28 avril 2001 : ASSE 1-1 Lens  
Oui, je désire m'abonner à
L'éphéméride poteaux-carrés
Je recevrais chaque jour dans ma boite mail l'éphéméride
La newsletter poteaux-carrés
Je recevrais dans ma boite mail les newsletter poteaux-carrés quand elles seront envoyées
Pour vous désabonner, décocher l'élément que vous ne voulez plus recevoir et cliquez sur OK

Ephéméride du 24 Novembre

Sélectionnez la date de l'éphéméride à consulter:

24 novembre 1973 : Naissance de Sébastien Perez

Globe-trotter du football à une époque où les agents de joueurs et divers intermédiaires profitaient allègrement du système, Sébastien Perez est sans doute le meilleur Couramiaud de l'histoire.

Sébastien PEREZ
Né à Saint Chamond
Le 24/11/1973
Taille: 177 cm
À l'ASSE de 1993 à 1996
Palmarès: Champion de Turquie avec Galatasaray (2002), Vainqueur de la Coupe intertoto avec Bastia (1997)


La carrière de Sébastien Perez en un clin d''oeil


Sébastien Perez voit le jour le 24 novembre 1973 à Saint Chamond (42). Son père, un ex-footeux, exerce avec talent la fonction de recruteur dans les catégories de jeunes pour l’AS Saint-Etienne. Rapidement, le jeune Sébastien se fait remarquer dans les rangs du CO Saint Chamond et c’est donc tout naturellement et sans surprise qu’il intègre les rangs du centre de formation de l’ASSE à la fin des années 80.
Ce latéral droit au tempérament offensif, dur sur l’homme, débute en équipe "fanion" le 18 septembre 1993 pour une victoire stéphanoise en terre lilloise 2-0. 



Premier match pro pour le jeune Perez face à Lille en 1993 (photo le Progrès)


Durant cette saison 1993-94, il évolue par douze fois en Première Division. Mais c'est la saison suivante qui est sa plus accomplie sous le maillot vert: 30 matches pour deux buts. Sebastien réussit à se faire un nom dans l'élite française et c'est tout à son mérite, quand on constate à quel point son équipe tourne au ralenti. Il termine sa carrière forezienne en 1995-96 avec 13 matches au compteur mais il ne peut éviter la relégation de son club formateur.



Sebastien Perez face au Nantais Nicolas Ouedec en 1995


Superbe but de Perez face à Lens en 1995 (défaite 2-1)


Pour 2,5 MF, Sebastien est alors envoyé sur l’île de beauté où il retrouve ses coéquipiers Moreau, Moravcik et Swierczewski et il va exploser à Bastia (sans l’aide du FLNC). Ainsi, en 1996-97, il fait trembler à sept reprises les filets adverses en 34 matches, total remarquable pour un arrière latéral. La saison suivante, il découvre l’Europe via la Coupe Intertoto puis la Coupe de l’UEFA. La perfide Albion remarque alors ce rugueux défenseur de 1,77 m pour 73 kg, bien dans la tradition "maison". Pour 30 MF, 12 fois plus qu'à son arrivée en Corse, il part donc pour les Blackburn Rovers mais l’entraîneur qui l’a recruté est vite remercié. De plus, il se blesse à l'automne et sa famille ne s’accommode pas de l'English way of life. Il ne jouera donc que cinq fois en PremierLeague, pour un but tout de même. Mais cela lui laissera tout de même le temps, toujours en Coupe de l'UEFA, de venir marquer à Gerland contre l’OL. Stéphanois un jour...


Découverte de la PremierLeague en 1998


En janvier 1999, il repart à Bastia (11 matches, 2 buts) mais l’OM, vice-champion de France, a déjà un œil sur lui. Perez prend donc la direction de la Canebière pour la saison 1999-00. Cette opportunité lui permet de découvrir la Champions League (9 matches et un but contre le Croatia Zagreb) et quelques stades de clubs mythiques (Manchester United, Feyenoord et son bouillant public) mais aussi de prendre quelques mémorables corrections comme un certain soir de décembre 1999. Cette saison là, l'OM évite de justesse la relégation...



Retour par la case Bastia en 1999


Arrivé à Marseille dans une période agitée, Sebastien Perez ne s’imposera jamais vraiment dans l’effectif à géométrie variable d’un club marqué par une succession de crises internes et quelques transferts douteux, dont le sien. Après deux saisons, 54 matches de championnat et deux buts, il est prêté à Galatasaray pour la saison 2001-02. Il y devient Champion de Turquie au travers de 18 matches et 3 réalisations mais Galatasaray ne possédant pas d’option d’achat, il retourne à l’OM pour les deux saisons suivantes. Sa carrière y prend alors un virage fatal: en effet, dans ce club pas comme les autres, il fait parti du groupe des "indésirables" et joue les bouche-trous (20 matches seulement en deux saisons et cinq rencontres européennes dont un beau nul 1-1 à Anfield le 11 mars 2004). Son contrat est résilié le 20 août 2004, un an avant son terme.

Ce n'est qu'à partir de ce moment-là que sa fin de parcours part définitivement en eau de boudin...



De 1999 à 2004, Perez vit une histoire compliquée avec l'OM


Jusqu’en janvier 2005, alors qu’il n’a finalement que 32 ans, une belle expérience et une carte de visite intéressante, il reste sans club. Il choisit de se relancer à Istres, pourtant mal en point en Ligue 1 (10 matches) et promis à la relégation. Il ne peut évidemment pas empêcher le club provençal de terminer dernier et pour la première fois de sa carrière, il goûte aux joies de la Ligue 2 la saison suivante (11 matches en 2005-06). Son contrat se termine alors sans être renouvelé.
A l’aube de la saison 2006-07, Sébastien Perez fait partie de la longue liste UNFP des joueurs sans club. Eric Cantona fait alors appel à lui pour encadrer l’équipe de France de beach soccer. C'est le coup de foudre !



Sebastien Perez enfin sélectionné en équipe de France en 2008 !


Malgré ses piges à Endoume et Aix-en-Provence (DH), Sebastien devient un joueur de beach-soccer à part entière. Il devient joueur international et participe à plusieurs tournées avec l'équipe tricolore de la discipline, jusqu'en 2008.
Et puis, le 29 mars 2012, finalement rangé, il est nommé directeur sportif du Dijon FC (L2), une expérience finalement qui ne dure que 4 mois.



Dijon, un nouveau challenge pour Perez en 2012


Alors Sebastien, dans ton coeur, c'est plutôt ASSE ou OM ? "Saint-Etienne reste mon club de cœur. L’OM, c’est la passion du Sud ! Saint-Étienne, c’est le club mythique qui a fait rêver des millions de Français. Ce sont deux publics passionnés. La ferveur a une origine particulière à Sainté : c’est une région qui a beaucoup souffert du chômage et de la crise depuis des décennies. Dans ce stade à l’anglaise, on sent l’ambiance de partout"

Y'a rien à ajouter, Seb, c'est bien !

par LE SPHINX, le 24/11/2016

Ephéméride du 24 Novembre


A venir

29/04/2017 20:00

Guingamp - ASSE



Pas de panitrombi

cette semaine

forum boutique services palmares médias jelenivo archives version mobile
Pour nous contacter : contact@poteaux-carres.com
Pour contacter la rédaction : redaction@poteaux-carres.com