17 janvier 1960: ASSE 1-1 Stade Français  
Oui, je désire m'abonner à
L'éphéméride poteaux-carrés
Je recevrais chaque jour dans ma boite mail l'éphéméride
La newsletter poteaux-carrés
Je recevrais dans ma boite mail les newsletter poteaux-carrés quand elles seront envoyées
Pour vous désabonner, décocher l'élément que vous ne voulez plus recevoir et cliquez sur OK

Ephéméride du 29 Mars

Sélectionnez la date de l'éphéméride à consulter:

29 mars 1965 : Naissance de Kader Ferhaoui

Un grand meneur de jeu de D1 qui fit le bonheur des Verts lors d'une saison magique...

Né à Oran le 29 mars 1965, Abdelkader Ferhaoui quitte l'Algérie à l'âge de trois ans pour s'installer avec sa famille à Lunel, entre Montpellier et Nîmes. Très jeune, il joue au football avec ses grands frères et se révèle le plus doué. Kader est un battant et affiche sur le terrain de grandes qualités techniques et physiques. Un tel talent ne peut échapper à Loulou Nicollin: Ferhaoui rejoint donc rapidement le centre de formation de Montpellier, La Paillade.



La carrière de Kader en un clin d'oeil


Ce costaud milieu de terrain fait ses débuts professionnels en D2 lors de la saison 1984-85 sous la direction d'un entraîneur qu'il retrouvera près de 15 ans plus tard: Robert Nouzaret. Kader défend les couleurs de Montpellier jusqu'en 1993. Pendant cette période, il côtoie de nombreux joueurs qui ont (ou vont) porté le maillot vert: Christian Lopez, Gérald Passi, Roger Milla, Patrice Garande, Laurent Blanc, Thierry Laurey et Bruno Carotti.
A Montpellier, Kader connaît de grands moments: la montée en D1 à l'issue de la saison 1986-87 (grâce à un phénoménal Roger Milla) et bien sûr la victoire en Coupe de France 1990. Lors de cette compétition, Kader ouvre et ferme le bal: auteur du but victorieux ayant permis à Montpellier d'éliminer Istres au premier tour, il marque sur un centre de Vincent Guérin dans la prolongation de la finale contre le Racing Paris. En demi-finale, il avait eu raison des Verts à Geoffroy-Guichard (1-0, but de Cantona) dans l'enfer pluvieux de Geoffroy-Guichard.



Captain Kader (à droite de Cantona) soulève la Coupe de France en 1990


En 1993, Ferhaoui quitte l'Hérault pour les Alpes-Maritimes. Il devient l'une des pièces maîtresses du promu cannois qui évolue sous la direction de Luis Fernandez. Kader s'éclate les deux premières saisons mais sa troisième année en rouge et blanc est plus délicate: le taiseux Safet Susic est moins à l'aise que le volubile Luis Fernandez au poste d'entraîneur. Notre Algérien garde toutefois de bons souvenirs de sa période cannoise et de sa complicité avec les Durix, Micoud, Priou, Madar, Ayache et autres Lemasson. A Cannes, Kader côtoie également un jeune attaquant prometteur, un certain Lilian Compan.

Et puis en 1996, Ferhaoui retourne à Montpellier pour deux nouvelles saisons: il goûte aux joies de la Coupe d'Europe et marque un but contre le Sporting Portugal en Coupe UEFA. Mais Kader n'est plus titulaire à Montpellier et veut changer d'air à l'issue de la saison 1997-98.


Kader Ferhaoui devient un capitaine exemplaire à Saint-Etienne en 1998

Le nouveau directeur sportif de l'ASSE Gérard Soler, qui cherche un joueur expérimenté pour aider les Verts à redresser la tête, contacte Ferhaoui. "Captain Kader" relève le défi et réalise une des plus belles saisons de sa carrière de footballeur. Oscar du meilleur joueur de Ligue 2, Ferhaoui est l'un des principaux artisans de la montée des Verts en D1: "J'ai vécu une saison chargée d'émotions. Une saison pleine pour le club et pour moi. J'ai pris du plaisir dans tous les clubs où je suis passé, mais c'est certainement à Saint-Étienne que j'en ai pris le plus" déclare ainsi l'ancien international algérien. Lors de cette fameuse saison 1998-99, Kader joue 37 matches et marque à 5 reprises (contre Lille, Ajaccio, Châteauroux, Cannes et Nîmes).

Ferhaoui donne le tempo lors de la fête pour la montée en D1


La saison suivante, Kader dispute une vingtaine de matches en D1. Titulaire au début du championnat, il est relégué sur le banc des remplaçants suite à l'explosion d'Alex Dias. Mais Ferhaoui entre souvent en cours de jeu à la place de la panthère brésilienne ou de Pape Sarr.
Avant de quitter Sainté, il tient à mettre en garde les dirigeants stéphanois qui ont tendance à ne pas tenir les promesses faites à de nombreux joueurs. Kader discute de sa reconversion avec Bompard et Soler et commence à entraîner les jeunes sans contrat pendant 3-4 mois. Ne voyant rien arriver, Ferhaoui va les voir pour discuter de son avenir. Il réalise alors que les dirigeants stéphanois n'ont rien de concret à lui proposer.



L'aventure stéphanoise se termine en queue de poisson pour Ferhaoui en 2000


Déçu de quitter le Forez dans de telles circonstances, Ferhaoui rejoint le Red Star pour rendre service à ses copains Ali Ben Mabrouk et Michel Moulin. Malheureusement, il vit une saison 2000-01 délicate car le club audonien, bon dernier du national, est relégué en CFA.
A 36 ans, Ferhaoui met un terme à sa carrière professionnelle. Il retourne dans l'Hérault et continue de jouer au football quelques années pour le plaisir, à Lunel (CFA 2). Il participe également à des tournois de beach soccer et contribue à développer ce sport sous l'impulsion d'Eric Cantona, son ancien coéquipier.



Dernière saison pro de Kader au Red Star (National) en 2000-01


Après avoir cherché longtemps un emploi susceptible de lui assurer une reconversion, Kader rejoint à l'été 2005 la cellule de recrutement de l'ASSE. Dans ce cadre, il supervise pendant deux ans de nombreux joueurs dans le sud de la France puis il devient successivement entraîneur des benjamins du Montpellier HSC en 2009 et de l'AC Arles-Avignon en 2010.
En décembre 2012, il devient enfin entraîneur d'une équipe senior: celle du Sporting Toulon, qui évolue en DH. Mais il en est licencié un an plus tard. Amer, il fait un constat sans appel sur la situation des techniciens africains en France: "Il est plus compliqué pour les footballeurs issus de la diversité de se voir confier des responsabilités, cela me semble assez évident. Il n'y a même plus besoin de le dire, il n'y à qu'à regarder (...) Ce blocage, je le vis ! Je m'en doutais quand j'étais joueur. Mais c'est tellement plus flagrant ensuite. Si je m'appelait Jean-Paul ou François, j'aurais peut-être déjà un poste ! (...) Mais je ne baisse pas les bras. J'ai encore envie de croire que mon expérience peut être utile au football français."

Bien vu Kader ! En octobre 2014, il est nommé entraîneur du Pontet (CFA) mais il ny reste que jusqu'à la fin de la saison 2014-15.

 


L'expérience à Toulon aura été de courte durée pour Ferhaoui

par aloisio, le 29/03/2017

Ephéméride du 29 Mars


A venir

18/01/2018 19:00

Metz - ASSE



Pas de panitrombi

cette semaine

forum boutique services palmares médias jelenivo archives version mobile
Pour nous contacter : contact@poteaux-carres.com
Pour contacter la rédaction : redaction@poteaux-carres.com