15 septembre 1982 : ASSE 4-1 Tatabanya - 32e de finale de Coupe de l'UEFA

15 septembre 1982 : ASSE 4-1 Tatabanya - 32e de finale de Coupe de l'UEFA

Le charme des premiers tours de la Coupe d'Europe avec ses adversaires incongrus...

La feuille de match
Mercredi 15 septembre 1982 - Coupe de l'UEFA - Stade Geoffroy-Guichard
1er tour aller: ASSE 4-1 Tatabanya
Spectateurs: 12.000 - Arbitre: Augusto Marques Pires (POR)

Buteurs : Rep (6e), Daniel (73e), Roussey (87e), Genghini (90e) pour l'ASSE. Weimper (24e) pour Tatabanya

ASSE : Castaneda - Lestage, Mahut, Janvion, Zanon - Oleksiak, Larios, Genghini - Paganelli (Daniel 60e), Roussey, Rep. Entraîneur: Robert Herbin
Tatabanya : Kiss - Dupaï, Emmer, Fischer, Hermann - Horvath, Kiprich, Lakatos - Nagy, Schmidt, Weimper. Entraîneur: Jeno Dalnoki

Expulsion : Weimper (60e) pour Tatabanya



Les faits du match
Sortir de la crise ! Tel est bien le leitmotiv qui court sur les lèvres des joueurs et des dirigeants de l'ASSE en ce mois de septembre 1982. Personne n'est dupe, tout le monde sait que seuls les résultats peuvent en partie effacer les plaies profondes dans lesquelles, d'un côté comme de l'autre, on n'arrête pas de retourner le couteau. L'aura de prestige qui enveloppe les Verts est due essentiellement aux campagnes européennes qui ont motivé des milliers de spectateurs et des millions de téléspectateurs.
La Coupe d'Europe, Larios et ses coéquipiers la retrouvent cette saison, par l'intermédiaire de la Coupe de l'UEFA, après un court épisode en 1981-82 et une élimination précoce devant le Dynamo de Berlin, en tour préliminaire de la Coupe d'Europe des Champions.



Le défenseur Philippe Mahut, disparu en 2014


Pour se refaire une santé, le tirage au sort leur a désigné la modeste équipe hongroise de Tatabanya. Inconnue, cette équipe avait pourtant inquiété le Réal Madrid la saison précédente, déjà en Coupe de l'UEFA: victoire 2-1 à domicile et défaite 1-0 en Espagne.
Ce match aller se joue devant une maigre assistance de 12.000 spectateurs environ. Pas de round d'observation: Johnny Rep met les siens dans le bon sens de la marche en concluant de près un bel enchaînement offensif dès l'entame du match. Mais les Hongrois ne tardent pas à égaliser par leur avant-centre Weimper qui s'infiltre sans peine dans le camp stéphanois pour battre Castaneda en duel.

 


Rep ouvre la marque dès la 6e minute


Le score en reste là jusqu'à la pause, les Verts tardant à trouver leurs automatismes et se faisant endormir par les Hongrois. Ces derniers, loin d'être favoris mais bénéficiant du fameux but à l'extérieur se mettent à jouer avec leurs armes et se révèlent plus habiles dans le maniement des ficelles et du truquage que dans l'art du une-deux. L'avant-centre, Weimper est d'ailleurs expulsé au bout d'une heure de jeu. Les Verts en profitent alors pour prendre le large et s'assurer une belle marge de sécurité: les espaces se libérèrent et Daniel à la 73e permet aux Verts de prendre les devants.



Et de deux à l'entame du dernier quart d'heure


Mais ce n'est pas suffisant dans l'optique du match retour. Laurent Roussey se charge alors de plier le match et par là-même la qualification: auteur du 3e but et passeur décisif sur le quatrième marqué par Genghini, il termine en trombe en étant un danger permanent pour le gardien Kiss.
Au milieu de cette grisaille, le renouveau de Laurent Roussey est un événement. Pourtant, il ne solutionnera pas tous les problèmes que vont bientôt connaître les Verts en cette saison 1982-83.



Le Saviez-vous ?
- 15 jours plus tard, l'ASSE assurera l'essentiel en Hongrie avec un nul 0-0. Mais les Bohémians de Prague mettront rapidement fin à l'aventure verte au tour suivant (0-0, 0-4). L'ASSE ne retrouvera la Coupe d'Europe que 23 ans plus tard, en Coupe Intertoto, contre Neuchâtel.

-  A l'intersaison 1982-83, l'ASSE engage Mahut, Moizan et Genghini en provenance respectivement de Metz, Lyon et Sochaux ainsi que le Danois Christensen. En comparaison les partants se nomment Platini (Juventus), Lopez (Toulouse), Millot (Lyon), Noguès, Nielsen, et Bellus (Metz). Forcément, ca affaiblit un peu: les Verts termineront 14e du championnat cette saison-là, avec 3 points d'avance sur le 1er relégable, et seront éliminés en 16e de la Coupe de France par Martigues (3-0, 0-3, 3-4 aux tab).

- Patrick Battiston est absent de ce match, suite à sa grave blessure subie lors de la Coupe du Monde en juillet 1982. Par contre, le match retour marquera son retour à la compétition.



Le programme du match


- Le FC Tatabanya, situé dans la ville du même nom, en Transdanubie centrale, ne fera jamais mieux que perdre au 1er tour lors de ses 5 participations en Coupe d'Europe (hors Intertoto). Le club existe toujours et évolue en seconde division hongroise.

- Le match se joue dans un contexte difficile car l'affaire de la caisse noire a débuté au printemps 1982. L'ASSE est alors divisée en  deux camps: les anti-Rocher avec Robert Herbin, Pierre Garonnaire, Maîtres Buffard et Henri Fiéloux et les partisans du Président qui ont l'intention d'installer Ivan Curkovic à la direction technique (ce qui déplaît à Robert Herbin). En septembre 1982, le Président de l'ASSE est par interim Maître Henri Fiéloux, élu le 9 août. Trois mois après ce match, le 9 décembre 1982, Paul Bressy, partisan de Roger Rocher, sera élu à son tour (il démissionnera en mai 1983) et Robert Herbin, licencié par le président Bressy, sera remplacé par Guy Briet. Quant à Roger Rocher, il sera incarcéré à la prison Saint-Paul de Lyon le 30 novembre 1983 (le motif prêterait aujourd'hui à sourire) et libéré le 23 mars 1984, contre une caution de 100.000 F.

 


Roussey et Genghini parachèvent le succès des Verts 


Sources
Onze N° 82 (Octobre 1982)
Le site du potonaute Stéphanois

plus d'articles