26 avril 1986 : ASSE 1-1 RC Paris  
Oui, je désire m'abonner à
L'éphéméride poteaux-carrés
Je recevrais chaque jour dans ma boite mail l'éphéméride
La newsletter poteaux-carrés
Je recevrais dans ma boite mail les newsletter poteaux-carrés quand elles seront envoyées
Pour vous désabonner, décocher l'élément que vous ne voulez plus recevoir et cliquez sur OK

Le maintien est enfin assuré...

... et on ne peut plus se cacher, les Verts peuvent réellement viser une place européenne après cette nette victoire chez un concurrent direct.

Cette victoire à Nantes était importante pour plusieurs raisons. Avec les 42 points acquis, le maintien est officiellement obtenu et on n'aura plus droit aux déclarations "langue de bois" sur les objectifs de l'ASSE. De plus, les Stéphanois restent accrochés au bon wagon, ils font maintenant partie des quelques équipes qui se tiennent en 3 points de la 5e place, celles qui chercheront l'Europe lors du sprint final. Et finalement, c'est très bon pour la confiance de continuer la série des matchs sans défaite, de gagner avec un score sec de 3-0 et d'afficher une telle maîtrise technique et tactique.

En parlant de cette maîtrise, l'approche tactique des Verts a été légèrement différente lors de ce match. Ils ont moins fait tourner le ballon entre les 4 (+ Cabella) derrière, en attendant une ouverture pour déclencher l'attaque, comme lors du précédent match. Profitant de l'ouverture rapide du score (qui aurait pu être encore plus rapide suite aux multiples occasions à la 5e minute), les Stéphanois ont préféré défendre et procéder en contre. Mais défendre n'est pas subir et les exemples suivants, pris dans un ordre chronologique inverse, nous permettront d'admirer la maîtrise technique et l'intelligence tactique des Verts.
 


Le jeu en contre


Juste avant la mi-temps, les Nantais ont une longue possession - ils doivent faire le jeu, mais ils n'arrivent pas à passer le bloc stéphanois :


Les trois milieux axiaux de Nantes sont tous sur la même ligne, bien entourés par les milieux de l'ASSE - la seule solution pour le défenseur central est un ballon long, qui cherche son latéral gauche. Sauf que Debuchy anticipe très bien et passe de la tête pour Bamba. L'ailier s'appuie sur Selnaes...


... qui peut avancer balle au pied. Les deux attaquants stéphanois, Hamouma et Cabella, se trouvent dans la moitié adverse, contre seulement deux adversaires. Ils ne sont pas servis de suite, mais Hamouma s'écarte pour créer encore plus d'espaces. Il est finalement servi en profondeur par Selnaes...


... pendant que Bamba court apporter un surnombre, avant d'être servi dans la course...


... et avant de servir en première intention Cabella, qui rate malheureusement son face-à-face avec le gardien adverse, qui avait bien anticipé. Un contre très rapide, avec beaucoup de mouvement - même si les Verts n'ont pas creusé l'écart au score juste avant la pause, ils l'ont fait sur deux autres contres dans le premier quart d'heure de la 2MT, pliant ainsi le match.


Sortir du pressing adverse


Il ne faut pas croire qu'à chaque fois que les Stéphanois récupéraient le ballon, ils se projetaient rapidement en contre. Parfois ils préféraient temporiser, comme dans cet exemple 20 minutes plus tôt, qui part d'un centre nantais de la gauche :


Il y a une forte présence dans la surface stéphanoise et Selnaes coupe la trajectoire du ballon, qui arrive à Debuchy, qui lance tout de suite Cabella. Le meneur de jeu stéphanois se rend compte qu'il ne peut pas partir en contre, alors il temporise et joue en retrait :


Debuchy, Perrin, Ruffier, le but est de calmer le jeu et partir proprement de derrière. Sauf que les Nantais sont restés en nombre, et ils mettent en place un pressing haut :


Les Verts ne s'affolent pas : Ruffier trouve Gabriel Silva, qui joue avec M'Vila, qui joue de nouveau avec son gardien. Chacun des 4 (2 milieux axiaux + 2 latéraux) Stéphanois sont pris, mais ça ne les empêche pas de combiner. De plus, Selnaes descend entre les défenseurs centraux pour les aider :


Cabella et KMP décrochent et proposent des solutions eux aussi, ne laissant pas les défensifs se débrouiller seuls. C'est le premier qui est choisi par Perrin pour un un-deux risqué ...


... mais qui a comme but d'attirer les adversaires, libérant par exemple Debuchy dans son couloir, où il est trouvé par une passe lobée du capitaine. Et maintenant la projection rapide vers l'avant peut démarrer :


Hamouma s'excentre pour proposer une solution, Debuchy s'appuie dessus, Cabella y va aussi, il est servi par Hamouma, mais un Nantais commet une faute intelligente, qui casse l'attaque stéphanoise.
 

Maîtrise technique et jeu sans ballon


Ce n'était pas un contre proprement-dit, comme dans le premier exemple, mais les passes verticales et cette projection rapide vers l'avant permettent de vite traverser le bloc adverse et peuvent en donner l'impression. Ces passes verticales sont possibles grâce aux bons appels que les joueurs de l'ASSE ont fait dans tous les sens, comme ça devient évident lors d'un autre exemple, 10 minutes plus tôt :
 

Une touche pour les Verts dans leur propre moitié est jouée par Debuchy pour Cabella, qui cherche Hamouma avec un long ballon. Le duel aérien est gagné par le défenseur central adverse, le ballon revient à Cabella, qui le donne à M'Vila, qui le met au sol, avant d'écarter le jeu avec Bamba.


Le bloc adverse est en place, Bamba se retrouve entouré de 4 joueurs, alors il donne en retrait à M'Vila, qui a cette capacité de toujours trouver un partenaire libre et qui écarte donc à nouveau. Le latéral stéphanois temporise...


... ce qui permet aux Verts de se mettre en place, surtout Hamouma, qui fait un appel du côté opposé pour proposer une solution entre les lignes, pendant que KMP prend sa place d'avant-centre. Et le ballon lui parvient après plusieurs passes à une touche de balle, une circulation du ballon trop rapide pour les adversaires. Il est malheureusement dépossédé, mais le ballon sort et la touche est stéphanoise :


Gabriel Silva pour Subotic, qui trouve Cabella. Le bloc adverse est en place, dans un 4-4-2 très clair, et sans une phase de préparation, il n'y a pas de décalage. Alors quand Cabella cherche Debuchy dans le couloir...


... le latéral est obligé de jouer en retrait, après avoir combiné avec KMP. Cabella est obligé de faire la même chose...


... et quand il reçoit de nouveau le ballon de Perrin (après un relais de Selnaes), il le perd suite au pressing d'un milieu adverse. Ballon perdu au milieu, ça peut être dangereux, surtout que le Nantais avance balle au pied en attendant du soutien :


Il le trouve dans l'axe, mais son coéquipier joue en retrait, dans la course d'un ailier... qui se fait reprendre par Debuchy. De nouveau, ce n'est pas un contre (3 adversaires contre Hamouma tout seul dans la moitié adverse), mais ça en a l'air :


Debuchy s'appuie sur KMP, qui sert Bamba, qui avance avec le ballon, ce qui laisse le temps à ses coéquipiers de proposer des solutions :


Hamouma, Cabella et KMP croisent leurs courses, Bamba revient un peu en arrière, avant de trouver le premier d'entre eux dans l'axe. C'est au tour de Hamouma de garder un peu le ballon, ce qui permet aux adversaires de revenir, en nombre, mais pas en place :


Si les 4 défenseurs sont alignés (mais très resserrés), 5 autres Nantais sont regroupés dans l'axe. Les couloirs sont donc complètement abandonnés, c'est là que le jeu est envoyé par Hamouma, dans la course de Gabriel Silva. Et ce n'est pas fini :

 
Hamouma contourne le latéral gauche, qui préfère plutôt l'appel en profondeur de Cabella. Dans la surface, Bamba fait un appel au premier poteau, KMP au deuxième et Debuchy, venu de l'aile opposée, se positionne au point de penalty pour un centre en retrait. C'est cette dernière solution qui est choisie par Cabella, pour l'ouverture du score du latéral droit stéphanois, même si l'infatigable Hamouma s'y était proposé au même endroit aussi.
 
 
 

Conclusions

 
Au risque de se répéter, il faut souligner comme c'est beau à regarder jouer ce ASSE de 2018. Le plan tactique est souvent très adapté (Nantes a l'une des pires possessions du ballon de la Ligue 1, leur laisser le ballon c'est les sortir de leur zone de confort). Les joueurs se déplacent très bien, cherchant toujours à proposer des solutions de passe à leur coéquipiers. Et les passes sont assurées, souvent dans le bon tempo, souvent pour éliminer un ou plusieurs adversaires. Comme les résultats suivent, il n'est plus interdit de rêver d'une fin de saison en boulet de canon, avec une qualification européenne au bout. Et même si cette qualification ne sera pas acquise - ce qui n'est pas déconnant vue la première partie de saison de l'ASSE - on peut clairement être satisfait par ce que les Verts proposent.

 

Licence Creative Commons Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

 

 

par Pilou83, le 03/04/2018


A venir

27/04/2018 20:45

Montpellier - ASSE



Pas de panitrombi

cette semaine

forum boutique services palmares médias jelenivo archives version mobile
Pour nous contacter : contact@poteaux-carres.com
Pour contacter la rédaction : redaction@poteaux-carres.com