L'EAG à la cave sans Grenier ?

L'EAG à la cave sans Grenier ?

C'est reparti pour un tour. Une saison qui recommence, c'est de la tension de l'excitation, de la curiosité, mais c'est aussi le retour d'adversaires que l'on n'a pas du tout suivi pendant l'été. Pour les nombreux plagistes distraits que vous êtes, la leçon de rattrapage, c'est ici.

1- Le parcours

 

Si l'on doit toujours se méfier de la pertinence des matchs amicaux, c'est une équipe solide de Guingamp qui se présentera face à nous. En cinq matchs de préparation, les Bretons n'ont en effet subi aucune défaite. Avec quatre victoires et un seul match nul, le bilan est plus que positif. Deux tendances nettes se dégagent de ces matchs. D'une part une grosse faculté à marquer puisque c'est une moyenne de plus de 2 buts marqués par match qu'affiche le club costarmoricain. Mais c'est également une propension à ne pas réussir à garder sa cage inviolée. Ainsi, malgré un bilan très positif, seules deux clean-sheets sont à signaler contre 4 buts dans la musette, bilan qui ne parait pas catastrophique, mais qui, conditions énoncés plus loin, n'est pas nécessairement rassurant.

 

Ce qui est à nuancer dans ce bilan presque idyllique, c'est la qualité des adversaires. En effet, l'opposition la plus prestigieuse s'est avéré être Caen. Au-delà de ça, ce sont deux promus, une Ligue 2 et une National 1 que les hommes de Kombouaré ont rencontrés. Le tout, et c'est de là que vient le constat, pas forcément évident en regardant les chiffres bruts, d'une défense pas tout à fait impériale. Le seul match nul a ainsi été synonyme de deux buts encaissés contre le Stade Brestois. Nous serions donc bien inspirés de suivre l'exemple des coéquipiers de Kévin Mayi.

 

 

2- L’effectif

 

La réussite de Guingamp dans cette préparation, c'est aussi probablement la réussite de la stabilité. L'effectif breton a en effet très peu été retouché et, dans un début de saison, ce sont parfois des choses qui comptent.

 

Derrière, la charnière désormais historique Kerbrat - Sorbon protège toujours Kalle Johnsson (ou Caillard, à défaut). Enfin pas si sûr, car Eboa Eboa pourrait bien faire son trou cette saison, en atteste la confiance qui lui a été accordée par Kombouaré durant la préparation. C'est sur les côtés de la défense que les choses ont le plus changé. Si, à gauche, les hommes sont les mêmes, la hiérarchie semble pouvoir évoluer en la faveur de Tabanou contre Pedro Rebocho. A droite, en revanche, la place de titulaire d'Ikoko semble renforcée avec le départ de Martins Pereira. C'est en effet doublé par le jeune Cheik Traoré, de retour de prêt, qu'il s'avance dans cette saison.

 

Au milieu aussi, la continuité est le maître mot. Aucun nouveau visage et donc zéro surprise à l'observation de l'effectif à ce poste. Blas prolongé, le vétéran Didot et le titulaire indiscutable Deaux sont toujours là, de même que Phiri, suppléant de luxe qui semble avoir profité de la préparation pour prendre du galon. En revanche, ce qui change ici, c'est la profondeur de banc. Il n'aura en effet échappé à personne qu'à défaut de recrues, le milieu guingampais a été délesté de Mustapha Diallo et de Clément Grenier.

 

C'est donc en attaque que le plus gros changement s'est effectué. En effet, les Bretons ont pu remarquer l'arrivé d'un attaquant vedette en la personne de Nolan Roux. Celui-ci aura la tâche de remplacer un ennemi qui nous est cher, le mal nommé Briand. La question en suspens tient en revanche au poste qu'occupera l'ancien stéphanois dans l'animation guingampaise. Car le choix est vaste. Ce ne sont pas moins de 7 joueurs qui se disputeront les 3 postes à ses côtés. Là encore, finie la nouveauté, les noms sont connus et identifiés, Thuram, Coco, Salibur ou encore Benezet ont tous des têtes de titulaires potentiels, il y en aura pourtant un sur le banc. Il devrait y être accompagné de Ngbakoto voire de Razzagui Camara, quand il sera véritablement revenu de sa rupture des ligaments croisés survenue en décembre dernier. Cette saison sera peut-être aussi l'occasion pour le jeune joueur chipé au Havre à l'hiver dernier Nathaël Julan, d'enfin faire ses premiers pas en L1.

 

Visiblement décidé à jouer en 4-2-3-1 cette saison, au regard des matchs amicaux, Kombouaré pourrait nous réserver cette équipe : Johnsson – Ikoko, Kerbrat, Eboa Eboa, Tabanou – Phiri, Deaux – Coco, Benezet, Thuram – Roux.

 

 

3– Souviens-toi la dernière fois

 

Dans un match parfaitement maîtrisé, les Verts l'avait emporté 2-0 sur la pelouse de Geffroy-Guichard sur un but de renard des surfaces de Subotic, bien servi par Beric à la suite d'un corner et sur un festival initié, poursuivi et conclu, en soliste, par l'impatiemment attendu Rémy Cabella.

 

C'était une belle revanche après le match catastrophique réalisé chez les bouffeurs de crêpes, qui nous avaient retournés, en fin de match, sur un but du vilain Briand. Une fin de match d'autant plus vilaine qu'elle était d'une grande rareté, les Guingampais nous réussissant bien particulièrement dans le Chaudron où ils n'ont jamais gagné, et plus fait match nul depuis 2001.

 

 

4– Le joueur à suivre

 

Recrue, ancien vert, buteur. Toutes les raisons sont bonnes pour avoir les yeux tournés vers Nolan Roux. Sortant, à 30 ans, de sa saison la plus prolifique en L1, il aura bien envie de poursuivre sur sa lancée pour son retour à 100 km de là où tout à commencé.

 

Malgré les stats offensives de son équipe, la comparaison avec Diony, sur les matchs amicaux, est en sa défaveur avec ''seulement'' 3 buts marqués, dont un doublé contre Caen... mais également un but, sous les huées, contre son ancien club, Brest. Méfiance donc, face à ses anciennes amours, le Roux s'tend !

 

plus d'articles