1988, 4 juin, un temps que les moins de vingt ans… ont à peine connu.
Quelques semaines avant que Marco Van Basten rentre dans l’Histoire du foot européen d’une reprise de volée d’extra-terrestre, les Verts de Garande, Tibeuf et El Haddaoui rentraient eux, sans le savoir dans l’histoire de l’ASSE...


La feuille de match
Samedi 4 juin 1988 - Championnat de France de D1 - Stade Geoffroy-Guichard
38e journée: ASSE 2-1 Laval
Spectateurs: 10.193 - Arbitre: M. De Zayas

Buteurs: V. Chicharo (22e), P. Ferri (34e sp) pour l'ASSE, F. Brisson (46e) pour Laval

ASSE: J. Castaneda - C. Deguerville, T. Courault, P. Haon (V. Pedreiro 58e), T. Gros - P. Ferri, E. Clavelloux, G. Clavelloux, N. Mermet-Maréchal - V. Chicharo, P. Tibeuf. Entraîneur: Robert Herbin
Laval: P. Rousseau - B. Reuzeau, O. Blino, D. Alberto, T. Le Roux - J.L. Dogon, Y. Pouliquen, L. Lambert, M. Morgante - J.R. Faucher, F. Brisson. Entraîneur: Michel Le Milinaire



Les faits du match
En finissant quatrièmes du championnat grâce à cette ultime victoire contre Laval, les Verts obtenaient ce qui sera leur meilleur classement pendant plus de 25 ans !

A cette époque, la pression était bonne, et servie d’entrée dans un Chaudron qui ne connaissait pas l’ennui (autres temps, autres mœurs). Tournée vers l’avant, l’équipe bâtie par Robert Herbin avait l’excellente habitude de prendre à la gorge ses adversaires à GG. Un vrai régal pour le supp de 16 ans que j’étais alors, emporté un samedi sur deux par la vague qui déferlait dans LE kop (animé alors par le Fan club, autres temps...) sur chaque action des nôtres.
Et elles étaient nombreuses: cette saison, l'ASSE claquait 54 pions dont 34 à la zonzon (près de 2 par match, autres temps...).

Le duo Garande (17 buts) et Tibeuf (12 buts), aussi complémentaire et efficace que le sera celui formé par Alex et Aloisio 12 ans plus tard, faisait merveille, soutenu par Moustapha El Haddaoui, vraie trouvaille en meneur de jeu (il y avait encore de vrais n° 10, autres temps... bon j'arrête). Ce qui démontait l'adage qui veut que la deuxième saison en D1 (les Verts étaient remontés en 1986) est la plus difficile.



Extrait du programme de la rencontre


Ce soir d’été, soir de baisser de rideau du championnat, les Verts sont quatrièmes avant d’accueillir les Tangos lavallois. En s’inclinant lors de la 37e journée 1-0 à Brest, ils ont définitivement laissé la 3e place à Montpellier. C'est la dernière qualificative pour l’UEFA, c'est d'ailleurs bien la seule année que cela se produit. Comme aux JO, la 4e place est la place du con.
De toute façons, pendant que les Tangos viennent se faire schtroumpfer à GG, Montpellier reçoit Toulouse qui vogue entre la 11e et la 15e place et n’a plus rien à craindre.

Le Sphinx n'a plus que son goal-average à défendre, et selon ses bonnes habitudes, il choisit le risque en faisant rentrer une collection de bleu-bites à faire s’évanouir un entraineur à casquette: sur les 11 joueurs présents au coup d’envoi, 10 sont formés à l’ASSE dont les inattendus Chicharo (photo), Courault, Mermet-Maréchal. Dans mon souvenir, je n’étais pas rassuré de voir l’équipe évoluer sans Sivebaek, Garande, El Haddaoui and co.
Et pourtant Chicharo et Ferri sur pénalty nous permettaient de bien conclure l’année.

Pas de regret de toute façons, Montpellier s'imposant dans le même temps à Toulouse sur le score de 4-2. Cette 4e place est alors inutile même si le peuple Vert savoure alors le fait de finir deux places devant Marseille, le grand ennemi de l’époque, l'OL n'étant alors qu'un faire-valoir de deuxième division...

Autres temps...



Rappel de l'effectif lavallois et du contexte du match sur le programme


Le Saviez-vous ?
- Il faudra donc attendre 26 ans (!) pour revoir les Verts à cette 4e place, suite à un superbe parcours lors de la saison 2013-14. Là enore, la 3e place sera manquée de peu à la dernière journée, Lille s'imposant à Lorient tandis que les Verts corrigent Ajaccio 3-1 à la maison. A ce jour, on attend toujours de revoir un jour l'ASSE sur le podium.

- Pourtant à l’aller, lors de la première journée du championnat, l'ASSE avait coulé 4-0 à Laval ! Les Mayennais termineront à la 14e place du classement. Ils vivront alors leur dernière saison en D1 au terme d'un exercice 1988-89 catastrophique ponctué d'une 19e place. Quant à l'AS Monaco, malgré une fessée reçue à GG (3-0), il finit champion de France 1988.

- A Laval sévissent ce soir-là deux futurs Verts: Yvon Pouliquen (à l'ASSE de 1989 à 1991) et le jeune Loïc Lambert (stéphanois de 1990 à 1993).

- Lors de cette saison 1988-89, l'ASSE se découvre un fameux tireur de coup-francs: Pierre Haon, libéro formé au club qui marquera 5 buts avant … de ne pas confirmer l'année suivante.

- Avec ses 17 pions, le buteur Patrice Garande finira 2e buteur du championnat, derrière l'inévitable Jean-Pierre Papin (19 buts) qui trustera la première place de ce classement durant plusieurs années.

- Il entre à la 58e minute pour ses grands débuts en professionnel... et on ne le reverra plus jamais en Vert: Victor Pedreiro, natif du Coteau près de Roanne (42) et formé au club, sera en effet cédé à Reims en 1989, avec ces seules 32 minutes au compteur.

- En revanche, le jeune Christophe Deguerville, 17 ans, est titulaire pour ses grands débuts en professionnel. Il restera à l'ASSE durant 7 ans et disputera 231 matches au sein de l'arrière-garde stéphanoise avant de quitter l'ASSE pour sa banlieue en 1995. Il reviendra terminer sa carrière à l'ASSE en 2002-03 le temps d'une dizaine de rencontres.

- S'il ne pénètre pas sur la pelouse ce soir-là, on trouve dans l'effectif tango un certain Pierre Aubame, défenseur. Ce n'est autre que le père de l'un des plus prolifiques buteurs que connaîtra l'ASSE durant les années 2010: Pierre-Emerick Aubameyang, auteur de 41 buts en 97 matches sous le maillot vert.