home

M'Vila a eu chaud (2)

19/08/2019
Image

Comme il l'avait fait à Dijon, Yann M'Vila invoque dans Le Progrès la chaleur pour expliquer la prestation décevante des Verts face à Brest.

"Notre contre-performance est due à la chaleur. Après, je ne veux pas trouver d’excuses, mais ça a beaucoup joué. La chaleur était étouffante aujourd’hui, vraiment. Je pense aussi que toute l’équipe n’est pas encore prête physiquement. On n’est pas tous au même niveau. Il y a aussi eu des pépins physiques, des retours… Il va falloir travailler physiquement pour être prêt le plus rapidement possible. C’est sur ce point qu’il faut insister."

Subotic scotché

18/08/2019

Première journée de Bundesliga aujourd'hui. Neven Subotic, la nouvelle recrue du FC Union Berlin, a commencé cette nouvelle saison comme il avait terminé la précédente, sans jouer. A la différence, que cette fois, il n'est pas resté dans les tribunes mais sur le banc d'où il a pu assister à la débâcle de son équipe battue à domicile (0-4)  par le RB Liepzig.

Le SOC le saque (2)

18/08/2019
Image

Ouest-France a donné aujourd'hui quelques précisions sur le surprenant limogeage de Romain Revelli intervenu juste avant la 3e journée de National 1 alors que le SO Cholet avait démarré sa saison par deux matches nuls.

"Le président souhaitait que le coach manage autrement, nous confie un membre du club. Il ne voulait pas attendre trois mois pour cela, il a des objectifs élevés. Il voulait du changement, qu'on joue au foot. Sur les deux premiers matches, il était déçu du jeu qu'on avait produit, dans la construction. Il trouvait qu'on balançait trop les ballons." Les joueurs, proches de Romain Revelli, n'ont pas compris cette décision et sont marqués.

Les premières tensions dateraient surtout du week-end dernier et le match nul concédé en toute fin de rencontre face à Villefranche. Le président n'a pas vraiment apprécié. Benjamin Erisoglu, qualifié par différents interlocuteurs de "personne charmante", serait un "président impatient", volontiers interventionniste. La semaine dernière, il aurait même appelé ses joueurs, un par un, pour leur parler terrain.

Romain Revelli a donc fait les frais de tout cela. Et ce n'est pas le premier. Noël 2017, Nicolas Le Bellec avait été évincé alors que Cholet, juste promu, était 4e de National. S'il savait l'ambition de son président débordante, l'ancien adjoint de Christophe Galtier à Saint-Etienne ne s'attendait pas à prendre la porte si brusquement. Abasourdi, il est reparti dans le Forez dès jeudi et devrait revenir lundi, pour rencontrer son président."

On aura noté que le SOC a perdu avant-hier contre le Stade Lavallois...

Des coachs frustrés

18/08/2019

Ghislain Printant et Olivier Dall'Oglio évoquaient, après la rencontre un sentiment de frustration. 
Frustration de n'avoir, une nouvelle fois, su préserver un avantage pour le coach brestois : "Pour le résultat, c'est bien. On vient jouer à Saint-Étienne, qui a des ambitions, et, nous, on vient de monter. Mais il y a aussi de la frustration parce que, comme la semaine dernière, on prend un but évitable. On est encore en apprentissage, mais il va falloir apprendre à garder un score."

Pour le coach stéphanois, un même sentiment de frustration, celui de ne pas avoir su l'emporter après avoir égalisé : "La première chose, c'est la déception de ne pas avoir gagné. Mais j'ai bien aimé la réaction de l'équipe en seconde période. Les joueurs ont su repartir en étant plus justes et plus sereins. C'est ce qui nous a permis de nous créer des occasions. Malheureusement, cela nous a seulement permis de revenir au score."

Initials V.V.

18/08/2019
Image

51 ans après Brigitte Bardot, l'ancien milieu de terrain stéphanois Valentin Vada s'apprête à partir pour Almeria, dont le club local est le premier leader de la nouvelle saison de D2 espagnole suite à sa victoire 3-0 contre Albacete. Selon le site de la Pravda, les dirigeants andalous négocient actuellement avec Bordeaux les derniers détails de l'opération. "L'indemnité du transfert pourrait s'élever à 750 000 € (+ 50 % sur une prochaine revente)."

La grosse fierté de Faussurier

18/08/2019
Image

Julien Faussurier, qui n'avait plus scoré dans l'élité depuis le but qu'il avait mis avec Troyes contre Sainté au Stade de l'Aube en mars 2013, ne cache pas sa joie d'avoir trompé à nouveau Stéphane Ruffier. "Marquer ici, c’est une grosse fierté, je vais passer un bon moment derrière avec ma famille" a déclaré au Télégramme le latéral droit brestois, né dans la banlieue et formé pendant dix ans par les vilains...

Evence, et vlan !

18/08/2019

"Les Magic Fans et les Green Angels, sont réputés en guerre avec tout le monde sauf avec Bordeaux. Aujourd’hui, les ultras de Saint-Etienne traînent une étiquette de supporters agités, pour ne pas dire violents. Les problèmes viennent des deux kops. Il n’y a pas forcément besoin de taper sur le supporter d’à côté, même si on n’est pas content du résultat du match. Le dialogue n’existe pas avec les ultras. Si on prend l’exemple des Greens, on ne peut pas avoir de référent puisqu’ils sont dissous. Et, pour discuter, encore faut-il avoir un interlocuteur ou un représentant qui engage la totalité des supporters" avait déclaré Evence Richard le 27 juillet dernier dans Le Progrès.

Sans surprise, les Green Angels ont répondu à leur façon au préfet de la Loire cet après-midi à Geoffroy-Guichard, comme l'atteste ce cliché du site Furania-Photos.

Image

 

Les Green Angels taclent les instances et Nanard

18/08/2019

Comme l'a relayé le journaliste de Radio Scoop Anthony Perrel sur son compte twitter, les Green Angels ont taclé les instances et Bernard Caïazzo via des banderoles déployées lors du match contre Brest.

Image

Image

Sainté breste sur sa faim

18/08/2019
Image

Sainté a concédé un décevant match nul à domicile face au promu brestois cet après-midi lors de la 2e journée de L1.

Dominateurs (mais trop peu dangereux) jusqu'à la sortie sur blessure de Jean-Eudes Aholou à la 39e, les Verts ont flanché avant la pause. Sauvés par le poteau et par Dieu à la 41e, par Ruf' et la barre transversale à la 42e, ils ont concédé l'ouverture du score à l'entame du temps additionnel de la première période.

Après que Stéphane Ruffier a empêché Mathias Autret de faire le break quatre minutes après le retour des vestiaires, Romain Hamouma a tenté sa chance en vain à deux reprises. Denis Bouanga, qui avait raté ses deux précédentes occasions, a heureusement converti la troisième à la 83e. Mais les Verts n'ont pas su arracher la victoire malgré plusieurs situations favorables en fin de match.

Trauco trop content (8)

18/08/2019
Image

Trop content de faire ses débuts dans le Chaudron cet après-midi et de défier les vilains dans quelques semaines, Miguel Trauco s'est confié à beIN Sport.

"Contre Dijon, j’aurais pu mieux jouer, je n’étais pas à 100%. Je peux donner davantage. Mais c’était mon premier match, je ne connaissais pas encore bien mes nouveaux coéquipiers. Je n’avais fait que deux ou trois entraînements avec eux. Je suis satisfait de mes débuts et je suis prêt à faire de grandes choses. Ici les joueurs sont plus grands, plus physiques. Je n’ai pas ce profil mais je compense avec d’autres qualités. J’aime faire beaucoup d’efforts et je suis motivé pour travailler dur et donner mon maximum.

Je viens d’une famille de footballeurs. Dans ma ville d’origine, tout le monde me connaît. Moi mais aussi mes oncles, mon père, mes cousins qui sont de bons joueurs. J’ai donc ça dans le sang. Je me lance dans ce défi avec beaucoup d’envie. C’est compliqué pour moi d’être loin de ma ville, loin de mes proches. Mais c’est ainsi, les grands sacrifices amènent de grandes récompenses. Je suis vraiment heureux d’être à Saint-Etienne, le club m’a accueilli à bras ouverts. Cette saison, je veux que l’équipe gagne et lutte pour les meilleures places. Personnellement, je veux gagner ma place ici et me faire apprécier. Je rêve vraiment de joueur mon premier match de Ligue Europa. Ce sera formidable.

C’était exceptionnel d’arriver en finale de cette Copa América. C’était difficile car toutes les équipes d’Amérique du Sud sont de très haut niveau. Le Brésil reste au-dessus mais sinon les différences sont minimes. J’y ai vécu de grands moments dont je me souviendrais toute ma vie. Cette compétition m’a permis de me faire voir. J’ai été remarqué grâce à mes bonnes performances avec le Pérou. Dans mon précédent club, à Flamengo, je ne jouais pas beaucoup. Je dois beaucoup à la sélection nationale.

Je vais jouer mon premier match à domicile, il me tarde vraiment d’y être. Je sais que les supporters sont fervents ici. J’en ai l’habitude et j’espère en profiter. Le derby contre Lyon, on m’en parlé. Je suis prêt pour ce match. Je sais ce que c’est, j’ai joué plein de derbies au Brésil. J’ai même marqué à la dernière minute le but de l’égalisation avec Flamengo contre Fluminense. J’adore cette sensation de jouer le derby.

Je dois vitre apprendre le français, cela fait partie de mon adaptation. J’ai pris mon premier cours mais j’ai tout oublié. « Qui c’est les plouforts ? Les plouforts, c’est les Verts ! » (rires) C’est compliqué ! (rires) »"

L'esclave s'enflamme

18/08/2019
Image

Frédéric Piquionne voit les Verts s'imposer largement face aux Brestois, comme il l'a expliqué sur RMC.

"Khazri, Bouanga ou encore Boudebouz. L’effectif stéphanois a de quoi faire rêver en ce début de saison. Reste à savoir si tout ce joli monde va vite s’entendre dans le secteur offensif. Pour l’instant, les Verts ont parfaitement entamé cette saison 2019-2020 en s‘imposant le week-end dernier contre Dijon. Un premier résultat qui vient confirmer la très bonne tournée estivale des hommes de Ghislain Printant avec notamment un succès contre Montpellier. Cette fois-ci, ils pourront s’appuyer sur le soutien d’un stade Geoffroy-Guichard presque plein. Une ambiance de folie qui risque d’impressionner le jeune promu brestois. Même si les joueurs d’Olivier Dall’Oglio restent sur un bon match nul contre Toulouse, cela s’annonce trop compliqué pour eux. C’est pourquoi je vous conseille de miser sur la victoire par au moins trois buts d’écart de Saint-Etienne contre Brest !"

Engloutis par Angoulême (3)

18/08/2019
Image

S'ils ont finalement écrasé les Verts 4-0 hier soir lors de la deuxième journée de N2, deux joueurs angoumoisins soulignent la bonne première demi-heure des Stéphanois dans la dernière édition de La Charente Libre.

Joffrey Lobo : "Au-delà du score, on a fait un très bon match. Deuxième match et deuxième clean-sheet pour Julien Chaumet, on sait qu'on a un très bon gardien. Nos défenseurs, nos milieux mais aussi nos attaquant défendent beaucoup. C'est une caractéristique de notre équipe, on se bouge tous pour défendre. Cela fait notre force, on sait qu'on est capable après de marquer sur nos contres ou sur les occases qu'on aura. On a subi quelques occasions avant de marquer notre premier but, Saint-Etienne est aussi une bonne équipe. Au début on a subi, on a peiné à mettre notre jeu en place, mais on a été bon devant le but."

Alain Moges : "On avait à coeur de ne pas concéder de but, de bien défendre. On a su faire à Nantes, on est resté sur la même dynamique. Julien Chaumet nous a encore sorti un gros match. Des attaquants jusqu'au gardien, tout le monde défend bien. On a été mis à rude épreuve la première demi-heure défensivement, Saint-Etienne giclait très vite. Sur les pertes de balle, on prenait des vagues. Le premier but nous a libérés." 

Je veux mon neveu !

18/08/2019
Image

Recommandé par Kévin Mayi, Haris ne sera pas le premier Belkebla à fouler cet après-midi la pelouse de Geoffroy, comme le rappelle lui-même le milieu défensif des Brestois dans la dernière édition du Télégramme.

"Geoffroy-Guichard ? On n’a pas d’appréhension, au contraire, il faut transformer ça en pression positive pour que ça nous motive. Mon oncle Youssef a joué dans ce stade, il a évolué deux saisons à l'ASSE [de 1986 à 1988, ndp2]. C'était déjà une référence à l’époque. Un vrai Chaudron, comme son nom l’indique !"

Les Verts n'ont pas grillé les sardines

18/08/2019

Vendredi en fin d'après-midi, les U16 de Sylvain Gibert, qui disputeront le championnat régional U18, se sont déplacés au Pouzin pour se confronter à leurs homologues de l'Olympique de Marseille.

Les jeunes Verts se sont inclinés sur le score de 2 à 1. Un nul aurait été mérité, chaque équipe ayant eu son temps fort, mais les Olympiens se sont montrés plus réalistes. La première mi-temps a été équilibrée avec de nombreux duels, beaucoup d'intensité et d'engagement mais peu d'occasions. Les Verts auraient pu ouvrir le score dans les premières minutes sur un lob de Marwan Ouroui qui  passait au-dessus de la transversale. Les Marseillais répliquaient par une belle frappe excentrée bien détournée par Alexandre Jammes
Les Stéphanois faisaient une très bonne entame de seconde période, récupérant les ballons beaucoup plus haut. Ils concrétisaient cette domination à l'heure de jeu : Albion Jetishi alertait Mohamed Ali Diadie (photo) un peu excentré. Ce dernier éliminait son défenseur et décochait, de l'entrée de la surface de réparation, une frappe qui terminait dans le petit filet. (ASSE 1 - 0 OM, 60ème)
Les Verts, dans la foulée, manquaient de faire le break en ne convertissant pas deux belles occasions. Les Marseillais revenaient dans la rencontre et égalisaient à la 70ème à la suite d'une tête lobée qui touchait le poteau avant d'entrer dans les filets. (ASSE 1 - 1 OM, 70ème). Ils prenaient même l'avantage sur leur deuxième occasion : trop attentistes sur le côté gauche de leur défense, les Verts regardaient jouer un attaquant olympien dont la frappe, dans un angle fermé, faisait mouche après avoir une nouvelle fois touché le poteau. (ASSE 1 - 2 OM, 83ème). Sur la fin de match, les Verts se créaient deux belles situations sur des coups-francs à l'entrée de la surface, et une dernière à la 90ème minute.

La composition : Jammes - Gonnet, Bouyadel, Abdellaoui, Alpha N'Gongar - joueur à l'essai, Ngongolo, Marwan Ouroui - Seda Mfukumoko, Bladi, N'Joya N'Gapout.
Entrés en jeu : Zarzour, Jetishi, Gauthier, Watel, Diadi, Othman, Merat.

Jugo juge Trauco

18/08/2019
Image

Journaliste du principal journal péruvien El Comercio, Juan Miguel Jugo donne son avis sur Miguel Trauco pour France Football.

"A l'Union Comercio, il a d'abord joué comme numéro 10. Julio César Uribe, son entraîneur d'alors, l'a fait reculer latéral gauche pour sa qualité de centre et sa vision du jeu. Il pouvait orienter de l'arrière quand l'équipe choisissait de repartir court. Il est encore considéré par plusieurs journalistes locaux comme l'un des meilleurs latéraux passés par l'Universitario Deportes. Avant cela, je peux même me risquer à dire que Miguel Trauco est aussi le meilleur joueur de l'histoire de l'Union Comercio.

Dans l'équipe du Pérou, il est irremplaçable. C'est simple, en sélection, Farfan, Guerrero et lui sont les trois joueurs fondamentaux. Sans l'un des trois, le rendement de l'équipe baisse, on ne marque pas, on est moins dangereux... On a des remplaçants pour Luis Advincula, Christian Cueva, Yoshimar Yotún, pas pour eux.

Miguel Trauco n'est pas une fusée type Robertson ou Jordi Alba. Il ressemble plus à Maxwell, Sylvinho, pas spécialement véloce mais très technique. De par sa formation, il joue un peu comme un numéro 10 de derrière. Certains journalistes ont même suggéré à Gareca de le faire monter au milieu. Ce qui est rare pour un footballeur, c'est qu'il regarde de lui-même beaucoup de vidéos des adversaires pour savoir comment les neutraliser."

Moukoudi se retrouve dans le grand Bain

18/08/2019
Image

Après avoir formé la défense centrale havraise à 53 reprises, toutes compétitions confondues, entre avril 2017 et décembre 2018, Harold Moukoudi et Denys Bain vont se retrouver cet après-midi dans le Chaudron à l'occasion de la deuxième journée de L1, comme le souligne la dernière édition du Télégramme. Extraits.

"Les deux joueurs étaient très complémentaires, se souvient Oswald Tanchot, leur entraîneur de l’époque. Ils avaient la même joie de vivre et la même bonne humeur." Bain abonde : "On s’entendait bien. On ne s’est jamais engueulé. Je lui donnais des conseils et réciproquement, même s’il est plus jeune. Il a fait preuve d’une grosse force mentale quand il a été mis à l'écart. Il a toujours été dans l’esprit. Il n’a jamais gâché une séance."

"On va discuter avant le match, je suis content de retrouver Denys", explique Moukoudi. "Je sais qu’on va rigoler quand on va se voir, ajoute Bain en souriant. Il adore chambrer." Moukoudi, le plus jeune des deux, a fait le choix de rester en France malgré de nombreuses sollicitations étrangères. "Il est sur la pente ascendante, témoigne Bain. Il est fort probable que, pour lui, Saint-Étienne ne soit qu’une étape." Un avis partagé par son ancien coach. "Harold, je le vois aller loin. Il a fait un bon choix de club mais je le vois franchir d’autres étapes."
 

Autret excité par GG

18/08/2019

Image

Dans la dernière édition du Télégramme, Mathias Autret pigne d'impatience de retrouver le Chaudron. Extraits.

"La première fois que j'ai joué là-bas, avec Lorient en 2012, j'ai marqué trois minutes après mon entrée en jeu [ndp2 : les Verts avaient battu les Merlus 4-2]. J’ai eu la chance de marquer dans les plus grosses ambiances et face aux meilleurs gardiens (Lloris, Ruffier, Mandanda) mais je ne sais pas si c’est lié au contexte.

Vous pouvez en parler à Romain Perraud, c’est un jeune, mais je vous garantis qu’il n’ira pas à Geoffroy-Guichard pour prendre des photos. Ils sont tous comme ça. Pareil pour Ibra Diallo, il s’en fout. Que ce soit Saint-Étienne, la Juventus ou Nancy en Ligue 2, ce n’est pas son problème.

Ça a un petit côté excitant de venir dans le Chaudron. C’est un peu bizarre de dire ça, mais se faire insulter et charrier, je trouve ça motivant. Mais c’est vrai que c’est impressionnant. La première fois que j’y suis allé, je les voyais grimper aux grillages, descendre la tribune avec des mouvements de foule. Je me disais : "C’est quoi ces fous ?" Une fois qu’on est sur le terrain, ça va.
 
Tu vas peut-être avoir peur de l’enjeu ou de jouer contre une grosse équipe mais l’ambiance, ça plaît à tout le monde. Pour moi, ce n’est pas le public qui provoque la pression, c’est l’enjeu. J’aurais plus tendance à prendre la parole si on était au dernier match de la saison et qu’il fallait le gagner pour se maintenir. Là, il faut profiter. On a juste envie d’être performants contre Saint-Étienne, peu importe l’environnement autour."

Aholou en a chié sur le Rocher

18/08/2019
Image

Buteur pour son premier match officiel avec les Verts samedi dernier à Dijon, Jean-Eudes Ahoulou revient dans la dernière édition du Progrès sur sa difficile saison dernière à Monaco, marquée par une blessure au pied qui a nécessité une opération et l'a rendu indisponible plus de trois mois. Extraits.

"J’essayais de continuer à jouer avec cette douleur au pied car elle était supportable. Jusqu’au moment où je me suis rendu compte que je ne pouvais plus forcer dessus. Il fallait trouver une solution. La meilleure était l’opération pour que je puisse retrouver les terrains. Cela a mis un peu de temps. Aujourd’hui, c’est du passé, je me sens bien.

C’était la première fois que j’étais blessé aussi longtemps. Cela permet de grandir et de travailler autre chose que le terrain. On progresse au niveau mental. Il faut du mental pour revenir de blessure. Une grosse préparation physique est nécessaire pour retrouver ton niveau. Tu reviens mais tu as des douleurs, des appréhensions. Ce n’est pas facile. Il faut de la patience, aussi.

J’ai demandé à partir, j’avais besoin de temps de jeu. À Monaco, il était réduit quand je suis revenu de blessure. J’avais besoin de jouer. C’est important pour moi d’être sur le terrain chaque week-end, pour ma progression. J’ai senti que je n’allais pas avoir de temps de jeu. Saint-Etienne m’en proposait, j’ai décidé de venir et j’en suis content. Quand je ne joue pas, je ne suis pas heureux dans ma vie."

Un bon nombre d'abonnés

18/08/2019
Image

Comme le rapporte la dernière édition du Progrès, "15 200 abonnements pour la saison 2019-2020 ont déjà été vendus. Vendredi, 22 000 sièges de Geoffroy-Guichard avaient trouvé preneurs pour la réception de Brest."

Pour rappel, le nombre d'abonnés était en baisse depuis quatre ans (il était de 14 507 la saison passée). Si l'effet Coupe d'Europe joue à plein, il est toutefois peu probable que l'ASSE batte son record de la saison 2014-2015 (18 010 abonnés).

Coco a mis Monaco KO

17/08/2019
Image

Vincent Hognon, qui fêtait hier ses 45 ans, a reçu son plus beau cadeau ce soir. Ses joueurs lui ont en effet offert son premier succès d'entraîneur dans l'élite en écrasant 3-0 une équipe monégasque réduite à dix dès la 38e minute suite à l'expulsion de sa recrue Ruben Aguilar. Titularisé dans l'entrejeu aux côtés de Habib Maïga, l'increvable capitaine des Grenats Renaud Cohade a inscrit le dernier but de la rencontre d'une frappe croisée du droit dans un Saint-Symphorien en liesse.

 

N2 : Engloutis par Angoulême (2)

17/08/2019

Image

Le site Loire Football nous propose un résumé vidéo de quatre minutes de la déroute de l'équipe réserve  à Angoulême. On y découvre les quatre pions encaissés par Etienne Green, les occases non converties de Samy Baghdadi (photo) et le manque d'impact souligné par Razik Nedder.

Yellow Submarine, Red Soumaré !

17/08/2019
Image

S'il jouait en jaune ce soir au stade de la Licorne, le milieu de terrain lillois Boubakary Soumaré (20 ans) a vu rouge ce soir lors de la défaite des Dogues contre Amiens. Il sera donc suspendu le 28 août prochain pour la réception des Verts.

Pas de panique chez Razik

17/08/2019
Image

Razik Nedder ne cède pas au catastrophisme après la lourde défaite concédée ce soir par son équipe chez le promu angoumoisin.

"On a vécu un match compliqué. Dans l'intensité et dans l'impact on a eu beaucoup de mal. Autant dans l'animation offensive, on a réussi à faire des choses, on a été correct, on a su tenir le ballon, autant défensivement on a été mis en grosse difficulté, on n'a jamais pu gagner le premier ballon face à cette équipe qui jouait direct avec un football efficace. Angoulême mettait le ballon long dans notre camp, premier duel, deuxième ballon et après ça jouait. On n'a pas réussi à gagner le premier ballon ni le deuxième. On se faisait souvent arracher le balllon dans ces duels-là.

A part Aïmen qui a réussi un peu à exister dans l'impact et dans l'entrejeu, on a eu beaucoup de difficultés. Chaque fois que notre adversaire avait la ballon, il le mettait rapidement dans notre camp, et on ne le récupérait que dans nos 16m50. Automatiquement on n'a pas mis l'intensité nécessaire pour exister dans ce football d'adultes. On est tombé sur un adversaire qui n'a pas forcément eu la possession de balle, qui ne nous a pas forcément tournés dans le jeu, mais qui nous a quand même mis une raclée.

Cela montre aux garçons le travail à accomplir, ce qui leur manque. Pour certains il faudra quelques années pour acquérir ce qui est requis dans ce football d'adultes. Cela montre que la technique, la disponibilité et le mouvement ne nous suffisent pas pour exister dans ce football. Les deux buts qu'on a pris en cinq minutes en fin de première période nous ont mis un coup derrière la tête, notre jeune équipe n'a pas eu les ressources mentales nécessaires pour sortir la tête de l'eau. On a pourtant repris la seconde période sur de bonnes intentions mais le but qu'on a pris sur coup de pied arrêté nous a mis un coup de massue et ils ont enfoncé le clou à l'entame du dernier quart d'heure.

On sait que ça va être difficile, on en a conscience, je le sais depuis le jour où m'a proposé de prendre l'équipe. On n'est pas inquiet car on sait qu'on est parti dans un marathon. Il est clair qu'il va falloir prendre des points en route pour obtenir ce maintien très difficile à obtenir pour beaucoup de réserves en France. Il y des réserves plus matures que d'autres. La nôtre est jeune, on le sait. Mais je ne suis pas inquiet parce qu'on sait ce qui nous attend. Les prochaines semaines, on va rentrer un petit peu de monde. On sait que quand les pros jouent le dimanche c'est difficile. Ghislain avait besoin de garder tout le monde concerné jusqu'au bout. Dans cette configuration-là c'est un petit peu plus compliqué pour nous mais ce n'est pas une excuse, on doit être capable quand même de faire de meilleurs matches que ce qu'on a fait, on doit mettre plus d'intensité et d'impact."

On ne change pas un groupe qui gagne !

17/08/2019
Image

Ghislain Printant a reconduit dans son intégralité le groupe victorieux samedi dernier à Dijon pour la réception de Brest programmée ce dimanche à 15h00 dans le Chaudron. Convoqué pour le déplacement en Bourgogne, Nadé est de nouveau présent. Saliba, Fofana et Honorat sont forfaits. KMP, Silva, Sissoko et Camara ne font pas partie du groupe.

Le groupe : Ruffier, Moulin, Vermot - Moukoudi, Perrin, Nadé, Trauco, Debuchy, Palencia - M'Vila, Aholou, Youssouf, Boudebouz - Diony, Khazri, Nordin, Bouanga, Beric, Hamouma.

N2 : Engloutis par Angoulême

17/08/2019
Image

Battue 1-0 à domicile par Les Herbiers le week-end dernier en ouverture du National 2, la réserve a été écrasée 4-0 par le promu Angoulême lors de la deuxième journée ce soir en Charente.

Après une première demi-heure intéressante au cours de laquelle Samy Baghdadi s'est procuré deux occasions, les Verts ont concédé en contre l'ouverture du score à la 34e minute puis le break cinq minutes plus tard d'une frappe en pleine lucarne. Etienne Green a encaissé deux autres buts après la pause, sur coup de pied arrêté à la 52e puis sur un contre à la 77e. Samy Baghdadi a eu entretemps une belle occase de sauver l'honneur mais le gardien stéphanois d'Angoulême Julien Chaumet a été décisif.

La compo : Green - Durivaux (Djile, 75'), Halaimia, Tshibuabua, Roubat - Valbon, Moueffek, Bengueddoudj (Petit, 55') - Sidibé (Calodat, 72'), Baghdadi, Rivera.

Les protégés de Razik Nedder devront relever la tête dans une semaine à L'Etrat contre Blois.

Castelletto se resserre

17/08/2019
Image

Dans la prochaine édition du quotidien Ouest-France, le défenseur central brestois Jean-Charles Castelletto évoque le match qu'il jouera demain après-midi à Geoffroy-Guichard. Extraits.

"Le premier vrai test, en quelque sorte, c’est ce dimanche à Saint-Étienne… Ça va être un peu plus compliqué que contre Toulouse, c’est à l’extérieur dans un très beau stade. Avec la ferveur qu’il y a dans le stade, ils seront poussés. Comme nous sur le premier match. Avec des publics comme ça, tu ne peux que faire de bonnes choses. L’année dernière, on avait une identité de jeu propre à Jean-Marc Furlan. Maintenant, c’est celle du coach. Il a su garder ce qui était bien chez Jean-Marc Furlan et amener sa patte. Défensivement, déjà, je pense qu’on est plus costaud. C’est plus dense au milieu. Sur le pressing, il y a un bloc beaucoup plus serré, on a moins de trous entre les lignes."

Aubame sévèrement Burnley

17/08/2019
Image

Aubame a encore sévi aujourd'hui contre Burnley ! L'ancien attaquant stéphanois, qui restait sur trois doublés contre les Clarets, ne leur a marqué cette fois qu'un but. Mais comme la semaine dernière chez Saint-Maximin, il a permis aux Gunners de l'emporter !

Brest en rade

17/08/2019
Image

Yoann court toujours derrière la victoire

 

L'agence de statistiques Opta nous rappelle aujourd'hui quelques stats qui ne demandent qu'à être confirmées demain après-midi :

- Sainté n’a jamais perdu en 11 réceptions de Brest en Ligue 1 (9 victoires, 2 nuls). Il n’y a que face au Red Star que les Verts ont disputé autant de rencontres à domicile dans l’élite sans s’incliner

- Brest reste sur 13 rencontres sans succès en Ligue 1 (2 nuls, 11 défaites) – sa dernière victoire dans l’élite remonte au 24 février 2013 sur le terrain de Bordeaux (2-0). C’est la plus longue série en cours dans l’élite

- L'ASSE n’a perdu aucun de ses 21 derniers matches à domicile contre un promu en Ligue 1 (15 victoires, 6 nuls), gardant sa cage inviolée à 15 reprises sur la période. Sa dernière défaite à Geoffroy-Guichard contre une équipe promue dans l’élite remonte au 3 mars 2012 (0-2 contre Evian TG)

- Le milieu de Brest Yoann Court est le joueur qui a disputé le plus de rencontres de Ligue 1 sans jamais connaître la victoire sur les 50 dernières saisons (26 – 8 nuls, 18 défaites).

Emile Robert, 98 ans et toujours vert !

17/08/2019
Image

Mis à l'honneur le 30 décembre 2017 par la Pravda Mag puis le 28 janvier 2018 par Canal + Sport, le doyen des abonnés du stade Geoffroy-Guichard Emile Robert s'est confié il y a quelques jours à Dessous de Verts. Extraits.

"J’ai vécu la naissance de l’ASSE mais aussi celle du stade Geoffroy-Guichard. A ce moment-là il y avait un terrain, une petite tribune. Il y avait une barrière et une piste cyclable. J’y allais, j’avais 12 ans, on s’appuyait sur la barrière. Je me souviens de certains joueurs de l’époque : il y avait le gardien Henric, les deux Anglais Pollard et Rivers. Il y avait aussi Boutet, Stevanovitch, Charbit, Polge, Beck…Je me souviens bien de tous ces grands joueurs. Il y avait peut-être 4000 ou 5000 spectateurs pas plus. Il y avait une la rambarde et la petite tribune Henri Point mais on n’était pas assis, c’était une butte. En face, il y avait juste la petite partie centrale d’une tribune. Sur la droite c’était couvert mais c’était aussi une butte. Et puis il y avait la fameuse cheminée qui crachait de la fumée.

Je suis un ancien Vert, j’ai joué mon premier match avec les professionnels en 1941. J’aurais dû jouer lors d’un déplacement à Nice. A cette époque-là, les remplacements ne se faisaient qu’avant le coup d’envoi. Après, c’était fini, si un joueur se blessait et sortait du terrain, l’équipe jouait à dix. Il y avait deux grands joueurs internationaux, Spechtl et Hes. Le match d’avant à Saint-Etienne, il s’étaient rentrés dedans tête contre tête. Ils étaient KO. Spechtl à l’entraînement est venu voir le directeur pour dire qu’il ne voyait pas clair et qu’il fallait me faire jouer. Il a finalement joué un quart d’heure avant de sortir, je suis resté sur le banc et on a joué à dix. J’ai ensuite été du déplacement à Alès, et j’ai joué contre Montpellier ici, on les a battus 3-1.

A l’époque, on ne se déplaçait pas en avion. On montait dans des wagons en bois. On mettait un temps fou pour descendre à Nice. Après le match, on repartait en train, on arrivait à minuit à Lyon. On n’allait pas dans un quatre étoiles, on allait dans la salle d’attente et on prenait le train qui partait vers 07h00. On arrivait une heure plus tard à Saint-Etienne. Les pros rentraient alors chez eux, et moi en tant qu’amateur fédéral j’allais au boulot ! Je suis allé seize fois avec les pros. J’ai joué deux fois Montpellier, Nice, Cannes, j’ai joué aussi des équipes comme Sète, Alès, Clermont mais ensuite j’ai dû partir malheureusement début mars 1943 au STO en Autriche. J’y suis resté 26 mois comme Fuchs, un ancien Vert, mon meilleur copain, décédé l’année dernière."

Petit poulet restera violet

17/08/2019

Convoité cet été, notre ancien petit poulet d'Abidjan Max Gradel s'est exprimé hier sur son avenir dans la ville rose lors d'une conférence de presse relayée par la Pravda :

"Je n'ai pas eu de propositions de grands clubs. Je ne vais pas vous mentir, sinon je ne serais pas là. J'aurais tout fait pour partir. J'ai eu des propositions d'Angleterre. Mais ce n'était pas des clubs qui font rêver. J'ai eu des propositions très intéressantes, en particulier financièrement. Mais le club a montré qu'il avait envie que je reste et ma famille se sent bien ici. Le club a mis les moyens en recrutant des joueurs de bon niveau. Je crois que ce sera une très belle année avec les joueurs qu'on a recrutés et les joueurs que nous avons déjà. Il y a un très très bon groupe."

Partager