26 mai 1972 : Dura lex sed Alex  
Oui, je désire m'abonner à
L'éphéméride poteaux-carrés
Je recevrais chaque jour dans ma boite mail l'éphéméride
La newsletter poteaux-carrés
Je recevrais dans ma boite mail les newsletter poteaux-carrés quand elles seront envoyées
Pour vous désabonner, décocher l'élément que vous ne voulez plus recevoir et cliquez sur OK

Gasset parti pour rester ? (2)

21/04/2018

Image

 

Jean-Louis Gasset évoque son avenir dans un article à paraître demain ce dimanche dans la Pravda. Extraits.

 

"Franchement, je ne sais pas si je serai toujours l'entraîneur des Verts la saison prochaine. Plein de paramètres vont entrer en ligne de compte. Laurent Blanc peut retrouver un club. Saint-Étienne peut garder une bonne équipe et avoir envie de continuer cette belle aventure avec moi. Comme je peux ne pas repartir avec Laurent, ni avec Saint-Étienne. Je serai libre de mon destin en juin. Quand j'ai signé, Roland Romeyer m'a donné sa parole. J'ai également un contrat moral avec Laurent mais la donne a changé. Et Laurent le sait... J'ai perdu ma femme. On ne peut pas se parler au téléphone car la conversation attaque toujours par un : "Comment ça va ?" Et il sait que ça ne va pas. Il n'y a que ma famille, mon oxygène, et le football, qui me font vivre. Alors, ça passe par de petits textos.

 

Ce drame m'a changé. C'est terrible, mais il m'a fallu ce coup dur pour apprendre à relativiser mon métier et comprendre que le jour où tu n'as plus la santé, tu n'as plus rien. Il m'a apporté une paix intérieure et donné une force supplémentaire. Maintenant, est-ce que j'aurai la tête pour travailler à l'étranger, loin des miens ? Cette notion de distance revient toujours. On se régale ici à Saint-Etienne, les gens ont retrouvé le sourire, je suis heureux et j'ai l'impression que je ne suis pas loin des miens. Eux aussi, ont pris le boulet en pleine tête. En bas, la vie s'est organisée sans moi, avec ma mère, mes enfants et mes petits-enfants. Mais je ne suis qu'à deux heures et demie de route. Il me faudra tout bien peser pour savoir ce que je veux faire de ma vie.

 

À mon âge, d'autres vont à la pêche ou à la chasse. Tu as la sensation que c'est bon, tu n'auras plus de grandes décisions à prendre. Or, moi, je me retrouve encore à un carrefour. Après s'être fait très peur, les dirigeants doivent tirer les conclusions de cette saison et bien réfléchir à l'avenir qu'ils veulent donner au club. J'ai vu Frédéric Paquet, il y a une quinzaine de jours. Il m'a dit qu'il n'avait pas encore tous les éléments et qu'on se reverrait fin avril, début mai. Ça ne me dérange pas de patienter. À la fin du Championnat, je saurai. Laurent, je le vénère. Tout ce que j'ai connu de grand, je le lui dois. Mais si ça se passe comme ça, il comprendra. Je ne veux décevoir ni lui, ni les Stéphanois. Ici, les supporters ont une influence énorme. Les Verts, c'est leur vie. Ils veulent des gens qui travaillent et leur donnent du plaisir, pas qu'on leur vende du vent. Ça passe par la qualité de jeu et donc, obligatoirement, par des joueurs."

 

 

   


A venir

27/05/2018 13:00

[U17R] ASSE - Saint-Priest



Pas de panitrombi

cette semaine

forum boutique services palmares médias jelenivo archives version mobile
Pour nous contacter : contact@poteaux-carres.com
Pour contacter la rédaction : redaction@poteaux-carres.com