Il est de ces matches qu'on croirait scénarisés par Hollywood: un adversaire de taille, un décor magique, une succession d'évènements rocambolesques, un moment tragique...

Et au moment où on ne l'attendait plus, au paroxysme du suspens: le happy-end !


La feuille de match
Mardi 15 janvier 2013 - Coupe de la Ligue - Stade Geoffroy-Guichard
Demi-finale: ASSE 0-0 Lille (7-6 tab)
Spectateurs: 23.011 - Arbitre: C. Turpin

Tirs aux buts réussis : Cohade, Perrin, Mayi, Aubameyang, Guilavogui, Clément et Clerc pour l'ASSE. Chedjou, Basa, Bruno, Rodelin, Mavuba et Beria pour Lille
Tirs aux buts manqués: Mollo pour l'ASSE. Balmont et Gueye pour Lille

ASSE: Ruffier - Clerc - Sall - Perrin - Brison - Lemoine (Mayi 84e) - Clément - Guilavogui - Mollo - Aubameyang - Brandao (Cohade 65e). Entraîneur: Christophe Galtier
Lille: Elana - Digne - Beria - Chedjou - Basa - Mavuba - Balmont - Pedretti (Gueye 65e) - Payet - Martin (Bruno 112e) - Roux (Rodelin 84e). Entraîneur: Rudi Garcia



Les faits du match
Après une victoire  à domicile en quart de finale face au PSG version qatari (0-0, qualif aux tirs aux buts), l'ASSE s'apprête à tout tenter pour enfin retourner en finale, 31 ans après la dernière. Le public est bien sûr au rendez-vous et le Chaudron bouillonne comme à ses plus belles heures, malgré la fermeture du kop Sud pour cause de travaux.

Les Verts se montrent dangereux dès la 5e minute par l'intermédiaire d'un coup franc de Yohan Mollo claqué en corner par Elana.
Il faut ensuite attendre la 26e minute pour s'enflammer à nouveau: une belle remise de Mollo pour Fabien Lemoine et voilà ce dernier qui décoche une frappe sans contrôle du droit dans la direction de la lucarne gauche de Steve Elana, lequel détourne encore une fois en corner d'une superbe parade main opposée.
Trois minutes plus tard, Mollo, encore lui, centre idéalement pour Brandao aux six mètres mais le Brésilien n'arrive pas à trouver le cadre avec sa tête.
A la 35e minute, les Dogues se réveillent enfin par un tir de Pedretti, heureusement dévié en corner par Loïc Perrin, auteur d'un excellent tacle.
La première mi-temps s'achève donc sur le score de 0-0 grâce à un Elana en grande forme. On se dit qu'on a encore rien vu. On a pas tort...



Lemoine n'en revient pas que sa frappe ait été détournée par Elana (photo le Progrès)


Car le match reprend avec les mêmes effectifs et comme en première période, il ne faut que 5 minutes avant de voir les Verts de nouveau dangereux avec un centre à ras de terre de Clerc pour Aubameyang, coupé in-extremis par un jaillissement d'Elana dans les pieds de ce dernier.
Quelques secondes plus tard, Guilavogui centre depuis la gauche au second poteau vers Aubameyang qui prend son temps pour ajuster sa frappe. Malheureusement, sa frappe, ainsi que la reprise de Mollo au point de penalty sont encore repoussées par la défense nordiste. Lille plie mais ne rompt pas.
Et puis vient ce qui aurait pu être le tournant du match: Brandao gâche un excellent centre de Lemoine en manquant le ballon.

Les Lillois peuvent souffler et passer à l'attaque. A la 83e minute, un centre de Dimitri Payet trouve la tête de Florent Balmont au second poteau qui flirte avec le montant droit de la cage stéphanoise. Quelques minutes plus tard, on inverse les rôles, Balmont centre pour Payet au second poteau mais les Dieux du foot sont Stéphanois: la frappe du Réunionnais trouve le poteau. Ouf !
Chedjou a encore une dernière occasion de mettre l'ASSE KO dans le temps additionnel mais sa tête frôle le montant gauche, Ruffier était battu.



Loïc Perrin n'aura laissé aucune chance de s'exprimer à Nolan Roux (photo le Progrès)


C'est la fin des 90 premières minutes et malgré une grosse domination stéphanoise, le public de Geoffroy-Guichard se dit qu'il vient d'échapper à un hold up en bonne et due forme.
Heureusement (ou malheureusement), les prolongations sont bien moins agitées, avec une seule grosse occasion à mettre à l'actif de Cohade à la 105e minute, qui voit son tir de nouveau repoussé par le gardien lillois.
Au terme des 120 minutes de jeu réglementaire, l'ASSE, dominatrice mais stérile, va donc devoir encore une fois passer par la séance de tirs au but, comme lors des quarts de finale contre le PSG et des 16es de finale contre Lorient.



Dimitri Payet n'aura pas su se dépêtrer du marquage de Fabien Lemoine


Dans les deux cas, Stéphane Ruffier avait été héroïque. Saura-t-il encore une fois faire pencher la balance côté vert ?
La séance prend place face au Kop Sud vide et en travaux. La décision est particulièrement surprenante et inédite mais M. Turpin semble ne pas vouloir avantager les locaux. Qu'importe, l'ambiance est énorme pour pousser les Lillois à l'erreur. Ils l'abordent pourtant confiants après le match de gala que vient de réaliser Elana.

Cohade s'élance le premier et convertit son tir au but, imité par le Lillois Chedjou: 1-1

Alors Yohan Mollo, au club depuis 10 jours, s'élance et frappe en force. Le ballon s'envole dans un kop Sud fantomatique au grand désespoir des supporters. Marko Basa tente une panenka et donne l'avantange à son équipe: 1-2. Mince, ca commence mal...



Yohan Mollo adoptera une attitude pieuse durant toute la séance fatidique (photo le Progrès)


Au tour de capitaine Perrin, qui trompe Elana d'un plat du pied, suivi par Bruno qui marque également: 2-3
Pour le quatrième tir au but, le jeune Kevin Mayi s'élance et marque du haut de ses 19 ans, imité par Rodelin: 3-4

Pierre-Emerick Aubameyang s'avance pour garder l'ASSE en vie, avec la pression de l'élimination au bout du pied. Mais le Gabonais, extraordinaire depuis un an et demi, marque plein de sang froid. Il reste un tir au but pour ne pas sombrer.
C'est l'ancien Vilain, Florent Balmont, qui a été choisi par Rudi Garcia pour donner le coup de grâce aux Stéphanois. Ce joueur, hargneux et assoiffé de victoire, n'est pas le genre à flancher dans ce genre de moment décisif. Il s'élance pour couper court aux espérances vertes.
Alors Geoffroy-Guichard entier se tait.
Et un bruit sourd résonne dans tout le stade, suivi d'une explosion de joie: la balle vient de heurter le poteau ! 4-4



Ruffier n'aura pas eu d'arrêt à faire durant la séance de tirs au but (photo le Progrès)


S'en suivent des réussites de Guilavogui, Clément puis Clerc pour l'ASSE pendant que Mavuba et Béria transforment leur tentative à leur tour. Et c'est finalement Idrissa Gueye, le Sénégalais, qui craque le premier, envoyant son ballon dans les coussins-façades du kop Sud et le Peuple Vert au Stade de France. Ce sera la première finale des Verts depuis celle de Coupe de France, perdue contre Paris en 1982.

Autant dire une éternité !



Le Saviez-vous ?
- L'ASSE n'avait plus gagné de demi-finale depuis la saison 1981-82 et une victoire 2-0 au Parc des Princes contre Bastia. Ils avaient échoué en 1990 contre Montpellier (Coupe de France, 0-1), en 1993 contre Nantes (Coupe de France, 0-1) en 2004 contre Sochaux (Coupe de la Ligue, 2-3) et en 2005 contre Strasbourg (Coupe de la Ligue, 0-1)

- En finale, l'ASSE affrontera Rennes et l'emportera 1-0 (but de Brandao), remportant ainsi le dernier trophée national manquant à son palmarès, le premier depuis 32 ans !

- Pour s'adjuger le titre, l'ASSE aura éliminé Lorient (1-1, 3-0 tab), Sochaux (3-0), le PSG (0-0, 5-3 tab), Lille (0-0, 7-6 tab) et Rennes (1-0). Seul le Lorientais Sunu aura donc réussi à tromper Ruffier durant la compétition, et ce lors du tout premier match de la compétition.

- Stéphane Ruffier est un véritable spécialiste de l'exercice des tirs au buts. Depuis son arrivée à l'ASSE, le portier stéphanois en aura disputé 8 et n'en aura perdu que deux: sa toute première, face à Bordeaux en Coupe de France en 2012 (1-1, 2-4 tab) et sa dernière face à Strasbourg en Coupe de la Ligue en 2017 (1-1, 5-4 tab). Pour autant, il n'arrête pas le moindre tir durant cette séance face à Lille !



Scène de liesse à Geoffroy-Gucihard


- Florent Balmont, le Lillois héros du match malgré lui, a été formé à Lyon et a fait ses débuts en pro dans ce même vilain club. Il garde une dent féroce contre l'ASSE depuis les derbies de jeunes où le public de l'Étrat le chahutait plus ardemment que les autres.

- Dimitri Payet et Rudi Garcia, le coach lillois, avaient porté les couleurs stéphanoises bien avant ce match: le premier était vert de 2007 à 2011 tandis que le second avait fait partie du staff de Robert Nouzaret puis de John Toshack jusqu'en 2001, où il leur avait brièvement succédé sur le banc. En revanche, Nolan Roux deviendra stéphanois plus tard, après sa signature à l'ASSE en 2015.

- De son propre aveu, c'est l'unique fois où Yohan Mollo a demandé l’assistance divine au cours d'un match de foot. Il ne faut pas abuser des miracles...