2001, Odyssée de lès poisses ! L'ASSE est reléguée en D2 (merci la Ligue) et démarre très mal la saison. A tel point que ce pauvre Alain Michel est très vite démissionné !

Mais malgré une saison pas terrible, on y trouve des petits îlots de joie, où pointe le sentiment qu'on s'en sortira peut-être bientôt ! En cette saison 2001-02, le match contre Niort est justement l'un de ces petits îlots...


La feuille de match
Vendredi 9 novembre 2011 - Championnat de France de D2 - Stade René-Gaillard
15e journée: Niort 0-2 ASSE
Spectateurs: 10.114 - Arbitre: M. Fidri

Buteurs: Mendy (32e) et N'Dour (70e)

Niort: Marichez - Foulon (Benayen 68e), Piton, Lauret, Rol - Facciuto (Mémin 74e), Ducloux, Ouadah, Bossis (Michel, 63e) - Dissa, Bangoura. Entraîneur: Philippe Hinschberger
ASSE : Casagrande - Carteron, Bia, Diawara, Guillou (Olesen 83e) - N'Dour, Huard, Esposito (Hernandez 79e), Fellahi - Mendy, Kuzba (Di Rocco 62e). Entraîneur: Frédéric Antonetti




Le film à peine imaginé du match
Bon ben voilà, moi j'y étais pas à ce match. J'étais au suivant en fait, à Caen, où c'est qu'on les a laminés 4-2 !!! Un match de folie avec deux doublés de Mendy et Di Rocco ! Avec un Bia somptueux dans son rôle de la Comedia del Arte... Oups, mais je spoile et j'empiète sur le boulot de mon petit camarade...

Par contre, je me souviens qu'on avait fait aussi un match exceptionnel (en tout cas pour le niveau qu'on avait à l'époque) chez les bêêêêêêê... pardon les Chamois ! D'ailleurs, pas plus tard qu'à la 32e minute, c'est à dire après 31 minutes mais avant 32 minutes de jeu, v'là-t-y pas que Fred Magic-Roulette Mendy se décide à nous marquer sur un centre tir de Cartoche son premier but de la saison (avec le match à Lens, cela fera les 2/3 de ses buts marqués sur la saison) !
Une superbe frappe du droit (on l'imagine mal marquer de la tête) de loin... ou de près, je sais plus. En même temps ce gars, on se disait, même quand il est près, on dirait qu'il est loin, alors ça revient au même !


Et pourtant, sur le papier, l'effectif avait de la gueule...


Les joueurs rentrent à la mi-temps sur ce score de 1-0 pour les Verts. Les Niortais sont dégoûtés et on les comprend. Ils pénètrent dans les vestiaires la mine déconfite, en répétant inlassablement: "C'est pas possible, c'est pas possible". Y en aurait même qui se seraient frappé la tête contre les murs !
Mais faisons preuve de discrétion et laissons ces pauvres bêêêêê à leur douleur. Dans les vestiaires stéphanois, c'est l'euphorie. Non, j'déconne... c'est Anto l'entraîneur quand même. Il te calme vite fait bien fait les têtes qui enflent.

Du coup, en deuxième mi-temps, les Verts restent ultra-dominateurs. Les supporters chantent, chantent, chantent (entre deux sodomies à nos amis et néanmoins amis d'outre A47). Et puis à la 70e, soit à peine 25 minutes après que la deuxième mi-temps a commencé (7 minutes plus vite qu'en première mi-temps), Alassane Terminator N'Dour (photo) fusille de la tête le pauvre... attendez... je sais plus le nom du gardien niortais... Ah oui ! Marichez ! A ne pas confondre avec Chez Marie, respectable institution qui propose de charmantes chambres d'hôtes en Avignon.
Le pauvre Marichez va pleurer une deuxième fois sa mère dans ses filets.



N'Dour marque le 3e but de sa carrière en vert


Comment on les a démolis les Niortais ! J'vous dis pas !
Après le match, Alain Bompard déclare: "Nous effaçons une série terrible de 18 mois sans victoires à l’extérieur. Nous effaçons également une élimination peu glorieuse, ici, en Coupe de la Ligue. Nous prenons trois points. C’est indiscutable. Nous avons construit cette victoire d’un bout à l’autre. Un grand bravo à Antonetti, son staff et ses joueurs. C’est un pas important mais il ne faut pas s’enflammer".

Et après, ce sera la Normandie qu'on prendra d'assaut !
Chais pas vous, mais moi je le sens bien cet Anto. Bon à l'époque, je le sentais moyen... Je le trouvais trop défensif (la preuve, 16e attaque et 9e défense cette année-là) mais j'ai appris à l'aimer mon Anto ! A apprécier son 4-3-3 de folie. Il a fallu qu'un méchant brise cette passion ! Ne revenons pas sur cet événement douloureux...




Le Saviez-vous ?
- Cela faisait 25 matches et donc 18 mois que les Verts n'avaient pas gagné à l'extérieur en championnat. La dernière victoire de l'ASSE hors de ses bases datait du 4 mai 2000 à Strasbourg (0-1) soit... deux saisons auparavant !

- Comme le rappelle Alain Bompard, Niort avait éliminé l'ASSE la saison précédente en quart de finale de la Coupe de la Ligue au terme d'un match perdu 3-2

- Un mois auparavant, Alain Michel avait été prié de retourner en Isère et Frédéric Antonetti était donc arrivé pour le remplacer. Alain Bompard déclarera plus tard qu'Antonetti ne partirait pas tant qu'il serait président... Promesse tenue. Enfin une !

- Comme souvent cette saison, la réception de l'ASSE permet aux stades champêtres de D2 de faire le plein au niveau de la billeterie. Avec 10.114 spectateurs, ce Niort-ASSE ne fait pas exception et se classe meilleure affluence de la saison à René-Gaillard.

- L'ASSE ne terminera que 13e à l'issue de cette saison et Niort 11e. Tandis que l'ASSE reviendra en L1 trois ans plus tard, Niort s'embourbera dans les tréfonds de la L2 au point de se redevenir amateur en CFA en 2009. Mais le club des Deux-Sèvres saura se redresser pour retrouver l'antichambre de l'élite 4 ans plus tard

- A peine deux saisons plus tard, c'est ici, au stade René-Gaillard, que l'ASSE obtiendra son ticket pour la Ligue 1 grâce à une victoire 1-0 sur un but de... Frédéric Mendy.