26 mai 1972 : Dura lex sed Alex  
Oui, je désire m'abonner à
L'éphéméride poteaux-carrés
Je recevrais chaque jour dans ma boite mail l'éphéméride
La newsletter poteaux-carrés
Je recevrais dans ma boite mail les newsletter poteaux-carrés quand elles seront envoyées
Pour vous désabonner, décocher l'élément que vous ne voulez plus recevoir et cliquez sur OK

C'est presque la fin...

Le rêve d'une qualification européenne pour les Verts a marqué un sacré coup d'arrêt avec ce but sur penalty encaissé à la 91e minute et cette deuxième défaite consécutive.

Après une remontée fantastique au classement et au niveau du jeu produit depuis la mi-saison, l'ASSE marque le pas, au pire moment du sprint final. La fin du championnat est proche, il ne reste plus qu'un match à disputer. La fin de l'époque de co-actionnariat et du modèle de gestion actuel est probablement très proche aussi. Et cette défaite à Monaco constitue presque la fin du rêve du retour sur la scène européenne, rêve qui paraissait fou il y a à peine 4 mois, mais qui semblait très proche il y a 10 jours. Un petit point pris lors des deux derniers matchs n'aurait pas suffit pour être complètement maître de son destin, mais aurait grandement augmenté les chances de l'ASSE de finir à la 6e place.

Et c'est bien un point que les Verts ont cherché lors du déplacement à Monaco. Car la tactique stéphanoise n'était pas construite pour faire mal à l'adversaire, pour le déséquilibrer, elle était surtout défensive. Mais le fait d'évoluer avec 5 défenseurs ne dit pas tout : en première période les Stéphanois ont été très intelligents tactiquement, prenant la possession du ballon (57% !) : non seulement ils avaient un système censé bloquer le jeu adverse, mais en plus ils ne laissaient pas aux Monégasques la possibilité de développer ce jeu. Malheureusement, ça a été très différent en deuxième période, avec l'ASSE incapable de tenir le ballon (36% de possession avant le changement de système, 40% ensuite) et subissant ainsi les offensives adverses. Mais tout cela sera plus clair avec quelques exemples...


 

1MT : défense en 5-3-2


Le système défensif mis en place par le staff stéphanois pour ce match est visible dès les premières minutes :


Une ligne de 5 défenseurs, devant elle une de trois milieux (avec Cabella à la même hauteur que M'Vila et Diousse) et deux attaquants pour embêter les relances adverses. Le choix peut sembler surprenant, vu que Monaco joue avec un seul avant-centre. Par contre, comme les ailiers adverses sont plutôt axiaux et les latéraux très offensifs, ce système offre des solides garanties défensives.

1MT : attaque en 5-3-2


Mais comme en première période la possession a été stéphanoise, on regarde d'abord le jeu avec ballon dans ce système. Comme par exemple, en tout début de match :


Monaco défend en 4-1-4-1 avec un bloc assez haut : le premier objectif pour les Verts est de passer la ligne de 4 milieux. Et dans un système à 3 défenseurs centraux, le jeu passe de préférence sur les côtés. Dans cet exemple, Cabella est descendu assez bas, avant d'envoyer le ballon vers la gauche via Subotic et KTC, le but étant de contourner les milieux adverses. Une fois ce but atteint, ça dévient plus simple :


Bamba et Ntep, les deux attaquants stéphanois, se placent du même côté, ce qui crée un surnombre dans ce couloir. La sentinelle adverse doit suivre Bamba, mais il a du retard. Gabriel Silva est dans le dos du milieu excentré droit et ne peut plus être attrapé. Ce qui oblige le défenseur latéral de sortir : le un-deux Silva-Bamba l'élimine et le couloir est encore plus à la disposition du Brésilien :


L'avantage du 5-3-2 est de pouvoir créer des surnombres dans un couloir - l'inconvénient est qu'il ne reste plus grand monde dans l'axe. Ntep se retrouve donc en seul attaquant contre trois défenseurs, mais la projection de Diousse et Cabella est très intéressante, dans l'espace entre les lignes. Malheureusement, Gabriel Silva choisit l'option passe en profondeur pour Ntep, qui rate son contrôle. Cinq minutes plus tard, une action similaire voit le latéral gauche stéphanois chercher Cabella entre les défenseurs et les milieux, à l'entrée de la surface - sa frappe passe à côté.

 

2MT : difficultés en 5-3-2


Si les Verts ont fait le jeu en première période, sans réussite, ils ont vraiment subi après la pause. Peut-être à cause d'un manque de fraîcheur mentale ou physique côté stéphanois - Gasset parle de "manque de maîtrise technique en deuxième période pour les faire courir comme on l’avait fait en première". Ou d'une envie retrouvée côté monégasque, il est difficile à dire d'où vient la différence, mais les joueurs de l'ASSE ont commis des nombreuses erreurs et ceux de Monaco ont fait des appels plus intéressants et un pressing haut agressif, comme dans ce long exemple qui commence à la 58e minute :


Une relance stéphanoise part de Ruffier, avec Perrin et M'Vila, descendu bas à côté de ses 3 défenseurs centraux. Monaco se trouve toujours dans un (4-)1-4-1 et décide de presser haut, à 5 joueurs contre 5 Verts :


M'Vila ne panique pas et écarte vers la droite, avec Diousse. Comme l'ailier gauche adverse était au pressing sur Perrin, Debuchy est tout seul (pareil à gauche avec KTC pris par l'ailier et Gabriel Silva seul). Si le ballon arrive à un latéral stéphanois, ça peut être dangereux... mais Diousse panique et joue en retrait, avec Ruffier, qui n'a pas d'autre option que de dégager au pied :


Comme les Verts n'arrivent prendre aucun ballon de la tête et comme le dégagement n'est pas très long, la possession est perdue dans la moitié stéphanoise. Les milieux adverses font la loi au centre du terrain...


... ce qui est facilité par le fait que Diousse et Cabella étaient écartés. Bamba vient aider au marquage d'un milieu axial, mais c'est un autre qui est trouvé entre les lignes. C'est ici que la défense à 5 intervient : un central peut sortir de sa ligne pour attaquer le joueur adverse décalé tout en étant théoriquement couvert derrière...


... sauf que l'ailier droit adverse s'engouffre dans ce trou, il reçoit le ballon dans la course, mais heureusement sa frappe est repoussée du pied par Ruffier. Ce n'était pas la première occasion dans ce genre, deux minutes plus tôt c'est Subotic qui a du sortir sur un milieu trouvé entre les lignes et KTC qui a du défendre sur l'ailier qui avait fait l'appel dans la surface : sa légère poussette n'a heureusement pas été sifflée par l'arbitre. Si on revient à cet exemple, le ballon repoussé par le gardien stéphanois arrive à M'Vila, qui rate complètement sa relance :


Fort heureusement, Diousse et Bamba arrivent à récupérer le ballon...


... et le dernier écarte Cabella à gauche. Malheureusement, il n'arrive pas à éliminer son adversaire, qui récupère le ballon et de nouveau les milieux axiaux adverses sont en supériorité numérique au centre du terrain :


M'Vila est au marquage du 1er, Diousse doit sortir sur le 2e qui a le ballon, c'est donc le 3e qui le reçoit...


... et qui trouve avec une belle passe le 1er entre les lignes. Même situation qu'avant, c'est un défenseur central qui doit sortir, Subotic dans ce cas, ce qui oblige Perrin et KTC de serrer au centre sur l'avant-centre adverse... ce qui crée un nouveau trou dans la ligne :


Ce n'est même plus l'ailier qui s'y engouffre, c'est le milieu axial qui a suivi l'action, ce qui oblige Gabriel Silva de défendre sur deux adversaires... heureusement il arrive à contrer le ballon en extremis.

2MT : jeu en contre


Les Stéphanois ont subi en 2e période parce qu'il n'arrivaient plus à garder le ballon, le perdant vite suite au pressing adverse. En plus, ils ont choisi de défendre bas et de procéder en contre, chose qu'ils n'ont pas trop réussi avec quand-même un belle exception :


Si l'entrée d'Hamouma à la place de Ntep n'a surpris personne, celle de KMP pour Diousse aurait pu faire croire à une réorganisation tactique. Mais l'ailier stéphanois s'est reconverti en milieu axial, formant avec M'Vila et Cabella la ligne de trois milieux (pas trop bien alignés sur cet exemple). La relance monégasque envoie le ballon dans le couloir gauche, où il n'y a pas de décalage, alors l'ailier revient vers son camp :


Pressé par Debuchy, il joue en arrière avec son défenseur central - comme il a pris une place au milieu dans l'axe, c'est un milieu axial qui se place sur le côté, suivi par Perrin. C'est de nouveau le même ailier qui est recherché et il essaye de combiner avec un coéquipier dans l'axe :


Mais le pressing simultané de KMP et M'Vila sur ces deux "milieux" (pendant que Cabella coupe l'angle de passe vers le 3e) est payant et le ballon est récupéré dans le rond central, avec un beau surnombre à jouer pour les Verts :


Hamouma avance balle au pied, Bamba lui propose une solution à gauche, pendant que Cabella et M'Vila ont aussi suivi, plus avancés que les deux latéraux adverses :


C'est Bamba qui est parfaitement servi par Hamouma, mais il rate son face-à-face avec le gardien, pour ce qui aurait pu être le tournant du match. Ou, avec les mots de Gasset"on a eu des contres qu’on aurait dû mieux négocier. Quand vous ne marquez pas et que vous reculez, vous n’êtes pas à l’abri(...)"

2MT : 4-2-3-1


La sortie sur blessure de Gabriel Silva a obligé le staff stéphanois à procéder à un changement de système, l'entrée de Selnaes faisant passer l'ASSE dans un 4-2-3-1 plus habituel (même si en phase défensive KMP était très bas, suivant le défenseur droit adverse, et ça ressemblait toujours à une défense à 5). On voit mieux le système des Verts à la 74e, avec une autre relance qui passe par Ruffier :


Le pressing monégasque est toujours haut, ce qui empêche les deux défenseurs Perrin et Subotic, ainsi que les deux milieux défensifs Selnaes et M'Vila, de ressortir proprement. Les deux latéraux, KTC et Debuchy, se trouvent plus haut, mais ce n'est pas facile à les trouver. Ruffier dégage donc au pied...


... et de nouveau le ballon est perdu en duel aérien dans la moitié de l'ASSE et il arrive à l'ailier gauche. Il est parfaitement taclé par Perrin, qui lance Bamba :


Hamouma lui propose une solution à droite, Cabella s'approche pour une combinaison dans un petit périmètre, pendant que KMP se projette aussi vers l'avant - les 4 offensifs stéphanois essayent de se mettre en position, mais sans trop de conviction...


... alors Bamba joue en arrière avec Selnaes, qui temporise en cherchant une solution. Les Verts ont donc une attaque placée :


Hamouma en seul avant-centre avec 4 défenseurs. Les deux ailiers Bamba et KMP très axiaux, serrant les milieux adverses, laissant les couloirs pour les deux latéraux, Debuchy et KTC. Tout est en place pour une attaque type de l'ASSE, Selnaes trouve son meneur de jeu, décroché comme à son habitude. Mais Cabella tergiverse et perd finalement le ballon, l'arbitre lui accordant généreusement un coup franc (qui ne donne rien) et l'attaque est finie. Même s'ils étaient passés dans un système tactique plus familier, les Verts n'ont pas été plus inspirés ou motivés pour bien attaquer...



 

Conclusions

 
C'est presque la fin d'une longue saison, avec des hauts et des bas comme on a rarement pu vivre. On sent les joueurs au bout de leur forces, l'usure commence vraiment à se faire ressentir. Mais il reste un dernier match, à domicile, avant de vraiment clore cet exercice. La 6e place, européenne, reste accessible seulement avec un concours de résultats assez improbable. Et elle ressemble à un cadeau empoisonné avec ses tours préliminaires, surtout dans un contexte de probable changement majeur au club. Néanmoins, les joueurs se doivent de tout donner lors de ce dernier match, il faut oublier la fatigue, les tactiques défensives et la pression du résultat. Si possible, il faut retrouver cette joie, ce plaisir de jouer, ce foot qui nous a redonné le sourire en février et mars. Histoire de finir la saison en beauté.

 

 

Licence Creative Commons Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

par Pilou83, le 14/05/2018


A venir

27/05/2018 13:00

[U17R] ASSE - Saint-Priest



Pas de panitrombi

cette semaine

forum boutique services palmares médias jelenivo archives version mobile
Pour nous contacter : contact@poteaux-carres.com
Pour contacter la rédaction : redaction@poteaux-carres.com