15 décembre 2001 : Louhans-Cuiseaux 1-0 ASSE - 32e de finale de Coupe de France  
Oui, je désire m'abonner à
L'éphéméride poteaux-carrés
Je recevrais chaque jour dans ma boite mail l'éphéméride
La newsletter poteaux-carrés
Je recevrais dans ma boite mail les newsletter poteaux-carrés quand elles seront envoyées
Pour vous désabonner, décocher l'élément que vous ne voulez plus recevoir et cliquez sur OK

Ephéméride du 6 Décembre

Sélectionnez la date de l'éphéméride à consulter:

6 décembre 2003 : Gueugnon 0-1 ASSE

La lumière est venue de Lawrence Quaye !

La feuille de match
Samedi 6 décembre 2003 - Championnat de France de L2 - Stade Jean-Laville
18e journée: Gueugnon 0-1 ASSE
Spectateurs: 6.580 - Arbitre: M. Khendek

Buteur:
Quaye (69e)

Gueugnon : Branger - Emeran, Gauthier (S. N’Diaye 74e), Casartelli, Ngambi, Berville - H. Traoré, Levrat (Lempereur 82e), Frétard, Belhadj (Hebbar 74e) - Boutabout. Entraineur: Albert Cartier
ASSE : Janot - Bridonneau, Hognon, Hernandez, Ilunga - Jau, Sablé, Hellebuyck (Quaye 65e) - Marin (Citony 56e), Compan, F.Mendy (Carteron 92e). Entraineur: Frédéric Antonetti

Expulsion: Fretard pour Gueugnon



Les faits du match
Le déplacement est à la mode. Après Cholet pour un match amical face à Nantes, Belley pour la Coupe de France et Angers pour le compte du championnat, c’est dans le petit bourg de Gueugnon que joueurs et supporters stéphanois se donnent rendez-vous en ce froid samedi de décembre. Une formation verte au complet, avec les retours de Vincent Hognon et de Julien Sablé dans le onze de départ. Marin, Mendy et Compan sont confirmés à leur place dans le secteur offensif.

Depuis la dernière visite des Verts en août 2002 (victoire 2-0, buts de Razak et d’Alex), le Stade Jean-Laville a changé, se dotant d’une belle tribune Ouest couverte. Du coup, les supporters sont relocalisés dans la tribune Est, exposée à la pluie et au vent. Petite surprise, le stade est loin d’être rempli au coup d’envoi (un peu plus de 6.000 spectateurs), ce qui n’empêche pas les speakers de chauffer l’ambiance. En vain, puisque les Ultras ont décidé, comme sur chaque terrain de L1 et L2 ce week-end, d’organiser une grève des encouragements de vingt minutes pour protester contre les dérives du football moderne.



Aaaaah le stade Jean-Laville, que de souvenirs...


Ce silence, étrange atmosphère pour un match de foot, permet au moins au petit orchestre local de connaître son moment de gloire puisque hélas, il n’y a jamais de grève chez les trompettistes. Mais il est quand même assez pittoresque de voir Fabrice Jau se faire tacler sur l’air du "Petit bonhomme en mousse"… Car des tacles, dans ces vingt premières minutes, il y en a à la pelle. Sur un terrain glissant, les Verts se contentent de balancer de longues balles vers l’avant, tandis que les Forgerons, qui restent sur une grosse giffle (5-0) reçue au Havre, ne veulent prendre aucun risque.

Même avec la reprise des encouragements, marquée par un joli tifo dans le parcage visiteur, les joueurs ne sortent pas de leur torpeur. Gueugnon tente quelques frappes lointaines et peu appuyées, et finalement c’est l’ASSE qui se crée la plus grosse (ou la seule ?) occasion de la première mi-temps, à la 40e minute, sur un coup-franc d’Hellebuyck repris de la tête par Lilian Compan.



Les 1800 supporters stéphanois se réveillent après la pause


0-0, score tout à fait logique à la pause. On sent néanmoins qu’il y a la place pour faire un résultat, à condition de poser un peu plus le jeu. C’est ce qui semble alors se produire à la reprise. On commence enfin à apercevoir Hellebuyck et Jau, transparents dans une première période de "kick & rush", lorsque Janot sauve les siens sur la seule incursion gueugnonnaise. Nicolas Marin, encore une fois très malheureux dans ses choix, sort en boîtillant pour laisser sa place à Mickaël Citony, bientôt imité par Hellebuyck, remplacé par Lawrence Quaye.

Coaching payant. Quaye répond parfaitement au défi physique imposé par les locaux au milieu de terrain, tandis que Citony apporte une intéressante touche technique sur l’aile droite. Il récupère ainsi un ballon le long de la ligne de touche, repique vers le centre en slalomant dans la défense bourguignonne, et décale Mendy sur le côté gauche. Le Sénégalais est fauché à 25 mètres, légèrement sur la gauche des buts de Branger.
On joue alors depuis 69 minutes. Lawrence Quaye s’approche nonchalemment du ballon, demande à Julien Sablé de le lui décaler un peu sur la droite… Et bang ! Kerrang ! Pffffew ! Branger a beau se détendre de tout son long, la balle est déjà dans sa lucarne gauche !



Ce grand bruit, c'est le mur du son qui se brise


Dans la minute suivante, Frétard reçoit son second carton jaune pour un énième tacle par-derrière. A 11 contre 10, les Stéphanois gèrent alors intelligemment les vingt dernières minutes. Ils ne connaissent qu’une frayeur lorsque Jérémie Janot boxe une tête de Lempereur dans les arrêts de jeu. Entre-temps, l’ASSE a même l'occasion de se mettre à l’abri sur une tête de Compan ou un rush de Mendy.

Attendus par des Forgerons très, peut-être trop remontés, les Verts parviennent à se sortir du piège bourguignon. Grâce à un éclair de génie de Quaye, ils empochent trois points finalement assez mérités pour avoir été les seuls à vouloir produire du jeu. Les voilà à nouveau dans les roues du peloton de tête, avant un match en retard face à Niort prévu le mercredi suivant à Geoffroy-Guichard...




Le Saviez-vous ?
- Bien évidemment, les Verts c’est les meilleurs et du reste, ils retrouveront l’élite en fin de saison. Néanmoins le match retour sera marqué par un évènement singulier alors que l'ASSE a l'occasion en cas de victoire de s'assurer du titre de champion. Les Bourguignons égalisant in extremis 1-1 en fin de match, le public envahira le stade au coup de sifflet final, sans que l'on comprenne vraiment pourquoi...

- Gueugnon finira la saison 16e mais grâce à la promotion de l'ASSE en L1, c'est la dernière fois à ce jour que les Verts se déplaceront à Jean-Laville. Et dire qu'en janvier de la même année, ils touchaient le fond face à cette même équipe...

- Le buteur Lawrence Quaye, recruté en 2002 au Liberty Professionals FC de Dansoman (Ghana), en même temps qu'Ibrahim Razak, ne marquera que cet unique but en 33 matches dans toute sa carrière stéphanoise. Libéré par l'ASSE en fin de saison, il ira jouer une pige à Alep (Syrie) avant de devenir Lawrence d'Arabie à Al-Gharafa (Qatar) à partir de 2007.

- 6.580 spectateurs, ca peut paraître peu et pourtant, dans une ville qui ne possède que 8.000 habitants, il s'agit de la plus grosse affluence au stade Jean-Laville lors de cette saison 2003-04. Parmi ceux-là, environ 1.800 sont des supporters stéphanois en déplacement !

- Le forgeron Sada N'Diaye, qui dispute ici l'un des 2 seuls matches de sa saison n'a aucun lien avec Samba N'Diaye, l'ancien buteur de l'ASSE (saisons 1996-97 et 1998-99) qui ira plus tard terminer sa carrière dans le Golfe (EAU et Qatar).

- Après maintes recherches très poussées de toute l’équipe de Poteaux-Carrés, il s’avère que le dénommé Lempereur, s'il n'a jamais été manchot, n’a également jamais été couronné. Et dire que la Ligue nous a cassé les noisettes pour des détails de passeport…

- Le FC Gueugnon, abonné permanent à la Ligue 2, la quittera pourtant à l'issue d'une saison 2008-09 catastrophique. Le club sera prononcé en liquidation judiciaire en 2010, verra Tony Vairelles mettre des billes dans le club et repartira en DH...

par LE SPHINX, le 06/12/2017

Ephéméride du 6 Décembre


A venir

15/12/2017 20:45

ASSE - Monaco



Pas de panitrombi

cette semaine

forum boutique services palmares médias jelenivo archives version mobile
Pour nous contacter : contact@poteaux-carres.com
Pour contacter la rédaction : redaction@poteaux-carres.com