours de laquelle Jessy Moulin s’est transformé en joueur de champ avec un certain bonheur."

U18 : Nos gosses rossent l'Ecosse

13/10/2018
Image Image Image Image

L'équipe de France U18 a battu son homologue écossaise à Marbella ce vendredi soir. L'unique but de la rencontre a été marqué à la 79e minute par le milieu de terrain toulousain Kouadio Koné grâce à une passe décisive Tyrone Tormin. Comme l'ailier stéphanois, Stefan Bajic et William Saliba (capitaine) ont joué l'intégralité de la rencontre tandis que Bilal Benkhedim est resté sur le banc. Ce dernier espère avoir du temps de jeu lundi prochain contre l'Ouzbékistan.

Un Loup chez les Lions Indomptables (2)

12/10/2018
Image

Alors qu'il n'a pas joué la moindre minute cette saison avec les Loups de Wolfsbourg, l'ancien flop offensif stéphanois Paul-Georges Ntep (26 ans) a honoré ce vendredi à Yaoundé sa première sélection avec l'équipe du Cameroun. Une minute après l'entrée en jeu de l'ancien numéro 7 des Verts, l'attaquant parisien Eric-Maxim Choupo-Moting a marqué à la 61e l'unique but de la victoire des Lions Indomptables contre les Flammes du Malawi.

Alain Perrin redevient nancéien

12/10/2018
Image

Selon L'Est Républicain, Alain Perrin (62 ans) a été nommé hier conseiller du président de l'ASNL, où évoluent actuellement Didier Tholot, Jérémy Clément et Loris Néry. Sans emploi depuis son départ forcé de la Chine en janvier 2016, l'ancien entraîneur des Verts aura pour mission d'auditer l'ensemble des secteurs sportifs de l'actuelle lanterne rouge de L2. Pour rappel, l'ex-mentor de Galette connaît bien Nancy pour y avoir  débuté sa carrière de coach. Entraîneur-joueur de l’équipe de Division d’Honneur de 1983 à 1987, le natif de Lure (comme Romain Hamouma) avait ensuite pris la direction du centre de formation et de l’équipe réserve de l'ASNL jusqu’en 1993.

Maillot Vert lâche But !

12/10/2018
Image

 

"Avec la concurrence des informations sur internet, le magazine Maillot Vert disparaît des kiosques à journaux. L’ASSE a décidé de ne pas renouveler le contrat qu’elle avait avec la société But Editions qui publiait Maillot Vert. Le dernier numéro était sorti en juin 2018" nous apprend le site 42info.fr. "Le club de foot de Saint-Etienne souhaite remplacer le magazine par son programme distribué lors des matchs à domicile. Ce programme gratuit de 28 pages, avec de véritables articles et interviews sera imprimé à 20 000 exemplaires. Il coûtera moins cher que le contrat qui liait l’ASSE à But Editions. Ce nouveau programme/magazine se nomme Maillot Vert le programme." 

Reste à savoir si But ! Saint-Etienne continuera de paraître en kiosque, le site de cet hebdomadaire recyclant chaque jour pas mal d'infos déjà parues sur la toile en général et sur Poteaux Carrés en particulier...

Sainté a son Cavani

12/10/2018

L'Economiste maghrébin revient sur le bon début de saison de Wahbi Khazri et nous apprend que, invité à donner son avis sur la performance de son ancien poulain, Sabri Lamouchi, l’entraîneur de Rennes l’a  comparé à l'Uruguayen du PSG, Cavani. Gêné, Khazri avait répondu humblement : "Je suis encore à des années-lumière de lui. Je n’ai pas la prétention de me comparer à Cavani, ni de me mettre à son niveau."
Et de conclure : "Je suis satisfait de ce que je fais depuis un moment. Je suis surtout plus régulier. J’ai l’impression d’être arrivé à maturité, je suis plus efficace dans mon jeu, je me disperse moins, je vais à l’essentiel ".

 

GG va passer au XV en août 2019

12/10/2018

 

Hier, à Chaponnay, dans la banlieue lyonnaise, Bernard Laporte, le Président de la Fédération Française de Rugby, a inauguré le siège de la Ligue Auvergne Rhône-Alpes. Selon Le Progrès, il s'est engagé à faire revenir bientôt le XV de France dans la Ligue Auvergne Rhône-Alpes : "Il y a une forte probabilité que le dernier match de préparation à la Coupe du monde 2019 face à l’Italie ait lieu à Saint-Etienne (30 août 2019). Mais on souhaite aussi délocaliser un ou plusieurs matches dans le stade de l’OL à Décines."

Et de trois pour Zouma !

12/10/2018
Image

Trois ans pile-poil après son dernier match en équipe de France, Kurt Zouma a honoré hier soir contre l'Islande sa 3e sélection en équipe de France. Entré en jeu juste après-la mi-temps à la place de Raphaël Varane, l'ancien défenseur stéphanois a été l'un des moins décevants des remplaçants. Dimitri Payet a joué les 25 dernières minutes de ce laborieux match nul arraché par les Bleus au Roudourou. Légèrement blessé à la cuisse, Blaise Matuidi n'a pas pris part à ce match amical mais pourrait faire son retour mardi prochain contre l'Allemagne en Ligue des Nations.

Beaucoup de centres, peu de réceptions

12/10/2018
Image

Après 9 journées, l'ASSE est 4e au classement des centres tentés (178) derrière Nantes (215), Marseille (182) et Montpellier (182). Mais selon Opta les Verts sont avant-derniers au ratio des centres réussis (19,7%), la lanterne rouge étant... le QSG (16,4%) !

A fond, les fonds ?

11/10/2018
Image

Dans son supplément Eco & Entreprise, la dernière édition du Monde évoque le rachat avorté de l'ASSE par Peak6 dans un papier intitulé "Les fonds d'investissement se mettent au sport." Extraits.

"Interrogé, le 12 septembre, dans L’Equipe sur les raisons du rachat des Girondins de Bordeaux à M6, le financier américain Joseph DaGrosa, patron de GACP, n’a pas louvoyé : "Le foot est une industrie en pleine croissance et cela devrait durer encore longtemps." S’il enrobe son discours de promesses de rendre l’équipe "meilleure qu’[ils] ne l’[ont]trouvée", il ne cache pas faire un investissement à court terme, "cinq ou dix ans", dans l’espoir de faire un bénéfice en revendant le club.

D’autres fonds spéculatifs ont déjà placé leurs pions en Ligue 1 : IDG Capital est actionnaire minoritaire (20 %) de l’Olympique lyonnais ; Elliott Management, nouveau propriétaire du Milan AC, a financé le rachat du LOSC, club lillois, par l’homme d’affaires Gérard Lopez et a sa place au conseil de gérance du club. Peak6, actionnaire minoritaire de l’AS Rome ou de Bournemouth, en Angleterre, a tenté de racheter l’AS Saint-Etienne. Le projet a échoué, la direction des Verts craignant que "les investissements de Peak6 (…) ne correspondent pas à l’ambition" du club.

Le manque d’ambition sportive : voilà ce que les supporteurs des clubs rachetés reprochent à leurs nouveaux propriétaires. Des craintes à relativiser, selon une étude publiée, en 2017, dans la revue European Sport Management. Les chercheurs Friedrich Buchholz et Kerstin Lopatta estiment que "les investisseurs [qui rachètent des clubs de football] privilégient le résultat sportif sur la performance économique", prennent des risques avec les achats de joueurs et s’immiscent peu dans les décisions de la direction.

Le seul précédent français n’incite pourtant pas à l’optimisme : le Paris-Saint-Germain n’a jamais été aussi mal en point que lorsqu’il était aux mains de Colony Capital, entre 2006 et 2011. Le fonds spécialisé dans l’immobilier avait englouti des dizaines de millions d’euros avant de trouver un repreneur inespéré, Qatar Sports Investments.

Jusqu’au début du siècle, les propriétaires de clubs de football avaient un point commun : leur objectif n’était pas de créer de la valeur, mais d’assouvir une passion ou d’acheter de l’influence. C’est la raison pour laquelle ces clubs, jamais gérés auparavant comme des entreprises, apparaissent comme des actifs à fort potentiel.

"Le marché du sport-business est très peu mature et structuré, mais il a un potentiel énorme, explique Jacques Boussuge, responsable du sport au sein du cabinet KPMG, qui a conseillé GACP dans le rachat des Girondins de Bordeaux. On entre dans une ère où l’on va dépenser de l’argent pour structurer les modèles économiques, alors qu’auparavant cet argent était utilisé essentiellement pour obtenir des résultats sportifs. Il s’agit de construire des stades, un centre de formation, afin que le club ait des actifs et puisse être revendu avec une structure efficace."

Après avoir appliqué des méthodes éprouvées dans l’industrie au sport nord-américain, où les franchises sont évaluées à plus de 1 milliard de dollars (870 millions d’euros), les fonds d’investissement d’outre-Atlantique s’intéressent à la France, "où les gouvernances sportive et politique sont stables, et où il y a des opportunités moins chères", souligne Jacques Boussuge. Il s’étonne que "les fonds français [n’aient] pas encore la lucidité" de les imiter.

Derrière l’Angleterre, où la famille Glazer, à Manchester United, a quasiment quintuplé sa mise en treize ans, malgré des résultats inégaux, la France est considérée comme une terre d’occasions. L’Allemagne est verrouillée par la règle interdisant à des investisseurs privés de s’emparer du club ; l’environnement économique n’est pas radieux en Espagne ni en Italie. Les revenus des clubs devraient progresser grâce au nouveau contrat des droits de retransmission qui entrent en vigueur en 2020, en hausse de 60 %, et la renégociation à venir des droits de la L1 à l’étranger.

"Ni Frank McCourt [propriétaire de l’Olympique de Marseille] ni GACP ne sont des mécènes. Ils croient dans la capacité de la L1 à être un business profitable", se réjouit le directeur général de la Ligue de football professionnel, Didier Quillot.

Pour David Dellea, directeur du département sport du cabinet PwC, le moment est propice pour les investisseurs, car "le sport est dans une période de fracture qui crée des occasions. Le consommateur commence à changer, les gouvernances sont plus souples. On commence à comprendre qu’il est important de rendre le format des compétitions plus adapté aux nécessités d’aujourd’hui. C’est une opportunité pour les fonds de prendre des éléments un peu poussiéreux, les rénover et les rendre intéressants pour le public."

La croissance de l’industrie du sport ne sera toutefois pas éternelle, selon les acteurs du secteur interrogés par PwC : le changement du mode de consommation du sport, de moins en moins regardé à la télévision et en direct, et l’absence de confiance dans les institutions sportives sont cités comme les deux facteurs de ce ralentissement à prévoir."

Le mea culpa de Yahia

11/10/2018
Image

Dans la dernière édition de La Voix du Nord, Alaeddine Yahia parle de sa reconversion avant d'évoquer un mauvais geste commis sous le maillot vert.

"Sur le plan physique, je me sentais bien. Mais j’étais à bout mentalement. Cela fait quelques semaines que j’ai arrêté ma  arrièrte de joueur et je ne ressens aucune nostalgie. Je me suis entraîné cet été avec Arras, et c’était à mon initiative. Mon fils de 12 ans est licencié au club. Un jour, j’ai croisé Reynald Dabrowski, le coach de la première. On en a parlé. Moi, je ne veux pas devenir comme ces anciens pros qui gonflent de partout après leur carrière. Je veux continuer à me dépenser.

Le 15 septembre dernier, j’étais dans le kop lensois, face à Sochaux. Dans ma carrière, je me suis souvent dit que lorsque j’arrêterai j’irai me faire un petit kiff en tribune Marek. Ce public de Lens, je le tiens en haute estime. Il y a encore 30 000 spectateurs après avoir bouffé de la merde la saison dernière… Ce public mérite la L1. J’ai ce club dans la peau, j’y ai passé six ans. En fin de saison 2013-2014, alors qu’on venait de valider la remontée en L1, j’ai appris que je ne pourrai pas rester en raison des problèmes financiers rencontrés par le club. J’en ai pleuré.

Je suis une formation d’agents de joueur à Paris. Il y a quelque chose à faire dans ce métier. Parce que je peux vous le dire, pour avoir passé de nombreuses années dans le foot pro, il y a un sacré paquet de branquignoles chez les agents ! Un jeune fait deux bons matchs en U17 et l’agent dit aux parents : "Je vais vous le mettre au Real." Les gamins croient en leurs rêves et finissent finalement en National 2… Alors qu’il y a un monde entre être bon en U17 et l’être ensuite en seniors. Et entre être bon en seniors et devenir pros, il y a un univers à franchir !

Devenir coach ? Non. J’ai toujours été un leader naturel mais gérer 25 mecs au quotidien, notamment ceux qui ne jouent pas… Si j’avais encore des cheveux, ce serait un coup à me les arracher ! Un regret dans ma carrière ? En 2006, alors que je joue à Saint-Étienne, je me chauffe un peu avec le Sochalien Isabey et je finis par l’attraper à la gorge. C’était un mauvais geste. D’autant qu’avant le match, il y avait eu une minute de silence pour Isabey qui venait de perdre son grand-père. C’était pas bien ce que j’avais fait. J’ai pris trois matchs, logique."

Dabo, Florentin pâle

11/10/2018

 

52 minutes, 8 bancs de touche, 3 entrées en jeu, c'est peu dire que Bryan Dabo ronge son frein depuis le début de saison avec la Fiorentina.

Parmi les 4 ex-Verts de la Viola, il est le plus mal loti. Kevin Mirallas, débarqué cet été, a fait 4 apparitions (1 seule titularisation) en championnat, Valentin Eysseric a fait 5 apparitions (3 titularisations) et l'excellent Jordan Veretout confirme sa belle saison dernière avec 6 titularisations (et 1 but).

Aujourd'hui, seul ce dernier fait office de pilier dans le 11 de la Fiorentina, actuel 7ème de série A.

Le onze-type de Jean-Mimi

11/10/2018

Jean-Michel Larqué est sorti de sa retraite pour donner à RMC Sport son équipe type de l'ASSE, en toute humilité puisqu'il ne s'auto-sélectionne pas. On ne sera pas étonné de ne pas trouver dans ce onze les noms de Cheikh Mbengue, Alexander Soderlund et Loïs Diony avec lesquels Jean-Mimi n'a pas été tendre dans ses commentaires.  

Guarin claque à Chongqing

11/10/2018
Image

Sur penalty, l'ancien milieu offensif stéphanois Fredy Guarin (32 ans) a marqué le week-end dernier l'unique but de la victoire de Shanghai Shenhua sur le terrain de Chongquin. Le Colombien a claqué 6 pions cette saison en 20 matches disputés en Ligue 1 chinoise.

Les Verts victimes de la VAR

11/10/2018
Image

Comme le rapporte la Pravda du jour, Pascal Garibian a dressé un premier bilan globalement positif de l'assistance vidéo ce mercredi devant le bureau de la LFP. Mais le patron des arbitres a reconnu des ratés dont l'un a été préjudiciable aux Verts. Extraits.

"Sa présentation, évoquant les aspects positifs de cette aide technologique mais aussi les erreurs commises et les axes de progrès pour l'avenir, a séduit. "C'était efficace, transparent et honnête, dit un patron de club. Il y a encore des choses à améliorer mais, globalement, le bilan est positif." C'est le message passé par le directeur technique de l'arbitrage (DTA), chiffres à l'appui. Ainsi, le temps de jeu effectif n'a pas été réduit, comme certains le craignaient, ne diminuant que de 0,3 %.

(...)

Après neuf journées la saison passée, il y avait eu trente erreurs, contre dix cette saison, a expliqué Garibian, hier. "Le système est très bien accepté par les joueurs et les entraîneurs, il n'y a pas de contestation, se félicite Didier Quillot, le directeur général exécutif de la LFP. Nous continuerons à faire des bilans très réguliers avec la Direction technique de l'arbitrage pour améliorer encore le jeu et, dès janvier, nous ouvrirons à Paris, avec six mois d'avance sur le programme, le "replay center", qui regroupera dans un même lieu tous les VAR. Quatorze stades seront connectés dès janvier et les autres avant la fin de la saison."

(...)

Garibian a pris deux exemples concrets dans lesquels l'aide vidéo n'a pas permis de corriger des mauvaises décisions. À Nîmes, lors de la 2e journée, un penalty pour l'OM alors qu'un Gardois avait tiré le maillot de Valère Germain. Garibian a confié, en substance selon un protagoniste, "que la VAR avait fait son boulot, mais que l'arbitre avait entendu trop tard son appel et qu'il était trop tard pour revenir sur la décision puisque le jeu avait repris". Autre match pointé du doigt : Saint-Étienne - Amiens (0-0) lors de la 4e journée. Un autre penalty, pour une faute sur le Vert Robert Beric, n'a pas été sifflé en fin de partie."

Nacho achève Columbus

10/10/2018
Image

Auteur de son 14e pion de la saison en MLS, l'ancien milieu offensif de l'ASSE Ignacio Piatti (33 ans) a marqué le week-end dernier le 3e et dernier but de la victoire de l'Impact de Montréal contre Columbus Crew.

La grosse commission a décidé

10/10/2018

 

On le savait, la commission de discipline vient de le confirmer : Ole Selnaes va écoper d'un match de suspension suite à un troisième avertissement dans une période incluant 10 rencontres de compétition officielle. Il sera donc suspendu lors du match de la 10ème journée, contre Rennes.

Quant à l'ancien Vert, Thierry Oleksiak, entraîneur adjoint du LOSC, il est sanctionné de deux matchs de suspension dont un avec sursis, de banc de touche, de vestiaire d’arbitres et de toutes fonctions officielles. Il avait été exclu du banc samedi dernier lors de Lille-ASSE.

Une fois n'est pas coutume, les supporters verts n'ont pas eu à subir les foudres de la commisssion de discipline. Lors du match Toulouse - ASSE, le comportement des supporters de Toulouse qui avaient utilisé des lasers, en direction de Stéphane Ruffier notamment, n'a pas été sanctionné compte tenu des mesures tangibles prises par le club. Le dossier a été classé.

Kastendeuch contre Rocheteau (4)

10/10/2018
Image Image

Dans la dernière édition de Paris-Normandie, Sylvain Kastendeutch réitère son opposition à une mesure prônée par Dominique Rocheteau en juin dernier.

"Quelques dirigeants ont voulu passer en force, mais en se mobilisant, on est parvenus à faire en sorte qu’il y ait une vraie discussion dans les prochaines semaines. D’autant que ce n’est pas parce que les jeunes signeront un premier contrat de cinq ans qu’ils joueront plus de matches avec l’équipe première de leur club formateur. On comprend que les clubs tiennent à profiter des jeunes talents qu’ils forment, mais il y a aussi une loi du marché et des présidents qui veulent rapidement vendre pour équilibrer les budgets. Le contrat de cinq ans est donc un faux avantage qui serait offert aux clubs."

Malcuit a pris une claque

10/10/2018

 

Dans le Late Football Club de Canal+Sport, Kevin Malcuit, l'ancien Vert, qui a quitté l'ASSE en 2017 pour rejoindre le LOSC, puis Naples cet été, avoue avoir pris une claque en découvrant la différence entre les entraînements italiens et français. 

 

Ghoulam bientôt de retour

10/10/2018

 Sur son compte twitter, Faouzi Ghoulam avait annoncé début septembre, video à l'appui, son retour imminent. Il aura dû patienter un mois de plus : Valter De Maggio, journaliste et directeur de Radio Kiss Kiss Naples, l'a confirmé ce matin au micro de Radio Kiss Kiss: "L’Algérien s’entraînera avec le groupe de joueurs n’ayant pas rejoint l’équipe nationale, le garçon est prêt. On ne peut exclure qu'il soit déjà appelé pour le voyage à Udine ou pour le match contre la Roma à la journée suivante "

"C’était la nouvelle que tous les fans attendaient", précise NapoliSport.net, en ajoutant : "Certes le groupe a découvert la nouvelle recrue Malcuit, qui peut apporter sa contribution dans la zone offensive, mais Ghoulam est indispensable pour créer une paire de latéraux capables d'attaquer, en partant de l'arrière. Donc, il n’est pas exclu une convocation dès le 20 octobre contre Udinese."

Faouzi Ghoulam (27 ans) a été victime d'une rupture du ligament croisé antérieur lors de la défaite 4-2 contre Manchester City en Champions League en novembre 2017, ce qui l’a contraint à rejoindre une première fois l'infirmerie.
En janvier 2018, il a repris l'entraînement avant la date prévue, après avoir subi des examens médicaux, mais il s'est fracturé une rotule lors d'une séance en février, ce qui l'a mis à nouveau à l'écart.
Début juillet, il a subi une nouvelle opération qui consistait à enlever une vis de sa rotule droite.

Partager