Et de 6 buts en deux matches pour le seul Alex !
On peut dire que la panthère aime manger de la sardine...


La fiche du match
Vendredi 4 août 2000 - Championnat de France de D1 - Stade Geoffroy-Guichard
2e journée: ASSE 3-0 Marseille
Spectateurs: 29.544 - Arbitre: M. Bré

Buteurs: Sarr (27e) et Alex (69e, 72e)

ASSE: Levytsky - Kvarme, Mettomo, Wallemme(c), Potillon - Guel, Sarr, Sablé, Pédron (Fellahi 85e) - Aloisio (Sanchez 85e), Panov (Alex 66e). Entraîneur: Robert Nouzaret
OM: Trévisan - Pérez, Camara, Ngotty(c), Gallas, Dos Santos - Ingesson, Brando (Bakayoko 45e), J. Leroy - Adriano, Maurice (Mouret 75e). Entraîneur: Abel Braga



Les faits du match: on les a encore niquedouillés !!!
Tout comme pour le premier match de la saison à Guingamp (2-2), Robert Nouzaret décide de titulariser Alexander (Sacha) Panov au détriment d'Alex pour cette première à domicile. Bien semble lui en avoir pris, puisque après une domination certaine, les Verts marquent le premier but à la 27e minute, par l'intermédiaire de Pape Sarr (1-0).


Alexander Panov bute sur Stéphane Trevisan


Après la pause (tiens ! les supporters marseillais sont toujours là), ce pauvre Bakayoko va bien tenter deux trois trucs. Des trucs un peu dangereux même. Mais Monsieur-As-du-coaching décide de faire entrer Sir Alex à la 66e minute (qui a oublié les six minutes qui vont suivre ???). Là les Marseillais, y z'ont quand même commencé à mouiller leur chausses. On entendait même parait-il des "Maman... je veux rentrer..."


Pape Sarr, buteur, à la poursuite du Suédois Ingesson


La Panthère est rentrée depuis à peine trois minutes sur le terrain qu'elle rugit déjà de plaisir devant le but de ce pauvre Trévisan (2-0) ! Même le grand José Aloisio se met à imiter son compère pour un duo félin d'anthologie devant le kop Nord.
Et trois minutes encore après, c'est l'extase : 3-0 ! Encore un but d'Alex sur un exploit individuel. Le portier marseillais cherche encore où est passé son tour de rein...



Le festival Alex, les Marseillais en cauchemardent encore


Au coup de sifflet final, le stade explose ! On se croit partis pour une saison de folie...
Punaise ! Quel pied ce match quand même !!!



Le Saviez-vous ?
- Les chances de victoire de l'OM étaient faibles à Geoffroy-Guichard à l'époque. En effet, avant leur venue dans le Chaudron ce jour-là, en 46 matches, les Verts l'avaient emporté 30 fois, contre seulement 8 pour l'OM (et encore, je ne compte pas la victoire volée contre l'OM à cause de la fameuse canette sur la tête à Papin) ! D'ailleurs, les Marseillais s'en tiraient plutôt bien avec ce 3-0: la saison précédente, ils avaient sombré corps et bien lors d'un 5-1 monumental resté dans les mémoires. La tendance sera encore plus forte en faveur des Verts par la suite.

- En fait, le mois d'août est terrible pour les Olympiens chaque fois qu'ils rencontrent les Stéphanois. Que ce soit au Vélodrome ou à Geoffroy-Guichard, en sept rencontres aoûtiennes, ils n'avaient gagné qu'une fois (au Vél', en 1987) contre 4 fois pour l'ASSE (dont une fois en 69 qui avait provoqué l'ire marseillaise et un envahissement de terrain).

- A l'issue du match, l'ASSE prend provisoirement la tête du classement, ce qui n'était plus arrivé au club depuis plus de 18 ans (position de leader suite à la victoire à Gerland du 20 février 1982) et qui ne se reproduira plus avant 10 ans (succès sur Montpellier 3-0 le 18 septembre 2010)

- Zoumana Camara vit un calvaire ce soir-là au sein de la défense de l'OM. Formé à l'ASSE, il y reviendra quelques années plus tard lors du retour des Verts en L1 en 2004 et y formera une superbe paire défensive avec Vincent Hognon durant 3 saisons. Quant à Sebastien Perez, l'arrière droit phocéen, il a lui aussi été formé à l'ASSE et y avait joué de 1993 à 1996.

- Robert Nouzaret lâchera quelques propos de mauvaise augure pour la suite de la saison, à l'issue du match: "Du grand coaching? Un gros coup de chance surtout. Il n'y a pas de problème Nouzaret-Alex mais il y a toujours eu un problème joueur-entraîneur. Les joueurs ont de plus en plus d'exigences financières alors que si nous, nous n'avons pas d'exigences professionnelles, sportives et de comportement vis-à-vis d'eux, tout le monde nous le reprochera"

- Bon on ne va pas s'attarder sur la suite de la saison justement, ou on va tous déprimer. Les Verts termineront 18e et seront relégués après moultes péripéties. Pfffff, dire que j'avais pronostiqué une troisième place minimum en début de saison...