Premier match de la charnière Bia-Oliveira et première défaite. Certains diront: "Prophétique !"


La feuille du match
Mercredi 23 janvier 2002 - Championnat de France de D2 - Stade François-Coty
24e journée: AC Ajaccio 1-0 ASSE
Spectateurs: 2.145 - Arbitre: M. Layec

Buteur: Squillaci (16e)

AC Ajaccio: Trévisan - Regragui, Squillaci, Colling, Robin - Granon, Terrier, Sahnoun (Jaureguiberry 72e), Levrat (Maurel 79e) - Becas, N'Diaye (Abou 75e). Entraîneur: Rolland Courbis
ASSE : Casagrande - Carteron, Oliveira, Bia (puis Hernandez 46e), Olesen - Huard, Sablé, Hellebuyck, Agasson (Di Rocco 60e) - Mendy, Kuzba (Tagherset 72e). Entraîneur: Frédéric Antonetti



Les faits du match
En raison des intempéries, l’ASSE n’a pu jusqu’alors disputer qu’une seule rencontre en 2002 (un nul 1-1 à Geoffroy-Guichard face à Grenoble, de nouveau coaché par Alain Michel) et pointe à une navrante 16e place du Championnant de L2 avec, certes, deux matches de retard.
Pour son retour en terre corse, Frédéric Antonetti peut compter sur la recrue du mercato, le défenseur Eduardo Oliveira, qui joue ainsi sa première partie en Vert, associé en charnière centrale à l'inénarrable Giovanni Bia.



Image rare: Ted Agasson essaye de montrer qu'il sait faire une tête (photo le Progrès)


Mais il n’y aura pas de miracle sur la pelouse catastrophique du Stade François-Coty, face à un AC Ajaccio qui file vers la future L1. Les coéquipiers de Julien Sablé (photo) encaissent un but très rapidement par l’intermédiaire d’un certain Sébastien Squillaci et sont ensuite incapables de réagir, n’inquiétant Trévisan qu’en de trop rares occasions.
Au coup de sifflet final, les Verts n’ont plus que deux longueurs d’avance sur le premier relégable, Créteil. La situation devient critique...



Le Saviez-vous ?
- En raison du passage de la D1 à vingt clubs, il y a cette année-là quatre promus en D1 (Ajaccio, Strasbourg, Nice et Le Havre) et seulement deux relégués en National (Nîmes et Martigues). L'ASSE ne saura en profiter et termina la saison à la 13e place.

- Par contre, l'AC Ajaccio sera sacré champion de France de D2 à l'issue de cette saison 2001-02 , avec 72 points (lors de ses titres de 1999 et 2004, l'ASSE en avait décroché respectivement 68 et 73). Il y retournera en 2006 et fera ensuite l'ascenseur régulièrement.

- Le Sahnoun d'Ajaccio n'a rien à voir avec Jordan Sahnoun, qui jouait dans l'équipe réserve de l'ASSE au milieu des années 90. Il s'agit de Nicolas Sahnoun, le fils d'Omar Sahnoun, ancien footballeur des Girondins de Bordeaux, décédé d'une crise cardiaque durant un entraînement en 1980.

- En revanche, l'attaquant ajaccien N'Diaye est bien le même Samba N'Diaye qui avait marqué 19 buts (et sauvé l'ASSE de la relégation en National) lors de la saison 1996-97. Le buteur sénégalais, passé par Lille, Metz et Nantes, était même revenu à l'ASSE lors de sa belle saison 1999-00. Il mettra un terme à sa carrière en 2003, à l'ACA, alors en L1.



A terre, Casagrande fait passer un sale quart d'heure à Samba N'Diaye (photo le Progrès)


- Le vilain corse Sebastien Squillaci, buteur ce soir-là, deviendra un vilain tout court en rejoignant l'OL en 2006. Vilain sang ne saurait mentir !

- Trois jours après cette défaite en Corse, les Verts remporteront une victoire cruciale pour le maintien devant Créteil (1-0), grâce à un but dans les arrêts de jeu d'Alex Di Rocco, le goléador stéphanois de la saison (10 réalisations), servi par David Hellebuyck.

- Au fait, vous ne rêvez pas: Jérôme Tagherset et Ted Kelton Agasson apparaissent bien sur le terrain (mais pas ensemble, quand même !) ce soir là. Il faut dire qu'ils ne totalisent à eux deux que 12 matches avec l'ASSE (7 pour Tagherset, 5 pour Agasson).