22 juin 1965 : Naissance de Lubomir Moravcik   8°/11°
Oui, je désire m'abonner à
L'éphéméride poteaux-carrés
Je recevrais chaque jour dans ma boite mail l'éphéméride
La newsletter poteaux-carrés
Je recevrais dans ma boite mail les newsletter poteaux-carrés quand elles seront envoyées
Pour vous désabonner, décocher l'élément que vous ne voulez plus recevoir et cliquez sur OK

Ephéméride du 1 Janvier

Sélectionnez la date de l'éphéméride à consulter:

1er janvier 1953 : Naissance de Jean-Marc Schaer

Une année commence, un footballeur voit le jour...

Jean-Marc Schaer est né le 1er janvier 1953, comme Philippe Douste-Blazy et Alpha Blondy. C'est sans doute le seul point commun entre l'ancien Vert, l'ex-ministre et le rasta ivoirien... 

Schaer commence à taper dans un ballon à Dunières (Haute-Loire), le club de sa ville natale. A 18 ans, il quitte sa province pour rejoindre les Verts. Le coeur léger et le bagage mince, il est certain de conquérir Sainté.

Ses débuts sont fracassants et ses qualités de buteur indéniables: en équipe réserve, Schaer inscrit la bagatelle de 69 buts en 106 matches. Le 16 mars 1975, il est l'auteur d'un quadruplé face au Puy et se voit déjà en haut de l'affiche. Jean-Marc signe dans la foulée son premier contrat pro et fait ses grands débuts en D1 le 17 octobre 1975 lors d'un Sainté-Nantes (2-2).



Schaer à terre derrière Herbin. Le jeune attaquant avait l'habitude de s'entraîner avec les pros


Hélas, ce qui est rare est cher mais ce qu'est Schaer n'est pas rare... Les Verts ne manquent pas d'attaquants talentueux à l'époque (les frères Revelli, Rocheteau, Sarramagna) et l'infortuné Jean-Marc cire le banc.
Schaer dispute néanmois une vingtaine de matches officiels lors de ses 2 années en Vert. Lors de la fantastique saison 1975-76, il participe même à la fameuse épopée en disputant 2 matches de coupe d'Europe: titulaire à Glasgow lors du match retour des huitièmes de finale (victoire des Verts 2-1 face aux Rangers), Schaer joue également les 15 dernières minutes du quart de finale aller Kiev-ASSE (défaite des Verts 2-0).
Mais Robert Herbin ne compte pas vraiment sur lui. En mai 1976, Schaer réalise un triplé. Contre le Bayern? Que nenni! Contre Saint-Geoges-les-Ancizes, en troisième division !



Jean-Marc Schaer bataille à Ibrox Park en C1 contre les Rangers (photo l'Équipe)


Peu importe, son sens du but peut être utile à l'Équipe de France Olympique, qui dispute deux mois plus tard les JO de Montréal: Schaer est l'avant-centre d'une équipe dans laquelle évoluent notamment le Nancéien Michel Platini et le Messin Patrick Battiston. Les Bleus sont éliminés en quarts de finale, concédant une lourde défaite face à la RDA. "Arrête ton Schaer!" aurait alors lancé d'un air goguenard le sélectionneur allemand à son homologue français.



Schaer (accroupi, à gauche de Platini) aux JO de Montréal en 1976


De retour à Sainté, Jean-Marc Schaer gamberge. Il inscrit un triplé face à Juvisy le 24 octobre 1976, mais il ne supporte plus les succès faciles, les trains de nuit et les filles à soldat. Après avoir remporté le championnat de France de D3 avec l'ASSE, Schaer signe à Auxerre à l'été 1977.
Avec l'AJA, il dispute la finale de la Coupe de France en 1979 contre Nantes mais à 1-1, il bouffe la feuille de match en se croyant hors-jeu et les Canaris gagnent 4-1 dans la prolongation. Toutefois, Schaer contribue activement à la montée des Auxerrois en D1, en inscrivant 40 buts en 3 saisons de D2, avant de scorer 7 fois dans l'élite.



Schaer renaît et fait enfin carrière à Auxerre


Mais rapidement barré à Auxerre par Szarmach, Schaer joue une saison à Nice, avant de rejoindre Valenciennes. Puis il est atteint le premier d'un syndrome qui touchera plus tard d'autres trentenaires comme Christophe Sanchez, Dominique Aulanier ou Loïc Chavériat: nostalgique du Vert et Blanc, il finit sa carrière pro à Sète (D2) et sa carrière tout court à Moulins (DH) en 1988.



Capitaine Schaer mène son équipe de Moulins en 16e de Coupe de France 1986 face à Rouen


Surnommé chez lui "Alain Prost" pour sa ressemblance avec le pilote du 42, Jean-Marc Schaer devient ensuite pendant près de 20 ans reporter photographe pour l'agence locale du quotidien auvergnat "La Montagne". Retraité en 2013, il coule aujourd'hui des jours paisibles... à Moulins (03) où il est finalement resté. 



Schaer le néo-retraité et son ancien rival Rocheteau en 2014

par aloisio, le 01/01/2017

Ephéméride du 1 Janvier


A venir

26/06/2017 10:00

Reprise du groupe pro



Pas de panitrombi

cette semaine

forum boutique services palmares médias jelenivo archives version mobile
Pour nous contacter : contact@poteaux-carres.com
Pour contacter la rédaction : redaction@poteaux-carres.com