Bafé en finale de Ligue des Champions

23/10/2019
Image
 

Auteur de son 28e pion toutes compétitions confondues depuis le début de l'année, Bafé Gomis a marqué hier le deuxième but de son club Al Hilal (Arabie Saoudite), défait 4-2 par Al-Sadd (Qatar) mais qualifié pour la finale de la Ligue des Champions d'Asie (grâce à sa victoire 4-1 à l'aller) qui l'opposera à Urawa Reds (Japon) les 9 et 24 novembre.

Et le numéro complémentaire ?

23/10/2019

 

En conférence de presse cet après-midi, Claude Puel a évoqué le collectif d’Oleksandria et communiqué sa grille du loto :
« C’est une équipe combative qui repose sur un collectif, qui a un très bon état d’esprit, une bonne agressivité. Ils sont performants également sur les coups de pied arrêtés.
Il y a quelques éléments intéressants : le 27 (ndp² Grechyshkin) devant la défense, le n°10 bon petit dribbleur (ndp² Tretyakov) , le 44 (ndp² Banada) qui est très bon sur les coups de pied arrêtés.
Avant tout ils ont beaucoup de caractère. »

Puel pas émoustillé

23/10/2019

Puel

Claude Puel s'est présenté cet après-midi en conférence de presse, avant le match d'Europa League contre Olexandriya :

"C’est un match important. Mais, j’ai passé l’âge de m’émoustiller pour un match de coupe d’Europe (sourires). Je suis concentré. Tous les matches sont prioritaires. L’enchaînement des matches, c’est beaucoup d’exigences.

Je n’aime pas dire « ce match là il faut le gagner ». On a du retard dans cette compétition. On veut tout le temps gagner. L’Europa League est une priorité. Mais Amiens sera aussi une priorité.

Ce qui m’intéresse, c’est qu’on mette les bons ingrédients. Il faut continuer à progresser et garder cet état d’esprit.

Oleksandryia est une équipe très combative qui repose sur un collectif. Elle est performante sur les coups de pied arrêtés."

Le coach a également évoqué son effectif :

"J’ai un groupe et j’essaye de connaître tous mes joueurs. Mon objectif est d’avoir à chaque fois un onze qui tienne la route. Il n’y a pas d’âge pour débuter un match.

Mais avec 30/31 joueurs, notre effectif est trop conséquent. Ça fait des malheureux."

 

Dieu suspendu, Khazri en sursis

23/10/2019
Image
 

Averti à Bordeaux, Loïc Perrin ne pourra pas mettre la misère à Slimani et Ben Yedder en match de clôture de la 11e journée de L1 le 3 novembre prochain dans Le Chaudron. Ayant lui aussi mangé une biscotte en Gironde, Wahbi Khazri est comme Timothée Kolodziejczak et Zaydou Youssouf sous la menace d'une supension, comme l'atteste l'incontournable tableau des cartons mis à jour par ozzy.

Image
 

Oleksandria l'ancienne !

23/10/2019

 

Avec Oleksandria, c'est un peu du football soviétique qu'on va affronter.

A ce stade de la compétition, Oleksandria est probablement le seul club encore en lice dans une coupe européenne à présenter un effectif à ce point « national ».
Lors de leur défaite ce week-end (0-1) à Kiev, 16 des 18 joueurs de Volodymyr Sharan étaient en effet ukrainiens. Seuls le défenseur central letton Dubra et le latéral droit azéri Pasayev, soit un groupe 100% ex-soviétique !
Cette répartition n’est pas l’exception mais bien la règle, puisque c’était également le cas lors du dernier match européen (le nul 1-1 contre la Gantoise en début de mois).

Nelson, piquets

23/10/2019
Image
 

A la fête du Livre de Saint-Etienne samedi dernier puis à un concert de La Fouillouse pour chanter du Brassens, Nelson Monfort évoque les Verts dans un entretien paru aujourd'hui dans Le Progrès.

"J’aime Saint-Étienne. Je suis effectivement venu plusieurs fois chez vous mais pour bien d’autres occasions. J’étais là pour l’Open de golf des anciens Verts. C’est Christian Lopez qui m’avait invité. Je connais aussi le musée de la Mine, c’est une histoire très forte, impressionnante. Je suis allé à l’opéra de Saint-Étienne plusieurs fois. Par contre l'art moderne m’échappe totalement, je trouve que parfois on frise l’imposture. Je connais surtout les anciens Verts : Rocheteau, Triantafilos, Bereta, Lopez, les frères Revelli, Synaeghel. J’ai vu que Patrick se présentait aux élections municipales."

Le quotidien régional évoque également la séance d'entraînement d'hier.

"La casquette vissée sur la tête, comme son prédécesseur, Claude Puel a dirigé la séance en compagnie de ses adjoints. Trente joueurs (dont Bilal Benkhedim) se sont partagé les ateliers sur des terrains réduits où il y avait des piquets partout. À défaut de pouvoir rapidement raboter et affûter les pieds carrés, l'entraîneur des Verts a vite ciblé les problèmes de son équipe et a déjà le mérite d’avoir remis les têtes à l’endroit. Le chantier le plus important vient de commencer, tant les lacunes techniques sont criantes. Ce qui faisait dire à cette spectatrice hier : « Ils sont si maladroits qu’ils manqueraient une vache dans un couloir. »"

 

 

Chapuis bat Roussey

23/10/2019
Image
 

Titularisé aux côtés d'Anthony Le Tallec, l'ancien capitaine de l'équipe réserve de l'ASSE Maxence Chapuis (25 ans) a marqué le week-end dernier le premier but de la victoire (2-1) d'Annecy à Chasselay lors de la 9e journée de National 2. De la tête, Hugo Roussey a réduit le score en fin de match. Les Hauts-Savoyards sont deuxièmes de leur groupe à un petit point du leader (Louhans-Cuiseaux).

Aude rose est verte (2/3)

23/10/2019
Image
 

Verte d'avoir dû quitter les Amazones pour les Roses, la Ponote Aude Moreau revient sur son départ de l'ASSE dans un communiqué dont nous avons publié hier la première partie. La joueuse tient à préciser pour éviter tout malentendu que lorsqu'elle évoque le "président", il s'agit du président de l'association ASSE (et donc notamment des féminines), et non de Roland Romeyer, président du directoire.

"Les mois passent, et nous loupons la montée d’un point. Pour me rétablir au mieux et le plus vite possible, je pars en rééducation au CERS de Capbreton pour 3 semaines, ce qui me fait manquer 3 semaines de travail. Il ne faut pas oublier qu’à l’ASSE la plupart des filles travaillent ou font des études. J’exerce le métier d’ingénieur commercial, un travail très prenant qui demande beaucoup d’investissement et beaucoup de travail. Les joueuses peuvent en témoigner, il n’y avait pas un weekend de déplacement où je ne bossais pas dans le bus.

A la fin de ma rééducation, je me rends à mon entretien de fin de saison et c’est là que le sketch commence. Mon coach me dit qu’il souhaite me garder mais que le président veut me rémunérer au minimum. Il me dit alors qu’il a donc négocié pour moi afin d’obtenir une rémunération fixe brute de 400€ au lieu des 625€ que je percevais. Il m’annonce par ailleurs qu’un plafond de prime de match a été mis en place et comme ma prime de match est supérieure au plafond, celle-ci est ramenée au plafond.

Surprise, je lui fais part de mon désaccord. Il est hors de question que j’accepte cette situation après toutes les années que j’ai passé au club et tout ce que j’ai donné pour ce club, autant sur le plan sportif que sur le plan humain. A cet instant, il a dû se dire : « Quelle haute estime d’elle-même !», vous comprendrez plus tard également. Le montant de la rémunération n’est pas un problème, je souhaite simplement être respectée. Comment réagiriez-vous si on vous annonçait qu’on baissait votre salaire de 35% au retour d‘un arrêt maladie ?

Alors que je souhaite contacter le président pour m’expliquer de façon responsable, le coach me le déconseille en me disant que cela risque de l’énerver. Je décide alors de l’écouter. Le temps passe alors je relance de temps en temps le club car personne ne revient vers moi. Le coach m’annonce que le président ne veut rien entendre pour le moment mais que lui veut me garder pour continuer ce que l’on a construit depuis 2 ans. Afin d’être prête pour la reprise, je continue ma rééducation chez le kiné.

Mais au moment de la reprise, je n’ai toujours aucune nouvelle, aucune discussion n’a eu lieu avec le président. Le coach excuse mon absence à l’entraînement en disant aux filles que je suis en vacances.
C’est absolument faux. Je ne suis pas partie en vacances de tout l’été, j’ai passé l’été chez le kiné pour avancer ma rééducation.

Je relance le coach pour savoir si la situation a évolué et si je peux avoir un rendez-vous avec le président… Il me répond qu’il pensait me voir passer à l’entrainement. Il me suggère ensuite de venir 2 fois par semaine à l’entrainement et d’intégrer le groupe en vue du stage de pré-saison pour montrer au président que je suis toujours concernée par l’équipe.

A l’écoute de mon coach, je passe à l’entraînement le lendemain pour annoncer aux filles que je viens au stage. Mais dans la foulée, le coach me conduit dans son bureau et m’annonce qu’en fait il vaut mieux que je ne vienne pas au stage car cela risquerait d’énerver le président et que si je prends ma place dans le groupe et que je ne resigne pas au final, cela pourrait créer de la frustration dans le groupe.

Il m’annonce également que le président est en vacances mais qu’il va lui demander une réponse pour le 25 août maximum car selon lui, cette situation a trop duré et il faut qu’on sache si une discussion est possible.
Tout le monde sait que le stage de préparation est un moment important de la saison, normalement ma situation aurait déjà dû être réglée. Dire « Oui » ou « Non », je ne vois pas ce qu’il y a de compliqué. Mais je continue de me faire berner.

Le 16 août, fin du stage, j’écris au coach car un supporter me demande si je suis partie de Sainté. Je suis embêtée et je ne sais pas quoi répondre. Il me dit à ce moment-là que finalement le président est en vacances jusqu’au 24 août. Je comprends alors que je n’aurai pas de réponse pour le 25 août alors qu’il m’avait dit qu’il demanderait une réponse au président pour cette date. Le 21 août, j’assiste au match amical à Chasse sur Rhône, je n’ai toujours aucune nouvelle. Je devrai donc relancer le club après 2 mois et demi sans réponse."

Gourna écrase Gibraltar

22/10/2019
Image
 

Capitaine de l'équipe de France U17, Lucas Gourna a marqué ce mardi à l'heure de jeu le 6e but de l'écrasante victoire (8-0) contre Gibraltar avant de céder sa place à la 66e lors de son premier match du tour de qualification de l'Euro qui se déroule à Chypre. Le protégé de Patrick Moreau et José Alcocer défiera la sélection locale le vendredi 25 octobre à Larnaca avant d'affronter la Slovaquie le lundi 28 octobre à Sotira.

Ruffier, version 2.0 de Janot

22/10/2019
Image
 

Dans une longue interview parue ce jour sur le site Tellement foot, Jérémie Janot revient sur l'avènement de Stéphane Ruffier.

"Quand tu es joueur, le club ne t’appartient pas, il appartient aux dirigeants et aux supporters. Si la direction du club décide de prendre un autre gardien et que tu n’es pas content de cette décision, tu as trois choix : tu pars, tu rachètes le club ou tu fermes ta gueule et tu travailles. De mon côté, j’ai toujours pris la troisième option. Il a fallu qu’un très grand gardien me détrône à l’aube de mon crépuscule.

Je pensais vraiment que Jessy Moulin allait prendre la relève. Si Stéphane Ruffier n’arrive pas à l’ASSE, Jessy m’aurait pris la place dans l’année, car il était déjà en train de me manger pendant la préparation… Quand Stéphane Ruffier est arrivé, il a mis tout le monde d’accord. C’est aussi simple que cela. Dans la vie, il y a toujours plus fort que toi. Je me suis fait prendre ma place après 15 années, je peux m’estimer chanceux. Stéphane Ruffier était plus jeune, plus fort… J’avais l’impression que c’était une version 2.0 de moi.

J’ai toujours eu de superbes relations avec les gardiens. Pour l’anecdote, je fais partie des “djeuns” maintenant, car j’ai installé Snapchat pour délirer avec mes enfants et la première personne qui m’a envoyé un snap est Jody Viviani. J’ai également revu Vincent Planté, Ronan Le Crom et Jérôme Alonzo. C’est un plaisir de les revoir à chaque fois. On était en compétition, mais on s’amusait dans le vestiaire quand on enlevait les gants.

Ce qui est bien avec le sport, c’est que le meilleur joue. Tu ne peux pas tricher. Si l’autre gardien est plus fort, c’est parfois difficile à accepter, mais c’est la jungle : la loi du plus fort. Soit tu es mangé, soit tu manges. C’est ça le haut niveau. Quand tu es remplaçant, tu le sais parfaitement que le mec qui joue est meilleur que toi. Je ne connais pas un seul entraîneur qui va mettre un joueur sur le banc en pensant qu’il est plus fort que celui qui joue. C’est impossible à concevoir."

Amaury l'arbitre !

22/10/2019

Amaury Delerue a été désigné pour arbitrer la rencontre entre Sainté et Amiens le dimanche 27 octobre à 17h00. Ce sera le premier match des Verts que le Nivernais arbitrera cette saison. Il sera assisté dans ce putain de camion, par Jérôme Miguelgorry et Dominique Julien.

Vagner récompensé !

22/10/2019

Auteur d'une belle prestation ce vendredi contre Ajaccio, Vagner a remporté le "chardon du match" comme l'indique le site officiel de l'ASNL. C'est la troisième fois depuis le début de saison que l'attaquant capverdien sous contrat avec l'ASSE jusqu'en 2022 est élu meilleur joueur nancéien. A noter que l'ancien stéphanois Baptiste Valette a également été mis à l'honneur en juillet après le premier match de Ligue 2 contre Orléans.

Enfin entrer au Top 50

22/10/2019

 

Ca sera l'objectif des Verts jeudi pour le 3e match de poule contre Oleksandria (18h55).

En effet, ils joueront le 122ème match européen de l'histoire du club, et le bilan est pour l'instant de 49 victoires, 36 nuls et 36 défaites.

 

 

 

Aude rose est verte (1/3)

22/10/2019
Image
 

Aude Moreau, joueuse historique du club, a quitté les Vertes en ce début de saison pour revêtir le maillot rose du Puy. Après avoir retrouvé ce club de R1 et les terrains début octobre, elle a tenu à rédiger un communiqué pour expliquer les raisons de son départ. Etant donné la longueur de ce communiqué, celui-ci sera publié en trois parties. Voici la première, qui revient sur la carrière d'Aude à l'ASSE, ainsi que les circonstances de sa blessure en janvier.

"Après 7 saisons, 157 matchs dont 138 matchs de championnat soit 11710 minutes jouées, je tourne la page ASSE.
J’ai tenu à m’exprimer pour donner les vraies raisons de mon départ puisque certaines personnes m’ont posé la question. Par ailleurs, je ne souhaite pas que ce qui m’est arrivé se reproduise avec d’autres joueuses. Quand on a donné autant de sa personne pour un club et qu’on vous remercie comme je l’ai été, c’est vraiment triste.

En 2010, j’ai 20 ans, j’intègre une école d’ingénieur, l’INSA de Lyon, et je signe à l’ASSE. Je vais évoluer dans le club pendant 4 saisons. Je passe 4 super saisons : nous gagnons le Challenge de France en 2011, nous faisons une finale de Coupe de France en 2013. Les 2 dernières saisons, je suis nommée Capitaine suite à l’arrêt d’Astrid Chazal pour blessure. Je suis épanouie, il y a une super ambiance. Je réponds présente avec plaisir à toutes les sollicitations du club pour tout type d’évènements (Cœur-Vert, marraine de tournois, journée de la femme…) malgré le fait que j’habite à Lyon et que je passe beaucoup de temps dans les trajets. Pour aller aux entraînements, je quitte les cours à 16h et je rentre à 22h, 4 fois par semaine. Je passe 4h de ma journée dans les transports (tram, puis train, puis tram à l’aller, puis au retour) pour pouvoir m’entraîner. Vient la fin de mes études, je trouve un poste à Paris.

En 2016-2017, après une super saison en D2 au Val d’Orge (FC Fleury), je décide de resigner à l’ASSE car je souhaite jouer en D1. Je me dis que je connais bien le club et que ça ne peut que bien se passer. Je finirai sûrement ma carrière là-bas. Malheureusement, nous descendons en D2 à l’issue de la saison. J’ai une proposition de Soyaux et de Fleury mais je décide de rester à l’ASSE. Je ne me vois pas quitter le club en le laissant en D2 et j’ai envie de remonter en D1. La saison d’après nous loupons la montée face à Dijon. Le coach de Dijon est intéressé par mon profil mais je choisis encore une fois de rester au club.

Arrive alors la saison 2018-2019. Nous démarrons mal la saison mais nous nous rattrapons vite et sommes 1ères du classement à la trêve. Nous arrivons à garder notre première place face à Yzeure en Janvier. Je suis appelée en Equipe de France Militaire pour préparer les jeux mondiaux militaires et représenter mon pays, après avoir participé à la coupe du monde militaire au Texas à l’été 2018. Par respect pour le club, je demande l’autorisation à mon coach d’y participer. Il me la donne après avoir consulté le président. Il m’autorise donc à partir en sélection. Malheureusement, lors du match amical contre Orléans, une joueuse me tombe sur le pied. J’ai une double fracture du cunéiforme latéral et du 4e métatarse. Je suis très déçue de ne plus pouvoir jouer mais je ne peux malheureusement rien y faire.

C’est à ce moment-là que tout commence. Tout d’abord, le président décide de couper ma rémunération fixe. Etonnée par cette décision, j’essaye de comprendre les raisons de ce choix. Ma capitaine m’apprend alors que le président ne veut plus me rémunérer car je suis blessée et que je ne me suis pas blessée avec le club. J’appelle alors le président, il est très en colère. Je comprends sa colère et je lui explique ma déception d’avoir reçu ce coup et d’être blessée. En sélection, le programme était adapté de telle sorte qu'il y avait un match en D2 avant et après la sélection. Je ne pouvais pas prévoir qu’on me tomberait dessus, le staff de la sélection non plus d’ailleurs. Le président m’a alors accusée d’avoir joué plus d’une mi-temps, alors qu’ils avaient demandé à ce que je ne joue pas plus de 45 minutes, car je me suis blessée à la 75 ème minute. J’ai dû l’informer que j’avais seulement participé à la 2 ème mi-temps… Le président décide alors de me remettre ma rémunération fixe. Nous verrons par la suite pourquoi."

 

Merci au potonaute franck42 pour ce potin

Ruffier nous a sauvés

22/10/2019
Image
 

Dans la dernière édition du Progrès, Robert Herbin revient sur le succès des Verts chez les Girondins. Extraits.

"L’équipe a manqué de cohésion. Il y avait beaucoup de largesses, d’espaces entre les lignes. Pour moi, il n’y avait pas penalty, l’arbitre nous a fait un cadeau, les Bordelais ont été pénalisés injustement. J’ai été déçu du collectif. Ruffier nous a sauvés. Il a été assez splendide. Le talent de certains joueurs doit faire grandir cette équipe. Saliba m’a bien plu contrairement à Perrin qu’on a senti au bout du rouleau. Fofana a tenu un rôle intéressant. L’équipe n’a pas démontré beaucoup de choses. Il y a beaucoup de travail à faire, notamment technique."

Pour Bravo, y'a du boulot !

22/10/2019
Image
 

Daniel Bravo, qui a commenté sur beIN Sports la victoire de Sainté à Bordeaux, donne son avis sur les Verts dans la dernière édition du Progrès. Extraits.

"On s’est aperçu qu’il y avait encore beaucoup de boulot. Pour avoir parlé avec Claude Puel, il en est conscient. L’équipe manque encore de confiance. Quand on voit les erreurs techniques, de passes en deuxième période… Les Verts sont encore fébriles mentalement. Dans le contenu, c’est largement insuffisant. Il ne faut pas se voiler la face. Les Verts ont la chance que le résultat soit au bout. Comme à Nîmes, la victoire n’était pas méritée.

Il y a un travail tactique à faire. Les lignes espacées, il faut que tous les joueurs fassent le boulot. Il faut être ensemble, se parler, se regarder, être synchronisé et avoir l’envie de faire les efforts. J’ai l’impression que cette équipe a la volonté de bien faire. Je pense qu’avec Ghislain Printant, pas mal de joueurs ont commencé à lever le pied et à s’entraîner un peu à la carte. Si on veut être bon en match, il faut bien se préparer à l’entraînement."

La bible sacre Saliba et Bouanga

21/10/2019
Image
 

Les numéros 4 et 20 de l'ASSE figurent dans l'équipe type de la 10e journée de L1 selon France Football à paraître demain.

Gomis (Dijon) - Saliba (Saint-Etienne), Castelletto (Brest), Abdelhamid (Reims), Sakai (Marseille) - N'Doram (Metz), Vainqueur (Toulouse), Di Maria (QSG), Bouanga (Saint-Etienne) - Slimani (Monaco), Ben Yedder (Monaco).

 

Crédit photo : L'Equipe

Pablo, de quoi Costil ?

21/10/2019
Image
 

"Je pense qu’il y a penalty. Mais cela n’enlève rien au très bon match que Pablo a fait" a déclaré hier en zone mixte le fair play gardien girondin Benoît Costil. "Leur attaquant a fait un crochet. Je l’ai juste touché. Je ne sais pas si ça suffit pour tomber. Je pense qu’il y a beaucoup de simulation, beaucoup, mais beaucoup" peste le défenseur brésilien dans la dernière édition du quotidien Sud-Ouest.

Pour rappel, c'est lui qui avait inscrit dans le même stade le but victorieux de Bordeaux contre Sainté le 5 décembre dernier alors qu'il aurait dû se faire expulser par Clément Turpin...

Le massacre du Printant (6)

21/10/2019
Image
 

Florian Printant, qui avait étreint son père Ghislain à l'issue de la victoire des Verts aux Costières, a réagi hier au tweet publié par l'ASSE "started from the bottom, now we have Claude".

"Niveau manque de respect on ne peut pas mieux faire. Merci l'ASSE pour votre reconnaissance" a déploré le gardien de l'AS Fabrègues (National 3) sur son compte twitter.

Un Norvégien novice

21/10/2019

Eskas

Le match de Ligue Europa, entre les Verts et les Ukrainiens d'Olexandriya, sera dirigé jeudi soir par un tout jeune arbitre norvégien du nom d'Espen Eskås (31 ans).

Il est quasi novice à ce niveau, puisqu'il n'a eu l'occasion de siffler que 3 matchs de tours préliminaires en Europa League et 1 seul en 1er tour qualificatif de Ligue des Champions (entre les trop méconnus clubs de Feronikeli au Kosovo et les Gallois de TNS).

Il a néanmoins déjà pu apprécier une belle ambiance puisqu'il a dirigé cet été un tour qualificatif d'Europa League chez les Glasgow Rangers à Ibrox Park.

 

L'émotion de Youssouf

21/10/2019

youssouf

Suite à la victoire en terre girondine, Zaydou Youssouf a évoqué son retour à Bordeaux :

"C’est vrai que c’était un moment spécial pour moi. C’est mon club formateur, j’ai passé dix belles années dans ce club-là. Et le fait d’y revenir, il y avait beaucoup d’émotion… Un peu d’appréhension aussi.

Au final, on a ramené les trois points, et c’était le plus important. Franchement, ça a été vraiment dur, Bordeaux a très bien joué et nous a mis en difficulté. Après, on n’a pas lâché, on a essayé de se créer des occasions pour marquer, et à la fin on obtient ce penalty.

On ramène les trois points et c’est le plus important."

 

Attal et les Verts

21/10/2019

 

Dans une interview sympa donnée à la Pravda et publiée hier, Yvan Attal avoue son faible pour les Verts :

"Je voulais être footballeur, mais pas mon père. J'étais complètement dingue de foot, à tel point que je voulais faire un sport-études. J'étais fan de Saint-Etienne. J'avais des posters, le maillot Manufrance, un autographe de Dominique Bathenay. J'avais envoyé une demande à un magazine et il m'avait renvoyé une photo dédicacée. On est allés une fois au Parc, ça devait être un PSG-Saint-Etienne. C'était la grande sortie."

WhoScored ? Bouanga !

21/10/2019
Image
 

Auteur du but victorieux des Verts à Bordeaux, le numéro 20 des Verts est dans la très offensive équipe type de la 10e journée de L1 concoctée par le site de statistiques footballistiques WhoScored.

Gomis (Dijon) - Calabresi (Amiens), Kamara (Marseille), Abdelhamid (Reims), Baal (Brest) - Aouar (vilains), Di Maria (QSG), Cornet (vilains), Bouanga (Saint-Etienne) - Slimani (Monaco), Ben Yedder (Monaco).

 

Crédit photo : L'Equipe

Saliba, ça change tout !

21/10/2019
Image
 

Avec William Saliba, les Verts ont remporté 11 matches de L1 sur 13 en 2019 et n'ont encaissé que 4 pions. En son absence, ils n'ont gagné que 4 matches sur 17 et ont concédé 28 buts comme le souligne le site Football London.

Le jeune et très influent défenseur central stéphanois, qui a écoeuré le vilain Jimmy Briand hier à Bordeaux, a commenté en zone mixte le court mais précieux succès des Verts, comme le rapportent la Pravda et Le Progrès.

"Ce 3-5-3 qui devient un 5-2-3 en phase défensive, on l'a travaillé depuis une semaine et demie. Ils ont eu beaucoup d’occasions, surtout en deuxième. Le tout était de rester concentrés et dès qu’on avait la possibilité de les tuer, on l’a fait. On est resté solides malgré les occasions concédées. Je me suis retrouvé dans l’axe, Loïc avait un carton jaune et c’était dangereux de le laisser. Il pouvait prendre un rouge. J’ai pris sa place, ça s’est bien passé. La défense a été sérieuse. Il y a souvent des périodes où il faut être costauds et bien concentrés quand on n’est pas bons, on a réussi à le faire."

 

Crédit photo : Nicolas Tucat, AFP

Le hold-up parfait ! (2)

21/10/2019
Image
 

Comme le rapporte Le Progrès du jour, Denis Bouanga refuse de qualifier de hold-up la victoire acquise hier sur le fil à Bordeaux grâce au penalty qu'il a transformé à la 93e minute.

"Ce n'est pas un hold-up parce qu’il y a eu des occasions de part et d’autre. En début de saison, on aurait perdu ce match ? Peut-être, certainement. C’est une autre équipe, d’autres valeurs. On se bat sur tous les ballons pour essayer de prendre les trois points. Les cartes ont été redistribuées. Il y a de nouveaux joueurs dans l’effectif. A chaque match, ce n’est pas du tout la même équipe. On s’entend tous bien et tout le monde a sa carte à jouer. On n'a pas subi, on leur a laissé la balle. On a eu des moments de faiblesses mais on a su tenir. On a une vraie assise défensive, il ne manque plus que l’efficacité devant et je pense qu’on sera une équipe dure à manier."

Puel ne ménage pas ses cadres

20/10/2019
Image
 

Claude Puel, qui n'a pas hésité à remplacer à la pause un Loïc Perrin passé tout près du second carton rouge de sa carrière, a eu un échange un peu vif à la demi-heure de jeu avec Stéphane Ruffier. L'entraîneur des Verts a commenté son recadrage comme le rapporte 20 Minutes.

"Tout le monde doit être concerné, que vous soyez un jeune ou un cadre de l’équipe. On doit respecter cela car les matchs se jouent sur les détails comme une relance. Sa prestation ? C'était pas mal. C'était même très bien. Il s’est entraîné normalement cette semaine. On a tout vérifié. Il avait très envie de jouer. Du coup, on lui a donné quelques ballons pour qu’il flambe un peu."

En zone mixte, Ryad Boudebouz a rendu hommage au gardien stéphanois.

"Il fait un très gros match mais on va dire qu’on a l’habitude avec lui. Il n’a pas été en équipe de France pour rien et franchement tant mieux pour nous, on l’a avec nous. On respire, on était malade et on commence à sortir de l’hôpital."

Le scénario est superbe

20/10/2019
Image
 

Claude Puel, qui avait étrenné ses nouvelles fonctions d'entraîneur stéphanois par un derby gagné 1-0 à la 90e, a enchaîné cet après-midi avec un succès arraché à la 93e sur le même score. Conscient des lacunes de son équipe, il s'est réjoui de cet heureux dénouement en conférence de presse, comme le rapporte France Football.

"Le scénario est superbe, surtout par rapport à la tenue de nos matches. Le succès face à Lyon était mieux maîtrisé dans la cohésion et dans la discipline. Celui-là, on est passé par tous les états. On a fait une très bonne entame en étant bien structuré et on récupère de bons ballons de contre, mais on a eu du déchet technique, de l'approximation alors que l'on pouvait faire la différence.

Après, on a perdu le fil, on avait des lignes écartées, on avait du mal à se replacer et à faire remonter notre défense. Les Bordelais ont été dangereux en trouvant des situations et des joueurs entre nos lignes, qui ont pu s'exprimer. On était en difficulté. Mais le scénario est superbe car il nous permet de travailler dans la sérénité, mais ça ne cache pas qu'on a encore de gros progrès à réaliser.

Il n'y a pas que des jeunes dans l'équipe. Mais les jeunes montrent qu'ils peuvent avoir des jambes et des pieds aussi. Il y a eu de bonnes choses. Certains ont fait de très gros matches, d'autres un peu moins. On n'est pas homogène encore au niveau physique, au niveau de la qualité, du self-control, du sang froid. Ce groupe doit s'élever, il y a encore du travail. Mais c'est toujours bien d'accompagner cette progression avec des résultats. Et j'espère que tout le monde va rester lucide.

Notre premier match contre Lyon était plus solide. Lors du derby, je n'ai jamais senti l'équipe se désunir de la 1re à la 90e minute, malgré la fatigue à la fin du match. On avait tenu le coup de garder la structure, de jouer les coups à fond. Par contre, là, on s'est plusieurs fois désuni, on revient dans le match, on ressort, ce qui fait qu'on est peut-être chanceux mais il y a toujours quelque chose dans cette équipe qui montre qu'elle ne lâche pas, qu'elle a un état d'esprit, qu'elle se bat. Il nous manque de la qualité mais on ne peut pas nous reprocher de ne pas nous battre."

Pendant ce temps-là... (8)

20/10/2019
Image
 

Attendu dans le Chaudron ce jeudi à 18h55, Oleksandria a perdu 1-0 cet après-midi sur le terrain du Dynamo Kiev. L'expérimenté Yuri Pankiv (34 ans, photo) a encaissé l'unique but de la rencontre à la 32e minute. Son équipe reste quatrième du championnat ukrainien après onze journées mais compte désormais quatre points de retard sur son adversaire du jour et quatorze sur le Shakhtar Donetsk !

Toujours invaincus cette saison, les Loups ont arraché l'égalisation à la 82e sur le terrain de Leipzig et restent deuxième de Bundesliga à égalité de points avec le leader Mönchengladbach, défait à Dortmund. Sur une action initiée par Josuha Guilavogui, le Néerlandais Wout Weghorst a profité d'un centre du Brésilien William pour marquer son 5e but de la saison dans le championnat.

Pendant ce temps-là, La Gantoise a préservé sa troisième place du championnat belge grâce à sa victoire 2-0 contre l'avant-dernier Waasland-Beveren. Après l'ouverture du score de Roman Yaremchuk, Laurent Depoitre a inscrit le but du break sur une passe de Jonathan David.

 

Les Amazones enchaînent !

20/10/2019

Avec six victoires en six rencontres, les Amazones occupent actuellement la première place de la poule B de deuxième division avec 18 points grâce à leur nouveau succès cet après-midi contre Yzeure 2 à 1 (buts de Kelly Gago et Kristina Pantelic). A noter que l'équipe de Jérôme Bonnet est en tête à égalité de points avec le Havre mais possède une meilleure différence de buts (+17 contre +12).

Crédit photo : Facebook Asse les Amazones.

Le hold-up parfait !

20/10/2019
Image
 

Malmenés par les Girondins et sauvés de multiples reprises par les parades de Stéphane Ruffier et les interventions de leur jeune garde William Saliba - Wesley Fofana, les Verts ont arraché la victoire 1-0 à Bordeaux cet après-midi grâce à un penalty obtenu par Arnaud Nordin et transformé par Denis Bouanga à la 93e minute. Sainté remonte à la neuvième place du classement, à trois petits points du podium !

Partager