home

Anfield, des frissons (3)

20/02/2019
bookmark bookmark
share share
Image

Le conservateur du musée de l'ASSE et deux illustres anciens Verts reviennent dans la dernière édition de France Football sur le mythique quart de finale retour de Coupe d'Europe des Clubs champions qui avait opposé les Reds aux Verts le 16 mars 1977.

Philippe Gastal : "Au musée de Liverpool, une section est dédiée à ce match. Pour ses supporters, c’est le deuxième plus grand match de leur histoire et la plus belle ambiance jamais ressentie. Un match fondateur avec ce Kop de vingt-cinq mille personnes qui fait référence à l’histoire militaire de l’Angleterre. C’est l’un des plus grands matches de tous les temps de Saint-Étienne et cela reste ma plus grande déception depuis quarante-huit ans. On ne méritait pas d’être éliminés sur le but du 3-1 inscrit par le supersub David Fairclough. Certains joueurs avaient loupé leur match contre le Bayern, pas contre Liverpool."

Jean-Michel Larqué : "J’ai toujours en tête une terrible réflexion de Franz Beckenbauer, dont c’était la troisième victoire en C1 : il disait qu’il n’en avait pas un grand souvenir ! Il avait battu Saint-Étienne à Glasgow, mais n’avait pas imprimé. Cette distanciation n’existe pas chez les Anglais. À Liverpool, aujourd’hui, et Dieu sait s’ils ont connu des matches mythiques, cette rencontre face à Saint-Étienne reste un grand événement alors que ça n’était qu’un quart de finale de Coupe d'Europe de clubs champions. Moi, j’ai joué contre le Bayern en 1969 dans un petit stade qui n’avait rien de comparable, le Grünwalder Stadion, qu’on pouvait gaver jusqu’à 50 000 spectateurs. Il était champêtre. Après lui, l’Olympiastadion n’était pas un vrai stade de foot. Quand tu y arrivais,tu étais dans un parc, tandis qu’à Liverpool, tu étais en ville, ça faisait déjà une sacrée différence ! Et puis, il y avait une telle ferveur des supporters anglais alors que les Allemands étaient un peu plus mécaniques."

Hervé Revelli : "Ce qui était impressionnant, c’était le Kop, les gens au bord du terrain. Nous, les remplaçants, on avait la tête qui dépassait juste pour les voir. Ils encourageaient sans bouger ! Je n’avais jamais vu ça. Le stade était mythique. Il y avait du respect, et c’est une leçon à retenir. Ça, c’était les impressions du bord du terrain; dessus, c’était autre chose. Par rapport à l’équipe, aux noms, le Bayern, c’était beaucoup plus impressionnant. Mais l’image que Liverpool a donnée est pour moi indélébile."
 
Potins
21/03 16:14
2019 > 2018
21/03 15:20
Sa Kurt histoire en Bleu
21/03 07:54
Les Sauvages à Geoffroy-Guichard (6)
21/03 07:15
Ramos dit calmos à Khazri
20/03 22:51
Vada en rêve, Saliba la bat
20/03 22:11
Captain Assane perd en Guinée
20/03 19:27
Abi bute sur la Pologne
20/03 18:38
Tyrone gagne contre l'Allemagne
20/03 17:23
On a eu Beccu, on aura Gadegbeku !
20/03 15:55
Selnaes chez les Chinois ! (14)
Articles
19/03/2019
Trop simple ?
18/03/2019
Mastres & Compagnie n°152 : Vert Mouthe
16/03/2019
Raid chez les Vikings
15/03/2019
Compan : "Je vois un petit nul"
14/03/2019
Mazure : "Gasset est un homme de parole"
13/03/2019
Maladroits
08/03/2019
Moussilou : "Debuchy, on l'appelait Benjamin Castaldi"
08/03/2019
Soyons prêts pour la lutte anti-dogue !
06/03/2019
Pas d'âme pas d'âme ...
05/03/2019
Un peu plus d'ambition

Partager