Les blessures vertes (3)

Les blessures vertes (3)

Pour la première fois depuis plusieurs années, les Verts ont disputé une saison allegée en nombre de matchs. Est-ce que l'absence de la Coupe d'Europe a eu un impact sur le nombre de blessés dans l'effectif ? 

L'effectif stéphanois a subi des nombreuses blessures musculaires lors des deux saisons précédentes. Le fautif évident a été la participation à la Coupe d'Europe, surtout avec des tours préliminaires, donc une préparation plus courte et des matchs tous les trois jours d'août à décembre. Les précédents passages en revue des blessures stéphanoises (2015-16 et 2016-17) ont bien mis en évidence l'impact de ces absences sur l'effectif, les joueurs les plus "fragiles" et la rotation "subie" (des matchs importants ratés par des cadres).

 

Pour faire cette étude, je n'ai pris en compte que les matchs de Ligue 1. La saison des Verts étant vraiment coupée en deux, j'ai pris le parti de ne pas faire le bilan par rapport à une équipe-type, car il est impossible d'en faire une pour toute l'année. J'en ai donc fait deux, une pour les matchs aller et l'autre pour les matchs retour, et sur le même principe déterminé deux groupes des 18 joueurs les plus utilisés.

 

Bilan des blessures

 

Cette saison, le bilan est bien meilleur que celui de l'an dernier. Le nombre de matchs non joués pour blessure a presque été réduit de moitié et l'ASSE se retrouve dans la moyenne des clubs français. Il est intéressant de voir que la plupart des clubs ont baissé ce nombre de blessures par rapport à la saison dernière, seuls Monaco (+96), Metz (+78), Nantes (+63) et Dijon (+8) sont en hausse. Monaco, dont tout le monde vantait les méthodes de prévention, s'est retrouvé en difficulté cette saison pour se retrouver au même niveau que l'ASSE 2016/17.

 

Image

 

Pour le premier tableau, la partie bleu correspond au groupe des 18 joueurs les plus utilisés et la partie rouge, c'est les autres joueurs. On peut voir que certaines équipes comme Nice ou Bordeaux ont été moins touchées par les blessures pour leur groupe des 18.

 

Évolution en cours de saison

 

Comme pour les résultats, la saison des Verts est coupée en deux au niveau des blessures. Après un départ difficile, la trêve hivernale a fait beaucoup de bien, mettant le club en 3ème position des clubs le moins touché par les blessures derrière les vilains et Rennes.

 

Image

 

Si le club de la banlieue est resté relativement stable au niveau des blessures entre les matchs aller et ceux retour, l'ASSE et surtout Rennes ont bien inversé la tendance comme le montre le tableau suivant.

 

Les blessures en fonction du nombre de points

 

Sur les deux tableaux suivants, on voit l'impact du nombre de blessures de l'équipe-type (à gauche) et du groupe des 18 joueurs les plus utilisés (à droite) par rapport au nombre de points. Plus une équipe est en bas du tableau, plus elle a été épargnée par les blessures. Si l'ASSE comme la plupart des équipes restent dans la moyenne, on voit que quelques équipes se dégagent comme Bordeaux, Montpellier et Troyes pour l'équipe-type et Bordeaux, les vilains et Marseille pour les 18 joueurs les plus utilisés, avec peu de blessures, au contraire de Strasbourg, Lille et Rennes dans le premier tableau et Dijon, Strasbourg et Monaco dans le deuxième.

 

Image

 

Même si le nombre de points n'est pas complètement lié au nombre de blessures, le fait de jouer le plus souvent possible avec ses meilleurs joueurs permet de faire la différence face à des équipes de valeur similaire. Ainsi Bordeaux a, par exemple, pu compter sur son faible taux de blessure pour s'assurer une qualification en coupe d'Europe face à l'ASSE et Nice.

  

Les blessures en fonction du nombre de matchs

 

On voit sur ces deux tableaux (équipe-type à gauche et groupe des 18 à droite), comme lors de la saison dernière, qu'il n'y a pas vraiment de corrélation entre le nombre de blessures et le nombre de matchs.


Image

 

Il est étonnant de voir des clubs comme Marseille, Lyon et Nice qui comptent le plus de matchs, faire partie des équipes qui ont eu le moins de joueurs blessés.

  

Taux de temps joué par l'équipe-type / taux de temps joué par les 18

 

Plus une équipe est à droite, plus le temps de jeu de l'équipe-type est élevé et plus une équipe est haute, plus le temps de jeu des 18 est élevé. Le premier tableau correspond aux matchs aller et le 2ème aux matchs retour.

 

Image

 

On voit que l'ASSE a eu beaucoup de mal à jouer avec un groupe réduit, l'équipe est en 2ème position des clubs qui ont pu le moins s'appuyer sur son équipe-type et la pire des équipes pour le groupe de 18. La deuxième partie de saison est tout autre et les Verts se retrouvent presque à l'opposé avec une 4ème place des équipes qui ont le plus joué avec leur 11 titulaires.

 

Taux de temps joué par les 18 / nombre de blessures par match

 

Sur ces tableaux, on voit que, pour les matchs aller, le nombre de blessures élevé (3,3 par match) du groupe des 18 a obligé les Verts de jouer avec un grand nombre de joueurs. Ce qui peut expliquer la difficulté de faire des résultats.

 

 Image

 

Lors des matchs retour, il n'y a plus beaucoup de blessures (0,9 par match) pourtant le taux de temps de jeu du groupe des 18 n'est pas le meilleur des clubs de Ligue 1. Les Verts se situent à la 11ème place. L'explication est simple. En attendant les recrues hivernales et le départ de certains joueurs, Gasset a dû s'appuyer sur un groupe élargi. À partir du match contre Caen, Gasset peut resserrer son groupe et l'ASSE passe en première position sur taux du temps joué (99%) pour son groupe des 18 joueurs les plus utilisés.

 

Impact de l'évolution des blessures et du taux de temps de jeu du groupe des 18 sur les points

 

Sur le tableau de gauche, on a de gauche à droite, la différence de points pris entre les matchs aller et ceux retour, et de haut en bas, la différence du nombre de blessures du groupe des 18 sur les mêmes périodes. Sur le tableau de droite, on a de gauche à droite, toujours la différence de points pris entre les matchs aller et ceux retour, et de haut en bas, la différence du taux de temps de jeu du groupe des 18 sur les mêmes périodes.

 

Image

 

On voit clairement sur ces deux tableaux qu'en améliorant ces deux critères (blessures et groupe resserré) associé à l'amélioration de l'effectif, les Verts se sont mis dans les meilleures dispositions pour réussir la belle fin de saison qu'ils nous ont offert.

 

 

Les joueurs

 

Ensuite, si on regarde joueur par joueur, on peut identifier clairement ceux qui ont été les plus fragiles. Le pourcentage ci-dessous représente le nombre de matchs ratés sur blessure par rapport aux matchs où le joueur était réellement disponible (si le joueur est suspendu ou ne fait pas partie des plans de l'entraîneur, le fait qu'il soit blessé ou pas n'est pas relevant). Ainsi, les joueurs qui ont manqué sur blessure plus de 20% de leurs matchs possibles sont :

 

 

Pas toutes les blessures sont musculaires, bien sûr. C'est le mollet qui a été le muscle le plus touché, presque exclusivement en première partie de saison. En plus des joueurs ci-dessus, Diony, Selnaes, Maïga et MBengue y ont été touchés aussi. Un total de 8 joueurs différents qui ont souffert du mollet cette saison...

 

A l'opposé, il y a des joueurs beaucoup plus fiables : Ruffier, Janko, Debuchy, Subotic, Lacroix, Hernani, Bamba et Beric n'ont raté aucun match sur blessure cette saison ! Et Moulin, MBengue, MVila et Söderlund un seul. La moitié de l'équipe-type de la bonne période se trouve dans cette liste... et une bonne partie de cette équipe qui a surperformé à partir de janvier se trouvait souvent à l'infirmerie lors de la première moitié...

 

Par Sam42

plus d'articles