Cela fait désormais plus d'un mois que la victoire nous échappe. Voilà comment nous abordons, pas dans la sérénité maximale, donc, cette première journée d'Europa League, ce premier match européen depuis plus de deux ans et demi. Une rencontre qui sera pourtant importante puisque l'adversaire est probablement le plus proche de nous, probablement notre principal adversaire pour la deuxième place de ce groupe.


1- Le parcours

Pour un club jusqu'ici dans l'ombre des grands de Belgique, tout s'est accéléré depuis le premier titre de son histoire, en mai 2015. Depuis les Gantois ont joué la Champions League, réussissant la belle performance, non seulement de sortir de la phase de poule, en deuxième position derrière le Zenit avec 3 victoires et 1 nul, mais surtout de sortir les vilains, ce qui ne peut que nous inspirer de la sympathie pour ce club.

Et s'ils n'ont pas, depuis lors, réédité pareilles performances, ils se maintiennent à un niveau plutôt très intéressant, enchaînant 4 saisons dans le top 5 belge, avec, toutefois une progressive légère baisse de régime (3ème puis 3ème puis 4ème puis finalement 5ème la saison dernière). Dans le même temps, leur trajectoire en Coupe d'Europe suivait un peu le même chemin avec encore un beau parcours les amenant en 1/8ème d'Europa League en 2016-17, en éliminant notamment Braga en phase de poule et surtout Tottenham lors du tour suivant. Avant d'enchaîner deux campagnes beaucoup plus décevantes avec seulement 2 victoires à la clef contre le Jagiellonia Byałistok la saison dernière et des éliminations avant la phase de poule par le modeste Rheindorf Altach puis par Bordeaux.

Cette saison, La Gantoise affiche un bilan plutôt intéressant mais pas encore de nature à assurer qu'elle soit redoutable. Elle est en effet seulement 4ème du championnat, derrière le Royal Mouscron. Mais avec 4 victoires et une seule défaite en 6 rencontres (soit un match en retard, au passage). Il s'agit également de la deuxième meilleure attaque avec pas moins de 16 buts, ainsi que la deuxième meilleure défense avec 6 buts encaissés. C'est toutefois plus de ce côté que l'on peut trouver une faiblesse, notamment en regardant également le parcours en Europa League. Ainsi, si les Gantois ont pu sortir le Viitorul Constanta, l'AEK Larnaca et Rijeka en marquant 14 buts (dont 6 lors du seul match aller contre les premiers cités), ils ont également encaissé 8 buts. On remarquera, pour finir, et toujours pour limiter notre optimisme, que La Gantoise a remporté tous ses matchs à domicile depuis le début de la saison avec 25 buts marqués pour 7 encaissés, en 7 matchs.

 

2- L’effectif

Pour ce qui est de l'effectif, La Gantoise s'appuie sur un groupe à la fois pléthorique et très internationalisé puisque constitué de 15 nationalités !

Dans les buts, c'est le Belge Kaminski, appelé 2 fois en sélection mais jamais capé qui fait office de titulaire devant Coosemans. En revanche, en défense, quasiment plus de Belges. En effet, l'axe de la défense a, pour le moment, été gardé par le solide Camerounais vainqueur de la CAN 2017, Ngadeu-Ngadjui et par l'international ukrainien Plastun. Pas improbable, toutefois, que l'international tunisien, camarade en sélection de Khazri, Bronn, ne reprenne sa place dans l'axe, probablement aux dépends du second cité, lui qui était enfin de retour dans le groupe le week-end dernier. Derijck, lui, fait le nombre depuis le début de saison et ne devrait pas devoir servir plus par la suite. Sur les côtés, on retrouve deux joueurs d'expérience avec à droite Lustig (32 ans, 78 sélections avec la Suède) et à gauche le Ghanéen Asare (33 ans, 475 matchs pros). Leurs doublures apportent en revanche un peu de jeunesse puisqu'il s'agit respectivement de Castro-Montes (22 ans) et de l'international iranien Mohammadi (25 ans).

Le milieu, quoi que plus belge, est également un savant mélange d'expérience et de jeunesse. Ainsi, le tout jeune ex-vilain Owusu y côtoie le trentenaire Odjidja-Ofoe. Derrière, la hiérarchie est moins claire. Si Dejaegere possède un temps de jeu plus important, Kums (encore un trentenaire) qui vient d'être prêté par Anderlecht semble avoir rapidement pris sa place dans l'effectif. Mais il ne faut pas non plus négliger Verstraete, plus remplaçant que titulaire mais présent presque tout le temps depuis le début de saison.

Devant, on s'oriente vers un schéma très axial. En effet, depuis le début de saison, c'est le tout jeune international canadien David (19 ans, 11 buts en 10 sélections et co-meilleur buteur du championnat belge) qui a pris place derrière la paire formée par le énième trentenaire de l'effectif, Depoitre et par le jeune international ukrainien Yaremchuk. Le premier est suppléé par un autre Ukrainien, Bezus, que l'on a déjà rencontré lorsqu'il évoluait au Dnipro, tandis que les deux autres ont pour doublure le Japonais Kubo, qui n'a pas réussi à reprendre son poste de titulaire pour son retour au club, après un an en Buli, et le Géorgien Kvilitaia, qu'une année noire, ou presque blanche, c'est selon, aura fait reculer dans la hiérarchie. On notera également que, blessé, la pépite géorgienne Chakvetadze, qui peut tout autant jouer derrière une pointe que sur un côté, n'a pas encore pu s'exprimer cette saison. En revanche, le faible temps de jeu Mamadou Sylla et de l'ex flop amiénois Dompé s'explique surtout par leur position éloignée dans la hiérarchie.

On notera que l'effectif compte également 3 joueurs entre 21 et 22 ans avec une certaine expérience pro en Egypte ou en Slovaquie (le latéral nigérian Yem, l'ailier nigérian Azango et l'ailier égyptien Mostafa) qui n'ont pas encore réussi à se faire une place dans le groupe gantois, de même que les plus expérimentés Van den Bergh, défenseur central belge habitué à la deuxième division, et Machado, latéral international colombien qui revient d'un prêt au pays après avoir déjà eu du mal à convaincre en Belgique.

 

La compo probable : Les pronostics sont difficile à faire tant l'effectif est large et tant le coach gantois a été capable de faire tourner entre les différentes compétitions depuis le début de saison. On peut tout de même imaginer qu'il mettra son 11 majeur pour nous affronter. D'autant que seul Chakvetadze devrait être absent, Bronn ayant rejoué 34' contre Malines ce dimanche.

Kaminski – Lustig, Bronn, Ngadeu-Ngadjui, Asare – Owusu, Odjidja-Ofoe, Kums – David – Depoitre, Yaremchuk

 

3– Souviens-toi la dernière fois

Et la première fois. Car La Gantoise ne s'est présenté qu'une seule fois dans notre histoire. Et jamais en match officiel. C'était en effet un amical, il y a 5 ans, remporté 2-0 par ceux qui étaient déjà les locaux à l'époque, sur des buts de Pollet (oui, oui, l'ancien Lensois) et de Raman.

En revanche, des matchs officiels ont bel et bien été joués contre des équipes belges. Le dernier étant un match de rêve (ayant tourné au cauchemar après un certain tirage au sort) remporté 2-3 sur la pelouse d'Anderlecht après avoir été menés 2-0, et grâce à un Söderlund absolument en feu, sortant probablement son meilleur match sous les couleurs vertes. Plus largement, 3 matchs officiels se sont joué contre des équipes belges, pour aucune défaite verte, malgré deux déplacements, celui sur la pelouse de Bruges en 2008 (1-1 avec but de Gigliotti) s'ajoutant à celui précédemment cité. Bref, un bilan plutôt positif, et une autre série en cours. En espérant que ce soit celle-ci qui perdure et celle des victoires à domicile des Gantois depuis le début de saison qui cesse.

 

4- Le joueur à suivre

Idriss Saadi et Jeremie Perbet ont pourtant fait une belle revue de l'effectif gantois mais ont oublié l'une des recrues majeures de l'été. Parti cet été du Celtic après près de 7 ans et sous le qualificatif de légende du club, il est le 7ème joueur étranger à avoir le plus porté le maillot des Bhoys depuis la fin de la seconde guerre mondiale et est un international suédois parmi les plus indéboulonnables depuis sa 2ème sélection, il y a 10 ans (il fait partie, dans la sélection actuelle, des 4 plus anciens et plus capés avec Larsson, Granqvist et Berg). Bref, Mikael Lustig est plutôt une très belle prise pour les Gantois.

Le garçon a la grande qualité d'être d'un apport offensif important, avec pas moins de 46 buts (dont 6 en sélection) et 72 passes décisives (dont 9 en sélection) sur l'ensemble de sa carrière. Depuis le début de la saison, s'il n'a pas marqué, il comptabilise déjà 4 passes décisives. Mais au-delà de cette capacité de projection qui permet d'apporter le surnombre sur son côté, c'est également un défenseur de grande qualité, tant par son placement en phase défensive que par ses retours sur les contres adverses. Bref, si vous avez aimé ce que vous avez vu de Krafth en L1 avec Amiens, méfiez-vous de Lustig qui culmine au moins une ou deux classes au-dessus de celui qui ne doit ses nombreuses sélections avec la Suède qu'au physique longtemps fragile du désormais défenseur de La Gantoise.