home

Subotic out au moins six semaines ?

08/12/2018
Image

Comme Mathieu Debuchy, Neven Subotic sera indisponible au moins six semaines selon la dernière édition du Progrès. Extraits.

"Il a retrouvé ses pénates stéphanois ce vendredi. Sourire aux lèvres, l’arcade sourcilière droite décorée d’un pansement, il a été chaleureusement accueilli par ses coéquipiers et le staff à L’Etrat dans la matinée (...) Désormais, l’international serbe va devoir observer une période de repos qui a été estimée à six semaines mais pourrait être plus longue selon l’évolution de sa blessure. Sa gravité impose de suivre un protocole commotion mis en place par la LFP depuis quelques années pour éviter tout problème post-traumatique. Son retour à l’entraînement puis à la compétition ne sera possible qu’avec l’accord de médecins spécialisés en neurologie mandatés par la LFP. Subotic en a consulté un ce vendredi après-midi à Clermont-Ferrand pour juger de son état. Dans ce marasme défensif, le retour de Loïc Perrin, qui s’est montré très appliqué et impliqué lors de l’entraînement est un rayon de soleil."

Y'a Paquet l'argent qui compte

08/12/2018
Image

La Pravda a publié aujourd'hui un papier consacré à la politique de recrutement dans les centres de formation de L1. Pas mal de clubs y consacrent plus de moyens humains qu'à l'ASSE.

"Tous les clubs, même ceux dont le budget est limité, ont constitué des cellules de recrutement destinées exclusivement à la formation. La plus importante se trouve au LOSC, avec dix-neuf salariés : "Il y a des gens à plein temps, d'autres à temps partiel", explique Da Cruz. Pour cette tâche, Lyon s'appuie sur quatorze personnes, Paris sur douze, Monaco sur onze, Nantes sur dix. "On est trois sur les Pays-de-la-Loire, détaille Matthieu Bideau, responsable du recrutement chez les Canaris, un en Bretagne, un en région Centre, et cinq en Île-de-France. Tous ont signé des CDI." Bordeaux utilise des auto-entrepreneurs. "On doit être clean, dit Stopyra. On est souvent contrôlés." Reims et Nîmes possèdent les cellules les plus petites de la Ligue 1, avec quatre personnes, dont une à plein temps pour les Champenois."

Le DG de l'ASSE Frédéric Paquet souligne que la cupidité de l'entourage familial des joueurs ciblés est mal vue à Sainté.

"Quand on s'aperçoit que les parents s'intéressent très rapidement ou trop rapidement à l'argent, on ne va généralement pas au bout de la discussion."

Contre Marseille à la Saint Marcel ! (2)

07/12/2018
Image

Comme l'avait laissé entendre son DG dans la Pravda du jour, la LFP a officiellement reporté au mercredi 16 janvier le match Sainté-Marseille programmé initialement demain soir (l'horaire restant à déterminer). Pour rappel, les Verts accueilleront quatre jours plus tard les vilains en match de clôture de la 21e journée.

Debuchy out au moins six semaines !

07/12/2018
Image

Sorti sur blessure avant-hier soir à Bordeaux, Mathieu Debuchy souffre selon le site officiel d'une entorse interne de la cheville gauche qui le rendra indisponible "au moins six semaines". Reste à savoir si le  numéro 26 des Verts sera rétabli pour les deux chocs olympiques.

Le derby U17 diffusé par les vilains

07/12/2018
Image

Sur leur site officiel, les vilains annoncent que le derby des U17 nationaux qui opposera les Verts aux banlieusards ce dimanche (14h30) à Aimé Jacquet sera à suivre en direct sur sur le compte facebook de l'OL et sur OL TV. On aura noté que les petits vilains seront co-entraînés par Jérémy Berthod (photo), l'idiot qui s'était réjoui de l'attentat de Corentin Tolisso sur Fabien Lemoine le 5 février 2017. Nul doute que les supporters stéphanois présents à L'Etrat sauront lui réserver l'accueil qu'il mérite !

Maupay parti pour rester en Angleterre

07/12/2018
Image

S'il a perdu la tête du classement des buteurs de Championship depuis que Lewis Grabban (coéquipier d'un Saidy Janko encore abonné au banc de Notthingham Forest) a réalisé un doublé contre Ipswich le 1er décembre, Neal Maupay a déjà claqué plus de pions cette saison en championnat (13) qu'il ne l'avait jamais fait sur une saison entière (12 la saison passée et 11 avec Brest la saison précédente). Dans un entretien accordé à l'AFP et publié par Libération, l'ancien attaquant stéphanois affiche son envie de prolonger son aventure Outre-Manche. Extraits.

"Je me sens très bien. Je suis en forme, en confiance, je marque des buts. Au niveau du club, on est dans le dur, on a perdu énormément de matches sur les deux derniers mois. On a besoin de redresser la barre. En octobre, Dean Smith est parti à Aston Villa. Je n’étais pas préparé à ça. Je savais que les entraîneurs pouvaient se faire virer rapidement ici. Mais de là à voir un coach quitter un club, pour rejoindre un club rival de la même division après deux mois dans la saison... C’est fou ! Cela a été dur à encaisser mais, ici, il n’y a pas le temps de gamberger. Il y a tellement de matches ! L’année dernière, sans jouer tous les matches, j’étais fatigué.

Quand tu signes ici, on te dit que tu joues tous les trois jours, que c’est physique mais tu n’es pas préparé à ça. Il faut un temps d’adaptation. Après, c’est une opportunité énorme: on perd un match, on n’a pas le temps d’être dans le doute, trois jours après on rejoue. Et ça c’est génial. Ici les défenses sont rudes, solides. En France, il peut y avoir des défenseurs centraux grands et costauds mais la différence, c’est que c’est assez facile d’obtenir des fautes. Ici, plus tu te laisses tomber, moins tu en auras. Les défenseurs le savent et n’hésitent pas à te rentrer dedans. Au début, j’ai fait «Wow». Il faut vraiment être prêt physiquement, sinon tu ne joues pas dix matches dans l’année. J’aime ce défi physique et ces duels.»

Après mon prêt à Brest, le coach de Saint-Etienne de l’époque m’a dit qu’il comptait sur moi mais que je n’étais pas dans ses premiers choix. Je me suis dit que j’avais 20 ans et que j’avais besoin de jouer. Brentford est le club qui me voulait le plus, ça m’a motivé. Après, ce n’était pas un choix évident, car on ne connait pas bien ce championnat. Je suis quelqu’un de discret. Je ne cherche pas la médiatisation. Quand j’étais en France, moins on parlait de moi, mieux j’étais. Mais comme j’ai commencé jeune, on attendait beaucoup. Au début ici, les gens ou les journalistes ne me connaissaient pas, donc il n’y avait pas beaucoup d’attentes. J’ai moins eu de pression. Cala m’a fait du bien de changer de pays.»

Je suis aussi venu pour relancer votre carrière, je pense que c’est en bonne voie. Je n’ai pas eu le développement normal. Tout le monde attendait de moi que j’explose directement, car j’ai commencé à 16 ans à Nice. Mais le monde professionnel, ce n’est pas si facile que ça. Il m’a fallu du temps pour assimiler tout ça, peaufiner mon jeu et devenir un homme. Tout simplement. J’aime l’état d’esprit des joueurs ici. Sur le terrain, ils donnent tout, à 100%. Il n’y a pas d’état d’âme. Tout le monde se bat pour les autres. J’avais besoin d’être dans une équipe qui me ressemble, parce que je donne tout. Ici, il les joueurs sont prêts à tacler avec la tête. J’adore !"

Je pense à la Premier League, bien sûr. Je ne veux pas me mettre des barrières. Quand je suis venu en D2, j’avais pour objectif de monter avec Brentford ou de jouer en Premier League. Je marque des buts, alors il y a des rumeurs. Mais je veux bien finir la saison avec Brentford. Et après on verra. Reveni en France ? Cela dépend aussi des propositions. Mais ici, je me suis trouvé. Je suis épanoui. Ici, la vie, le football, la mentalité me plaisent. J’ai connu la L1, la L2 mais c’est ici que je m’épanouis le plus. J’adorerais rester en Angleterre."

Les Amazones se renforcent

07/12/2018

Le site officiel nous apprend que l'Américaine Courtney Strode qui évoluait en deuxième division Suédoise au KIF Orebro s'est engagée avec le club jusqu'à la fin de la saison. Cette saison l'attaquante internationale U20 a marqué à 12 reprises et a délivré 10 passes décisives. Il s'agit de la 6ème recrue des Amazones cette saison. Elle sera qualifiée à partir du 1er janvier 2019. Son adaptation devrait être facilité par la présence dans l'effectif de sa compatriote Américaine Mallaury Geurts.

Contre Marseille à la Saint Marcel ?

07/12/2018
Image

Dans la Pravda du jour, le DG de la LFP Didier Quillot évoque les reports de plusieurs matches de la 17e journée de L1 dont le Sainté-Marseille programmé initialement ce dimanche.

"A quelle date pourront-être jouées ces rencontres ?Selon les règlements, c'est à la première date disponible, en l'occurrence le 16 janvier. La commission d'organisation des compétitions se réunit ce vendredi et va décider quand elle fixe les matches. Le 16 janvier le PSG est en stage au Qatar ? Un club peut toujours solliciter une dérogation exceptionnelle auprès du bureau de la Ligue. C'est lui qui déciderait dans ce cas-là. Un bureau peut se tenir via une réunion téléphonique."

Après leur week-end galette-saucisse du 12 janvier à Guingamp, les Verts devront donc très probablement griller de la sardine juste avant de manger des quenelles, le derby étant déjà fixé au dimanche 20 janvier en match de clôture de la 21e journée de L1.

Le mercato impacté selon Paquet

07/12/2018
Image

Dans Le Progrès du jour, Frédéric Paquet laisse entendre que les blessures en défense vont impacter le mercato hivernal des Verts.

"Le coach va avoir des maux de tête. Ces deux blessures à Bordeaux, c’est une donnée supplémentaire. On a de jeunes joueurs, il faut l’accepter. C’est ça le choix d’avoir fait un groupe restreint. Tant qu’on peut remplacer, c’est déjà bien. Là, on commence à être un peu juste. Le mercato, c’est un travail qui va se faire de façon sereine, cohérente avec Jean-Louis, les actionnaires et la direction sportive. On a des rendez-vous prévus dans le courant du mois. On va voir ce que l’on peut et ce que l’on veut faire."

Roby pas clément (turpin) avec Willy et Wahbi

07/12/2018
Image

Le Sphinx revient sur la défaite des Verts à Bordeaux dans la dernière édition du Progrès. Extraits.

"C’est vrai qu’il y a une main de Saliba. Est-elle volontaire ? Probablement pas. Mais ce geste interrompt la trajectoire d’un ballon qui aurait pu bénéficier à l’adversaire. Je trouve que les footballeurs, aujourd’hui, jouent toujours avec les bras décollés. Ils gesticulent tous, ils déploient leurs bras. À partir de là, les penaltys vont devenir de plus en plus fréquents. Dans toute ma carrière, je n’ai jamais rencontré un problème de ce genre. Je sautais à la verticale et mes deux bras étaient collés le long de mes hanches. Ça ne bougeait pas.

L’accrochage sur Khazri ? Je trouve qu’il tombe facilement et qu’il en rajoute pas mal. Dans l’ensemble, il me semble malgré tout que Clément Turpin s’est montré plus indulgent avec les Bordelais qu’avec les Verts. Un joueur comme Khazri peut énerver parfois et cela incite peut-être du coup l’arbitre à se montrer plus sévère. À mon époque, je faisais aussi quelques petites réflexions de temps en temps aux arbitres. Je passais à côté d’eux et je leur disais “Ah ce n’est pas la grande forme aujourd’hui”.

Roro n'était pas chaud

07/12/2018
Image

Dans la Pravda du jour, le préfet de la Loire Evence Richard explique pourquoi le Sainté-Marseille programmé initialement ce dimanche soir a été reporté.

"La première des raisons qui m'ont incité à prendre cette décision est en lien avec le climat actuel de violence, qui ne fait que croître à Saint-Étienne : samedi, nous avons eu des manifestations assez violentes avec les gilets jaunes, et ce jeudi matin , plusieurs centaines de lycéens ont causé pas mal de dégâts dans la ville. Ensuite, alors que jusqu'à présent on s'attendait à n'avoir à gérer qu'une manifestation de gilets jaunes samedi, on en aura également une dimanche matin puis une lundi matin. Si elles se passent mal, je ne me voyais pas imposer en plus aux forces de police la prise en compte de ce match, surtout après la défaite de l'ASSE à Bordeaux. Ce qui m'a décidé, c'est un entretien avec le président Romeyer. Les matches entre l'ASSE et Marseille ont souvent donné lieu à des débordements mais à cause du résultat de mercredi, les ultras pourraient être violents.

Le président stéphanois m'a fait part de sa certitude qu'on aurait des difficultés à gérer ce match. Ça faisait beaucoup... Pour ASSE-OM, on avait demandé deux unités de forces mobiles (entre 120 et 150 hommes) et on avait également mobilisé nos effectifs locaux (entre 40 et 60 hommes).  Pour les matches de L 1, la gendarmerie met aussi entre cinq et dix réservistes à notre disposition mais ce n'est pas considérable, sachant qu'il faut sécuriser le stade et ses abords contre la menace terroriste, escorter les équipes, surveiller les supporters... La grande difficulté, c'est que si on fait travailler les policiers le matin de 8 heures à midi, c'est difficile après de leur dire : "Revenez à 20 heures, ça va encore chauffer !" Il faut en plus assurer la police-secours et un minimum de sécurité publique dans la circonscription.."

Neven, zelim ti brz oporavak ! (2)

07/12/2018
Image

La Pravda du jour nous donne des nouvelles de Neven Subotic, qui devra patienter de longues semaines avant de rejouer. Extraits.

"Après avoir passé une nuit en observation au CHU de Bordeaux, chaperonné par Fabrice Di Natale, l'intendant adjoint de l'ASSE resté en Gironde, Subotic a subi un scanner de contrôle rassurant, hier, en fin de matinée. L'impact a été tellement violent qu'il garde la trace du traumatisme. Si les examens cliniques ont confirmé une contusion du cortex cérébral, ils ont toutefois écarté toute hémorragie interne, comme tant redouté au départ. Le défenseur international serbe a ainsi pu regagner son domicile stéphanois en avion en fin de journée, jeudi.

Subotic n'est pas près de retrouver les terrains pour autant. Le protocole mis en place par la LFP depuis le 4 février 2015 à propos du suivi des commotions cérébrales se révèle contraignant. La décision de reprise d'un joueur n'appartient plus au médecin du club mais à un neurologue ou à un neurochirurgien possédant l'agrément de la Ligue. Subotic a été ausculté par l'un d'entre eux lors de son arrivée aux urgences de Bordeaux, mercredi soir. En concertation avec Tarak Bouzaabia, le médecin de l'ASSE, il a donné son aval pour sa sortie, hier après-midi.

Il appartiendra donc désormais à un spécialiste du cerveau basé à Clermont-Ferrand ou à Lyon de décider de la date du retour à la compétition de Subotic. Pour mémoire, Vincent Pajot, désormais à Angers après avoir évolué chez les Verts, mis K.-O. sur la pelouse à la suite d'un coup de pied involontaire dans la figure de Nicolas Saint-Ruf lors de Bastia-ASSE, avait dû patienter huit semaines avant de pouvoir effectuer son retour sur une pelouse de Ligue 1."

On est trop gentil selon Fousseni

06/12/2018
Image

Sur le plateau de TL7, Fousseni Diawara a fustigé ce soir l'arbitrage de Clément Turpin et déploré la réaction trop molle du DG de l'ASSE.

"Ce n'est pas un hasard, ça ! Moi je regarde la réaction de Paquet. Il est grand, costaud mais on est gentil dans ce club, on est trop gentil, je suis désolé ! Ce n'est pas possible ! On ne se fait pas respecter. Il faut monter au créneau ! On va prendre l'exemple du meilleur, Jean-Michel Aulas. A chaque fois qu'il y a un problème à Lyon, Lyon se fait respecter. Combien de penaltys sont sifflés pour Lyon ? Combien de fois on revient sur des décisions, sur des suspensions... A Lyon, ça fonctionne ! Il faut que nos dirigeants se fassent respecter. Il est trop gentil Paquet, il faut monter au créneau ! Il faut taper du poing sur la table !

Les plus puissants profitent de la VAR, les décisions vont souvent dans leur sens, que ce soit les joueurs ou les clubs, on l'a vu avec Cristiano Ronaldo lorsqu'il a mis un coup de poing à un joueur, il a pris un carton jaune. Il y a deux poids, deux mesures. Les arbitres abusent. Clément Turpin, à force de dire que c'est le meilleur arbitre en France, il va faire deux ou trois matches de Ligue des Champions par mois et il revient avec un melon pas possible...  Aujourd'hui les arbitres français ont le boulard. Clément Turpin a pris des décisions contre l'ASSE hier, c'est clair et net ! Il faut le dire et il faut taper du poing ! Sinon ça va continuer jusqu'à la fin de saison, on va savoir qu'à Saint-Etienne, on ne dit rien..."

Sidibe et Tshibuabua défaits par la Squadra

06/12/2018
Image

Nettement battus par les petits Bleus avant-hier, les U17 de la Squadra Azzurra ont pris leur revanche (2-1) à la mi-journée sur le terrain Michel-Platini de Clairefontaine. Titulaire mardi, l'ailier Abdoulaye Sidibe a remplacé le Rémois Nathanaël Mbuku à la 63e minute. Resté sur le banc lors de la première manche de cette double confrontation, l'athlétique Marvin Tshibuabua (photo) a cette fois joué l'intégralité de la seconde période.

L'infirmerie se remplit

06/12/2018

Le club vient de communiquer sur l'absence des blessés. Petit bilan :

- Mathieu Debuchy doit passer des examens complémentaires.

- Malheureusement, Romain Hamouma prend un nouvel abonnement à l'infirmerie. En effet, il souffre d’une entorse acromio-claviculaire et devrait être absent cinq semaines environ.

- Gabriel Silva souffre d'une lésion du long adducteur droit et devrait être absent quatre semaines environ.

- Les nouvelles sont rassurantes pour Neven Subotic. Un scanner de contrôle a été réalisé et les résultats sont rassurants. Le défenseur Serbe devait rentrer aujourd'hui dans le Forez en compagnie d'un intendant du club.

Ne plus pouvoir voir Turpin en peinture ?

06/12/2018

Après sa performance remarquée d'hier, les avis sur Clément Turpin sont légion.

Avare en VAR pour les verts, il a doublement sollicité la TV du camion pour accorder un pénalty aux bordelais et sauvé de l'exclusion Younousse Sankharé en transformant son rouge en jaune (une première !) , 

Les qualifications d'ordre ornithologiques fleurissent sur notre forum, où même l'éventualité par le club de récuser un arbitre est évoquée.

Le Lions de la Pravda décrit un "arbitre spectacle de cette partie, (...) sauvé deux fois par le VAR".

Wahbi Khazri déplore l'appel à la vidéo à sens unique : "Je vais seul au but, va au moins voir l'action, après tu te fais ton idée (...) Fais tout bien pour tout le monde ou fais rien pour tout le monde".

Timothée Kolodziejczak rappelle quant à lui le devoir de pédagogie des arbitres "Ce serait bien parfois que les arbitres s’expliquent quand ils font des choses comme ça".

Clément Turpin semble pourtant à l'aise dans la communication, il s'était livré à cet exercice en public il y a seulement quelques semaines. En termes de trait d'esprit, il n'avait pas été parcimonieux à Parcieux (au nord de la banlieue), comme nous l'indiquait alors le Progrès :

«Un arbitre, c’est tout sauf un radar automatique (...) L’arbitrage, c’est être en permanence dans l’anticipation (...) Le grand truc aujourd’hui, c’est de faire croire à un manque de personnalité des arbitres français. Ca me fait sourire, et sourire, j’aime bien. »

Il termine sur une justification passe-partout : « Il y a un seul endroit dans le football où on ne fait jamais d’erreur, c’est dans FIFA 2017. ». Nous pouvons toutefois l'enjoindre à mettre à jour son logiciel à la version 2019, formation continue oblige.

ASSE - Sardines reporté !

06/12/2018

La Ligue qu'on adule (sic) nous informe via son site internet que le match ASSE - OM initialement prévu le dimanche 9 décembre a été reporté à la demande de la Préfecture de la Loire. La commission des compétitions de la Ligue se réunira pour fixer une autre date. Trois autres rencontres de la 17ème journée ont également été reportées : Paris - Montpellier, Toulouse - Lyon et Monaco - Nice.

Paquet remonté

06/12/2018

 

A l'issue du match d'hier, Frédéric Paquet, le Directeur général de l'ASSE était particulièrement remonté par rapport aux décisions arbitrales et à l'utilisation du VAR : "La VAR, c'est très bien, moi, je ne reviens pas là-dessus. La seule chose, c'est que, un, elle soit bien utilisée. Très honnêtement, on ne peut pas dire que la main est volontaire, ce n'est pas possible. Je suis désolé. Et deux, il faut l'utiliser pour tout le monde et quand il y a faute sur Wahbi....il y a faute ! On ne peut pas l'utiliser une fois sur deux. Voilà, c'est cela qu'on reproche. Il faut continuer avec la VAR mais il faut vraiment l'améliorer dans la pertinence des décisions, et dans le fait qu'elle doit être équitable pour tout le monde. C'est clairement la déception qui l'emporte. Même avec un match nul, on aurait été déçus, mais alors avec la défaite...C'est comme ça. On est encore plus affectés car on a perdu deux joueurs. Neven est à l'hôpital en soins et on va en savoir un peu plus aujourd'hui. A priori, il n'y a rien de grave pour lui, mais on va attendre de savoir ce qu'il va en être. Et on verra ce qu'il va arriver pour Mathieu. Ce n'est vraiment pas une bonne soirée, très clairement."

Eric Bedouet lucide et modeste

06/12/2018

 

Dans Sud-Ouest, Eric Bedouet, le coach girondin, la joue modeste, avouant que la victoire bordelaise est heureuse et que le match a été curieux : "Ce n’était pas facile, face à une belle équipe qui aurait mérité le même sort que nous. On voit que dans les matches répétés... il y a beaucoup de casse. C’est dommage, cela aurait été bien d’avoir un calendrier un peu plus intelligent pour voir un peu plus de spectacle. Même si là, cela n’a pas empêché les deux équipes de marquer cinq buts. Saint-Étienne a joué à fond, nous on a été au bout de nous-mêmes, mais cela va se payer un jour, j’espère pas trop rapidement. Cela a été un match curieux. 

En 2ème mi-temps, on n’était pas bien, sur le banc c’était insupportable car on voyait tous les défauts, et après ça repartait. Ça a basculé de notre côté, ça aurait pu basculer du leur. On est une équipe avec du caractère, ça c’est bien, on n’est jamais battu. Cela fait trois matches que l’on fait en six jours : deux victoires (contre le Slavia Prague et Saint-Étienne), un nul (contre Paris), on ne peut pas espérer mieux."

Le Gaulois Gasset

06/12/2018

Jean-Louis Gasset était évidemment très amer après la défaite d'hier soir, ainsi que le relate La Pravda"C'est une soirée cauchemardesque pour nous. Perdre deux cadres (Neven Subotic et Mathieu Debuchy) en défense alors que déjà il nous en manque deux. On a perdu nos quatre défenseurs en 15 jours. On a fini avec une défense très expérimentale, avec un gamin de 17 ans et Monnet-Paquet arrière droit. Mais la sensation que j'ai dans ce match bizarre, c'est que rien n'était pour nous. Toutes les décisions étaient contre nous. J'en ai déjà vécu quelques-unes comme ça où on a la sensation que le ciel nous tombe sur la tête. Mais ce soir c'était dur. C'est dur de voir ses joueurs se battre, bien jouer au football, mettre l'état d'esprit, se créer des occasions, marquer deux buts à l'extérieur et ne pas ramener un résultat positif, c'est très difficile."

Non Neven, t'es pas tout seul

06/12/2018

 

Le Borussia Dortmund, l'ancien club de Neven Subotic  n'a pas tardé à réagir après sa blessure  et a rapidement manifesté son soutien au défenseur stéphanois.

De même le FSV Mayence, où Neven avait débuté, a répondu à un tweet de l'ASSE.

Saliba se projette déjà

06/12/2018

William Saliba, entré en jeu pour remplacer Neven Subotic, blessé, affichait, au micro de France Bleu Saint-Etienne, sa déception, sans toutefois s'en prendre à l'arbitrage, mais se projetait déjà sur le match de dimanche prochain contre l'OM : "On a très bien joué. Le premier but, c'est un peu un cafouillage. Le deuxième, ce n'est pas de chance, car la balle touche ma main, mais c'est involontaire de ma part. Cette défaite fait très mal car on a très bien joué. On aurait pu tuer le match. A la fin, j'ai manqué de jus sur les derniers mètres. Ce match sera une bonne expérience pour la suite. Il faut enchaîner les victoires, être plus constant. Je pense qu'il y a penalty sur Wahbi, mais c'est le choix de l'arbitre. Maintenant il faut gagner dimanche." 

Neven, zelim ti brz oporavak !

06/12/2018
Image

La Pravda du jour revient sur la blessure de Neven Subotic, violemment percuté au niveau de la tempe droite par le genou droit de Stéphane Ruffier sur une sortie aérienne de ce dernier hier à la 22e minute.

"Inanimé et le visage en sang, le défenseur central est resté six minutes allongé dans sa surface de réparation avant d'être évacué sur une civière, la tête bloquée dans un casque médical, au CHU de Bordeaux. "Il va y rester en observation, il a pris un gris coup sur la tête et notre docteur a dit qu'il valait mieux qu'il y reste deux ou trois jours" explique Jean-Louis Gasset. Subotic a été victime d'un traumatisme cranien avec perte de connaissance.

"Cela nous a fait très mal de le voir sortir, comme ça, en sang" raconte William Saliba, qui l'a remplacé au pied levé. Subotic n'a pas été le seul Stéphanois à quitter le terrain précipitamment. Mathieu Debuchy s'est blessé à son tour à la cheville gauche dans un duel aérien avec Poundjé. "J'espère qu'il ne s'agit que d'une entorse" a lâché, guère convaincu, Gasset. Son latéral droit passera des examens complémentaires dans la journée.

L'optimisme n'était pas de rigueur hier soir. Les Verts risquent ainsi de se retrouver privés de deux de leurs défenseurs majeurs d'ici la fin de l'année. Mais Loïc Perrin a recommencé à courir et il devrait pouvoir reprendre l'entraînement collectif ces jours-ci. Ce ne sera pas le cas de Romain Hamouma. Victime d'une disjonction acromio-claviculaire de l'épaule droite lors de la première période face à Nantes, le milieu droit devrait toutefois pouvoir éviter l'opération."

Khazri et Kolo VAR de rage

06/12/2018
Image Image

L'arbitrage met en rage deux joueurs de l'ASSE dans la dernière édition du Progrès.

Wahbi Khazri : "Il y a des situations de jeu où il faut avoir un minimum de QI football pour s’en servir. La main, il est à deux mètres, il n’a pas le temps de l’enlever. Aucun joueur ne réclame le penalty. Il n’y a que l’arbitre qui s’invente une vie d’aller voir le truc. Il faut être juste des deux côtés. L’arbitre arrive aussi à enlever un carton rouge à un mec qui est déjà chez lui. Et il n’a pas la force de faire 100 mètres pour aller voir s’il y a une faute quand je file seul au but. Il y a clairement faute sinon je suis en 1 contre 1 avec Benoït. L’arbitre doit au moins aller voir la VAR, après il se fait son idée. Il y a carton rouge et coup franc dans les 18 mètres. Moi, il me met un carton jaune facilement et, en plus, il en sourit. Ils font ce qu’ils veulent et nous, il vaut mieux ne rien dire sinon on est convoqué. Il ne faut pas tout remettre en question. Les arbitres sont bons. Mais, je le répète, il faut faire marcher un minimum le cerveau. C’est dommageable car on bosse. On se fait chier toute la semaine à faire beaucoup d’efforts et on n’est pas récompensé à cause de cela."

Timothée Kolodziejczak : "On nous a mis des bâtons dans les roues. C’est dur à avaler. On a deux blessés en première mi-temps, ça nous fait mal. Cela nous a perturbés même si William est bien rentré, Kévin aussi. Après, on siffle un penalty en notre défaveur. Je ne sais pas pourquoi. On a essayé de revenir au score. Il y a eu des faits de jeu un peu bizarres. Ce serait bien parfois que les arbitres s’expliquent quand ils font des choses comme ça. Sur Wahbi, je pense qu’il y a faute et il ne demande pas la VAR. Soit les arbitres sont un peu plus précis dans les semaines à venir, soit ils arrêtent car là ça devient n’importe quoi. On est énervé. C’est frustrant."

 

 

La soirée avait pourtant bien commencé

05/12/2018

Plombés par des blessures et de contestables décisions arbitrales, les Verts ont concédé une défaite rageante à Bordeaux.

Sauvés par le poteau dès la 5e minute sur un tir de Youssouf Sabaly, les Stéphanois ont ouvert le score à l'entame du second quart d'heure grâce à Loïs Diony suite à une remarquable percée de Rémy Cabella. Le vilain Briand a profité du téléscopage entre Stéphane Ruffier et Neven Subotic pour égaliser d'une frappe toute pourrie. Déstabilisés par la sortie sur civière avec une minerve de leur international serbe, les Verts ont perdu cinq minutes plus tard Mathieu Debuchy, touché à la cheville.

Après que Yannis Salibur a raté une énorme occasion de redonner l'avantage à Sainté en début de seconde période sur un caviar de Pierre-Yves Polomat, les Girondins ont bénéficié d'un généreux penalty grâce à la VAR sur une main de William Saliba à l'intentionnalité plus que douteuse. Etonnamment, la VAR n'a pas été utilisée sept minutes plus tard quand Wahbi Khazri a été retenu par Pablo en position de dernier défenseur. Le numéro 10 des Verts a tout de même réussi à égaliser à la 67e suite à un tir de Rémy Cabella.

Après avoir expulsé Younousse Sankaré à l'entame du dernier quart d'heure pour un geste d'humeur sur Ole Selnaes, Clément Turpin s'est aussitôt déjugé à l'aide de la VAR décidément pas avare. Les Girondins ont arraché la victoire à la 90e sur un corner repris par Pablo, plus prompt que William Saliba devant un Stéphane Ruffier resté scotché sur la ligne... Restant sixièmes, les Verts ne profitent donc pas des défaites concomitantes de Marseille à Nantes et des vilains contre Rennes.

Trois'hérault pour Elogo

05/12/2018
Image

L'ancien réserviste stéphanois Arsène Elogo (24 ans) a marqué hier soir le 3e but de la victoire (3-0) de Grenoble à Béziers lors d'une 17e journée de L2 marquée également par la lourde défaite (3-0) du Clermont Foot de Franck Honorat (titulaire) sur le terrain du Paris FC de Dylan Saint-Louis (resté sur le banc).

Abdoulaye a étalé l'Italie

05/12/2018
Image

L'équipe de France U17 a battu l'Italie 3-0 hier lors d'un match amical disputé au stade Pierre-Pibarot de Clairefontaine. Titulaire à un poste d'excentré droit dans un 4-4-2, Abdoulaye Sidibe n'a pas marqué mais il a rendu une belle copie avant de céder sa place à l'heure de jeu. Resté sur le banc, son athlétique coéquipier stéphanois Marvin Tshibuabua devrait avoir du temps de jeu demain en fin de matinée, toujours contre la Squadra Azzurra à Clairefontaine mais cette fois sur le terrain Michel-Platini.

Tholot fan de Khazri

05/12/2018
Image

Dans la dernière édition du quotidien Sud-Ouest, l'ancien attaquant des Verts et des Girondins Didier Tholot ne tarit pas d'éloges sur le numéro 10 des Verts.

"Wahhi Khazri se déplace bien dans les intervalles, dans la profondeur. Il est capable de se faire oublier. Et il est très adroit devant le but. Il joue dans un rôle où il n’est ni attaquant, ni joueur excentré. On ne peut pas définir de plan en début de match. C’est un joueur imprévisible qui sait très bien se placer. Quand il joue sur la droite, il surgit derrière les axiaux en profitant des ballons de M’Vila. L’attaquant des Verts est aussi très efficace sur les coups francs indirects, témoin cette balle qu’il a offert à Mathieu Debuchy face à Reims. Sur le but contre son camp de Toulalan, l’an passé à Rennes, il avait tenté un tir direct sur un coup franc excentré qui ressemblait à un petit corner. Il a un don mais il a aussi beaucoup travaillé. Il est capable de frapper très fort. Et le ballon descend très vite. Khazri est dangereux quand il entre à l’intérieur. Dans ce cas, il faut l’obliger à aller sur les côtés. Si on lui bloque l’intérieur, c’est plus compliqué pour lui."

Kalu et Plasil dispensés

05/12/2018

 

L'un (Plasil) était titulaire dimanche soir. L'autre (Kalu) l'a remplacé à la 69ème minute. Les deux comptent 8 titularisations depuis le début de saison et sont abstents du groupe bordelais qui affronte les Verts ce soir (19h).
Blessé à la cheville dimanche, Yann Karamoh, ex-futur vert, est, lui, bien dans le groupe de 19 convoqué par Ricardo.

Pas obsédé, Ole doit se dépuceler

05/12/2018
Image

S'il n'a toujours pas trouvé le chemin des filets en 83 matches officiels disputés sous le maillot vert, Ole Selnaes n'en fait pas une fixette dans Le Progrès du jour.

"Pour être honnête, je ne suis pas obsédé par le fait de marquer. Cela n’a jamais été ma qualité première. Mais je dois quand même reconnaître que cela fait trop longtemps que je n’ai pas marqué en club. J’espère que ce sera le cas cette saison. Quand je reçois un ballon, ma 1re pensée c’est toujours de le transmettre, de faire une bonne passe. C’est encore arrivé contre Reims lorsque j’ai servi Wahbi au lieu de tenter ma chance."

Mais dans le même quotidien, son entraîneur l'incite à la mettre enfin au fond.

"Même s’il a progressé, il a encore une marge. Le fait de jouer avec Yann lui permet de se transférer. Il faut qu’il arrive à faire plus de passes décisives. Dans l’orientation du jeu, quand il est plus haut, il doit être le bidon d’huile. Mais surtout il doit marquer, nous décanter des situations. Il doit tirer de loin. Il a une belle frappe. Il tire bien les coups de pied arrêtés et doit augmenter son niveau. C’est déjà beaucoup mieux dans la récupération du ballon."

Partager