21 juin 1955 : Naissance de Michel Platini  
Oui, je désire m'abonner à
L'éphéméride poteaux-carrés
Je recevrais chaque jour dans ma boite mail l'éphéméride
La newsletter poteaux-carrés
Je recevrais dans ma boite mail les newsletter poteaux-carrés quand elles seront envoyées
Pour vous désabonner, décocher l'élément que vous ne voulez plus recevoir et cliquez sur OK

Ntep pense aux Bleus

23/02/2018

Image

 

S'il est encore loin d'avoir retrouvé le niveau international, Paul-Georges Ntep espère retrouver l'équipe de France, comme l'atteste son entretien paru aujourd'hui dans Le Parisien. Extraits.

 

"Un mec qui dit oui à tout, à un moment donné, il sera mangé. Si vous voulez vous imposer, il faut vraiment avoir de l’ambition, du caractère. Je ne cherche pas à rabaisser les autres, je suis juste exigeant avec moi-même. Cela ne m’a jamais posé de problème. On m’a déjà dit de faire attention, c’est vrai. Mais aucun entraîneur ne m’a dit : "tu fais chier" avant de me sortir de l’équipe en raison de mon comportement.

Il y a de l’attente autour de tout bon joueur de football. Ma blessure [ndp2 : fracture d’un tibia en juillet 2015 suivie d’une double fracture de fatigue en mars 2016] aurait pu vraiment mettre fin à la carrière de beaucoup. Au moment de l’opération, le chirurgien m’a dit que la moyenne d’une récupération complète c’était dix mois. Une carrière, c’est comme la vie, ça se joue à peu de chose. Si je ne m’étais pas blessé à ce moment-là…

Je n'ai que 25 ans et ma carrière est loin d’être finie, mais ça a été un frein. C’est indéniable. J’étais en pleine bourre, je venais de célébrer mes 2 sélections en équipe de France. Cette opération m’a privé de la fin de la saison puis de l’Euro 2016. J'ai eu peur de ne pas pouvoir rejouer l’esprit libéré. J’ai une tige de 30 cm dans chaque jambe. Un corps étranger que je dois garder toute ma carrière, pour aider à solidifier l’os. Le cerveau et le corps, ils les ressentent. Parfois, c’est dur. Mais là, j’ai besoin d’enchaîner. Ça remonte à deux ans maintenant, c’est derrière moi.

 

L'équipe de France, c’est forcément un objectif. Après, je ne me réveille pas tous les matins en pensant à ça. Il y a tellement de grands joueurs. Je suis pragmatique. Je sors d’une année vierge, je viens de faire 4 matchs à SaintEtienne, on verra dans un mois où on en sera personnellement et collectivement. Une bonne fin de saison et… qui sait ? Les Bleus, pourquoi pas ?"

   


A venir

29/06/2018 10:00

Reprise de l'entrainement



Pas de panitrombi

cette semaine

forum boutique services palmares médias jelenivo archives version mobile
Pour nous contacter : contact@poteaux-carres.com
Pour contacter la rédaction : redaction@poteaux-carres.com