home

Gelson jamais ne frissonne

17/06/2018
bookmark bookmark
share share

 

Pas même avant d'affronter la terrible Seleçao ce dimanche 17 juin à 20h.

L'ancien vert désormais à l'Eintracht Francfort et habitué des grandes compétitions internationales (depuis 2007 il n'a manqué que l'Euro 2012 pour lequel la Suisse n'était pas qualifiée) refuse de servir de souffre douleur face au Brésil lors de ce premier match.

"On ne va tout de même pas en donner trois au Brésil sans combattre pour se concentrer sur la Serbie. Mais je mesure parfaitement la valeur des Brésiliens. Ils mettent une très grande intensité dans leurs phases de transition. Ils sont, surtout, très rapides (...) Le Brésil force le respect, mais il ne suscite pas la peur, martèle-t-il. Nous sommes habitués dans notre quotidien à jouer contre des joueurs de classe mondiale. Je ne comprends pas pourquoi un sentiment de crainte devrait nous habiter dimanche. C'est plutôt l'excitation qui nous gagne. L'excitation de jouer devant nos supporters, de jouer dans un grand et j'espère beau stade"

Il se rémémore d'ailleurs l'exploit déjà édité par la Nati de battre l'Espagne lors de son premier match de Coupe du Monde en 2010, là où, alors toujours vert, il avait marqué le but victorieux. Il n'oublie pas non plus que ce fut le seul but marqué par les Suisses lors de cette Coupe du Monde, où la Suisse fut éjectée dès les poules, l'Espagne finissant, elle, championne du Monde...

"Il y a une grande leçon à retenir de cette Coupe du monde 2010: le tournoi continue après le premier match..."

Si le vaillant milieu Valais ne se fait pas trop d'illusion sur son temps de jeu lors de ce Mondial, il garde un petit espoir, tout en se focalisant sur ce qu'il peut apporter à son groupe :

"Je tiens plusieurs rôles au sein de cette équipe de Suisse. Je la soutiens de toutes mes forces, je suis à l'écoute des joueurs et, surtout, je dois être capable de répondre présent si je suis appelé à jouer. Je me suis préparé comme un fou. Il n'y a pas d'autre alternative en fait. Tout peut vraiment se produire dans une Coupe du monde. On peut se retrouver dans le grand bain en huitième de finale sans avoir joué une seule minute dans la phase de poules. Et là, il convient d'être à la hauteur pour ses partenaires, pour son équipe, pour son pays."

Bonne chance à la Nati et surtout bonne chance à Gelson dans ce Mondial !

Source

Potins
19/02 22:32
Elie a toujours envie
19/02 21:57
Saliba, roi européen des 2001
19/02 14:54
Le bonheur est dans le prêt ? (2)
19/02 14:23
Aubame, simply the best !
19/02 13:27
Héliès est mort
19/02 13:24
Le Crom n'a pas de regrets
19/02 13:01
Galette dans l'expectative
19/02 12:17
Mollo, l'effet Domino's
19/02 10:35
Le bon week-end des Guilavogui
19/02 10:10
Ruffier rejoint Bereta
Articles
19/02/2019
Allez, allez, oh oh !
14/02/2019
Parlons foot
13/02/2019
Battre Strasbourg en pleine bourre pour ne pas etre à la bourre
12/02/2019
Forts dans la tête
12/02/2019
Putain de camion !
08/02/2019
Surtout pas d'échec à Rennes !
02/02/2019
Saadi : "Pas vraiment de favori à l'heure actuelle"
02/02/2019
Ce n'était pas la fête
31/01/2019
Guillou : "Vada et Sainté, ça, peut matcher !"
30/01/2019
Garande : "Aït Bennasser a les armes"

Partager