home

Muriel Robin se souvient

19/03/2019

Investie dans la lutte contre les violences conjugales, l’actrice et humoriste stéphanoise, Muriel Robin, donnera, avec Brigitte Macron, le coup d’envoi du match mixte entre le Variétés Club de France et une sélection des anciens du Stade de Reims, ce mercredi 20 mars 2019 au stade Auguste Delaune. L’occasion pour Muriel Robin de rappeler l’urgence d’intervenir contre les violences faites aux femmes et... de se souvenir de son séjour à Glasgow un maudit jour de 1976, ainsi qu'elle le confie à l'Union/

"Je ne suis pas une grande fan, mais j’ai eu la chance de vivre à Saint-Étienne à une époque incroyable. La France entière était verte. Mes parents possédaient quatre magasins de chaussures. Larqué, Piazza, Janvion, les Revelli, je les connaissais tous. Ils venaient se chausser chez nous mais, malgré tout, le football n’était pas trop ma tasse de thé.

En revanche, c’est vrai que j’ai eu la chance d’être à Glasgow pour la finale 1976. Il y avait de la ferveur mais, moi, je regardais juste les choses. J’étais là par un concours de circonstances. Je me suis retrouvée dans l’avion grâce à mes sœurs qui étaient plus âgées que moi et avaient eu des places grâce à une banque. La défaite ne m’avait pas démoralisée. Pour moi, ce n’était que du foot. Ce n’était pas la fin du monde. Mais, les poteaux carrés, je peux dire que je sais ce que c’est..."

Vagner se wahbise

19/03/2019
Image Image

En L2, Vagner ne se contente pas de claquer des pions (5 en 10 matches). A l'instar de Wahbi Khazri, l'attaquant capverdien prend des cartons. Pour avoir mangé des biscottes à Niort, contre le Gazelec et plus récemment à Grenoble, il ratera la réception de Valenciennes programmée le 29 mars. Mais contrairement au numéro 10 des Verts, qui mettra à profit la trêve internationale pour soigner sa tendinite d'Achille, le numéro 24 de l'ASNL a bien rejoint sa sélection. Pour rappel, il affrontera avec les Requins Bleus les Crocodiles du Lesotho le 24 mars.

Les anciens Verts à Bonal

19/03/2019

Le FC Sochaux Montbéliard recevra le Havre AC pour un match décisif pour le maintien, le vendredi 12 avril à 20h, dans le cadre de la 32e journée de Ligue 2. À cette occasion, le FCSM célébrera ses 90 ans de vie. Le soir, plusieurs surprises ainsi que des animations sont prévues à Bonal.
"L’Association des Anciens Joueurs du FCSM fêtera aussi, quant à elle, ses 30 ans à cette occasion et disputera un match face aux anciens joueurs de l’AS Saint-Étienne le samedi 13 avril à 15h30 au Stade Bonal" explique également le club doubiste sur les réseaux sociaux.

Pélissier évoque ses vertes années

19/03/2019
Image

Ancien coach d'Idriss Ech Chergui à Luzenac et actuel entraîneur de l'Amiens SC qui accueillera l'ASSE le 6 avril à 20h00, Christophe Pélissier (53 ans) a évoqué ses vertes années dans une sympathique interview parue sur le site Soccer Populaire.

"Je suis né à Revel, en Haute-Garonne, j’ai grandi dans un univers footballistique car mon père a été gardien de but en CFA à l’US Revel, dont mes grands-pères étaient dirigeants et mon oncle par la suite, entraîneur des gardiens de but. Dans mon quartier, nous étions beaucoup de jeunes et jouions au foot tous les jours ainsi qu’à beaucoup d’autres sports. dès l’age de 5 ans j’étais inscrit à l’école de foot, qui était très bien structurée, avec des éducateurs qui ont su nous transmettre la passion pour ce sport. Mes premiers souvenirs sont mes débuts comme gardien de but (comme papa) et mon premier match dans le champ à 12 ans où j’avais marqué deux buts… Ensuite il y eu mon premier match en senior (en DH) à l’age de 16 ans. J’étais supporter de Saint-Etienne. J’ai même assisté à la finale à Glasgow en 1976. Michel Platini et Dominique Rocheteau étaient mes deux modèles."

Gasset : stop ou encore ?

19/03/2019

Le journaliste Timothée Maymon pose cette question sur le site de RMC Sport. Il essaie d'y apporter une réponse. Extraits.

Ce sera "encore" si l'on considère que "le contrat de Jean-Louis Gasset arrive à échéance en juin, et il dispose d’une clause stipulant qu’il sera automatiquement prolongé d’une saison si le technicien stéphanois atteint ses objectifs. La direction veut un classement sportif égal ou meilleur que son classement budgétaire. En clair, Saint-Etienne - 6ème budget de Ligue 1 (74 millions d’euros) - veut terminer dans les six premiers du championnat. Si tel est le cas, Gasset sera sur le banc de l’ASSE la saison prochaine."

Ce sera "stop" si l'on considère en revanche "qu'entre le coach et son président les relations sont cordiales mais pas toujours au beau fixe malgré un respect mutuel. Le président Romeyer qui passe beaucoup de temps au club attend de ses employés le même dévouement, or Jean-Louis Gasset a pour habitude de rentrer régulièrement à Montpellier quitte à laisser parfois son groupe entre les mains de ses adjoints Printant et Sablé. Une habitude qui passe mal pour Romeyer notamment les lendemains de défaites importantes où le président voudrait voir son entraîneur à l’Etrat derrière son bureau pour trouver des solutions."

Gambardella : Semaoun et Sebedo, c'est Bordeaux !

19/03/2019
Image

Deux des meilleurs U19 girondins se sont confiés à Gold FM avant de défier Sainté à L'Etrat le dimanche 7 avril en demi-finale de Coupe Gambardella.

Sacha Semaoun (latéral droit et capitaine) : "Nos forces ont été le mental et l'esprit d'équipe. C'est pour ça qu'on en est là, en demi-finale. Quand on signe dans un centre de formation, quand on arrive en U19, il y a cette coupe Gambardella, on travaille dur pour ça depuis le début. On a un gros groupe, certains nous amènent de l'expérience, les plus jeunes nous font aussi du bien. Maintenant, il va falloir aller se défendre à l'extérieur pour la demi-finale."

Manuel Semedo (attaquant) : "On est contents pour le club et pour nous-mêmes, c'est une grosse aventure. J'espère qu'on ira jusqu'au bout. On savait que l'équipe de Lens était une équipe joueuse, ça a toujours été une grande formation, mais les Girondins aussi. On a fait le nécessaire et on va le faire aussi contre Saint-Etienne."

Vada dédie son but à Sala

19/03/2019
Image

Dans le journal argentin El Periodico, Valentin Vada dédie son premier but sous le maillot vert à son ami Emiliano Sala.

"Où que tu sois, c'est pour toi mon frère Emi ! Au club où nous jouions ensemble, à San Jorge, mon père l'avait eu comme entraîneur, nos familles entretenaient toujours beaucoup de relations. Les hommages sont le moins qu'il mérite. Nous sommes émus par sa disparition mais nous devons continuer à nous battre car il l'aurait voulu ainsi, c'était toujours un guerrier. Sa perte est très douloureuse et me met en colère, comme toutes les personnes qui le connaissaient et savaient le genre de personne qu'il était. Il ne méritait pas ça, tout cela était très injuste !"

Comme le rapporte Le Progrès du jour, le numéro 23 des Verts pense maintenant à un autre de ses compatriotes. "Le natif de Santa Fé a fait une demande particulière à Youssef Aït Bennasser avant la rencontre qu'il disputera avec le Maroc le 26 mars à Tanger contre l'Albiceleste. "Je lui ai simplement dit qu'il me ramène le maillot de Messi" a-t-il lâché tout sourire."

Une manita historique (2)

19/03/2019
Image

 

Avant le match à Caen de samedi dernier, l'ASSE n'avait gagné que deux matchs de D1/L1 sur le score de 5-0 à l'extérieur.

- le 25 avril 1948 sur le terrain du Red Star grâce à un doublé de Kader Firoud et des buts de René Alpsteg, Antoine Rodriguez et Jean Lauer

- le 24 février 1974, à Bordeaux, grâce à un doublé de Patrick Revelli, un pion de son grand frère Hervé et des buts de Christian Synaeghel et Gérard Farison.
- le


Les Verts ont gagné 18 fois en marquant 5 buts ou plus à l'extérieur. Nos principales victimes sont le Red Star (3 fois), Lens, les vilains et Marseille (2 fois). Sur ces 18 matchs, 7 se sont soldés par une victoire avec 5 buts ou plus d'écarts :

- 7 buts d'écart à Marseille le 16 septembre 1951 (3-10)
- 6 buts d'écart à Cannes le 10 septembre 1965 (2-8), au FC Nancy le 9 septembre 1956 (1-7), en banlieue le 5 octobre 1969 (1-7)
- 5 buts d'écart à Bastia le 22 mai 1974 (1-6) et les 3 matchs cités précédemment gagné 0-5


En D2, ce n'est arrivé que 2 fois que les Verts gagnent par 5 buts d'écart à l'extérieur :

- le 31 mai 1936 à Nice (1-6)
- le 3 avril 1937 au CA Paris (0-5)

Plus récemment en coupe UEFA, lors de la campagne 1980-81, l'ASSE gagna 2 match à l'extérieur par au moins 5 buts d'écart :

- Le 17 septembre 1980 contre le Kuopion Palloseura (0-7)
- le fameux 0-5, le 26 novembre 1980 contre le Hambourg des Horst Hrubesch, Manfred Kaltz, Ditmar Jakobs... et le futur stéphanois Jurgen Milewski

 

Merci au potonaute sam42 pour ces stats

La bible honore Honorat, Cabella et Hamouma

19/03/2019
Image Image Image

Auteur de son 4e pion et de sa 7e passe décisive de la saison en L2 vendredi dernier contre le Red Star, un joueur sous contrat avec l'ASSE jusqu'en 2023 est dans l'équipe type de la 29e journée de L2 selon la dernière édition de France Football.

Gallon (Orléans) - Sissoko (Clermont), Mostefa (Béziers), Kanté (Paris FC), Delaine (Metz) - D'Arpino (Orléans), Honorat (Clermont), Gakpa (Metz) - Fontaine (Le Havre), Ayé (Clermont), Cissokho (Orléans).

L'autoproclamée bible du football met aussi les numéros 7 et 21 des Verts dans l'équipe type de la 29e journée de L1.

Gurtner (Amiens) - Hérelle (Nice), Tete (vilains), Jullien (Toulouse), Dubois (vilains) - Verratti (QSG), Cabella (ASSE), Oudin (Reims), Hamouma (ASSE) - Dembélé (vilains), Di Maria (QSG).

Roro est confiant

18/03/2019
Image

Revigoré par l'écrasant succès des Verts en Normandie, Roland Romeyer s'est brièvement confié ce soir sur France Bleu Saint-Etienne Loire.

"J'étais un peu inquiet pour le déplacement à Caen parce qu'avec tous les blessés, les suspendus... Mais finalement on a vu que les jeunes avaient répondu présent. 5-0, je n'aurais jamais signé ce score qui nous arrange bien au goal-average. Et ben les Verts, ils sont toujours là ! Il reste neuf matches à jouer, il faut être optimiste et faire confiance à tous ces jeunes qui arrivent. On a quand même un effectif avec des jeunes en devenir donc je suis assez confiant pour cette cinquième place que l'on souhaite."

Diomède justifie le choix Saliba

18/03/2019

William Saliba honore cette semaine sa première convocation avec l'équipe de France des moins de 20 ans. Il est en stage depuis hier en Espagne où les jeunes Bleus vont, avant le Mondial en Pologne dans deux mois, disputer trois derniers matchs amicaux à la Pinatar Arena de San Pedro del Pinatar, dans la région de Murcie, contre l’Argentine (le mercredi 20 mars à 18h00), les États-Unis (le vendredi 22 mars à 15h00) et la Corée du Sud, (le lundi 25 mars à 18h00).

Bernard Diomède a expliqué ce soir sur France Bleu pourquoi il avait décidé de surclasser le numéro 4 des Verts.

"Quand je sélectionne un joueur, j'essaye de prendre un maximum d'informations et de le regarder un maximum de fois pour ne pas me tromper. Vous pouvez vous permettre de faire des essais en U16, U17, U18 mais dès que vous arrivez aux U19 et aux U20, ce sont des joueurs qui tapent à la porte de l'équipe première et qui après deviennent titulaires. William est en train de montrer à Saint-Etienne des choses qui sont intéressantes.

J'ai eu Jean-Louis Gasset que j'ai la chance de connaître, on a beaucoup échangé, on a été assez en profondeur sur le sujet. Jean-Luc Vannuchi m'en avait aussi parlé quand il est arrivé au mois de septembre en sélection. Pour être sincère, j'ai beaucoup entendu parler de William mais je ne le regardais pas forcément car j'estimais que j'avais ce qu'il fallait à son poste. Au fur et à mesure que l'année a avancé, j'ai commencé à le regarder de plus près. J'ai vu que Jean-Louis n'a pas hésité à le faire jouer à différents postes.

J'ai voulu voir William car depuis que j'ai cette sélection, j'ai des changements réguliers à un ou deux postes.  Jean-Louis m'a dit qu'il l'avait fait jouer à différents postes, notamment sur le côté droit. C'est pour ça qu'il est là aujourd'hui avec nous. Aujourd'hui il démontre un certain sang froid.  Il dégage une certaine sérénité quand on le voit jouer pour un jeune de son âge. C'est ce que m'a confirmé Jean-Louis. Il aime bien dire que c'est un joueur froid, qui ne panique pas malgré les adversaires qu'il peut rencontrer, malgré les stades dans lesquels il peut évoluer.

Ce sont des critères qui sont importants quand vous jouez des matches en équipe de France et quand vous évoluez en L1 devant 30 000, 35 000 ou 40 000 suporters. C'est important de savoir gérer la pression. Tous les retours que je peux avoir sur lui se rejoignent, notamment ceux de Razik que je vois en formateur, qui a été l'un de ses coaches en jeune. C'est son premier rassemblement avec les U20. J'ai un noyau dur de dix ou douze joueurs qui sont là régulièrement. Il y a ceux qui viennent et qui repartent. Et il y a les nouveaux comme William.

J'ai eu William au téléphone avant de le faire venir en sélection. J'ai voulu lui poser des questions précises. Je sais que c'est un joueur qui aime évoluer dans l'axe, c'est son poste naturel. Il ne le savait pas mais quand je l'ai appelé, il a rapidement su que moi je voulais le voir à un poste différent. J'avais besoin d'échanger avec lui et avec Jean-Louis pour qu'il sache un peu où il met les pieds. Forcément s'il est présent, s'il est là, c'est qu'il a une carte à jouer. Comme je lui dis, il ne doit avoir aucune pression vu son jeune âge. Il doit juste être conscient qu'il a des qualités. S'il est là, c'est qu'il le mérite mais ce n'est pas une fin en soi. Il y a des joueurs qui sont là depuis un moment et vont vouloir se battre pour être de l'aventure au moi de mai. Il y une certaine concurrence mais dans un bon état d'esprit."

Le Figaro dit bravo à Polo

18/03/2019

Déjà retenu dans l'équipe de la 29ème journée par Whoscored, Pierre-Yves Polomat l'est également dans celle du Figaro qui met également à l'honneur Yann M'Vila et Romain Hamouma. Ce dernier fait même l'unanimité puisqu'on le retrouve dans toutes les équipes-types. Voici les avis du Figaro concernant les trois Stéphanois : 

Pierre-Yves Polomat : "Titulaire sur le côté gauche de la défense stéphanoise, il a réalisé une excellente prestation. Très offensif, comme à son habitude, il a délivré de bons centres pour ses coéquipiers. Il aurait pu également marquer un but, mais sa tentative a été un poil trop croisée."

Yann M'Vila : "Le patron au milieu de terrain. Omniprésent dans le jeu de son équipe, il a su être efficace sur les relances pour trouver ses attaquants. Mais il a également abattu un gros travail défensif en récupérant un nombre important de ballons et en mettant un gros pressing à ses adversaires directs."

Romain Hamouma : "Quel match ! Face au Stade Malherbe Caen (0-5), l'ailier stéphanois a fait la différence en première période. Auteur de l'ouverture du score à la suite d'une erreur de Brice Samba, l'attaquant des Verts a ensuite délivré deux passes décisives, la première pour Beric et la seconde, sur une merveille d'extérieur du pied droit, pour Nordin. Avec un but et deux passes décisives, il a été l'homme du match."

Pas de Wahbi en Tunisie

18/03/2019

Le site de MosaiqueFm nous a appris en fin d'après-midi que Wahbi Khazri, qui avait été retenu dans les Aigles de Carthage par Alain Giresse pour affronter Estwatini et l'Algérie, ne se rendra pas à cette convocation. Il est en effet blessé. Le Montpelliérain, Ellyes Skhiri, est également forfait.

Le bonheur est dans le prêt ? (5)

18/03/2019

De nouveau titularisé par Alain Perrin, Vagner est resté muet (et averti à la 68ème minute) lors de la courte défaite à Grenoble (0-1). Malgré cette défaite, les Nancéiens sont toujours hors de la zone rouge (17ème).

Franck Honorat a joué l'intégralité de la rencontre avec Clermont contre le Red Star. Auteur d'un but et d'une passe décisive, il a contribué à l'écrasant succès des Auvergnats (4-0) lors de cette 29ème journée. Grâce à cette 7ème passe décisive de la saison, Franck Honorat est co-meilleur passeur de Ligue 2 (avec le Valenciennois Tony Mauricio). Le CFA63 est 8ème au classement.

Fait inhabituel, Habib Maïga est resté sur le banc lors de la victoire messine à Niort (3-0). Les hommes de Frédéric Antonetti sont toujours leader de Ligue 2.

Alexis Guendouz était de nouveau titulaire lors de la victoire de Pau contre Quevilly (3-0). Cette saison, le natif de Saint-Etienne a joué 23 matchs toutes compétitions confondues. Les Palois restent 13ème de National 1.

Mahdi Camara était également titulaire lors du point pris par les Tangos à Chambly (0-0). Les Lavallois sont toujours 4ème.

Entré en jeu à la 77ème minute, Rayan Souici n'a pas pu empêcher la défaite de Sannois-Saint-Gratien contre Cholet (1-3). Son équipe reste à l'avant dernière place du championnat avec 8 points de retard sur le premier non relégable.

En grèce, Alexandros Katranis est resté sur le banc lors du derby perdu contre l'AEK Athènes (0-1). L'Atromitos est 4ème de Super League.

En Série A, Assane Diousse était titulaire lors du déplacement du Chievo à Atalanta (1-1). Le Sénégalais a été averti à la 35ème minute de jeu. Les Ânes sont toujours derniers du calcio avec 14 points de retard sur le premier non relégable (Empoli).

Lors de la dernière journée de la saison régulière du championnat Bulgare, Jorginho était titulaire lors de la victoire de son équipe contre Beroe (2-0). Le CSKA Sofia termine à la 2ème de Ligue A. Le Bissaoguinéen a disputé 14 matchs de championnat et marqué à 4 reprises. 

En 2.Bundesliga, Léo Lacroix est encore resté sur le banc de touche lors de la défaite du HSV à domicile contre Darmstadt (2-3). Hambourg reste deuxième au classement.

Oussama Tannane n'était évidemment pas sur la feuille de match ce week-end lors de la victoire d'Utrecht à Breda (4-0). Pour rappel, notre Marocain a officiellement été écarté par Dick Advocaat. Utrecht est 6ème d'Eredivisie.

Romain, 35 à 32 !

18/03/2019

 

A bientôt 32 ans (il les aura dans 11 jours), Romain Hamouma peine depuis quelques années à faire des saisons pleines.
Cette saison, il a été titularisé à 12 reprises seulement et va au mieux boucler sa saison dans les eaux des 5 précédentes où il avait été aligné à 22 ou 23 reprises au coup d'envoi.
Sa saison la plus complète date de 2013/14 où il avait démarré 28 matchs. C'est aussi sa saison la plus prolifique (9 buts en Ligue 1).
Lors de sa première année il avait été titularisé seulement 20 fois par Galette.

Samedi, il a claqué à Caen son 3ème but de la saison et porte ainsi à 35 buts son total en Ligue 1 sous le maillot Vert, soit une moyenne de 5 pions par saison.
En 7 saisons, son total de pions, toujours impair, s'est donc monté à 9 (2014), 7 (2017), 5 (2013, 2018), et 3 (2015, 2016, 2019).
Parmi les buteurs Verts du 21ème sècle, il vient de dépasser Feindouno (34 buts) et monte sur la 3ème marche du podium derrière Aubame (37 buts) et Gomis (38 buts)

Gambardella : Après les Dogues, Dogon !

18/03/2019
Image

Après avoir éliminé les Dogues, les U19 stéphanois accueilleront les Girondins de Jean-Luc Dogon le dimanche 7 avril. L'ancien défenseur bordelais peut se targuer de coacher la seule équipe à ne pas avoir encaissé de pions depuis le début de la compétition (2-0 contre Cholet, 3-0 contre Orléans, 3-0 contre Pau, 2-0 contre Torcy, 1-0 contre Lens). En attendant d'affronter l'invincible armada de Razik Nedder, l'ancien coéquipier lavallois de Philippe Guillemet s'est confié à Formation Girondins.

"Je pense que notre victoire contre Lens est assez logique, même si ce n'était pas un grand match. C'était compliqué avec le vent. Le but rapide a aidé, il vaut mieux mener rapidement que d'être mené. Mais on a reculé en fin de première mi-temps, on a eu des périodes difficiles en deuxième aussi. Il y avait moyen de faire autre chose, notamment dans le jeu. Mais les garçons se sont battus tout le match, ils n'ont rien lâché, ça montre un état d'esprit intéressant. Désormais, on ira à Saint-Etienne. On continue l'aventure, c'est du bonus. On espère aller jusqu'au bout, mais pour l'instant on savoure."

Buteur contre les Sang et Or, l'international U17 Amadou Traoré évoque également sur le même site cette demi-finale de Coupe Gambardella.

"Le but nous a tout de suite mis dedans. Je suis très content d'avoir marqué, c'est toujours plaisant. On est restés solidaires après, on s'est parlés, défensivement on était solides. On a reculé, mais on restés concentrés jusqu'à la mi-temps. Et même si Lens a poussé, on n'a pas eu peur. On connaît nos qualités, on a un bon potentiel offensif et derrière, on était renforcés. Place à Saint-Etienne maintenant, un solide adversaire encore. Il faudra rester concentrés, on connaît leurs qualités, on sait de quoi ils sont capables."

Saivet claque, Bursaspor craque

18/03/2019
Image

Malgré son remarquable but du break claqué à la 42e minute, Henri Saivet s'est incliné 3-2 à domicile hier contre Galatasaray lors de la 26e journée du championnat turc.

Piatti a bouffé du Lion

18/03/2019
Image

Ancien milieu offensif stéphanois jouant sa cinquième saison à l'Impact de Montréal, Ignacio Piatti (34 ans) a réalisé un doublé victorieux avant-hier sur le terrain des Lions d'Orlando City.

Sainté roi des côtés

18/03/2019
Image Image Image Image

Site de référence de statistiques footballistiques, WhoScored met tous les joueurs de couloir stéphanois dans son équipe type de la 29e journée de L1 !

Gurtner (Amiens) - Saliba (ASSE), Jovanovic (Bordeaux), Jullien (Toulouse), Polomat (ASSE) - Nordin (ASSE), Sangaré (Toulouse), Savanier (Nîmes), Hamouma (ASSE) - Mbappé (QSG), Di Maria (QSG).

Le Sergent chef sort de sa réserve

18/03/2019
Image

Discret président du Stade Malherbe de Caen, Gilles Sergent sort de sa réserve dans la dernière édition du quotidien Ouest-France suite à l'écrasante victoire des Verts à D'Ornano.

"Samedi soir, j'ai ressenti de la colère, de l'incompréhension, de l'indignation. Je comprends l'attitude des supporters et la réaction du public. Il y avait près de 19 000 personnes au stade. Le public normand est remarquable et il était logique qu'il exprime son insatisfaction. Prendre cinq buts à domicile, même si l'équipe en face avait des atouts, ce n'est pas normal. On est passé totalement à côté de ce match. Ce n'est pas parce que l'on prend un but à la 4e minute que le monde s'arrête, et c'est pourtant ce qui s'est passé. Il est important de ne pas céder à la panique, quand bien même le contenu du match de samedi pourrait nous y inciter. Rolland Courbis m'a convaincu que ces trois dernières défaites contre Paris, Rennes et Saint-Etienne étaient autant d'éléments sur lesquels s'appuyer pour rebondir."

Les Amazones solide leader !

18/03/2019

Vous avez pu suivre le déroulé de la rencontre sur notre forum grâce au potonaute franck42 : les Amazones se sont imposées 3 - 0 sur le terrain du Portet. Les Vertes ont ouvert le score à la 27ème minute grâce à Laury Jesus (photo de Pascal Souchon, page facebook "Les Amazones Stéphanoises") sur une passe décisive d'Audrey Chaumette (0-1). A la mi-temps, Jérôme Bonnet décide de modifier son système de jeu en 4-4-2. Ce changement sera payant puisqu'à la 62ème minute Courtney Strode fait le break (0-2). Les féminines gèrent la fin de match et marquent un 3ème but à la 83ème minute grâce à un csc d'Eutrope (0-3). Grâce à cette victoire, les Amazones restent leader grâce au goal-average particulier (avec un match en moins que Marseille).

La compo :  Mallory Geurts – Charlotte Gauvin (cap) (Coralie Digonnet 70ème), Leonie Multari, Julie Marichaud, Morgane Martins – Candice Gherbi (Marion Blanc-Gonnet, 75ème), Laura Condon - Audrey Chaumette, Myriam Zanoubi (Courtney Strode, 60ème), Kelly Gago - Laury Jesus.

 

C'est la défaite de trop

18/03/2019
Image

Jusqu'au fiasco, c'est la défaite de trop pour des Caennais réduits au KO. Outré par la déroute de leur équipe face à Sainté, le Malherbe Normandy Kop a publié hier un communiqué sur son site officiel

"Honte, irrespect, tristesse, incompréhension, peur, inquiétude. Les mots ne manquent pas pour qualifier la soirée cauchemardesque de notre club de cœur samedi. Malgré deux dernières saisons extrêmement compliquées, nous avons toujours été présents derrière le Stade Malherbe. Mais cette saison est la saison de trop, et le match d’hier soir est le match de trop. Menés 3-0 au bout de 30 minutes, nous avons donc décidé de retirer notre bâche du grillage et de quitter le stade pour montrer notre mécontentement.

Nous pouvons accepter la défaite, mais lors de ce match, l’attitude des joueurs sur le terrain était proprement scandaleuse, indigne du Stade Malherbe ! Outre le score, le naufrage de notre équipe orchestré par une direction incompétente et des joueurs sans orgueil nous agace au plus haut point… Un petit contingent du MNK96 reçu par Gilles Sergent hier n’a pu que constater l’absence de solutions pour nous sortir de cette situation.

Notre patience a des limites, Nous souhaitons désormais des actes forts ! Il est grand temps de réagir car nous n'accepeterons plus cette mascarade ! Joueurs, staff, dirigeants, vous êtes tous coupables ! Nous nous réunirons prochainement afin de décider des actions à venir. Pour notre club, notre histoire, les salariés, pour nos couleurs et notre ville, tous les supporters Malherbistes, ensemble nous vaincrons !"

Europe, the final countdown (9)

18/03/2019
Image

Maître de conférences en informatique à l'Universite Lille 3, Fabien Torre a actualisé ses probabilités à neuf journées de la fin du championnat. Grâce aux résultats tous favorables de ce week-end (hormis la victoire de Reims contre Nantes), les Verts ont augmenté leurs chances de fini sur le podium (7%), dans le big four cher à Jérôme (32%) et dans le top 5 (56%).

Robert aime Robert

18/03/2019
Image Image

Dans la dernière édition du Progrès, Robert Herbin met à l'honneur Robert Beric. Extraits.

"A Caen, c’était un match d’entraînement. Face à nos Verts, il y avait une équipe totalement démobilisée, sans aucune détermination. Le fait d’avoir marqué cinq buts, c’est bien pour le goal-average, ça jouera son rôle en fin de championnat. Il y avait quand même la possibilité de marquer encore un peu plus. Les jeunes ont pu s’exprimer. C’est quelque chose de positif. Ils ont été très intéressants et j’ai trouvé que l’équipe n’était pas amoindrie. Sur le plan offensif, Robert Beric apporte autre chose que Wahbi Khazri. Ce n’est pas le même jeu. Il a libéré des espaces pour ses partenaires. Cet attaquant à le sens du collectif et une bonne vision du jeu. Cela peut être une bonne alternative jusqu’à la fin de saison. Romain Hamouma a aussi été décisif. C’est un excellent footballeur, capable de coups fabuleux."

Hamouma et Beric dans l'équipe type

18/03/2019
Image

Auteurs des deux premiers buts de l'écrasante victoire des Verts à Caen, Romain Hamouma et Robert Beric figurent dans l'équipe type de la 29e journée entraînée par Jean-Louis Gasset :

Gurtner (Amiens) - Dubois (vilains), Gouano (Amiens), Jemerson (Monaco), Ballo-Touré (Monaco) - Savanier (Nîmes), Silva (Monaco), Oudin (Reims), Hamouma (ASSE) - Di Maria (QSG), Beric (ASSE).

C'est la première fois de la saison que le quotidien sportif récompense les numéros 21 et 27 de l'ASSE.

Gurtner évoque les Verts (2)

17/03/2019
Image

Ayant permis à son équipe d'arracher hier le nul à Angers en arrêtant un penalty, Régis Gurtner, qui avait déjà la réception des Verts en tête il y a trois semaines, fait une nouvelle fois référence à ce match du 6 avril prochain dans la dernière édition du Courrier Picard.

"Nous venons de prendre huit points sur douze possibles. C’est très bien, mais il ne faut pas s’arrêter là. On sait que dans le football, tout peut aller très vite dans un sens comme dans l’autre. Il ne faut surtout pas tomber dans la facilité et dans le piège de se dire que le maintien est atteint. Il n’y a pas beaucoup d’équipes qui se sont maintenues avec 29 points. On sent désormais qu’on est une vraie équipe et il est essentiel de continuer à s’appuyer sur ce collectif. C’est presque dommage que ce soit la trêve. À nous d’entretenir cette dynamique, avant de repartir sur deux gros matches à domicile, face à Bordeaux et Saint-Étienne. Car notre maintien passe par de bons résultats chez nous."

U17R : l'ASSE bat l'OSE dans le derby stéphanois

17/03/2019



Victor Monteiro, auteur du but (Photo de Thomas 99)

Les U17 régionaux de Sylvain Gibert, actuels leaders de leur groupe, effectuaient le plus court déplacement de l'année puisqu'ils rencontraient, sur le stade Roger Rocher de la Cité Meons, leurs homologues de l'Olympique Saint-Etienne, un adversaire classé en milieu de tableau, mais qui était venu s'imposer lors du match aller le 14 octobre dernier. C'est d'ailleurs la seule défaite concédée à ce jour par les Verts de l'ASSE qui l'ont emporté cet après-midi après un match dont on ne retiendra que la courte victoire (0-1). 

Tout avait pourtant bien commencé pour les Verts qui ouvraient rapidement le score : à la suite d'un bon mouvement collectif, Brahim Fatah perçait, plein axe, décalait Eros Mongelli, à gauche de la surface de réparation qui alertait Victor Monteiro. L'international portugais arrivait en pleine course et plaçait une tête victorieuse. (0-1, 3ème).
Les Stéphanois de l'ASSE dominaient ces premières minutes mais ne parvenaient pas à doubler la mise. Cette bonne entame était de courte durée car l'Olympique allait prendre le dessus, remportant les duels, récupérant bon nombre de ballons et se projetant rapidement vers l'avant par des attaques rapides sur lesquelles les défenseurs centraux de l'ASSE se montraient heureusement vigilants. La mi-temps était la bienvenue. Recadrés pendant le repos, les Verts se montraient par la suite plus solidaires mais ne parvenaient pas à retrouver la maîtrise du match et ils ne se créaient pas d'occasions. Les dernières minutes voyaient la pression de l'OSE se faire encore plus forte, avec des corners et des coups-francs. Mais les joueurs de Sylvain Gibert gardaient leur cage inviolée, réalisant leur cinquième clean sheet consécutif.  

La composition : Moulineau - Boli, Bendriss (cap), Ahmane (Diallo 20ème) - Yahiaoui, E.Mouton, Monteiro, Fatah (M.Moueffek 45ème), Marwan Ouroui (Fatah 75ème) - Mongelli (Moyo 85ème), Moyo (Bozi 45ème).

La réaction de Sylvain Gibert : "Ca a été un match très compliqué, un match particulier, un derby dans lequel l'Olympique a joué crânement sa chance. On se souvenait qu'ils nous avaient battus à l'aller. Ce match disputé sur un petit terrain synthétique de qualité moyenne ne nous a pas permis de montrer un niveau de jeu à la hauteur de celui des dernières semaines. Nous avons fait une bonne entame de match avec une rapide ouverture du score, mais ensuite nous avons souffert, perdant les duels, n'étant pas présents à la récupération. Nous sommes toutefois arrivés à la pause avec cet avantage. A la mi-temps, j'ai demandé aux joueurs de mettre plus d'envie qu'en première période. Ils ont entendu le discours et ont montré une belle solidarité mais ont eu du mal à produire du jeu. Nous n'avons pratiquement pas eu d'occasions, mais nous avons su préserver l'avantage acquis au début. On ne va pas se contenter d'une telle prestation car nous sommes capables de beaucoup mieux au niveau du contenu, nous l'avons prouvé la semaine dernière."  

Les Sauvages à Geoffroy-Guichard (5)

17/03/2019
Image

Le Parisien revient aujourd'hui sur le tournage à Geoffroy-Guichard de la série de Canal Plus "Les Sauvages". Extraits.

"Rebecca Zlotowsk est comme un poisson dans l’eau à Saint-Étienne, une ville qu’elle ne connaissait pas avant d’y poser ses caméras. De mardi à samedi, celle qui est aussi coscénariste des « Sauvages », série en six épisodes qui sera diffusée à l’automne sur Canal +, a investi en nocturne le stade Geoffroy Guichard. En seulement cinq jours, un épisode entier de 52 minutes a été tourné, à un rythme effréné.

"Déjà, avant de venir, Saint-Étienne me passionnait", confie Rebecca Zlotowski. "Je la voyais comme la Detroit française avec toute cette industrie qui a disparu." Le Stéphanois Sabri Louatah, l’auteur du roman à succès "Les Sauvages", est à ses côtés pour la guider dans ses pérégrinations. "Ce n’était pas prévu mais nous avons même tourné sous les fenêtres de l’appartement où j’ai écrit le premier tome du roman", s’amuse l’écrivain qui est également coscénariste de la série et a dû adapter au format télé son histoire en quatre tomes.

"La scène du stade par exemple ne figurait pas dans le roman. Mais Geoffroy-Guichard à Saint-Étienne, c’est le cœur de la ville. C’est pour ça que nous avons choisi de l’ajouter au scénario avec Rebecca." Très investi, bien qu’expatrié aux États-Unis désormais, Sabri Louatah a également participé aux repérages du tournage à Saint-Étienne. "Mon seul regret est de ne pas avoir pu être là pour les castings."

"Nous avons recruté plus d'un millier de figurants localement. Nous sommes allés chercher des vraies gens de Saint-Étienne qui exercent réellement les métiers montrés à l’écran », soulignent la réalisatrice et le romancier qui ont même proposé au maire LR de la ville, Gaël Perdriau, et au président de l’AS Saint-Étienne, Roland Romeyer, de faire une apparition dans la série. "On aurait vraiment aimé qu’ils participent au tournage. Le président du club de foot, ici, c’est l’homme le plus puissant de la ville", sourit Sabri Louatah. Mais après avoir mesuré l’importance du projet, tous deux ont préféré décliner l’invitation.

Il faut dire que Canal + mise beaucoup sur cette nouvelle création originale : "Cela fait cinq ans que nous travaillons dessus", raconte Marco Cherqui de CPB Films, coproducteur de la série. "Dès que j’ai lu le premier tome des "Sauvages", j’ai tout de suite adoré. C’est un thriller politique qu’il fallait absolument tourner ici. Saint-Étienne reste un mystère. Tout le monde connaît cette ville de nom mais très peu la connaissent vraiment."

Courbis a pris une bonne droite dans la tronche

17/03/2019
Image

Dans une interview à paraître dans la Pravda de demain, Rolland Courbis revient sur la fessée qu'il a prise hier soir à D'Ornano.

"On a pris une bonne droite dans la tronche. En guise de passes, on a fait des saucissons. Il aurait fallu non pas deux coaches, mais vingt-deux, soit deux par joueur. Ce 0-5 va nous permettre de nous sauver ! Parce qu'avec le contenu de ce match, et des deux précédents contre Paris et Rennes, où il y a eu des passages très intéressants, je pense avoir bien cerné ce qui fonctionne, ce qui marche moins bien et ce qui ne convient pas du tout ! Il faudra aller à Guingamp début mai une semaine après avoir reçu Dijon. Pour ce match comme pour les trois autres à domicile contre Angers, Reims et Bordeaux, j'en ai discuté avec Fabien et j'affirme sans aucune modestie qu'il faudra une prestation énorme des adversaires pour nous empêcher de les battre !"

Razik est exigeant et gourmand

17/03/2019
Image

Entraîneur des U19 stéphanois, Razik Nedder revient pour nous sur la qualification de son équipe en demi-finale de Coupe Gambardella.

"On est bien sûr content d'être qualifié mais mon point de vue sur le match est mitigé. On fait une très grosse première mi-temps, une des meilleures depuis notre début de saison, notamment dans cette compétition. On a voulu les chercher haut, récupérer les ballons haut, tenir les ballons. On avait un projet de jeu ambitieux sur ce match-là, comme on le fait habituellement. Je pense qu'on était dans le vrai, ça nous permet de mener 2-0 à la pause. Je considère même que l'on aurait pu rentrer au vestiaire avec un score plus sévère.

Ce qui fait la beauté des matches de jeunes, c'est que ça peut très vite tourner, encore plus qu'avec les adultes. D'entrée de deuxième mi-temps, il y a un fait de jeu, ils marquent sur penalty. On a un flottement de quinze à vingt minutes où on doute beaucoup, on ne tient plus les ballons et défensivement surtout on en récupère peu. Cela devient plus compliqué, on concède l'égalisation.

Derrière, j'ai trouvé qu'on s'est remis à jouer au foot dos au mur. On s'est remis à gagner les duels, on s'est remis à tenir un peu plus les ballons. On marque le but victorieux sur une action de grande classe. Le ballon que donne Tyrone est millimétré et derrière Charles réussit un enchaînement de haut niveau. En reprenant l'avantage, ça a donné un coup de massue à cette équipe lilloise, qui s'est vraiment mise à bégayer son football.

On a eu plusieurs occasions de tuer le match, on n'y est pas parvenu, mais on a tenu jusqu'à la fin du match. Je suis satisfait de cette victoire, de notre grosse première mi-temps. Maintenant, je suis exigeant et gourmand avec cette équipe. J'aurais aimé qu'ont ait plus de maîtrise sur la première moitié de la deuxième mi-temps notamment. C'est de la gourmandise mais je peux être gourmand avec cette équipe vu son grand potentiel.

On a un groupe de qualité. L'entrée de Baptiste Gabard nous a énormément soulagés. Je suis satisfait de ce que l'on a fait collectivement aujourd'hui. On est performant. La ligne de quatre derrière a beaucoup changé. Dylan Durivaux, qui sur certains matches n'était même pas dans le groupe, était aujourd'hui titulaire. Il y a parfois des garçons qui n'ont pas l'occasion d'être dans le groupe, de se montrer. Ce n'est pas un problème de qualité, c'est que j'ai des problèmes de riche cette saison. J'ai beaucoup de joueurs très performants aux mêmes postes. Par moment, les choix sont difficiles mais ce qui est sûr, c'est qu'il y a de la qualité dans notre effectif.

On est content d'être dans le dernier carré mais bien sûr on ne veut pas s'arrêter là. On prend vraiment match par match. On ne connaît pas du tout nos prochains adversaires girondins mais on va bien prendre le temps de découvrir cette équipe par vidéo comme on l'a fait lors des tours précédents. On va analyser leur jeu, mettre en place un projet de jeu face à ça. A ce stade-là de la compétition, il n'y a pas de bon adversaire, il ne reste que du lourd.

On est très content de joueur encore ce match à la maison. Il n'y aura pas de voyage. Quand on sait les difficultés logistiques que l'on peut rencontrer, notamment avec les retombées de joueurs, ce n'est pas négligeable de pouvoir recevoir. Quand on voit l'ambiance qu'il y a eu aujourd'ui à L'Etrat, on est vraiment très heureux de vivre un dimanche de plus tous ensemble chez nous. L'autre demi-finale opposera deux équipes de notre groupe en championnat. Cela ne nous surprend pas, cette poule est réputée pour être la plus difficile. Avec Montpellier et Toulouse, on se tire la bourre depuis la première journée."

Partager