Beric revit

Beric revit

Image

 

Vivant seul à La Charpinière en attendant l'arrivée de sa mère et son installation dans un appartement, Robert Beric se confie aujourd'hui dans la Pravda.

 

"Quand Oscar Garcia est arrivé, j’ai eu une longue conversation avec lui. J'ai compris qu’il ne compterait pas sur moi. Le coach m’a mis à l’écart, je n’ai pas joué une seconde. Et trois semaines après cette discussion, rien n’avait changé. C’était un message qu’il m’envoyait. Aujourd'hui je ressens la même chose qu’il y a trois ans à la différence que lorsque je suis revenu dans l’équipe, c’était comme si je n’étais jamais parti. Rien n’a vraiment changé, j’ai été super bien accueilli. Les gars m’ont chambré, ils m’ont demandé si j’étais parti en vacances les quatre derniers mois. Mon expérience à Saint-Etienne, c'est un peu les montagnes russes. Peut-ëtre que j'aurai pu faire mieux, c'est le destin. Mais là je vis un nouveau départ. Je suis ravi da'voir retrouvé le chemin des filets dès mon premier match en Coupe de France. Evidemment qu’on se pose des questions. Vous pouvez être prêt physiquement, mentalement, mais devant le but vide, vous vous ratez. Et, à l’inverse, parfois vous frappez et tout rentre."

plus de potins