23 mars 2002 : ASSE 1-0 Niort  
Oui, je désire m'abonner à
L'éphéméride poteaux-carrés
Je recevrais chaque jour dans ma boite mail l'éphéméride
La newsletter poteaux-carrés
Je recevrais dans ma boite mail les newsletter poteaux-carrés quand elles seront envoyées
Pour vous désabonner, décocher l'élément que vous ne voulez plus recevoir et cliquez sur OK

Ephéméride du 9 Janvier

Autre article à cette date : 9 janvier 2000 : ASSE 3-1 Nantes - 16e de finale de Coupe de la Ligue
Sélectionnez la date de l'éphéméride à consulter:

9 janvier 2005 : Nîmes 3-2 ASSE - 32e de finale de Coupe de France

Une bonne saison de championnat ne rime pas toujours avec un beau parcours en Coupe...

La feuille de match 
Dimanche 9 janvier 2005 - Coupe de France - Stade des Costières
32e de finale: Nîmes 3-2 ASSE
Spectateurs: 12.909 - Arbitre: E. Brocas

Buteurs:
 J. Benhamou (33e), S. Beyrac (44e), M. Verschave (68e) pour Nîmes. F. Piquionne (6e, 7e) pour l'ASSE

Nîmes: C. Duchesne - J. Benhamou, A. Cantareil, M. Kandé, J.M. Pasqualetti - S. Dembélé, U. Chavas (M. Colloredo 90e), C. Horjak, E. Enza-Yamissi - M. Verschave (B. Oliveras 86e), S. Beyrac (J.P. Yao 80e). Entraîneur: Didier Ollé-Nicole 
ASSE: R. Le Crom - F. Diawara, Z. Camara, S. Hernandez, P. Carteron (H. Ilunga 74e) - L. Perrin (A. Le Tallec 74e), J. Sablé, D. Hellebuyck, N. Marin (B. Gomis 81e) - P. Feindouno, F. Piquionne. Entraîneur: Elie Baup



Les faits du match 
Un soleil estival, une affiche séduisante, un stade plein à craquer, les caméras d’Eurosport… La plus vieille compétition du football français fait toujours vibrer. Bien avant le coup d’envoi de ce 32e de finale de la Coupe de France, le stade des Costières rugit de plaisir. On est loin de l’ambiance monopolistique des supporters stéphanois d’il y a un mois quand l’ASSE avait fait mordre la poussière à Istres dans ce même stade des Costières. Cette fois, malgré le soutien d’un bon millier de supporters, les Verts évoluent bien à l’extérieur.

Les Nîmois avaient prévenu, ils ont les crocs et un seul objectif en tête: faire tomber le "gros". Après huit jours de remise en route à Anglet, les Stéphanois entrent de plein pied dans l’année 2005 et pour ce premier rendez-vous de l’année, Baup remanie largement son équipe. Zokora (suspendu), Compan (douleurs à la cuisse), Mendy (douleurs au fessier), Kamara (bientôt opéré du genou) sont forfait tandis que Hognon et Ilunga sont laissés sur le banc. Enfin, les clés de la cage stéphanoise sont confiées à Ronan Le Crom, qui dispute son premier match officiel avec les pros. On ne tardera pas bientôt à le regretter...

Après soixante secondes de silence complet en mémoire des sinistrés du tsunami en Asie du Sud-est, les Verts font vite parler la hiérarchie. Ils entament la partie de la meilleure des façons. Sur un corner de Hellebuyck, Frédéric Piquionne saute plus haut que tout le monde pour décroiser sa tête dans les filets nîmois (6e). Soixante secondes plus tard, l’ASSE récidive avec la même réussite insolente et le même scénario. Hellebuyck, dans le rôle du parfait passeur sur coup franc, et Piquionne, celui du buteur décisif, qui, d’un coup de tête gagnant au premier poteau, réussit le doublé et le break (7e).

KO debout, les Gardois ont le mérite de ne pas fermer le jeu et d’aller vers l’avant. Mais clairement, les Stéphanois sont les plus tranchants. Un coup franc direct de Julien Sablé frôle la lucarne de Duchesne (14e) avant que Hellebuyck n’évite la sortie du gardien nîmois d’une jolie pichenette qui s’écrase sur la transversale (21e).



Loïc Perrin et Pascal Feindouno semblent impuissant face à la combativité nîmoise


Pour son premier match officiel sous le maillot vert, Le Crom voit d’abord passer un centre dangereux de Enza-Yamissi (19e) puis une frappe à bout portant mais à côté de Vershave (27e). La troisième tentative gardoise est la bonne: surpris, le gardien stéphanois ne peut que prolonger dans sa propre cage un centre-tir de Benhamou (33e). Il n’en faut pas plus pour galvaniser des Nîmois qui n’en demandaient pas tant.
Heureusement, Le Crom reprend vite ses esprits et détourne un coup franc de Enza-Yamissi (38e) mais les Verts reculent sous les assauts des Crocodiles… et finissent par craquer. Sur un corner, Beyrac, complètement démarqué dans la surface de réparation stéphanoise, fait, d’une jolie tête plongeante, chavirer de bonheur le stade des Costières.


Au retour des vestiaires, les Nîmois repartent avec les mêmes intentions offensives. Un retour de Carteron barre la route à Beyrac (48e) et sans exercer un pressing étouffant, Nîmes s’assure le contrôle du jeu face à des Verts qui souffrent dans la conservation du ballon. Si le rythme baisse d’un cran, ce n’est pas le cas de l’appétit des Nîmois. Chavas accélère, exécute une frappe rasante détournée par Le Crom (64e). Dans la foulée, un tacle de Hellebuyck enlève une balle de but à ce même Chavas. Les Verts ont chaud, bien trop chaud. 


Trois minutes plus tard, le coup est cette fois fatal. Sur un centre rasant de Chavas, Verschave ne se pose pas de questions, sa violente reprise instantanée se logea dans la lucarne de Le Crom (68e). Les 12.000 spectateurs gardois sont aux anges et les Stéphanois à terre.
A l’entame du dernier quart d’heure, Baup renouvelle enfin ses batteries avec les entrées de Herita Ilunga et Anthony Le Tallec puis du jeune Bafé Gomis. Mais malgré une évidente volonté d’aller vers l’avant, l’ASSE, trop brouillonne, ne trouve pas les munitions pour égaliser. Son parcours en Coupe de France s'acheve déjà.



Cédric Horjak laisse éclater sa joie d'avoir vaincu son club formateur


Le commentaire d'Elie Baup illustre alors son abattement: "C’est une énorme déception. Une élimination en 32e de finale est toujours difficile à digérer. Nous devons tirer un coup de chapeau à Nîmes qui a fait valoir toutes ses vertus de combativité et de solidarité. A 2-0, nous avons peut-être cru que nous avions fait le plus dur et que la partie était terminée. Dans les vingt dernières minutes, nous avons tout tenté mais ce ne fut pas suffisant. L’effet du public fut conséquent. Les Nîmois se sont mis minables. Très vite, nous devons retrouver nos vertus d’humilité, de combativité et d’esprit d’équipe. L’objectif n°1 est le maintien. Mais ce n’est pas une excuse de notre élimination".




Le Saviez-vous?
- Ce match est la seule rencontre officielle à laquelle Ronan Le Crom participera lors de sa courte période stéphanoise. Ce dernier mettra fin à sa carrière en juin 2013 après avoir remporté le titre de champion avec le PSG en tant que 3e gardien (et avoir trouvé le moyen de se faire expulser lors de son dernier match) 

- Après avoir fait chuter Saint-Etienne, Nîmes éliminera trois autres clubs de Ligue 1: Ajaccio, Nice et Sochaux. Ils n'échoueront qu'en demi-finales contre l'AJ Auxerre. Un peu comme Dijon la saison précédente, ca porte chance de sortir les Verts de la Coupe en janvier...

- Nîmes avait déjà éliminé l'ASSE de la Coupe de France en 1996: en 16e de finale, les Crocos avaient battu les Verts 3-1 (Patrick Moreau sauvant l'honneur pour les Stéphanois). Cette année-là, les Nîmois ne s'étaient inclinés qu'en finale... déjà face à Auxerre.

- Le milieu de terrain défensif nîmois Cédric Horjak, formé à l'ASSE, avait joué deux saisons sous le maillot vert, disputant une dizaine de matches en équipe première, essentiellement lors de la saison 1997-98 avant de partir à Lausanne.

- Quant à l'inénarrable Jean-Pascal Yao qui rentre ici en jeu à la 80e minute, il disputera 10 matches (calamiteux) lors de ses deux saisons avec l'ASSE entre 2001 et 2003.

- A ce jour, l'ASSE n'a plus jamais affronté le Nîmes Olympique...

par aloisio, le 09/01/2017

Ephéméride du 9 Janvier

Autre article à cette date : 9 janvier 2000 : ASSE 3-1 Nantes - 16e de finale de Coupe de la Ligue

A venir

25/03/2017 15:00

[U17] Annecy - ASSE



Pas de panitrombi

cette semaine

forum boutique services palmares médias jelenivo archives version mobile
Pour nous contacter : contact@poteaux-carres.com
Pour contacter la rédaction : redaction@poteaux-carres.com