Toute épopée doit bien commencer quelque part. Et c'est souvent au Portugal...


La feuille du match
Mercredi 18 septembre 1974 - Coupe d'Europe des Clubs Champions - Stade Geoffroy-Guichard
16e de finale aller: ASSE 2-0 Sporting Lisbonne
Spectateurs: 21.724 - Arbitre : M. Eschweiller (RFA)

Buteurs : Hervé Revelli (15e), Bereta (58e)

ASSE : Curkovic - Merchadier, Piazza, Lopez, Farison - Larqué, Bathenay, Bereta - Synaeghel, Patrick Revelli, Hervé Revelli. Entraîneur: Robert Herbin
Sporting Lisbonne : Damas, Manaca, Bastos, Alhinho, Balthazar - Paula Rocha, Wagner, Nelson - Dé, Yazalde, Dinis. Entraîneur: Fernando Riera



L'effectif du Sporting en 1974


Les faits du match
Il a fallu trois ans pour bâtir une équipe digne du titre de Champion de France. Les "raisins verts" ont mûri depuis la double confrontation allemande (éliminés de la C2 par Cologne en 1971). Et surtout, il y a eu le double apport de deux étrangers: Ivan Curkovic, l'international yougoslave, et Oswaldo Piazza, l'Argentin, international lui aussi, le buffle de la pampa.
Autre changement capital aussi: Robert Herbin est devenu l'entraîneur de l'ASSE depuis l'été 72. Bathenay s'est révélé. Quant à Lopez, il est devenu le seul rival français de Marius Trésor au poste de libéro.

Après Sétubal jadis, Benfica naguère, encore un club portugais pour ouvrir cette nouvelle page de l'histoire verte: le Sporting Clube de Portugal, ou plus simplement le Sporting Lisbonne. A l'instar de son grand rival des derbies de la capitale portugaise, le Sporting est un mélange de vice et de raffinement. Le public de Geoffroy-Guichard verra surtout le vice ce soir-là.



L'édition France Football de la semaine du match


Les Portugais massent huit joueurs devant leur but, ne laissant en pointe que les seuls Yazald et Dé. Ils cherchent à gagner du temps et l'ASSE tarde à trouver ses marques, ce qui fait le jeu de l'adversaire. C'est alors que Bereta, capitaine de l'équipe de France et de Saint-Etienne, rameute ses troupes. Une première fois, Hervé Revelli (revenu de Nice) se retrouve en bonne position mais sa reprise de la tête est trop faible pour inquiéter Damas.

C'est reculer pour mieux sauter. En effet, à la 15e minute, Hervé ne laisse pas cette fois passer sa chance. Sur un centre de son frère Patrick, lui-même parfaitement servi par Larqué, il catapulte le ballon de la tête, dans la lucarne gauche du but du Sporting. Hervé Revelli est sur le point de récidiver cinq minutes plus tard, sur une action préalable de Merchadier. Les Portugais s'affolent tandis que Curkovic se blesse à la main, à la suite d'une passe en retrait de Lopez.



Le traditionnel fanion de la rencontre


Pourtant la machine verte s'enraye et Yazalde en profite pour égaliser à la 29e minute, mais l'arbitre allemand refuse le but pour un hors-jeu peu évident de l'Argentin. Cette péripétie a le mérite de relancer les actions de l'ASSE. Elle provoque en tout cas la colère des Portugais et le match vire à l'aigre. Les coups pleuvent.
Mais curieusement, c'est sur un geste d'anti-jeu moins flagrant que l'arbitre accorde un pénalty à Synaeghel. Le contact est réel mais il est clair que le Ch'ti n'a pas vraiment cherché à l'éviter. C'est le pénalty de la délivrance, marqué par Bereta, qui permet aux Verts de tenir le 2-0 et de faire plus qu'espérer avant le match retour à Lisbonne.



Le Saviez-vous ?
- L'ASSE se qualifiera sans mal en assurant le nul 1-1 au retour à Lisbonne (but de Synaeghel). L'adversaire suivant sera d'un tout autre registre: le fameux club yougoslave de Hajduk Split

- Au match retour se posera un problème de taille: les Stéphanois jouent en vert et blanc et les Lisboètes aussi. Mais ces derniers jouent à domicile et insistent pour garder leur tenue classique. L'ASSE devra alors pour la première (et la seule) fois de son histoire jouer en maillot rouge.



- Les échanges entre les clubs du Portugal et la France étaient rares à cette époque. Mais Hector Yazalde, l'argentin du Sporting, recroisera la route des Verts sous le maillot de l'OM quelques saisons plus tard. Dès 1976, un certain Salif Keita fera lui aussi le bonheur du Sporting Lisbonne

- Patrie du fado, le Portugal n'est pas spécialement connu pour ses chants joyeux. Est-ce pour cela que si peu de chansons de supporters viennent de ce petit pays ibérique ? Quoi qu'il en soit, les fans du Sporting Lisbonne auront la joie de découvrir un hymne entraînant lors de leur épopée européenne de 1981-82, un titre qui devrait rappeller quelque chose aux supporters de l'ASSE...



Source : Coupes d'Europe Story, Les Verts 1957/1981 - Patrick Mahé, Dominique Grimault