home

Une chouette opposition

ForeverGreen 01/03/2018
bookmark bookmark
share share

Avec 14 points en 7 journées, 6 sur les 12 journées suivantes, puis désormais 14 points sur les 8 derniers matchs, on peut dire que l'ASSE est une équipe de dynamiques, cette saison. Et qu'à faire, l'actuelle étant positive, il ne serait de bon ton de ne pas la stopper lors de l'accueil de Dijon, ce samedi.


1- Le parcours

Troisième saison en Ligue 1 pour le DFCO et une constante progression. Après une 19ème place et une descente immédiate en 2012, un maintien acquis de justesse, pour 1 point lors de la dernière journée la saison passée, les Bourguignons passent, pour le moment une saison bien plus tranquille.

Si les 10 premières journées ont été poussives et terminées à la 18ème place, synonyme de barrage, Dijon est depuis sur l'une des dynamiques les plus constantes, et les plus positives du championnat avec 8 victoires, 2 nuls et 7 défaites. Pour autant, les hommes de Dall'Oglio, quasiment imprenables à Gaston-Gérard sont bien plus friables à l'extérieur où ils sont la plus faible équipe de notre Ligue 1 avec 6 points et un seul succès, à Metz en octobre dernier. Depuis, ce sont 7 défaites et un nul (à Troyes, la semaine dernière) qui sont venus s'ajouter à leur collection loin de leurs bases. De quoi aborder ce match sans peur.

Ils présentent une autre particularité bœuf, les Bourguignons. Ils sont à la fois la 5ème meilleure attaque, seulement devancés par les quatre gros du championnat, avec, par exemple, 10 buts de plus que les Verts, et la plus mauvaise défense, avec 52 buts encaissés soit 11 de plus que notre pourtant friable défense.

2- L’effectif

Si une chose est sure, c'est qu'Olivier Dall'Oglio a plus d'un tour dans son sac. Adepte, la saison passée, du 4-4-2, il ne l'a utilisé que 10 fois, lui préférant un 4-3-3 à 14 reprises. Ce 4-4-2 n'a d'ailleurs plus été utilisé qu'une fois en 2018, à domicile contre Metz. On peut donc imaginer l'usage d'un 4-3-3. Mais l’expérimentation du week end dernier d'une tactique moins hardie avec une défense à 5 peut semer le doute.

Dans les buts, c'est Reynet qui trône et qui ne le cède pas à Leroy. C'est l'un des six derniers joueurs du championnats à n'avoir manqué aucune minute. L'axe de la défense est occupé par la paire Yambéré-Djilobodji. Lautoa, longtemps blessé, revient à peine et peine à trouver du temps de jeu. Varrault, lui ramasse les miettes. Sur les côtés de la défense, la rotation est plus importante. Le jeune et polyvalent Rosier en profite pour être le plus utilisé, majoritairement à droite, où Chafik, actuellement blessé, a globalement perdu sa place de titulaire. Quant à Rüfli, qui assurait la concurrence la saison passé, il est complètement blacklisté (2 apparitions dans le groupe seulement). A gauche, c'est le Tunisien Haddadi qui récupère la majeure partie du temps de jeu. Bouka Moutou, relégué troisième choix à ce poste passe plus de temps en réserve.

Au milieu, c'est déjà plus confus. Si Amalfitano est généralement aligné, ça tourne beaucoup au gré des blessures à ses côtés. Abeid, longtemps blessé, le portugais prêté par Lille, Xeka et Marié se sont majoritairement partagé le poste. Le second est en phase de reprise, le dernier n'a plus été aligné qu'une fois en 2018, lors de la déroute 8-0 au Parc des Princes, son entraîneur lui préférant désormais Balmont pourtant quasiment pas aligné en première partie de saison. Le jeune Massouema, recruté en National, fait le nombre en cas de besoin, quand il n'est pas blessé comme c'est le cas en ce moment.

Devant, c'est également particulièrement mouvant, les 6 hommes qui se partagent le poste comptant respectivement entre 18 et 12 titularisations. L'ailier Sliti et l'avant-centre Julio Tavares, absents un certain temps pour blessure, sont néanmoins des titulaires plus assurés lorsqu'ils sont disponibles. Ce sont d'ailleurs les deux seuls offensifs à compter plus de 3 titularisations depuis le début de 2018. Pour compléter la ligne d'attaque, et même s'il est moins aligné ces derniers temps, c'est le plus souvent le Coréen Kwon. Le polyvalent Saïd et Jeannot prennent le plus souvent l'axe lorsque Tavares est absent ou quand Dall'Oglio aligne deux avant-centre. Enfin, bien que moins utilisé, Sammaritano affiche un temps de jeu plus que correct.

L'équipe possible : Les projections sont brouillées par le récent passage dans une défense à 5 et par l'incertitude autour de Xeka et Kwon, qui pourraient démarrer sur le banc. Soyons téméraire et avançons nous tout de même sur la composition de nos adversaires, en 4-3-3, classique, utilisé depuis le début de la saison : Reynet – Rosier, Yambéré, Djilobodji, Haddadi – Abeid, Amalfitano, Balmont – Saïd, Tavares, Sliti. Jeannot et Kwon, s'il est disponible, devraient sortir du banc. Une entrée de Lautoa dans le 11 condamnerait probablement soit Balmont, soit Sliti.


3– Souviens-toi la dernière fois

Crédité, lors de la rubrique habituelle du Jelnivo présente sur le forum, de la moyenne de 6,26, le match aller est de ce point de vue le deuxième meilleur match de la saison derrière le match inaugural contre Nice et tout juste devant la récente victoire à Amiens. La victoire 1-0 avait pourtant été poussive ne se dessinant que grâce à un pénalty obtenu et transformé par Bamba légèrement accroché par Chafik juste après le retour des vestiaire.

Plus généralement, les rencontres entre Dijon et nous tournent souvent légèrement en notre faveur puisque lors des 5 confrontations en L1, nous nous sommes imposés 4 fois d'un seul but, pour un match nul, 1-1 lors de la dernière confrontation à Geoffroy Guichard. Score obtenu grâce à un but en tout de fin de match de Nolan Roux répondant à l'ouverture du score de Lees-Melou acquise au terme d'une entame de match catastrophique.

4– Le joueur à suivre

On aurait aimé faire dans l'originalité, mais difficile de passer à côté du meilleur buteur dijonnais. On aurait pu croire que le départ de son binôme allait le laisser orphelin mais le seul qui a été victime de la séparation, c'est bel et bien Loïs Diony. Julio Tavares, puisque c'est de lui dont il s'agit, fait même déjà mieux que la saison passée avec 10 buts (contre 9) avec presque moitié moins de temps de jeu.

Plus impressionnant encore, il est l'un des attaquants de la L1 les plus décisifs. Si le quatuor qui caracole en tête truste les premières places, Tavares n'arrive pas bien loin avec un but pour 144' de jeu, pour 206' de jeu si l'on ôte les penaltys, et une action décisive toutes les 160', ce qui, pour cette dernière stat, le place au deuxième rang de l'autre L1, seulement devancé par le Messin Florent Mollet. Bref, Tavares est décisif un match sur deux, ça tombe bien, le bon attaquant bourguignon a marqué contre Caen, cela devrait nous laisser un peu plus tranquille. 

 

Potins
21/09 13:05
Ligue EuroPEA
21/09 11:28
Kouakou out
21/09 07:59
Mercadal et les Verts (2)
21/09 07:43
Crivelli pas remis ?
21/09 07:17
Les Verts doivent remettre le couvert
20/09 22:22
Des galettes au goûter
20/09 22:05
Aubameyang sélectionneur !
20/09 15:36
Sagnol pas convaincu par la VAR
20/09 15:20
Yaya ne sera pas là
20/09 15:08
Trois anciens Verts dans le onze de La Réunion
Articles
20/09/2018
Compan : "Toujours supporter des Verts"
16/09/2018
Un sentiment de déjà vu
14/09/2018
Sandjak a dit
13/09/2018
Paris Blues ?
13/09/2018
Bathenay : "Les poteaux carrés sont bien conservés"
11/09/2018
Mastres & Compagnie n°151 : Kishizo
05/09/2018
Un puzzle à résoudre
01/09/2018
Yannis vu par Idriss
01/09/2018
La Somme de toutes les peurs
30/08/2018
Douline : "Honorat ne passe pas inaperçu"

Partager