home

Comme une finale pour Kolo

20/11/2018
Image

L'ancien vilain Timothée Kolodziejczak, qui s'apprête à jouer vendredi son premier derby avec les pros, aborde ce macth d'ouverture de la 14e journée de L1 dans Le Progrès du jour. Extraits.

"Trois jours après avoir signé à l’OL mon contrat d’aspirant, j’étais sur le banc des remplaçants de l’équipe pro qui disputait un derby à Sainté ! C’était mon premier banc de Ligue 1. J’avais 16 ans. Lyon avait gagné 1-0, je n’étais pas entré en jeu. J’étais un gamin. Ça m’avait impressionné, je m’étais fait pas mal insulter. Ça m’a mis dans l’ambiance. Et dans la foulée, le dimanche suivant, je disputais un autre derby contre les Verts avec la CFA, mais cette fois à Lyon. On avait gagné 2-1.

On sent bien que c’est un match particulier pour les deux clubs. Ici, je reçois des messages sur les réseaux sociaux où les supporters m’expliquent que c’est le match le plus important pour eux. C’est une histoire de fierté. Je trouve ça cool quand ça ne dépasse pas les limites. Je l’ai vécu de près, même sans jouer, d’un côté. On va voir comment ça se passe. J’ai disputé quatre ou cinq derbys à Séville, là-bas y a une rivalité mais moins de haine.

C’est dommage que nos supporters soient interdits de déplacement. Ils vont venir à l’entraînement l’avant-veille, c’est ça ? J’ai vu des images du départ le jour du match, tu sens que ça leur tient à cœur. Pour nous, ça reste trois points, même si c’est un match particulier dans l’engagement. Mais pas question de se mettre la pression. Les qualités primordiales dans un derby ? L’expérience, le sang-froid, le calme. Ça peut brancher. Il faut garder la tête froide, ne penser qu’au match, même si parfois ça peut être compliqué. L’idée, c’est de terminer à11 parce qu’on sait que là-bas, ça va être difficile.

Je suis moi-même. Je casse les couilles à tout le monde, dès le matin. On a un groupe qui vit bien. C’est sincère. C’est comme ma deuxième famille. À Nice, c’était pareil sauf qu’on avait moins de pression. Ici, on a des objectifs assez hauts. Il y a de l’attente. Ce ne sera pas une contrainte d'évoluer dans 'axe, j’y ai évolué lors des quatre dernières années. Dans l'axe il faut être plus concentré car la moindre faute, c’est filoche.

Cette équipe de Lyon a énormément de joueurs de talent qui peuvent faire la différence à tout moment. L’OL est un peu cyclique mais il faudra faire attention. C’est une équipe qui joue le podium. De toute façon, ça se jouera au mental. Comme une finale. On est juste derrière eux à un point. On n’a rien à leur envier mais il faudra faire un match plein pour ramener quelque chose."

L'arrêté doit être réexaminé !

20/11/2018

Résultat de recherche d'images pour

 

Eh oui ! L'Association nationale des supporters nous apprend, par un tweet, que la justice a fait son travail.

Le tribunal administratif, tel Ponce Pilate s'en lavant les mains, estimait n'avoir pas à statuer sur l'arrêté préfectoral d'interdiction de déplacement des supporters stéphanois. Cependant, la cour administrative d'appel vient de l'enjoindre à rouvrir le dossier et à faire son boulot correctement !

Bon, ne vous enflammez pas : il s'agit de la cour administrative d'appel de Marseille faisant la leçon au tribunal de Nice à propos de l'interdiction de déplacement à Monaco...en mai dernier. Nous aurons donc peut-être une réponse sur la conformité légale de la gabegie préfectorale avant le printemps prochain. Ou pas.

On ne sait s'il faut en rire ou en pleurer.

 


Paga gentil avec les vilains

20/11/2018
Image

Paga revient aujourd'hui dans France Football sur l'horrible derby du 5 novembre 2017.

Du bord du terrain, Laurent Paganelli, homme volant de Canal+, est mieux placé que quiconque pour voir Fekir ôter son maillot après son but, le cinquième, et le brandir devant le kop stéphanois. Il est vrai que l’ampleur de cette victoire en terre ennemie était inédite. «C’était comme au ralenti tellement il a fait ce geste doucement, analyse l’ancien Stéphanois. Je m’étais dit que ça allait être le bordel. Je l’ai suivi quand il est sorti et je me suis même retrouvé seul avec lui dans le vestiaire.C’était sympa.Et alors? C’est ça le foot ! Ils sont jeunes, insouciants, et c’est ce que j’aime aussi.» C’est qu’il en a disputé des derbys, le Paga ! D’où cette compréhension même s’il appartenait à l’autre camp. Il explique avec passion: «Dans un derby, la tactique ne compte pas, le beau jeu non plus: on veut gagner, point barre. C’est un combat sur le rectangle vert où il faut s’attendre à tout, où tous les coups sont permis. Si un  tel match est lisse, on s’emmerde. Il ne faut pas qu’il le devienne.» Mais s’il reconnaît que «Domenech a raison quand il dit que si tu as un frère dans l’autre camp, tu ne lui parles pas», il avoue aussi qu’il lui est arrivé « d’aller arroser le match après coup à Lyon, avec les Lyonnais». Méchants pendant, gentils après, ça se fait encore ?"

Debuchy fait le bonheur de Gégé

20/11/2018
Image

Mathieu Debuchy fait le bonheur de GG mais aussi de Gégé, comme l'explique la dernière édition de l'autoproclamée "bible du football".

"Le bonhomme impressionne : 1,95m, 117kg de muscles, Gérald Saeys est un beau bébé. Dans son salon de tatouage à Seclin, en périphérie de Lille, «Gégé» a su se démarquer de la concurrence un beau jour de 2008. Un certain Mathieu Debuchy frappe à sa porte. Il veut se faire tatouer tout l’avant-bras. «Je débutais à peine à l’époque et il m’a fait une confiance aveugle, se remémore l’homme de quarante cinq ans. Tout est parti de là, grâce à lui. Après, il a suffi qu’il aille au vestiaire prendre sa douche et c’était parti pour moi !» Yohan Cabaye et Eden Hazard s’extasient devant la qualité du tatouage de guerrie rpolynésien, la spécialité de Gégé. Un par un, les joueurs de Lille viennent se faire piquer chez lui.

(...)

Au fil des années, la culture du tatouage s’est imposée comme un véritable courant dans le monde du football. Gégé a trouvé le bon filon, les rencontres s’enchaînent. Mathieu Debuchy l’a fait venir à Newcastle, et présenté à Loïc Rémy et à ses potes de l’équipe de France. Gérald Saeys s’est ainsi beaucoup lié à Olivier Giroud. Si les prénoms de la famille sont les motifs qu’il dessine le plus sur la peau des joueurs, Gégé a noté une recrudescence des symboles religieux sur l’épiderme des footeux.« Je ne sais pas comment ça se fait, mais les joueurs sont très “religion”. Je pense que l’éloignement avec leur famille doit jouer. Duc oup,on s’accroche aux choses auxquelles on croit. Ils me demandent beaucoup de croix,de vierges, de chapelets... Le tatouage est thérapeutique."

Brockers victime d'un vilain tacle (3)

20/11/2018

Après Jean-Pierre Ciccarello et Hervé Bayet, c'est au tour de Gilles Rousset de revenir aujourd'hui dans France Football sur le vilain tacle dont fut victime l'ancien Vert David Brockers lors d'un derby "amical" disputé le 7 juillet 1991 à Feurs.

"Il s’agit d’un match amical qui se joue à Feurs, non loin de Saint-Étienne. Sur le terrain, ça ne se passe pas bien. Cabanas et Cyprien,qui en sont venus aux mains, sont expulsés. Et puis survient le coup de folie d’un supporter lyonnais. Gilles Rousset, qui était dans le but de l’OL, n’a rien oublié. «On joue mal le hors-jeu et un attaquant de Saint-Étienne(NDLR : le dénommé David Brockers) s’échappe le long de la touche. C’est alors qu’un supporter passe la balustrade pour aller le tacler ! Je me suis dit : je rêve ou quoi ? Mais ça ne me déplaisait pas. Je venais d’arriver à l’OL et ça me faisait entrer de plain-pied dans ce qu’était un derby et dans son histoire.» Et l’un des must de cette incroyable histoire, c’est ce qu’adit, toujours selon Rousset, Raymond Domenech au tacleur surprise après le match : «Toi, jevais peut-être te prendre dans mon effectif ! Du grand Raymond !» Plus sérieusement, l’ancien gardien international, aujourd’hui adjoint des U19 à Lyon, affirme: «Pour comprendre ce derby, le seul du foot français à mon sens, il faut l’avoir joué. Rémi Garde, Bruno Genesio, le pauvre Alex Bes, tous les mecs formés à Lyon m’ont fait aimer le derby, à commencer par Raymond.» Au fait, il n’ya plus eu de match amical depuis entre les deux clubs."

Ole premier, Robert dernier

19/11/2018
Image Image

Victorieuse 2-0 ce soir contre Chypre à Nicosie lors de la 6e et dernière journée de la Ligue des Nations, la Norvège finit première de son groupe avec 13 points. Comme il y a trois jours en Ljubljana, Ole Selnaes a joué l'intégralité de la rencontre. Une nouvelle fois élu homme du match par la télévision norvégienne TV2, le numéro 17 de l'ASSE s'est notamment illustré par une passe décisive (corner) sur le second but marqué par Ola Kamara.

Malgré son méritoire match nul en Bulgarie, la Slovénie de Robert Beric (resté scotché sur le banc à Sofia) termine bonne dernière avec trois petits points.

Non grata en banlieue (2)

19/11/2018

 

Le recours déposé par le club suite à l'interdiction de déplacement chez les vilains vient d'être rejeté par le tribunal administratif de Lyon. Toutefois, un second recours a été déposé par les groupes de supporters. Il sera examiné le mardi 20 novembre.

Anthony, on remet ça ?

19/11/2018

 

Pour le 117ème derby vendredi, les deux équipes seront arbitrées, comme il y a 8 ans, pour le si fameux 100ème, par Anthony Gautier.
Heureux présage ?
On l'espère. Si, hélas, les Verts devront faire sans le soutien de leurs sups, ils se rassureront en constatant que leur bilan est très correct sur les 10 derniers déplacements en banlieue (2 victoires, 5 nuls, 3 défaites).

U19 : Sainté et Monaco dos à dos

19/11/2018

 

Les U19 ont partagé les points avec une belle équipe monégasque hier après-midi à l'Etrat.

Les Stéphanois ont eu une entame difficile face à un adversaire qui avait la maîtrise du jeu. Les Verts ont en partie rééquilibré les débats grâce à un changement d'organisation après 20 minutes de jeu. Ils auraient même pu rentrer aux vestiaires en étant devant à la marque si une frappe d'Abdoulaye Sidibé avait trouvé les filets plutôt que le poteau à la 40e minute.

Les Verts ont entamé la deuxième période de la meilleure des manières. Sur une passe lumineuse de Josue Gago, le très en forme Abdoulaye Sidibé (photo) a filé au but et a ouvert la marque (1-0, 48e). Les Monégasques toutjours supérieurs dans la maîtrise ont logiquement égalisé à la suite d'un décalage côté droit menant à un centre en retrait repris victorieusement (1-1, 60e). Les Stéphanois moins dominés en deuxième période, ont aussi pu compter sur deux grosses parades de Nathan Crémillieux pour finalement clore la rencontre sur un score de parité.

Les troupes de Razik Nedder qui sont quatrièmes du groupe D, se déplaceront à Béziers le dimanche 25 novembre.

 

La composition : Crémiilieux - Halaimia (Tormin, 45e), Tshibuabua, Leleux, Roubat - Durivaux, Petit (Gabard, 20e), Mersel, Gago - Sidibé, Bengeddoudj (Urie, 82e).

 

La réaction de Razik Nedder : "On a joué contre un adversaire techniquement supérieur et doté de meilleures individualités. Il a fallu rapidement changer de système car on ne parvenait pas à les presser haut comme on aurait aimé pouvoir le faire. Les ajustements à la pause ont permis d'être moins trimbalés en deuxième période mais c'est resté un match difficile dans lequel il a fallu faire beaucoup de courses. On a joué ce qui se fait de mieux à ce niveau et on a manqué de maîtrise sous pression pour pouvoir plus les inquiéter. On reste sur 9 matchs sans défaite c'est quand même une satisfaction. On a su tenir tête à une équipe meilleure que nous donc ce match nul est plutôt positif."

Lebo retour d'ascenseur de Galtier à Laurey

19/11/2018
Image

L'entraîneur du RC Strasbourg ne tarit pas d'éloges sur son jeune attaquant Lebo Mothiba (22 ans), sixième au classement des buteurs ex aequo avec Jonathan Bamba (7 pions soit un de plus que le meilleur scoreur stéphanois Wahbi Khazri).

"Si j'avais une fille sur le point de se marier, j'aimerais l'avoir comme beau fils. S'il m'appelle à trois heures du matin à cause d'une panne de voiture, je vais le chercher sans hésiter. Il est toujours prêt, c'est incroyable d'être aussi professionnel que lui à cet âge. On ne voit pas beaucoup de joueurs comme ça."

Selon le site Goal, "Christophe Galtier a joué un grand rôle dans le départ du Sud-Africain vers l'Alsace, envoyant un texto à Thierry Laurey pour l'exhorter à recruter ce joueur talentueux transféré par le LOSC avec option de rachat " Un beau retour d'ascenseur pour celui qui travaillait pour Galette en 2011 en tant que recruteur.

Le calcio n'est plus ce qu'il était

18/11/2018

C'est la réflexion que beaucoup se seront faite en apprenant l'info (ou l'intox ?) du site indonésien viva. Selon ce site, l'AC Milan aurait coché le nom de l'ancien Vert Florentin Pogba pour renforcer sa défense, insistant sur la gratuité de l'opération !

Les U15 en vain contre les vilains

18/11/2018


C'était le retour de Jibril Othman

La défaite de la semaine dernière à Bourg semble avoir freiné les U15 de Jean-Philippe Primard. Invaincus jusqu'alors, ils ont subi aujourd'hui leur deuxième revers (0-2), contre, il est vrai, un vilain adversaire à fort potentiel qui se présentait aujourd'hui, à Michon, au grand complet.

Le match commençait de la pire des façons pour les Verts qui encaissaient un but dès la 10ème minute : un débordement ponctué d'un centre au 2ème poteau remis dans l'axe pour un joueur qui conclut au sol, du point de penalty, malgré le marquage. Jean-Philippe Primard réorganisait son équipe, notamment le milieu de terrain, et les Verts, tout en restant toujours sous la vilaine menace, réussissaient à se créer des occasions qui auraient pu leur permettre de revenir au score : des situations dans la surface, une frappe non cadrée, un dribble raté au dernier moment. La deuxième mi-temps commençait comme la première, avec une réalisation des visiteurs, dès la 44ème minute à la suite d'un débordement côté droit, suivi d'un centre en retrait converti en but. Les Verts réagissaient  peu à peu et ressortaient mieux les ballons, notamment dans les dix dernières minutes où ils inquiétaient l'adversaire, mais en vain : le score n'évoluait pas et restait figé à 0-2.

La composition : Jammes - Zarzour (Hospital 40ème), Fenkrouz (Abdellaoui 70ème), N'Gongar Christ, N'Gongar Alpha - Besson, Marmorat, Gauthier - Seda Mfukumoko, Othman (Merat 40ème), N'Joya N'Gapout.

La réaction de Jean-Philippe Primard : "C'est une défaite logique dans l'ensemble. Les Lyonnais avaient la grosse équipe. Ils ont bien maîtrisé ce match. Nous avons mal commencé en encaissant rapidement un but. Comme nous étions pris au milieu, j'ai renforcé ce secteur et, même si nous avons concédé des occasions, nous avons réussi à nous en créer, sans pour cela parvenir à égaliser. Après le repos, il fallait bien défendre en bloc en attendant les possibilités de contres. Mais on a vécu le même scénario qu'en première mi-temps avec ce but pris dès la 4ème minute de cette mi-temps. Nous avons par la suite bien réagi sans pour cela suffisamment contrarier leur maîtrise. Je suis tout de même satisfait de notre état d'esprit car nous n'avons rien lâché et il nous a manqué un brin de réussite pour marquer."

Les U17R n'ont pas franchi la côte

18/11/2018


La défense centrale Boli-Bendriss n'a pas été inquiétée

Après un départ canon, les U17 régionaux de Kevin De Jesus marquent un peu le pas. Après la défaite concédée contre les voisins de l'Olympique, le match nul face à Rhône Crussol, la réception de la Côte Saint-André était l'occasion de se relancer. Mais les joueurs de la cité natale d'Hector Berlioz ne se sont pas laissé jouer la musique et sont repartis fièrement avec le point du match nul (0-0) pour lequel ils auraient sûrement signé avant la rencontre.

Les Verts se sont pourtant créés plusieurs occasions en première période. Sur un corner, le ballon est passé devant la cage sans qu'un Stéphanois ne réussisse à le pousser au fond des filets. Plusieurs centres n'ont pas été convertis faute de justesse technique. Après le repos, une frappe lointaine est détournée sur la barre par le gardien côtois. Cette incapacité à scorer était d'autant plus frustrante que la défense verte n'a, à aucun moment, été mise en danger lors de ce match.

La composition : Petiot - Bendriss, Boli, Ahmane - Yahiaoui (E.Mouton 65ème), Fatah, Morel, Diallo (Marwan Ouroui 55ème) - Mouad Ouroui (Grillet 75ème), Monteiro, Hilaire

La réaction de Kevin De Jesus : "Nous n'avons pas su marquer. C'est ce qui me gêne. Déjà, la semaine dernière, nous avions manqué beaucoup d'occasions. Là, nous n'avons pas réussi à en convertir une seule. Nous avons manqué de tranchant.Certes, nous n'avons pas concédé d'occasions, mais nous devons faire plus dans le domaine offensif.".

Les U17N ne flanchent pas à Villefranche

18/11/2018



Les U17 nationaux de Christophe Chaintreuil se déplaçaient aujourd'hui à Villefranche sur Saône pour se mesurer à une équipe déjà en quête de points. Ce premier match joué dans des conditions hivernales sur un terrain difficile a été bien négocié par les Verts qui ont fait l'essentiel en s'imposant sur le plus petit des scores (0-1). Ils restent donc dans la roue des vilains et du FC Lyon.

Il ne s'est pas passé grand chose en première période, les Verts montrant trop d'approximations sur le plan technique pour inquiéter les locaux. Ils n'étaient cependant pas mis en danger. Un score vierge et nul ponctuait ce premier acte.
Les Stéphanois attaquaient le second acte avec plus de détermination et marquaient rapidement par Kenan Fakili (photo) qui contrait une relance caladoise pour ouvrir la marque (0-1, 51ème). Villefranche allait se découvrir pour revenir dans le match, mais les Verts ne profitaient pas des espaces créés par manque de justesse dans la dernière passe, le dernier centre. Maxence Rivera, Mathys Saban, Yanis Lhéry, Lucas Gourna n'arrivaient pas à faire le break, la défense maîtrisait parfaitement les velléités adverses, si bien que le match se terminait par cette mince victoire stéphanoise, la 6ème avec un clean sheet.

La composition : Bourbia - Djile,Vernet, Khoutri, Ahmed Sidibé - L.Mouton, Saban, Fakili (Gourna 70ème), Rivera - Lhéry (Mongelli 80ème), Vénus (Bonnemain 70ème). 

La réaction de Christophe Chaintreuil : "Nous avons gagné dans la douleur, mais gagné quand même face à une équipe vaillante et valeureuse qui a besoin de points et qui a joué crânement sa chance. Nous avons eu du mal à entrer dans le match, avec trop de déchet technique, et un manque de présence dans les duels. A la mi-temps, j'ai demandé aux joueurs de mettre un peu plus d'engagement , de mettre de l'impact dans les duels pour avoir le ballon. Cela a vite porté ses fruits puisque nous avons marqué dès la reprise. Mais nous n'avons pas su enfoncer le clou, sur des occasions de contres, car il manquait le bon dernier geste technique. Nous étions toujours à la merci de nos adversaires mais nous avons su rester solides et faire le dos rond pour finalement l'emporter."

Les Amazones ne craignent pas les chardons !

18/11/2018


Non seulement elles ne les craignent pas, mais elles les dévorent ! 
Comme nous commençons à en avoir l'habitude ces derniers temps, les féminines ont écrasé cet après midi leurs homologues de l'ASNL par 5 buts à 1, ce qui porte à 8 leur nombre de victoires consécutives !
Et pourtant ce succès a mis un peu de temps à se dessiner, les Nancéiennes ouvrant même la marque dès la 15e minute, les vertes égalisant par Myriam Zanoubi à la 29e minute, les deux équipes rejoignant les vestiaires sur ce score de parité.

Au retour des vestiaires c'est une tout autre partition qui se joue, avec 4 buts pour les stéphanoises, prenant l'avantage par l'inévitable Kelly Gago (48e), qui inscrira également le quatrième but (80e) après que Candice Gherbi ait fait le break sur pénalty (57e), Malaury Craff viendra clore la marque en tout fin de match (90e).

Avec ce très bon résultat, les vertes se replacent dans la course à la montée, en se plaçant à hauteur des Marseillaises auteures d'un nul à Strasbourg, et surtout, à seulement 1 point du leader Yzeure, exempté ce week end.

La composition des Amazones :
#1 Geurts , #26 Gauvin , #15 Blanchard, #4 Marichaud, #25 Martins - #6 Moreau, #8 Gherbi (Condon)- #18 Cochelin (Craff), #10 Zanoubi (Blanc-Gonnet), #29 Gago - #11 Chaumette

Merci au (toujours fidèle) potonaute franck42 pour les réactions en direct et le résumé détaillé ici

Saliba et Abi se qualifient !

18/11/2018

Facile vainqueur de la Lituanie (7-0), l'Équipe de France U19 s'est qualifiée hier pour le tour élite de l'Euro 2019 qui se tiendra du 18 au 26 mars 2019. Titularisé par Lionel Rouxel, Charles Abi a été remplacé à la 64ème minute de jeu. C'est également à ce moment là du match que le sélectionneur Français a décidé de faire rentrer en jeu William Saliba.

Le guerrier prend son pied

18/11/2018
Image

Le Progrès de ce dimanche publie une interview de Mathieu Debuchy. Extraits.

"Depuis tout petit, j’ai toujours été un guerrier. J’ai eu pas mal de gros bobos mais j’ai toujours fait en sorte de ne jamais lâcher, de revenir le plus rapidement possible. C’est dans mon caractère, c’est ce qui fait ma force. Contre Reims, j’étais ouvert entre deux orteils. On voyait le tendon. Il fallait serrer les dents. Mais ce sont des matchs où tu n’as pas envie de sortir parce qu’il faut aider l’équipe. Avec l’adrénaline, la douleur passe. C’est quand tu t’arrêtes qu’elle est plus vive. Après la rencontre, je suis parti à l’hôpital pour me faire recoudre. On m’a fait cinq points de suture.

Le football est une passion. J’ai toujours le plaisir de jouer, d’être sur le terrain. Il y a pire. Certaines personnes font des métiers très difficiles. Nous, on a la chance d’exercer un métier qu’on aime. On gagne bien notre vie. Après il y a de la pression, des fois où c’est difficile à certains entraînements. Mais quand tu remportes un match, comme contre Reims par exemple, c’est magnifique. Il y a cette communion avec le public. Je suis, en plus, dans un groupe qui vit bien.

J’ai retrouvé ce plaisir de jouer à Saint-Etienne. J’ai pu enchaîner des matchs dès mon arrivée. Comme il y avait des victoires au bout, tu retrouves vite cette joie. Ça aide aussi de jouer un week-end sur deux dans un stade où les supporters vivent pour le foot et sont là derrière toi. Jean-Louis Gasset a joué un rôle important dans ma venue et dans le fait que je (re) signe cet été. Je connaissais le club et j’avais cette envie de revenir jouer pour Saint-Etienne. Mais le coach a eu les mots. Il est fort."

Assane gagne

18/11/2018
Image

Assane Dioussé a honoré hier sa troisième sélection en équipe du Sénégal à l'occasion d'un match sans enjeu remporté 1-0 par les Lions de la Teranga (déjà qualifiés) en Guinée Equatoriale (déjà éliminée). N'ayant joué que 197 minutes cette saison avec les Verts, le numéro 25 de l'ASSE a été titularisé dans l'entrejeu par Aliou Cissé. A créditer d'une "belle prestation" selon le site sénégalais Wiwsport, il a été remplacé à la 76e minute par l'Angevin Cheikh Ndoye. C'est sur une passe d'Assane Diousse que le Sénégal s'est procuré sa première occasion à la 12e minute. On l'a vu également quatre minutes plus tard tirer un corner à la rémoise qu'a dû apprécier Edouard Mendy, convaincant pour sa première cape. Alors qu'il avait encaissé deux pions dans le Chaudron une semaine plus tôt, le protégé de David Guion a gardé sa cage inviolée pour la neuvième fois de la saison.

Coupe de France : Honorat et Mayi à l'honneur

18/11/2018
Image Image

Un futur Vert et un ex ont marqué ce samedi soir lors du 7e tour de Coupe de France.

Poussé en prolongation par de vaillants Forgerons, Clermont Foot a repris l'avantage à la 103e minute grâce à Franck Honorat. L'attaquant sous contrat avec l'ASSE jusqu'en 2023 a pris de vitesse la défense avant d'ajuster le gardien de Gueugnon, qui a encaissé un troisième pion dans les ultimes secondes de la rencontre.

La logique a été également respectée dans une autre confrontation National 3/L2. Kévin Mayi a réalisé un doublé qui a permis au Stade Brestois de s'imposer facilement (4-1) à Redon. Pour rappel, c'est dans cette compétition que "le Colonel" a inscrit à Caen le 6 janvier 2013 son unique but sous le maillot vert en équipe première.

Chedli toujours vert

17/11/2018
Image

Préparant actuellement à Clairefontaine ses diplômes d'entraîneur en vue de retrouver le monde pro, l'ancien milieu offensif de l'ASSE Adel Chedli (42 ans) revient sur ses vertes années dans Le Progrès du jour. Extraits.

"Jacques Santini était le coach des pros. Il est venu me chercher car il lui manquait un gars pour l’entraînement. Moi, mon coach, c’était Christian Synaeghel. À 15 ans et demi, je me suis retrouvé au milieu des pros. J’étais comme dans un rêve. Je suis un pur produit du club, je suis parti dans des circonstances qui m’ont laissé un goût amer. C’est l’époque où Herbin et Repellini sont revenus et ont viré tous les jeunes. J’aurais aimé faire ma carrière ici. Je sais que l’on m’a caché des propositions faites par des clubs. Joël Muller me voulait car je m'étais distingué lors d’un match à Metz en 1996. J’avais marqué sur une passe de Lubo Moravick. Lui, c’était mon idole, il m’avait pris sous son aile. Ce qui a tout déclenché chez moi, c’est le décès de mon frère. J’avais 17 ans. Ça m’a donné une force pour y arriver. Mais je n’ai pas de regrets car j’ai connu mes plus belles années à Sochaux, un club familial où j’ai gagné des titres.

J’ai eu Gasset à Istres en 2005, lorsqu’on était e n Ligue 1. Il entraîne d’une autre manière que Guy Lacombe mais c’était incroyable.Avec lui, tu n’as pas besoin d’un schéma au tableau. Rien qu’à sa façon de te parler, tu rentres motivé comme un fou sur le terrain. C’est un meneur d’hommes qui aime ses joueurs. Il te dit les choses franchement. Même si sur le coup, ça te fait mal, les critiques te permettent d’avancer. C’est le club qui m’a fait grandir et y revenir pour apprendre le métier d’entraîneur, ce serait formidable. Roland Romeyer m’a fait des promesses il y a trois ans. Je me souviens, c’était dans son bureau, le jour où Ruffier a prolongé son contrat. J’étais là et on a parlé. Je n’ai pas pu faire ma carrière en entier comme joueur. J’aimerais boucler la boucle à Sainté. Mon neveu Ryan y joue avec les 11 ans et mon fils Kaïs a aussi des dispositions. Il est licencié à Arles. Je voudrais qu’il porte le maillot vert..."

Khazri pas verni en Alexandrie

17/11/2018
Image

L'Egypte a battu sur le fil la Tunisie ce vendredi dans la banlieue d'Alexandrie, Mohamed Sala ayant inscrit le but victorieux (3-2) à la 90e minute lors de ce match au sommet du groupe J des éliminatoires de la CAN. Déjà qualifiés comme les Pharaons, les Aigles de Carthage ont failli ouvrir le score dès la 2e minute de jeu grâce à leur capitaine Wahbi Khazri mais le numéro 10 des Verts a vu son superbe coup franc repoussé par la barre transversale. Le meilleur buteur de l'ASSE cette saison (5 pions) a joué l'intégralité de la rencontre mais il n'a pas été décisif sur le doublé du Djonnais Naïm Sliti. On espère maintenant que Maher Kanzari va faire souffler l'attaquant stéphanois ce mardi contre le Maroc à Rades en prévision du derby...

Beric a failli battre Selnaes

17/11/2018
Image

La Slovénie a été tenue en échec par la Norvège ce vendredi soir à Ljubljana lors de la 5e journée de la Ligue des Nations. Titulaire, Ole Selnaes n'a pas marqué comme à l'aller mais il a encore brillé pendant 95 minutes. "Il a été très bon dans presque tout ce qu'il a fait. Auteur de passes et de corners de grande classe, il a été le patron du milieu de terrain. Il a été le meilleur joueur du match" selon le quotidien Verdens Gang. S'il n'a pas réussi à rattraper le passeur décisif sur l'ouverture du score slovène, le numéro 17 des Verts a délivré quelques caviars qui auraient mérité meilleur sort.

Entré en jeu à la vilaine 69e, Robert Beric pensait avoir marqué le but du break cinq minutes plus tard en reprenant de la tête un coup franc. Mais comme le numéro 27 des Verts était très légèrement hors jeu, son pion n'a pas été validé.

"Nous sommes désolés d'avoir concédé naîvement l'égalisation dans les dernières minutes. C'est vraiment dommage" a déploré Boby la pointe sur RTV. "Des progrès sont visibles, on a mis plus d'énergie qu’à Chypre. Ça va mieux, mais à petits pas."

Devançant la Bulgarie à la différence de buts, la Norvège tentera de conserver la première place lors de la dernière journée programmé dès ce lundi soir. Pendant qu'Ole Selnaes affrontera Chypre à Nicosie, Robert Beric tentera de créer l'exploit à Sofia.

Friday I'm in stress

16/11/2018

 

Dans un de leurs tubes les plus pop au début des années 90 les Cure chantaient, It's friday I'm in love.

Pour les supporters Verts en cette fin d'année, ce sera plutôt in stress.

En effet après le derby (finalement décalé à 21h le 23 novembre), et la réception de Nantes (vendredi 30 novembre à 20h45), ils joueront un 3ème match le vendredi lors de leur marathon de fin d'année (7 ou 8 matchs en un mois selon le résultat de la Coupe de la Ligue à Nîmes) : la ligue qu'on adule a en effet programmé le Nice-Sainté de la 18ème journée le vendredi 14 décembre à 20h45.

Les Supporters au Musée ? (2)

16/11/2018

Le conservateur du Musée des Verts, Philippe Gastal, revient dans Le Progrès sur le choix de cette exposition dédiée aux supporters du club. Morceaux choisis.

« Les supporters font partie de l’ADN de l’ASSE : présidents, dirigeants, joueurs, le stade et bien sûr ce public stéphanois qui a tant apporté à la réputation de l’ASSE depuis 1934, date où est créée la première association de supporters, un an après la création du club. Le public est connu et reconnu dans la France entière et en Europe aussi.»

« Au sein de l’expo, ce que l’on met en avant, c’est cette notion de sacrifice. De tous ces gens qui ne comptent ni leur temps, ni leur argent, ni la fatigue. On leur devait cette expo et j’espère que le contenu les satisfera. Les groupes de supporters, les ultras, ont joué le jeu»

«Quant à mon souvenir personnel le plus marquant, c’était les soirs de coupe d’Europe en me rendant au stade d’entendre Allez les Verts sur l’air de l’Ave Maria. Ça m’a toujours pris aux tripes. »

Gasset s'active

16/11/2018
Image

Jean-Louis Gasset a profité de la trêve internationale pour se confier hier à Activ Radio. Extraits.

"Notre début de saison est pas mal. Il nous manque, à mon avis, deux points contre Amiens. C’est bien au niveau des points, moins au niveau du jeu. Même si la deuxième mi-temps de Reims a été encourageante. On progresse… les associations commencent à venir mais c’est long. J'aime ce groupe car c’est moi qui l’ai construit avec des joueurs que j’aime. Et même s’il est réduit. Ça me permet de voir des jeunes du club et je pense qu’il y a un gros potentiel. L’avenir passe obligatoirement par la formation. Avoir des résultats, parce que les supporters sont en attente, et dans le même temps, faire émerger des jeunes… il faut un peu de réussite.

Le décès de ma femme a changé les choses. Aujourd’hui, je ne partirai plus à l’étranger. J’en ai parlé avec Laurent Blanc. La priorité de ma vie est ma famille et je veux rester à proximité. Si je peux avoir ma passion et pouvoir rentrer chez moi de temps en temps pour voir mes petits-enfants… Je prends du plaisir, j’ai envie de réussir avec ce groupe et de faire plaisir aux Stéphanois qui m’ont accueilli les bras ouverts. Ma famille m’a toujours suivi. Mes proches ont compris après le match contre Lille que je pouvais avoir envie de rester. Ce soir-là a été magnifique et magique. Les gens qui scandent votre nom, ce stade qui chavire… Ils n’avaient jamais vu ça !

Les jours de match, je suis tendu. Il faut faire la bonne équipe, la bonne causerie. Il faut imaginer un scénario et le transmettre aux joueurs. C’est une journée très lente jusqu’à 18h puis palpitante au moment où les motards ouvrent la route. C’est un métier très prenant. Aujourd’hui je ne me verrai plus animer des séances comme je l’ai fait pendant longtemps avec Laurent. Ce qui m’intéresse, c’est l’issue du match, le scénario parce qu’on est jugé à travers le résultat. S’il est positif, on a raison. S’il est négatif, on nous demandera : « mais pourquoi ? ».

Quel scénario face à Lyon ? On ne sait pas ! C’est un peu bizarre de le jouer après une trêve internationale. Les joueurs vont rentrer de sélection le lundi ou mardi. Il va falloir attendre le mercredi pour savoir si tout le monde est sur le pont. C’est pire pour Lyon qui a beaucoup d’internationaux. C’est une nouveauté. Je n'ai pas peur de ce match. Un derby peut renverser une saison. On va tout faire pour décrocher un résultat positif. Je ne veux pas que les joueurs soient nerveux, je ne veux pas de fait de jeu contre nous. On va jouer à armes égales pour le gagner. L’année dernière, je trouve qu’on a bien géré. Je veux que les supporters soient sûrs qu’on va mettre tous les ingrédients pour réussir."

Les Supporters au Musée ?

16/11/2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le musée des Verts lance aujourd'hui une nouvelle exposition consacrée à la ferveur de ses supporters de l'ASSE, une exposition qui arrive curieusement au moment où les fans sont devenus indésirables par les autorités à l'approche du derby.

Dans des propos recueillis par France Bleu, Frédéric Paquet s'est exprimé sur la situation à l'approche du Derby :

"Chaque match que l’on fait à domicile ou à l’extérieur,  on a besoin de nos supporters, a fortiori lors du  derby puisque ce sont les deux matches importants de la saison. On a besoin d’eux  à Lyon, mais on a besoin d’eux partout. Quand ils ne sont pas là, on n'est pas content. Lorsque les Kops sont fermés au stade, on n'est pas content, il manque quelque chose lorsque les supporters ne sont pas avec nous. C’est pour ça qu’on fait le maximum , d’autant qu’on pense que les arguments aujourd’hui ne sont pas approprié pour refuser aux supporters le déplacement à Lyon C’est pour ça qu’on se bat et on doit aller au bout de ce processus là.(...) Chacun ayant sa part de responsabilité et ça concerne toutes les parties prenantes.  On doit pouvoir être en capacité de trouver des solutions pour ne pas vivre  des choses comme on les vit actuellement."

Si l'exposition, ne se consacre bien sur pas au rapport de force entre les supporters et les autorités ces dernières années, elle présente nombre d'objets ayant appartenus aux supporters fidèles et emblématiques des verts, on y trouve des vieux tickets des soirées Européennes, des poupées, des voitures ou encore des bijoux aux couleurs de l'Asse. Mais pour Philippe Gastal, le conservateur du musée, la ferveur des supporters ne peut malgré tout se résumer à quelques objets :


"Il y a un particularisme stéphanois, l'ASSE c’est avant tout un stade, une équipe, et un public. Ce fabuleux public de Geoffroy Guichard depuis 85 ans qui est toujours resté fidèle. Tout le monde a quelqu’un dans sa famille qui va au stade Geoffroy Guichard. Nous sommes une terre de football ici et le public stéphanois est unique."


Non grata en banlieue

16/11/2018

Suite à l'interdiction de déplacement chez les vilains prononcée par la Ligue (qu'on adule ...) et la préfecture du Rhône, trois groupes de supporters Stéphanois (Magic Fans - Green Angels - Indépendantistes Stéphanois) qui avaient appelé le 4 novembre à une mobilisation pour se rendre dans la banlieue ont communiqué hier sur les récentes décisions des instances et les probables évènements à venir.

M'Vila, l'exception des interceptions

16/11/2018
Image

Selon les stats d'Opta, Yann M'Vila est cette saison le 5e joueur de l'élite au nombre des interceptions (28). Devancé par le Nantais Enock Kwateng (41), le Dijonnais Wesley Lautoa (34) et les Caennais Frédéric Guilbert (34) et Alexander Djiku (31), le numéro 6 des Verts est le seul milieu de terrain du top 10. Alors que Neven Subotic et Timothée Kolodziejczak se partagent la 9e place (24), Loïc Perrin (17) est 37e et Mathieu Debuchy (14) est 64e. Ole Selnaes (9) n'est que 127e, ex aequo avec Rémy Cabella.

Abi et Saliba ont maté les Maltais (2)

16/11/2018
Image

C'est d'un enchaînement contrôle du gauche / tir à ras de terre du droit à voir ici que Charles Abi a claqué avant-hier l'unique pion de la victoire de l'équipe de France U19 contre Malte. Ayant joué milieu gauche puis attaquant, le buteur stéphanois a fait un bon match malgré quelques pertes de balle évitables. Surclassé, William Saliba a fait forte impression en défense centrale lors de cette rencontre comptant pour le premier tour qualificatif de l'Euro 2019.

Bamba claque face aux Croates

16/11/2018
Image

Lors d'un match amical disputé ce jeudi soir à Beauvais, l'équipe de France Espoirs a arraché le nul (2-2) face aux Croates grâce au but égalisateur inscrit à la 82e minute par Jonathan Bamba, entré en jeu comme son ancien coéquipier stéphanois Allan Saint-Maximin. L'ex-numéro 14 des Verts a claqué son 5e pion lors de son 16e match disputé avec les Bleuets.

Partager