27 mai 1926 : Naissance de Kees Rijvers  
Oui, je désire m'abonner à
L'éphéméride poteaux-carrés
Je recevrais chaque jour dans ma boite mail l'éphéméride
La newsletter poteaux-carrés
Je recevrais dans ma boite mail les newsletter poteaux-carrés quand elles seront envoyées
Pour vous désabonner, décocher l'élément que vous ne voulez plus recevoir et cliquez sur OK

Chapuis et Cabaton chez Vaillant

13/03/2018

Image

 

A l'initiative de leur prof d'EPS Lionel Vaillant (photo), les collégiens de la section football des deux collèges d’Yssingeaux ont rencontré hier après-midi Maxence Chapuis et Clément Cabaton, toujours leaders du groupe B de National 2 après leur match nul et vierge contre la réserve des vilains. "Si j’ai choisi ces deux joueurs, c’est parce que ce sont des gars qui sont bien. Enrichissez-vous de leur parcours et de ce qu’ils vont vous dire" a lancé l'ancien entraîneur des U17 de l'ASSE.

 

Le Progrès du jour publie leurs principaux propos dans son édition altiligérienne. Extraits.

 

Maxence Chapuis : "Celui qui joue à un haut niveau doit avoir une bonne alimentation, s’entraîner sérieusement et être impliqué. C’est un travail de longue… que l’on soit professionnel, semi-professionnel et même amateur. Vous ne devez surtout pas négliger vos études. Il faut penser au boulot que vous avez à faire en classe et ne pas uniquement penser à taper dans le ballon. À 8 ans. Quand j’évoluais à La Talaudière, j’ai joué un match contre l’ASSE. On a perdu 21 à 2 mais j’ai marqué les deux buts… L’ASSE m’a repéré. Le jour où on m’a proposé de jouer dans ce club reste un moment particulier. Je n’ai pas de regrets mais par contre, ça passe vite. Si c’était à refaire, je ferais les choses différemment. J’ai 23 ans et je suis plus mature aujourd’hui. J’aurais dû aller en salle pour faire de la musculation, du physique mais quand on est jeune…"

 

Clément Cabaton : "Si on s’entraîne dur, on progresse. Il est également nécessaire de bien récupérer, il faut éviter de faire la fête, en revanche, il faut bien dormir… Le Bac, c’est un minimum à avoir. On ne sait pas quand commence sa carrière de footballeur, on sait encore moins quand elle va finir. Si un jour, on doit reprendre nos études, avec un BAC ce sera bien plus facile. 11 ans. Un recruteur, qui était de Bas-en-Basset, est venu me voir jouer plusieurs fois. Il m’a proposé de faire un entraînement de détection chez les Verts, puis un second. Finalement, j’ai été pris. Ça fait dix ans que je joue à l’ASSE. J’ai été pas mal blessé à Saint-Étienne. J’ai joué 10 matches en trois ans… J’ai eu une pubalgie. Aujourd’hui, ça va mieux. Les blessures ne sont jamais simples à gérer mais il ne faut rien lâcher. C’est compliqué de revenir mais avec le travail, on peut y arriver."

   


A venir

03/06/2018 13:00

[U17R] Grenoble - ASSE



Pas de panitrombi

cette semaine

forum boutique services palmares médias jelenivo archives version mobile
Pour nous contacter : contact@poteaux-carres.com
Pour contacter la rédaction : redaction@poteaux-carres.com