23 juillet 1988 : ASSE 0-0 Strasbourg  
Oui, je désire m'abonner à
L'éphéméride poteaux-carrés
Je recevrais chaque jour dans ma boite mail l'éphéméride
La newsletter poteaux-carrés
Je recevrais dans ma boite mail les newsletter poteaux-carrés quand elles seront envoyées
Pour vous désabonner, décocher l'élément que vous ne voulez plus recevoir et cliquez sur OK

Ephéméride du 18 Juin

Sélectionnez la date de l'éphéméride à consulter:

18 juin 1977 : ASSE 2-1 Reims - Finale de la Coupe de France

La Coupe de France est une épreuve qui ne laisse pas place à la demi-mesure. On peut y réussir les plus grands exploits pour échouer lamentablement à la difficulté suivante.
Cette édition 1977 n'aura laissé aucun répit aux Verts, qui n'auront peut-être jamais autant mérité leur 6e trophée...

La fiche du match
18 juin 1977 - Coupe de France - Parc des Princes
Finale: ASSE 2-1 Reims
Spectateurs: 45.454 - Arbitre: M. Konrath

Buteurs: Bathenay (85e) et Merchadier (89e) pour l'ASSE, Santamaria (63e) pour Reims

ASSE : Curkovic - Merchadier, Piazza, Lopez, Farison - Janvion, Bathenay, Santini - P. Revelli, H.Revelli, Rocheteau. Entraîneur: Robert Herbin
Reims : Laudu - Masclaux, Buisset, Durand, Dubouil - Ravier, Santamaria, Polaniok, Maufroy (Giannetta 74e) - Betta, Ducuing. Entraîneur: Pierre Flamion


Les faits du match
Eliminée en quart de finale de la Coupe d'Europe des Clubs Champions lors de leur mémorable double confrontation face au Liverpool FC, 5e seulement du Championnat de France, l'ASSE espère sauver sa saison en remportant sa sixième Coupe de France, après avoir disposé en demi-finale du FC Nantes (le champion 1977), non sans avoir fait durer le suspens jusqu'au bout.

Nouvelles difficultés plus inattendues en finale face au double rideau défensif du Stade de Reims que l'on retrouve pour la dernière fois à ce niveau, et qui ne cessera par la suite de dégringoler jusqu'à sa dissolution en 1992.
Des Rémois, dans le rôle du petit Poucet, privés de leur goléador Carlos Bianchi (blessé en demi-finale aller contre les Niçois du Gym) et qui sont contraints d'aligner 3 juniors. Comment leur donner une chance de vaincre face à l'ogre stéphanois alors qu'au cours de la saison, ils ont été jusqu'à flirter avec la deuxième division ?


Traditionnel échange de fanions entre capitaines


De plus, en ce 18 juin, c'est à un couronnement des Verts que le public du Parc des Princes, veut assister. Parce qu'ils sont les plus forts, qu'ils vont gagner, que c'est juré, et qu'ils vont repartir pour une nouvelle aventure européenne.
C'était oublier que pour les Stéphanois, la finale avait débuté 8 jours plus tôt à Nantes et qu'elle allait durer 300 minutes.

90 minutes, puis 120 minutes et encore 90 minutes. 300, le compte y est. C'est beaucoup, trop même, et quand on sent la lassitude vous envahir, les jambes devenir lourdes, la volonté s'envoler, il est bien difficile d'imposer son jeu et son rythme.
D'autant plus qu'en face, on ne badine pas. Le jeu à la rémoise des années 50 n'est plus qu'un souvenir. On ne veut pas perdre, et tous les moyens sont bons.



Patrick Revelli se heurte à l'excellent gardien Christian Laudu


Masclaux a les ongles tout verts à force de tirer le maillot de Rocheteau, Durand fauche tout ce qui se passe, Mauffroy n'hésite pas à tacler Piazza dès qu'il esquisse une attaque et les Stéphanois trouvent toujours devant eux un épais rideau rouge et un dernier rempart, Laudu, au top de sa forme. 34 coups francs, soit un toutes les 79 secondes: c'est le bilan principal de la première mi-temps.
Les héros sont fatigués, et, devant leur poste de télévision, tous les Nantais regardent cette fête triste à laquelle ils ont longtemps cru participer.

La seconde période débute. Par Betta, Ravier ou Ducuing, les Rémois prennent peu à peu confiance. Leurs contre-attaques deviennent plus tranchantes et la plus belle d'entre elles se matérialise par l'ouverture du score grâce à leur autre international argentin Santamaria qui reprend au second poteau un centre court de la droite de Betta. On joue alors la 63e minute, le plan rémois a fonctionné à la perfection.
L'équipe qui marque la première est, en règle générale, victorieuse. Cette règle n'a connu qu'une poignée d'exceptions en 60 finales de Coupe de France. Même dans le clan des fanatiques des Verts, on craint que cette règle ne s'applique implacablement.



Santamaria exulte après son ouverture du score sous les yeux de Farison


Les supporters stéphanois le croient d'autant plus quand, à la 77e minute, Hervé Revelli marque un but que l'arbitre M. Konrath accorde puis refuse pour un hors-jeu de Rocheteau après trois minutes de palabres avec son juge de touche. Les Verts ont cru qu'ils avaient égalisé. Ils ont d'autant plus le sentiment d'avoir été volés. Leur colère les réveille soudain. Ils ne vont pas se laisser abattre ainsi.



Janvion et Revelli furieux envers le juge de touche qui invalide leur égalisation


Ils se jettent à nouveau dans la bataille, retrouvent des forces nouvelles et se lancent dans un assaut qui ne peut être que le dernier.
Les Foréziens, que Robert Herbin fait jouer en 4-3-3 avec Janvion demi défensif dans l'axe sont habitués aux redressements de situations des plus compromises via la Coupe d'Europe et renversent le score dans les 5 dernières minutes, grâce à Dominique Bathenay tout d'abord, qui tranforme un pénalty consécutif à une faute de Masclaux sur Farison, puis à Alain Merchadier qui sort de sa boîte comme en 1974 lors de la finale victorieuse contre Monaco. L'homme décisif reprend de la tête dans l'axe un corner tiré à gauche par Farison, décidément l'homme du match.


Bathenay égalise sans trembler


Merchadier catapulte le ballon dans les filets pour la victoire


Une nouvelle fois, le miracle est stéphanois. La 300e minute, la dernière de l'année, leur apporte le bonheur. Ivan Curkovic peut sourire aux félicitations du Premier Ministre entouré de deux maires communistes. Saint-Étienne a encore su dépasser les limites humaines.



Le Saviez-vous ?
- C'est la 6e et dernière Coupe de France remportée par les Verts. Ils parviendront à nouevau deux fois en finale en 1981 et en 1982 mais échoueront à ramener la 7e.

- Pour en arriver là, l'ASSE avait du se débarrasser de Auxerre (D2), Rouen (D2), Sochaux (D1) et Nantes (D1). Reims, de son côté, avait battu Ajaccio (D2), Monaco (D2), Lorient (D2) et Nice (D1).

- C'est la dernière finale à ce jour des Champenois qui finiront 11e cette saison-là mais seront relégués deux ans plus tard suite à un dépôt de bilan. En liquidation en 1992, le club aux 6 titres de champion mettra 34 ans à revenir en Ligue 1.

- Alain Merchadier est un défenseur particulièrement spécifique. En 8 saisons chez les Verts (de 1970 à 1978), le défenseur toulousain n'aura marqué que 8 fois... dont 5 en Coupe de France. Parmi ces 5 buts, deux décisifs en finale. Merci Alain !



Les Verts fêtent leur 6e trophée en rouge et vert

 

Sources
- La Coupe de France de Football - JM Cazal - Pierre Cazal - Michel Oriegga
- Le livre d'or du football 1977 - Charles Biétry
Vintage Football Club

par curko76, le 18/06/2018

Ephéméride du 18 Juin


A venir

27/07/2018 19:00

(amical) ASSE - Amiens

au Touquet



Pas de panitrombi

cette semaine

forum boutique services palmares médias jelenivo archives version mobile
Pour nous contacter : contact@poteaux-carres.com
Pour contacter la rédaction : redaction@poteaux-carres.com