24 février 1985 : OL 1-5 ASSE  
Oui, je désire m'abonner à
L'éphéméride poteaux-carrés
Je recevrais chaque jour dans ma boite mail l'éphéméride
La newsletter poteaux-carrés
Je recevrais dans ma boite mail les newsletter poteaux-carrés quand elles seront envoyées
Pour vous désabonner, décocher l'élément que vous ne voulez plus recevoir et cliquez sur OK

Ephéméride du 28 Septembre

Sélectionnez la date de l'éphéméride à consulter:

28 septembre 1972 : Naissance d'Eduardo Oliveira

Itinéraire d'un garçon boucher qui aimait autant le vert que le rouge...

De l’ombre à la lumière
Né au Brésil, Eduardo Oliveira Dos Santos apprend le football dans sa ville natale, chez les Corinthians de Sao Paulo. A 19 ans, il rejoint la France pour tenter de réussir une carrière de footballeur professionnel. Néanmoins, son parcours s’annonce long et sinueux puisque après des essais non fructueux à Martigues et à Strasbourg, il débute en bas de l’échelle, en 4e division, dans le club corse de l’Ile Rousse Monticello (de 1992 à 94). Il y remporte alors son tout premier titre, celui de champion de D4, aux côtés de ses compatrioties Everaldo et Mario Sanchez.



La licence FFF d'Oliveira à l'Ile-Rousse en 1993


Lors de la saison 1994-95, il semble franchir quelques échelons en signant un contrat de stagiaire pro à Martigues, en D1. Hélas, il doit se contenter d’un statut de remplaçant et, dès l’année suivante, il rejoint Istres (National), où il joue deux saisons.
En 1997, il signe à Sedan, également en National. À déjà 25 ans, ce nouveau challenge va enfin s’avérer payant et le porter jusqu’en Ligue 1. Deux montées successives permettent en effet aux Sangliers de gagner leur ticket pour l’élite, en mai 1999 (en même temps que l’ASSE), atteignant même la finale de la Coupe de France cette année-là, où ils sont battus 1-0 par le FC Nantes.



Oliveira (debout, 2e à gauche) à Sedan en 1999


La concurrence est rude en Ligue 1 et Oliveira n’est pas certain de gagner sa place aux yeux de Patrick Remy. Il doit patienter jusqu’au 28 août 1999, à la 5e journée du championnat, pour faire sa première apparition au plus haut niveau… face à Saint-Etienne. Sedan s'impose 3-2 et, aux côtés de Laurent Huard, Oliveira décroche alors rapidement une place de titulaire au sein de la défense ardennaise, qu’il conservera pendant deux saisons.
La saison 2001-02 commence sous les mêmes auspices, avec en prime deux matchs de Coupe UEFA, mais le remplacement d’Alex Dupont par Henri Stambouli à la tête de l’équipe sedanaise est fatal à Eduardo, qui n’entre pas dans les plans du nouvel entraîneur et perd ainsi son statut de titulaire.



Dernière saison à Sedan pour Oliviera en 2001


Arrivée chez les Verts
Lors du mercato d’hiver de la saison 2001-02, Frédéric Antonetti, fraîchement arrivé dans le Forez, tente d’inverser la spirale négative dans laquelle s’englue l’ASSE. Les 6 derniers mois se sont en effet révélés très difficiles pour les Verts avec la descente en D2 suite à l’affaire des faux passeports et le limogeage d’Alain Michel après un début de saison catastrophique. Le technicien corse souhaite ainsi stabiliser sa défense centrale, constamment remaniée depuis le début de la saison: Mettomo, un des cadres de l’équipe, est parti au bout de 5 journées seulement, l’Italien Bia, pourtant annoncé comme un très grand joueur lors de son arrivée, ne donne pas satisfaction, le jeune Hernandez a besoin d’être encadré et Fousseni Diawara vient de partir à la Coupe d'Afrique des Nations au Mali...

C’est ainsi qu’Eduardo Oliveira est prêté par Sedan à l’ASSE lors de ce mercato, pour une durée de 6 mois. Ce solide défenseur central (1m87, 82kg) apparaît alors comme un renfort de taille puisqu’il comptabilise plus de 70 matchs en D1.



Oliveira rejoint les Verts à l'hiver 2001


Très bon pendant ses 6 mois de prêt, Oliveira est une pièce maîtresse du rétablissement de l’ASSE. Il devient le patron de la défense stéphanoise, l’une des meilleures du championnat sur les matchs retour et marque même un but lors d'un match nul 1-1 à Gueugnon. Les dirigeants foreziens souhaitent alors le conserver et Sedan accepte logiquement leur proposition. En juin 2002, Oliveira signe ainsi à l’ASSE un contrat de 3 ans pour 76.000 €.

Pour la saison 2002-03, Oliveira est associé à un nouveau venu: Vincent Hognon, arrivé de Nancy et rompu aux joutes de la L2. Les Verts vivent à nouveau une saison difficile mais la défense reste quand même la principale satisfaction de l’équipe. Pourtant, Oliveira réalise une saison en demi-teinte. Auteur de matchs solides, il écope de nombreux cartons (16 jaunes, 2 rouges), commet quelques erreurs coûteuses et ne confirme pas tout à fait ses 6 excellents mois de la saison précédente.


Seconde saison difficile pour Oliveira (à droite) aux côtés de Hognon (de dos)


En route vers le Portugal
Pour autant, le duo Oliveira-Hognon semble reconduit dans l’axe de la défense stéphanoise pour la saison 2003-04. Mais l’ASSE est en difficulté financière. Le club est placé en restriction de recrutement par la DNCG dans la limite de la masse salariale et des indemnités de transfert. Outre la recherche de nouveaux sponsors, Henri Grange, le nouveau président, est obligé de pratiquer une politique de dégraissage des gros salaires pour lever les sanctions de la DNCG. Oliveira est l’un d’eux, il doit donc partir.
Après le premier match de la saison face à Chateauroux, où il se fait d’ailleurs expulser, le Brésilien signe un contrat de deux ans avec le club portugais de l’Uniao Leiria, qualifié pour la Coupe de l'UEFA. Alors qu’il lui restait deux ans de contrat avec l’ASSE, Oliveira est ainsi transféré en août 2003 pour 150.000€ et est remplacé par Laurent Morestin... débarqué de Chateauroux. Même s’il n’a que TRÈS brièvement participé à la saison de la montée en L1, Oliveira aura quand même largement contribué à remettre l’ASSE sur les bons rails dans cette période difficile.



Après un passage raté au Portugal, Oliveira revit à Brest en 2005


La fin de sa carrière sportive
Après une saison en demi-teinte passée au Portugal, Oliveira revient en France en 2004 et signe à Brest, club promu en Ligue 2. Après trois saisons en temps que titulaire (dont la dernière le voit suspendu 8 mois pour avoir giflé un arbitre !), il est laissé libre et rejoint à 35 ans l'avant-dernier club de sa carrière: l'Olympique Saumur (CFA 2) où il ne dispute qu'une seule saison en 2007-08. Il achève alors son parcours de joueur et débute sa carrière d'entraîneur à l'échelon inférieur, à Doué-la-Fontaine, en Division d'Honneur Régionale (équivalent de la D7).



Oliveira à Thouars en 2010 (DHR)


Le début d'une autre carrière
En Maine-et-Loire, l'ancien garçon boucher stéphanois devient tout d'abord entraîneur-joueur mais accompagne le club dans sa chute en Promotion d'honneur (soit la D8). Puis il est recruté par le FC Thouars (Deux-Sèvres) pour encadrer les U15 de ce petit club de CFA2. Depuis lors, il a également développé une autre activité tout aussi adaptée à son jeu de bûcheron: la vente de maisons en bois brésilien dans le Val-de-Loire.

par Niklos Molnar, le 28/09/2016

Ephéméride du 28 Septembre


A venir

26/02/2017 15:00

[U17] Aurillac - ASSE



Pas de panitrombi

cette semaine

forum boutique services palmares médias jelenivo archives version mobile
Pour nous contacter : contact@poteaux-carres.com
Pour contacter la rédaction : redaction@poteaux-carres.com