Roux marque au Roazhon Park

23/02/2020
Image
 

Nolan Roux a marqué ce dimanche au Roazhon Park le but le plus rapide en Ligue 1 cette saison après seulement 34 secondes de jeu.

Mais les barragistes nîmois, réduits à dix suite à l'expulsion de leur capitaine Anthony Briançon à la 53e minute, ont fini par s'incliner et comptent désormais trois points de retard sur les Verts avant d'accueillir l'OM de Dimitri Payet vendredi prochain en match d'ouverture de la 27e journée.

La fierté de Moulin

23/02/2020
Image
 

Jessy Moulin, qui avait gagné 1-0 les deux matches de L1 qu'il avait joués cette saison (contre les vilains et chez les Crocodiles), a failli rééditer cette performance avant d'encaisser le péno égalisateur des Rémois à la 94e minute. Mais le numéro 30 a positivé en zone mixte à l'issue de la rencontre comme le rapporte Le Figaro.

"La préparation était particulière, j’essaie d’être présent et de faire ce qu’on attend de moi. Je suis fier de jouer et content d’être sur le terrain. On n’a pas pris de but dans le jeu, on a été plutôt solides. On a pris un coup derrière la tête, mais on a retrouvé quelques valeurs qui nous avaient manqué ces derniers temps."

Jessy apte pour le derby

23/02/2020
Image
 

Comme le rapporte l'AFP, Claude Puel a répondu aux questions sur Stéphane Ruffier en conférence de presse à l'issue du match nul contre Reims.

"Il faut préparer le derby. Je ne pense pas qu'il y ait de nouveau venu dans l'équipe. Je suis satisfait de la performance de Jessy Moulin. C'est un excellent gardien. Nous avons la chance d'avoir deux très bons gardiens. Je suis satisfait des deux, satisfait de Jessy, satisfait du match qu'il vient de jouer. Je pense qu'il est apte à jouer le derby.

Est-ce que Stéphane pourrait revenir dans le groupe rapidement ? Je n'en sais rien. Je me concentre sur ceux qui sont présents là, qui sont dans un collectif et dans des dispositions à tout donner pour l'équipe, c'est tout, et quels que soient les joueurs.

Les propos de Patrick Glanz ? C'est regrettable pour Stéphane de s'entourer de la sorte, tout simplement. C'est son problème, sa responsabilité. C'est regrettable d'être entouré par cet individu. Il n'y a pas grand chose d'autre à commenter, cela n'en vaut pas la peine."

Capitaine Debuchy

23/02/2020
Image
 

En l'absence de Loïc Perrin et de Stéphane Ruffier, c'est Mathieu Debuchy qui a hérité du brassard de capitaine aujourd'hui à l'occasion de son 300e match en Ligue 1.

 

Crédit photo : AFP

Sainté coince contre Reims

23/02/2020
Image
 

Les Verts, qui restaient sur une série de quatre défaites consécutives en Ligue 1, ont concédé sur le fil un match nul cet après-midi dans le Chaudron.

Timorés en première période mais plus entreprenants après la pause, les Stéphanois ont ouvert le score à la 73e minute sur un centre de Franck Honorat repris de la tête par Denis Bouanga. Mais les visiteurs ont égalisé dans les ultimes secondes du temps additionnel sur un penalty concédé par Yann M'Vila.

Sainté remonte à la 15e place mais ne compte toujours que deux petits points d'avance sur le barragiste avant de jouer le derby en banlieue dimanche prochain. Et maintenant, sus aux vilains !

Gago fatale aux Picardes

23/02/2020
Image
 

Dans la douleur, les Vertes ont battu les avant-dernières amiénoises en début d'après-midi sur le terrain Salif-Keita de l'Etivallière. Kelly Gago a inscrit l'unique but de la rencontre cinq minutes après le retour des vestiaires. Les protégées de Jérôme Bonnet conservent donc la tête du groupe B de D2.

Puel sent de bonnes ondes

23/02/2020
Image
 

A trois quarts d'heure du coup d'envoi du match contre Reims, Claude Puel s'est brièvement confié sur beIN Sports.

"Je sens bien mon groupe, il est réceptif. Je sens de bonnes ondes parce que le groupe est responsable dans cette situation difficile. On va s'en sortir ensemble. Je n'ai pas à motiver ma décision concernant Ruffier, je le garde pour Stéphane. On a eu hier une journée un peu mouvementée. Pour moi il y a toujours des choix sportifs et pas autre chose. On a discuté hier avec des supporters. Il y a de l'attente de leur part comme de la nôtre. On se doit de réagir, on a  besoin d'eux, ils le savent. C'est toujours intéressant de dialoguer avec les supporters pour avancer tous ensemble."

Puel mal en points

23/02/2020
Image
 

Le potonaute sam42 nous propose une stat étonnante concernant les plus mauvaises séries des Verts sur 9 matchs de D1/L1 (calculées avec victoire à 3 pts)

3 pts : Herbin (sur sa 2ème période) et Puel
4 pts : Baup et Snella
5 pts : Djorkaeff, Perrin et Sarramagna
6 pts : Galtier, Guerin, Kasperczak, Tax et Wallemme-Garcia
7 pts : Bathenay, Hasek, Herbin (sur sa 1ère période), Nouzaret, Roussey et Santini
8 pts : Batteux et Vernier
9 pts : Duckworth et Garcia
10 pts : Briet et Gasset
13 pts : Toshack et Wicart

Mal, Boro !

23/02/2020
Image
 

Si Harold Moukoudi a retrouvé du temps de jeu Outre-Manche, il enchaîne les mauvais résultats avec Middlesbrough en Championship (L2 anglaise). Une semaine après avoir perdu à domicile contre la lanterne rouge Luton, le défenseur sous contrat avec l'ASSE jusqu'en 2023 a perdu hier contre l'avant-dernier Barnsley.

N'ayant pris qu'un point en quatre matches, l'international camerounais des Verts rétrograde à la 20e place et ne compte plus que trois longueurs d'avance sur le premier relégable Wigan, qu'il avait contribué à remettre à flots en inscrivant un superbe csc.

Deguerville roule pour les Verts

23/02/2020
Image
 

A une semaine du derby, l'ancien défenseur des Verts et des vilains Christophe Deguerville s'est confié au Progrès. Extraits.

"Les Verts c’est mon équipe préférée, mon club de cœur. Mais cette fin de saison me fait peur. Je regarde quelques matches mais les joueurs, ce n’est pas folichon. Je suis un peu inquiet. Si la coupe pouvait un peu sauver leur saison… Si je n’ai pas beaucoup réussi à Lyon, c’est parce que j’ai eu du mal à m’adapter. C’était très compliqué. Lyon avait une haine viscérale des Stéphanois. Quand Bernard Lacombe a vu ma voiture verte, il m’a dit "tu vas la changer rapidement". Mais finalement, je l’ai conservée."

Platoche fort et vert

23/02/2020
Image
 

A trois jours du match entre les vilains et la Vieille Dame, Michel Platini évoque deux fois les Verts dans son interview 100% Juve parue dans Le Journal du Dimanche. Extraits.

"Quelle place occupe la Juve dans ma vie ? Enorme, car c'est là que j'ai tout gagné. Mais en termes de plaisir, pas plus importante qu'à Nancy ou à Saint-Etienne. Individuellement, j'étais même plus fort chez les Verts. Mais la Juve, c'était un autre monde et c'était merveilleux.

(...)

Pourquoi les clubs français ont toujours eu du mal contre la Juve ? Expliquer l'irrationnel, c'est dur. Un de mes premiers matches avec Sainté, on joue à Bastia. Avec Nancy, j'avais l'habitude de prendre des coups et de perdre. Là, on gagne 1-0. J'étais content, mais tout le monde me dit :"Bah quoi ? Bastia, on gagne toujours." Plus je regarde du foot, plus je peine à l'expliquer."

Alonzo soutient Ruffier

23/02/2020
Image
 

Comme le rapporte Le Progrès du jour, Jérôme Alonzo avait défendu Stéphane Ruffier quatre jours avant la mise à l'écart de ce dernier. Extraits.

"Stéphane a été l’arbre qui a caché la forêt à Saint-Etienne. Maintenant qu’il ne gagne plus de points tout seul, tu vois que cette équipe marchait sur des braises depuis longtemps. Stéphane est un gardien hors norme. Certainement l’un des plus doués en France. On oublie vite ce qui a été très bon peu de temps avant. Et dieu sait que Stéphane a été très bon pendant très longtemps. Il suffit de deux mois un peu moins bons, sans but casquette en plus, et…

Je suis sûr qu’il est toujours aussi bon. Mais le ballon te passe à un centimètre au lieu de taper le gant. Il y a le petit brin de réussite qui te fuit, la confiance qui s’évapore un peu. J’ai vécu ça à Saint-Etienne quand Nouzaret m’a sorti de l’équipe en 2000. Je n’avais pas pris de but casquette. Simplement, tu perds le mojo, le momentum sans trop savoir pourquoi. Parce que l’équipe va moins bien, parce que tes défenseurs sont moins bons aussi. La machine s’enraye."

Il marque, Berdoll ! (3)

23/02/2020
Image
 

Comme il l'avait fait il y a quatre ans dans Le Courrier de l'Ouest et en septembre dernier dans Ouest-France, l'ancien buteur angevin Marc Berdoll évoque dans la Pravda du jour son quadruplé contre Sainté le 24 août 1973.

"Le moment de ma carrière où je me suis senti le plus fort, c'était contre Saint-Étienne. J'ai marqué quatre buts ce jour-là. J'étais béni des dieux. Et il y avait du beau monde en face : Piazza, Curkovic... Cette saison-là, avec la Coupe de France, je leur en ai mis sept ! À la fin du match, les gars me disent : "Y avait Stefan Kovacs (le nouveau sélectionneur des Bleus) en tribunes." Je leur ai dit : "Qui c'est Kovacs ?" Je ne le connaissais pas."

Wantier débarqué (3)

22/02/2020
Image
 

Invité à commenter la mise à l'écart du responsable du recrutement de l'ASSE, Xavier Thuilot avait botté en touche avant-hier dans Le Progrès.

"L’ASSE est une institution qui a besoin d’être défendue avec une ligne claire et beaucoup d’exigence dans le travail. La cellule de recrutement fait partie de la réflexion. Mais à l’heure où l’on se parle, je ne peux pas aller plus loin. La situation juridique du dossier David Wantier fait que je ne peux pas m’exprimer sur ce sujet."

La Pravda à paraître demain confirme son éviction.

"À l'origine de leur venue, Wantier se veut proche d'une grande partie des cadres (Cabaye, Debuchy, Khazri, Kolodziejczak, M'Vila...) et de leurs agents. Sa mise à pied, avec effet immédiat, a envoyé un signal inquiétant aux 300 autres salariés du club. Tout le monde, ou presque, se regarde désormais en chien de faïence, en se posant la question de savoir qui est le prochain sur la liste."

Ruffier à Clermont

22/02/2020
Image
 

Selon la Pravda, le protégé de Patrick Glanz est parti se ressourcer dans la ville natale de Charles Abi.

"Au repos forcé depuis son éviction par Claude Puel, son entraîneur, Stéphane Ruffier s'offre un week-end ensoleillé avec des amis, du côté de Clermont-Ferrand. Cette coupure se présente même à rallonge. L'inamovible gardien des Verts, jusqu'à vendredi matin et la décision de son entraîneur de le laisser au repos pour la venue de Reims, ce dimanche après-midi, ne reprendra pas l'entraînement avant mardi. Comme l'ensemble de ses équipiers. D'ici là, les Stéphanois auront pu juger de la pertinence du choix fort de Puel de déboulonner la statue Ruffier, en place depuis 2011."

N2 : une journée noire pour les Verts

22/02/2020
Image
 

Razik Nedder nous a livré ses impressions à l'issue de la courte défaite de son équipe à Bergerac.

"Qu’on n’ouvre pas le score sur un match comme celui-là est dur à accepter. On presse haut, on étouffe notre adversaire, on tape sur la barre, on a de nombreuses situations et occasions. On fait un bonne première période mais on doit mener à la mi-temps ... Au retour des vestiaires, on a un trou de 15 minutes dans notre animation défensive avec notre bloc trop étiré où on encaisse un but. On loupe le penalty égalisateur et dans la foule on encaisse le deuxième... On revient dans le match en réduisant le score mais on loupe l'égalisation par manque d'efficacité à plusieurs reprises... La journée est noire les autres résultats ne sont pas en notre faveur [ndp2 : Chamalières et Andrézieux ont gagné]. Le premier non relégable, Chamalières, reste tout de même à trois points. On va s'accrocher et aller chercher ce maintien."

Repellini soutient Puel

22/02/2020
Image
 

Ancien défenseur des Verts et actuel trésorier de l'Unecatef (Union nationale des entraîneurs et cadres techniques du football français), Pierre Repellini apporte sur le site de la Pravda son soutien à l'actuel entraîneur stéphanois mis en cause hier par Patrick Glanz. Extraits.

"Je ne vois pas pourquoi un agent se permet de formuler des critiques sur une décision d'entraîneur. Le faire dans les médias, c'est fort de café et pas très respectueux du travail fourni par un entraîneur. C'est aberrant. C'est un manque de respect évident. La seule légende des Verts, le seul monument qu'il y a à Saint-Étienne, c'est le stade Geoffroy-Guichard. Que Stéphane Ruffier soit un très bon gardien, personne ne le conteste. Mais sur les derniers matches, Ruffier n'était pas là. Tu ne sentais plus le Ruffier qui en imposait.

Claude l'a-t-il sorti pour le protéger et lui permettre de retrouver sa sérénité ? C'est une possibilité à laquelle son entourage aurait pu également réfléchir. Si Claude intente un procès en diffamation, on le soutiendra, comme tous les entraîneurs. Tout ce que je souhaite, c'est que le club puisse avancer et se sortir du marasme. Il faut se serrer les coudes, tous pousser derrière pour relancer l'équipe. Ce qui fait la force d'un groupe, c'est sa combativité et sa solidarité, c'est-à-dire quand les individualités se mettent au service du collectif."

Des ultras s'invitent à L'Etrat

22/02/2020
Image
 

RMC nous informe que des ultras stéphanois se sont invités aujourd'hui à L'Etrat.

"Ce samedi matin, environ 80 supporters représentant les Magic Fans et les Green Angels ont provoqué une discussion avec les joueurs et Claude Puel. Les supporters sont entrés sans heurts, l’accès au centre d’entrainement ne leur a d’ailleurs pas été fermé. L’éviction de Stéphane Ruffier a été entre autres au cœur de cette discussion improvisée entre les joueurs, l’entraîneur et les fans. Sans qu’aucune menace n’ait été prononcée, les ultras ont exigé des résultats dès ce dimanche contre Reims."

Sainté craque face à Bergerac (2)

22/02/2020
Image
 

Vous avez pu voir la rencontre en direct sur la chaîne youtube du Bergerac Périgord FC : défaits 1-0 à l'aller, les Verts se sont inclinés 2-1.

Dominateurs la première demi-heure, les protégés de Razik Nedder ont eu plusieurs opportunités d'ouvrir le score. Peu aidé par le terrain très bosselé, Bilal Benkhedim n'a pas su profiter d'un caviar de Kleyveens Hérelle à la 11e minute. Tyrone Tormin a ensuite manqué de conviction dans sa frappe tandis que Victor Petit n'a pas trouvé le cadre. Titulaire en raison du jeu de chaises musicales engendré par la mise à l'écart de Stéphane Ruffier, Nathan Cremillieux n'a pas été inquiété avant la pause.

Sauvé par le poteau à la 50e, le portier stéphanois a dû s'incliner deux minutes plus tard. Sur un penalty obtenu par Edmilson et contesté en vain par des locaux qui réclamaient un hors jeu, Bilal Benkhedim a raté l'égalisation en tirant mollement dans les bras du portier bergeracois à la 55e. Juste après l'heure de jeu, les Périgourdins ont fait le break. Tyrone Tormin a manqué une belle occasion de réduire le score à la 73e. Cinq minutes plus tard, Nathan Crémillieux a sorti une parade décisive.

L'expulsion du gardien local à la 81e a relancé les Verts. Si Jérémy Porsan Clemente a raté le cadre sur un coup franc idéalement placé, Tyrone Tormin a réduit le score à la 89e sur un superbe tir. Malgré plus de six minutes de temps additionnel, les Stéphanois n'ont pas pu éviter leur 10e défaite de la saison en 19 matches et restent englués à l'avant-dernière place.

La compo : Cremillieux - Durivaux, Kouyaté, Leleux, Llort - Gourna (Sanchez, 86'), Petit (Porsan Clemente, 71') - Herelle, Benkhedim (Gabard, 60'), Tormin, Correia.

Maupay reverdit

22/02/2020
Image
 

C'est sous un maillot vert que Neal Maupay a marqué aujourd'hui de la tête le but égalisateur de Brighton sur le terrain de Sheffield United. L'ancien attaquant stéphanois a déjà claqué 8 pions cette saison en Premier League. Pas mal pour un joueur que Claude Puel avait bouté hors de Nice et que Sainté a peu fait jouer (23 matches toutes compétitions confondues dont 9 titularisations).

Morgan régale

22/02/2020
Image
 

Toujours lanterne rouge, le SC Toulon a enfin remporté hier soir son premier match de la saison de National 1 aux dépens du FC Villefranche-Beaujolais toujours privé de Clément Cabaton mais qui avait encore aligné Kévin Martin et Sami Belkorchia. Frère de Josuha, l'ancien U17 de l'ASSE Morgan Guilavogui a marqué dans le temps additionnel le dernier but de la rencontre en enchaînant feintes, petit pont et petit ballon piqué.

Cette 23e journée a été marquée par la nouvelle clean-sheet d'Alexis Guendouz sur le terrain de Bourg-Péronnas (0-0). Prêté au FC Pau, le gardien de 24 ans sous contrat avec l'ASSE jusqu'en 2021 a réalisé des parades décisives avant d'être sauvé par sa barre transversale. Les Palois cèdent néanmoins leur fauteuil de leader à Dunkerque, l'ancien club d'Yvann Maçon s'étant imposé contre le Gazelec Ajaccio.

L'ASSE tance Glanz

22/02/2020
Image
 

Via un communiqué publié sur son site en début d'après-midi, l'ASSE a réagi aux attaques de Patrick Glanz, agent de Stéphane Ruffier.

"L’AS Saint-Etienne a pris connaissance avec stupéfaction des propos outranciers et injurieux tenus par l’agent de Stéphane Ruffier. Ces commentaires sont d’autant plus inappropriés et déplacés qu’ils concernent uniquement la mise au repos d’un joueur, une décision inhérente au management d’une équipe. En outre, ils jettent le discrédit sur la vie d’un groupe, de ses joueurs et de son staff.

Quelles que soient ses compétences et son expérience, aucun salarié ne peut se prévaloir d’un statut particulier qui le placerait au-dessus de l’institution et l’affranchirait du respect des valeurs collectives. L’ASSE n'accepte pas que des décisions sportives soient ainsi dénigrées et bafouées au nom d’un individualisme forcené, a fortiori avant un match important.

Ses dirigeants veilleront toujours à préserver l’esprit d’équipe, fondement de tout projet de club. L’ASSE est un monument riche d’une histoire et d’un palmarès exceptionnels que plusieurs générations de joueurs et de supporters ont construit de manière solidaire. Les intérêts individuels n’ont pas leur place dans la légende. Confrontée à des déclarations calomnieuses, l’ASSE se réserve le droit d’engager toute action judiciaire qu’elle jugera utile."

Le nouveau derby de Chambost

22/02/2020
Image
 

Ayant joué 14 matches cette saison toutes compétitions confondues avec l'Estac de Laurent Batlles dont 8 en tant que titulaire, l'ancien capitaine de la réserve stéphanoise Dylan Chambost (22 ans) s'est confié à L'Est-Eclair avant de recevoir l'AJA après-demain en match de clôture de la 26e journée de L2. Extraits.

"Je suis content d'avoir démarré les deux dernières rencontres, avec deux succès à la clé. J’ai moins joué en fin d’année dernière. L’équipe avait des résultats donc c’était logique que le coach garde les mêmes joueurs. Mais je n’ai pas arrêté de travailler pour autant. Même quand je faisais des petites entrées en jeu, je me donnais à fond. C’est sûr que c’est un peu frustrant de jouer quelques minutes. Mais il faut accepter les décisions du coach, aider l’équipe. En rentrant en fin de match, il faut au moins tout donner, essayer d’amener quelque chose. Si ce n’est pas technique, il faut apporter du pressing, des courses, montrer qu’on est plus frais.

Après le match de Chambly, il y a eu une longue période au cours de laquelle je n’ai pas trop joué . Mais je me sens bien dans l’équipe, à l’entraînement… Je ne me suis jamais senti lâché, j’ai continué à travailler et je savais que j’allais regagner du temps de jeu, petit à petit. Lors des deux derniers matches, on est revenu à une défense à quatre, cela m’a servi. C’est bien pour moi et pour l’équipe. On me demande déjà de faire un gros travail défensif. En 4-5-1, les deux joueurs de couloir doivent bien défendre. Offensivement, les consignes sont de combiner, de rester sur le côté pour mettre des centres.

Physiquement, dans la répétition des efforts, l’intensité, j’essaie de me mettre au niveau. C’est sûr qu’il y avait un grand décalage avec ce que je connaissais. La saison dernière, je jouais en National 2 avec la réserve de Saint-Etienne. Je me sens de mieux en mieux. Le championnat est très homogène, tout le monde peut battre tout le monde. Le match de lundi est très important… J’ai vécu des derbys chez les jeunes, en U17 et U19, ce sont de gros matches, on les attend ! Celui contre Auxerre, on sait qu’il compte pour les supporters, le club. Comme on dit, un derby, ça se gagne. On va tout faire pour !"

 

Crédit photo : Jérôme Bruley

La réserve débarque à Bergerac (2)

22/02/2020
Image
 

Entraîneur de Bergerac, David Vignes évoque dans la dernière édition de Sud-Ouest la réception de la réserve stéphanoise programmée ce samedi à 18h00. Extraits.

"On a mangé notre pain noir en décembre et au début du mois de janvier. Ce moment est passé, on sent que les joueurs sont dans un état d’esprit de compétition, il y a beaucoup de jus et le moral est au beau fixe. On reste sur un 0-0 à Nantes. Au départ, un match nul à l’extérieur est un bon résultat. Mais quand on voit notre domination, on peut aussi se dire que ce sont deux points de perdus.

On est probablement l’une des équipes qui ouvre le plus le jeu. Mais offensivement, le compte n’y est pas. On sait qu’il faut faire mieux pour aller chercher plus haut. Après, on est efficace défensivement dans la transition. On peut s’attendre à un match un peu fou contre les Verts. On va essayer de mettre en place un temps fort dès le départ. Il ne faut pas trop calculer, tout en restant équilibré face à leur potentiel offensif, avec de jeunes joueurs puissants, rapides, techniques."

Dupraz n'oublie pas le Chaudron

22/02/2020
Image
 

L'entraîneur caennais Pascal Dupraz, qui s'apprête à défier les Sang et Or dans leur antre, a fait allusion au Chaudron hier en conférence de presse.

"Je vais en prendre plein les mirettes à Bollaert. Je suis très heureux d’aller dans ce stade-là et d’entendre les Corons. C’est aussi pour ces moments-là qu’on fait ce métier. Le club est en Ligue 2 depuis des années, mais les supporters sont toujours derrière, ils sont toujours à fond. C’est un super stade et un super club parce qu’il est extrêmement populaire. C’est un des meilleurs publics de France avec celui de Marseille et celui de Saint-Etienne."

La réserve débarque à Bergerac

22/02/2020
Image
 

Toujours avant-dernière et relégable mais restant sur une nette victoire sur le terrain de la lanterne rouge, l'équipe réserve défiera Bergerac (5e à 13 points du leader sétois) ce samedi à 18h00 en Dordogne. Avant cette rencontre de la 20e journée de National 2, Razik Nedder s'est brièvement confié au Progrès

"Il faut ramener des points de là-bas. Nous ne pouvons pas seulement viser le 0-0. Il faut y aller avec un projet de jeu qui nous permettra de gagner et, au pire des cas, de faire un nul. Bergerac est une équipe solide qui a peu changé depuis l’aller. Ils jouent avec une défense à cinq, un bloc compact et laissent peu d’espaces. Leur point fort est dans l’animation défensive, comme en témoignent leurs quatre derniers matches sans prendre de but."

Blessé au coude, Lamine Ghezali est forfait selon le quotidien régional.

Ruffier écarté ! (2)

22/02/2020
Image
 

La Pravda de ce samedi évoque la mise à l'écart de Stéphane Ruffier. Extraits.

"Claude Puel a prévenu Jacky Bonnevay, débarqué dans ses bagages le 4 octobre, de sa décision d'écarter Stéphane Ruffier pour le match face à Reims, dimanche. Puis, il a mis Fabrice Grange, le jusque-là très influent entraîneur des gardiens, devant le fait accompli. Intime de Ruffier, celui-ci se serait opposé, en vain, à cette décision. Enfin, Puel a reçu Ruffier pour la lui expliquer. En mettant une claque à Ruffier, Puel chercherait à provoquer un déclic chez lui. Connaissant la personnalité de Ruffier, il est permis de douter que cette mise à l'écart provoque un déclic psychologique.

Le risque se révèle dès lors grand de le voir refuser de renfiler les gants sous les ordres de Puel. Il n'adhère pas, plus, à son projet. Impensable ? Pas plus que lorsqu'il avait refusé le poste de numéro 3 en équipe de France, en 2015. Ruffier n'est plus retourné en sélection depuis. Il n'a pas prévu de s'entraîner samedi et il ne devrait pas figurer dans le groupe, dimanche. Jessy Moulin devrait jouer à sa place. Mis eux aussi devant le fait accompli, Bernard Caïazzo et Roland Romeyer devraient ainsi se retrouver avec un épineux dossier à gérer. Et coûteux. Sous contrat jusqu'au 30 juin 2021, Ruffier émarge à 2,8 M€ brut par an. Par les temps qui courent, les Verts se seraient volontiers passés de cette « affaire Ruffier »."

 

Crédit photo : Maxpp

Stéphane n'est pas Stephan

22/02/2020
Image Image
 

Sur la chaîne de la Pravda, Ludovic Obraniak a réitéré lundi en toute fin de soirée son soutien à Claude Puel.

"Claude Puel a beaucoup de défauts, c'est un mec archi-têtu, archi-obnibulé, archi-passionné. Caude il est en mission. Sa mission, c'est de rebâtir l'ASSE. Il arrive dans un club où ça a été un peu le Club Med pendant six mois, tout le monde a fait un peu comme il a voulu. Lui il arrive, il voit l'état de forme des joueurs. Il n'a pas d'état d'âme, le club est en danger. Il est intransigeant avec tout le monde, même Cabaye et Debuchy, ses deux meneurs à Lille lors de son épopée en Ligue des Champions. Claude Puel ne fait pas de cadeau, il pousse les mecs. Moi je l'ai vécu. Il va chercher sur qui il va pouvoir s'appuyer ou pas. Il pousse les mecs dans leurs retranchements.

Le premier entraînement où je suis arrivé à Lille, il s'est battu avec Stephan Lichtsteiner. Il s'est foutu sur la gueule avec lui. Stephan ça faisait un moment qu'il était bon, il n'a pas joué. Le lendemain matin Steph il lui a mis une boite, il lui a fait une entaille comme ça sur le tibia. Il n'a rien dit. Il a remis une deuxième boite. Ils ont essayé de s'échanger deux trois pains. Le week-end d'après, Steph était titulaire. Parce qu'il adore ça. Il va chercher les mecs, il va voir quel type de comportement, quel type de réponse lui donne le joueur. Il va voir s'il peut compter sur toi, si tu as la hargne, si tu as envie.

Ruffier fait tout l'inverse. OK à Saint-Etienne il a fait des choses merveilleuses, ça a été un excellent gardien, c'est probablement une légende du club car il faut reconnaître qu'il a été très bon pendant de longues années. Mais depuis un certain temps il n'est plus au niveau auquel il devrait être. Et ça il ne peut pas y échapper. Si Ruffier dit "OK, c'est comme ça ? Et bien vous allez voir", que le lendemain il vient à l'entraînement bim bam boum, Claude le remet le week-end d'après, j'en mets ma main à couper. Là, Ruffier tourne les talons, il renonce, il baisse les bras. En voyant ce comportement-là, Claude va se dire "ce mec-là, je ne peux pas compter sur lui."

Des grands-mères chez les Verts (5)

21/02/2020
Image
 

Résidentes des Senioriales de Montélimar, Eveline Martin (68 ans) et Christiane Pouzols (67 ans) ont livré leurs impressions à RCF avant de participer à une séance de tirs au but après-demain à la mi-temps du match Sainté-Reims.

"Cela va être intimidant de se retrouver au milieu du stade Geoffroy-Guichard car il est beaucoup plus grand que le stade Salif Keita de l'Etivallière où on était l'année dernière. C'est une expérience à faire, on se languit finalement. Il y a à la fois du stress et de l'impatience. On veut tenter cette expérience. On a envie de montrer aux supporters qui seront au stade dimanche qu'on est bien vivantes et qu'on a envie de le prouver. On attend de la joie de vivre, du partage. On veut montrer qu'on est heureuses et qu'on n'est pas vieilles. Notre joueuse la plus âgée, Francine qui a 84 ans, a deux prothèses à ses hanches et elle court, elle joue au foot et elle court après le ballon. Elle est comme nous !"

Diony mouille le maillot

21/02/2020
Image
 

Avant de défier le Stade de Reims, Loïs Diony s'est confié aujourd'hui lors d'une conférence de presse relayée par la Pravda. Extraits.

"À Saint-Etienne, on ne peut pas dire qu'on joue le maintien. On n'a pas à être à cette place. Dire qu'on peut jouer les places européennes, dans notre situation, on ne peut pas dire ça. Mais on ne se retrouve qu'à sept points du dixième. C'est beaucoup mais la dernière ligne droite n'est pas encore arrivée. On peut faire un coup dimanche, devant Reims, et se donner un peu d'air.

J'en suis à ma troisième année avec cinq coaches différents. Je suis un joueur qui joue à l'effectif. Oscar Garcia est arrivé et on a eu de très mauvais résultats. J'étais la recrue phare, à ce moment-là. Je suis arrivé dans un mauvais timing et tout m'est tombé dessus. Dans la vie, il y a des étapes à traverser. Ce n'est pas pour cela que j'ai abandonné. Il faut toujours bosser à l'entraînement.

À Dijon, on jouait à deux pointes devant, avec Tavares. Ce qui me permettait de m'exprimer, de toucher davantage de ballons, de décrocher, d'aller à droite, à gauche. Ici, on me demande plus d'être le buteur par défaut, d'être présent dans la surface. Ce qui limite un peu plus ce que je sais faire. Avec Robert Beric, on aurait pu faire une bonne entente. Après, ce sont les choix des coaches et il faut faire avec. 

A Saint-Étienne, je n'ai jamais eu le même feeling au niveau du jeu qu'à Dijon. Depuis tout petit, j'ai démontré que je peux jouer tout seul devant. À Saint-Étienne, on a beaucoup de joueurs qui peuvent décrocher. Moi, je suis un guerrier, j'aime aller au duel et courir pour les gens. Après, c'est vrai que des fois, je râle un peu car je n'ai pas ces face-à-face que les autres peuvent avoir. Cela fait partie du jeu.

La situation peut enfin tourner à mon avantage si j'arrive à enchaîner les matches et les buts. Je n'ai jamais triché, à Saint-Étienne. J'ai toujours mouillé le maillot et été un combattant. Je sais que les supporters attendent beaucoup plus de ma part. Je comprends qu'ils puissent être en colère contre nous. Malgré les critiques, je ne suis pas à cracher sur le maillot vert."

 

Crédit photo : Onze Mondial

Partager